Navigation – Plan du site

Liens interpersonnels et circulation des idées en urbanisme. L’exemple des interventions de l’IAURIF au Caire et à Beyrouth

Interpersonal relationships and the spread of ideas in urban planning. The example of the actions of the IAURIF in Cairo and Beirut
Taoufik Souami
p. 237-247

Résumés

La recherche sur les rapports entre urbanistes français, libanais et égyptiens dans le cadre des interventions menées par l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme de la Région Ile de France (IAURIF) au Caire et à Beyrouth met en exergue le rôle des rapports interpersonnels dans la circulation des idées et des pratiques. Ces affinités dépendent de quatre ressorts principaux : les liens interpersonnels et les rencontres communes ou histoires partagées ; une communauté de contraintes dans la pratique et surtout de position dans la société ;

la conscience d’une histoire commune du métier ; les proximités d’approches politiques et des modes de faire. Les relations entre professionnels sont également instrumentalisées dans des stratégies personnelles, sociales ou politiques.

Haut de page

Texte intégral

1Au cours de 2001 et de 2002, nous avons réalisé une recherche sur les rapports entre urbanistes français, libanais et égyptiens dans le cadre des interventions menées par l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme de la Région Ile de France (IAURIF) au Caire et à Beyrouth (Souami, 2001). Cette recherche a mis en exergue le rôle des rapports interpersonnels dans la circulation des idées et des pratiques en urbanisme, en particulier à l’échelon international. Cette circulation ne se construit pas uniquement par la diffusion des écrits ou par l’instauration de grandes écoles de pensée. Elle dépend également des rapports entre individus, entre ceux qui échangent, font circuler les idées et circulent eux-mêmes d’un monde culturel à l’autre.

2Nous nous proposons d’explorer cette hypothèse. L’objectif est de comprendre comment ces liens (directs et indirects) entre les individus portent la circulation de certaines idées plutôt que d’autres, comment ils facilitent les transmissions, filtrent, entravent, guident les circulations. Comment les liens entre les urbanistes locaux et les intervenants internationaux (étrangers) contribuent-ils à ces déformations ou reformulations des idées et des pratiques ? Ce travail d’ajustement dépend, nous le savons, des contextes politiques, économiques et sociaux locaux (Conseil Français des Urbanistes, 1999). Pour le Liban, Eric Verdeil a montré l’importance des choix économiques et des revirements politiques dans l’affirmation des idées urbanistiques forgées localement ou importées d’ailleurs (E. Verdeil, 2002). Toutefois, le contexte ne surdétermine pas les contenus qui circulent, les idées qui sont réappropriées localement. De quelles manières les rapports interpersonnels s’articulent-ils à ces éléments de contexte pour influencer les modes d’échange et de circulation des idées ? Dans quelle mesure pondèrent-ils les rapports de domination nord-sud ? Créent-ils des échanges de pratiques là où les contraintes politiques ou sociales paraissent les interdire ?

L’IAURIF en Egypte et au Liban : éléments de situations.

3L’IAURIF est intervenu dans ces deux pays pendant une trentaine d’années pour apporter son expertise dans les diagnostics spatiaux, économiques ou sociologiques, pour l’élaboration de plans d’urbanisme, d’aménagement, de transport, d’équipement, pour l’encadrement d’études prospectives (cf. tableau 1). Les interventions de l’institut ont adopté des formes différentes : expertise de courte durée, mission longue pendant plusieurs années, envoi de conseillers techniques, formation de techniciens locaux ou encore aide au montage de nouvelles structures d’études (voir en particulier E. Denis, 1995 ; F. Awada, 1991 ; J.-L., Pagès 1999).

4Pour les projets du Caire, l’IAURIF a travaillé avec trois partenaires principaux qui représentaient les acteurs centraux de l’aménagement de l’agglomération :

  • 1  Les waqf-s sont des fondations religieuses (ou familiales) qui gèrent un patrimoine foncier ou imm (...)

5- Le ministère du Développement et des Nouvelles communautés, du Logement et de l’Equipement : Ce ministère a des responsabilités en matière de planification urbaine. Au sein de ce ministère a été créé le General Organization for Physical Planning (GOPP). D’autres ministères interviennent dans ce secteur, notamment le ministère des Transports et le ministère du Tourisme. Le ministère des Waqfs1 joue un rôle particulier dans la mesure où il a la charge de la préservation d’une part importante du patrimoine de la vieille ville islamique. Il partage cette responsabilité avec l’administration des antiquités.

6- Le General Organization for Physical Planning (GOPP) : cet organisme a en charge la politique nationale de planification spatiale (propositions de mesures réglementaires, de plans d’urbanisme, de politique de logement…). Toute approbation locale ou ministérielle doit lui être soumise préalablement. Il est chargé de la réalisation des études du schéma directeur et de la conduite des études d’urbanisme pour le Grand Caire. Il dispose depuis sa création de l’autonomie financière. Il a pris l’initiative au début des études du schéma directeur (piloté par l’IAURIF), de créer et d’animer le Prime Consultancy Committee qui réunit les représentants des différents ministères et quelques personnalités qualifiées. La mise en œuvre des plans d’urbanisme ne dépend pas du GOPP mais des autres départements du ministère (transports, espaces verts…), d’autres ministères et des Gouvernorats. Les compagnies de développement et des compagnies de construction sous tutelle de l’Etat (structures d’économie mixte) sont responsables des opérations d’aménagement.

7- Les gouvernorats : ils sont une partition administrative du Grand Caire (au nombre de trois). Chaque gouvernorat dispose d’une assemblée locale élue et d’un comité exécutif désigné par le gouverneur ; mais, comme aucune instance globale d’exécution n’existe au niveau de l’agglomération, c’est à l’Etat, en définitive, que revient l’essentiel des décisions. Les Gouvernorats, dont les gouverneurs sont nommés par le Président de la République, ont la responsabilité de la gestion quotidienne administrative et technique, l’application et le contrôle des règlements d’urbanisme et de construction.

8Au Liban, l’IAURIF a travaillé avec deux partenaires en particulier qui, eux aussi, sont au centre des actions d’urbanisme et d’aménagement dans le pays :

9- La Direction Générale de l’Urbanisme (DGU) : Elle a en charge toute la planification des sols et l’assistance aux projets municipaux.. Elle a été en particulier responsable des schémas d’aménagement de la région métropolitaine de Beyrouth, pendant la guerre civile. Ses antennes régionales est également chargée de l’étude et de la délivrance de la plupart des permis de lotir et construire dans la plupart des municipalités (à l’exception de la commune de Beyrouth et de quelques groupements municipaux), ce qui constitue un volume de travail quotidien important.

10- Le Conseil de Développement et de Reconstruction : le CDR est un organisme public bénéficiant de l’autonomie financière et administrative. Il est sous la tutelle de la Présidence du conseil. Il constitue le principal opérateur public dans le domaine de l’aménagement.. Il a été chargé de réaliser ou de piloter différentes études sur la capitale et les régions libanaises. Il est considéré comme le maillon essentiel dans les coopérations et les échanges avec les autres pays ou les organismes internationaux, et assure notamment la collecte et la répartition des financements extérieurs.

Tableau n°1 : liste récapitulative des principales interventions de l’IAURIF en Egypte et au Liban

Dates

Etudes

Etudes au Liban

1971-1979 

Appui technique pour le cadrage du SDAU- Beyrouth

1983-1986 

Etude du Schéma directeur de la région métropolitaine de Beyrouth

1988 - 1990 

Etude sur le développement de la région centrale du Liban

1990

Expertise Densification et accessibilité du centre-ville de Beyrouth 

1992

Pilotage du concours international de réaménagement du Bois des Pins

1992 - 1994 

Schéma d’aménagement pour la reconstruction de l’ancienne ligne de combats

1994 - 1995

Etude du plan de transport du Grand Beyrouth

1994

Etude d’un plan d’aménagement des centres secondaires de Hazmieh et de Laylake

1995

Mise en œuvre du plan d’actions immédiates par l’appui à la mise en service de lignes de transport collectif

1996 - 1997 

Etude d’aménagement, de protection et de développement du littoral libanais.

1998

Réforme des finances locales/municipales

1999 

Programme régional de développement économique et social du Sud-Liban

2002-2004

Etude du Schéma d’aménagement du territoire

Etudes en Egypte

1981 - 1983

Etude du Schéma directeur du Grand Caire

1983-1984 

Schéma directeur terminé, trois études à caractère plus opérationnel

1985-1986 

plan guide au 1/25000 de l’agglomération et schéma d’organisation de l’ensemble des new settlements

1987-1988 

Propositions de réorganisation urbaine et d’identification de projets de développement de deux secteurs homogènes Giza et le Caire-Centre

1989

schéma de protection de zones agricoles proches de la ville, plan d’urbanisme et l’étude de faisabilité d’un New Settlement à l’ouest du Caire, préparation de différents projets de réhabilitation de la vieille ville islamique

1990

Analyse d’occupation du sol du grand Caire par satellite SPOT

1991 

Plan d’urbanisme préparant la mise à l’œuvre de mesures de protection de l’île de Zamalek ; projet sur le plateau du Fustat.

1992-1993 

Etudes de détails choisis pour leur valeur exemplaire pour chacun des Gouvernorats du Grand Caire (Sayeda-Zeinab, Gare de Giza, Qualubia)

1994

Etude de faisabilité d’un système de récupération des eaux

1999 

Mise à jour du schéma directeur du Grand Caire

1998 - 1999

Appui technique à la SYSTRA pour l’Etude de faisabilité de la ligne n°3 du métro du Caire

Source : T. Souami à partir entretiens et publications IAURIF

11Au cours de l’année 2001, nous avons interrogé une trentaine d’urbanistes et de spécialistes locaux sur ces études et ces interventions françaises. Nous avons tenté de capter leur point de vue sur le déroulement des projets menés par l’IAURIF au Caire et à Beyrouth et leurs empreintes sur les pratiques locales.

12Les entretiens avec les urbanistes égyptiens et libanais ont permis de relever des échanges qui ont beaucoup varié dans leur ampleur, contenu et incidences. Ils ont concerné des cercles parfois larges et d’autres fois restreints de spécialistes locaux. Ils ont laissé des traces variables dans le milieu local et ses pratiques. Par exemple, les schémas directeurs de Beyrouth et du Caire ont marqué l’histoire locale de l’urbanisme alors que les études thématiques ont peu retenu l’attention des urbanistes locaux. Ces entretiens ont par ailleurs souligné le parallèle entre ces grandes variations dans les échanges et les évolutions des rapports directs entre urbanistes français, libanais et égyptiens.

Les ressorts des relations et des échanges entre urbanistes

13Les entretiens réalisés au Liban, en Egypte et en France indiquent quatre voies principales par lesquels se construisent les relations directes entre urbanistes. Ces relations entre professionnels de la ville :

14empruntent les voies des liens interpersonnels, des rencontres communes ou des histoires (de projets, d’urbanistes, d’écoles) pouvant être partagées ;

15font appel à une communauté de destin et surtout de position dans la société ;

16se fondent sur la conscience d’une histoire commune du métier, de sa naissance, de ses grands personnages, de ses projets repères, etc. ;

17jouent sur les proximités d’approches politiques et des modes de faire.

18Chacun de ces ressorts relationnels entre urbanistes a des effets complexes sur la circulation des idées et de pratiques en urbanisme.

L’interconnaissance : première condition de l’appartenance au milieu et de l’échange entre urbanistes ?

  • 2  Cette problématique est introduite par Claude, 1997.

19Les interviewés ont exprimé un sentiment d’appartenance à un « groupe » de professionnels ou spécialistes de l’urbanisme2. Les contours de ce groupe ne sont pas clairs et renvoient à différentes modalités d’identification. Ce sentiment se construit d’abord dans le rapport interpersonnel et fait appel à des modalités de reconnaissance entre individus.

20Les amitiés d’écoles et d’universités sont ainsi évoquées, les relations communes sont convoquées pour dire les proximités ou enclencher des affinités entre spécialistes. Les camarades de promotion de l’Ecole nationale des ponts et chaussées (ENPC), Français et Libanais, ont souvent été à l’origine des études réalisées par l’IAURIF au Liban. Ce fut particulièrement le cas pour le début du schéma directeur de Beyrouth. Pierre El Khoury, alors ministre des Travaux Publics, sollicite cette étude suite à des contacts et des échanges avec des professionnels français rencontrés à l’Ecole nationale des ponts et chaussées (ENPC). Dans cette étude, Mohamed Fawaz, directeur général de l’urbanisme à cette époque, retrouve des collègues ingénieurs formés comme lui à l’Ecole nationale des Ponts et Chaussées pendant les années 1950. Il croise ainsi Pierre Merlin qui a été directeur des études et de la recherche à l’IAURIF au cours des années 1960 et professeur à l’Institut français d’urbanisme, a été consulté à plusieurs reprises pour des études sur le territoire libanais et sur l’introduction de l’enseignement de l’urbanisme au Liban. Mohamed Fawaz retrouve un autre diplômé de l’ENPC : Jacques Pietri, directeur de la division aménagement à l’IAURIF et responsable de la mission IAURIF à Beyrouth en 1983.

21Des relations indirectes, comme le passage par les mêmes structures de formation ou les mêmes bureaux d’études, jouent souvent dans la construction de liens directs. Ainsi, la venue des experts français en Egypte est-elle liée au déplacement des Egyptiens dans certains lieux de formation en France (Institut Géographique National, Institut Français d’Urbanisme, Institut d’Urbanisme de Paris). Al Hussayni Omar, consultant auprès de l’IAURIF lors de ses études sur Le Caire, a retrouvé, à cette occasion, des experts français qui ont connu comme lui les enseignements de l’Institut d’Urbanisme de Paris. Avant de travailler ensemble sur l’urbanisation de la capitale égyptienne, Ali Radwan Radwan, Town Planner au GOPP, Jean-Louis Pagès chargé de mission IAURIF au Caire au début des années 1990, avaient pratiqué l’Institut Français d’Urbanisme comme conférenciers à des périodes différentes de leurs parcours.

22De là, les renvois à des histoires connues permettent de construire d’autres types de rapports directs. Ainsi, la référence à des formateurs ou des enseignants communs a rapproché plusieurs opérationnels français et libanais. Les noms de P. Merlin, G. Burgel ou encore de M. Roncayolo ont ainsi été un vecteur de rapprochement entre les techniciens de nationalités et de formations différentes. Tous les interviewés ont décrit les anecdotes, les réputations des enseignants communs, les petites histoires personnelles comme un moyen de nouer des liens et de faciliter les contacts. Le caractère anecdotique de ces échanges n’en réduit pas pour autant le rôle dans les circulations d’idées. Ces échanges portent une partie de ces diffusions d’informations ou de connaissance. Ils résument parfois, schématiquement, des doctrines et des postures de travail en urbanisme.

23Tous ces mécanismes subtils de reconnaissance interpersonnelle ont été explicitement décrits ou implicitement évoqués par les interviewés. Ils ont aidé àla circulation des idées en y préparant les esprits et en réduisant les distances culturelles. En retour, ces idées mises en partage viennent tisser, au-delà des échanges intellectuels abstraits, de l’interconnaissance et des affinités personnelles. C’est en cherchant de nouvelles idées dans les universités du nord que des interconnaissances se sont nouées ; c’est en venant échanger les expériences dans le sud que les rapports entre individus du même monde professionnel se sont consolidés.

« La position sociale de l’urbaniste » : une communauté de destin qui justifie les circulations d’idées

24Le sentiment d’appartenance à un groupe professionnel particulier renvoie également à une sorte de communauté de destin ou de communauté de la position socio-politique. Les spécialistes de l’urbanisme semblent se reconnaître les uns les autres comme proches par la similarité des contraintes et des conditions d’exercice du métier.

  • 3  Nous avons retrouvé ces termes ou leurs équivalents chez la majorité des interviewés, français, li (...)

251. Les membres de cette communauté se construisent une représentation commune des jeux d’acteurs et de leur propre rôle dans ceux-ci. Ils pensent devoir faire face à d’autres groupes sociaux et se considèrent à l’articulation de ces groupes dans l’action sur la ville. Ils se reconnaissent proches, car ils traitent et doivent composer avec les politiques, leurs “ exigences ”, “ méconnaissances ”, “ empressements ” ou au contraire leur “ lenteur ou manque de volonté ”3... Ils s’estiment engagés vis-à-vis des habitants pour imaginer leur besoin ou les préfigurer, pour faire face à leur “ exigence ou résistance ”, “ opposition ou ignorance ”... Ils se considèrent chargés de trouver des termes et des propositions conciliant les attentes et les revendications de tous ces groupes.

262. L’idée de communauté de spécialistes est également liée au sentiment commun de devoir faire face à des contraintes similaires et récurrentes dans la pratique du métier. Ces contraintes sont régulièrement rappelées dans les interviews : “ les limites des moyens ”, “ les contraintes à l’innovation ou à la créativité ”, “ la rapidité de production des études ”, “ les frustrations dans la non-mise en œuvre ”, “ les coupures et discontinuités des politiques ”, “ les lourdeurs administratives... ”.

27Cette communauté de destin et de contraintes est ainsi affirmée par les interviewés au-delà de leurs différences sociales, politiques ou communautaires. En Egypte où les disparités sociales sont importantes, M. Rhaggeh ingénieur de renom et dirigeant un bureau d’études prospère, faisait part des mêmes difficultés de travail que son collègue A. Radwan, modeste architecte, fonctionnaire au sein du GOPP et du ministère de l’Habitat. Dans un Liban marqué par les césures confessionnelles, Pierre El Khoury (chrétien), Mohamed Fawaz (chiite) et Assam Salam (sunnite), ingénieurs et architectes qui ont marqué l’histoire urbanistique locale, revendiquent les mêmes contraintes dans l’exercice de leur métier. Tous se situent, de différentes manières, dans des positions sociales d’urbanistes, comparables à celles de leurs collègues français. Cette communauté se construit en fait relativement tôt dans l’histoire égyptienne (E. Longuenesse, 1995, M. Volait, 2005) et libanaise (E. Verdeil 2002).

28Toutefois, ce sentiment de communauté de destin n’opère pas systématiquement. La position sociale et les contraintes d’exercice professionnel varient d’un contexte à l’autre, et parfois dans un même contexte. Au Liban où l’action publique est plus timorée, les professionnels français ont parfois eu des difficultés à retrouver cette similarité des contraintes. Leurs collègues libanais devaient articuler une commande publique faible avec les pressions des marchés immobiliers et les intérêts privés des particuliers. Ainsi, Libanais et Français se sont reconnus des contraintes communes et une position sociale comparable plutôt à l’occasion des études publiques majeures confiées à l’IAURIF (schéma directeur de Beyrouth, Plan de développement du Sud Liban, etc.). En revanche, ces rapprochements ont été plus rares dans le cadre de commandes privées ou de grands projets urbains de particuliers (reconstruction du centre de Beyrouth).

29Au cours des années 1980, la « position sociale de l’urbaniste » et ses contraintes en Egypte comme en France sont similaires : une présence forte de l’Etat et des pouvoirs publics, une demande sociale pressante. Ces similarités ont facilité les rapprochements entre les urbanistes français et égyptiens sur les principes d’interventions urbaines. Progressivement, les changements intervenus dans les deux contextes nationaux introduisent des divergences notables et effilochent ce sentiment de communauté de destin. La décentralisation en France confirme les collectivités locales dans le paysage de travail et de décision des urbanistes. Or, en Egypte, les gouvernorats ne sont pas des acteurs autonomes dans l’élaboration des projets d’urbanisme (ils le deviendront progressivement à la fin des années 1990). Parallèlement, la libéralisation de l’Egypte introduit les promoteurs immobiliers comme opérateurs majeurs et soumet le travail des urbanistes à leurs exigences. Les professionnels français, notamment ceux de l’IAURIF, se reconnaissaient difficilement dans cette configuration de contraintes et de décision.

30En fonction de ces proximités de contraintes et de position sociale, les échanges et les circulations d’idées connaissent des hauts et des bas, voire des blocages. Ainsi, les difficultés dans la collecte de l’information et son traitement vont faciliter la diffusion des Systèmes d’informations géographiques (SIG) et plus largement l’utilisation des outils informatiques dans la production des études urbaines. Pour autant, cette proximité de contraintes n’est pas systématiquement porteuse de circulation des idées. En effet, une majorité d’urbanistes interviewés a exprimé de grandes frustrations sur les limites, voire l’impossibilité, d’utiliser, reproduire et continuer ces différents éléments retenus de leur expérience personnelle constituée lors des études IAURIF. “ Quelque part on se soumet le plus souvent à la masse ” affirme un interviewé. Ils se disent pour la plupart confrontés aux habitudes et aux automatismes de leurs collègues qui continuent à agir selon des repères anciens. La communauté de contraintes qui les réunit ne suffit donc pas à diffuser au-delà des premiers maillons de la circulation des idées et de pratiques.

31Ceci se vérifie en particulier dans le cas du GOPP. Ce dernier a peu capitalisé les expériences communes vécues et menées avec les experts de l’IAURIF. Les administratifs comme les observateurs extérieurs notent unanimement que les méthodes de cet organisme demeurent inchangées depuis les années 1960. Son objectif et son rôle restent la production de plans d’urbanisme et d’aménagement d’une manière quelque peu centralisée. Ces plans sont produits suivant les mêmes étapes et contenus : diagnostic démographique et spatial, projection des croissances urbaines et programmations spatialisées des équipements, affectations des territoires selon le principe du zoning... Le travail sur la base de larges groupes pluridisciplinaires encouragé par l’IAURIF a été peu reproduit.

Quand les idées en circulation deviennent l’histoire partagée du métier

  • 4  Comparaison, rapprochement et filiation explicités lors d’interviews.

32Le rapprochement entre professionnels de l’urbanisme naît également de la conscience que la conception des villes relève d’une histoire spécifique et commune. Cette histoire transparaît dans les références faites à des personnages, des événements, des villes, des projets qui ponctuent les évolutions de la pratique. Elle est parfois l’objet de récits qui lui sont consacrés. Ponctuellement, des éléments de cette histoire émergent dans les interviews pour retracer des lignages d’urbanistes, de projets ou d’actions. Ils sont convoqués pour évoquer des significations plus larges. Ainsi, pour dire l’importance du projet de reconstruction du centre de Beyrouth, on le compare au site de La Défense à Paris avec ses millions de mètres carrés ; pour situer la doctrine de l’équipe d’ingénieurs du GOPP au Caire, on la dit héritière des traditions de l’urbanisme socialiste et de la doctrine fonctionnaliste des Congrès Internationaux d’Architecture Moderne (CIAM).4

33Le récit implicite ou explicite de cette histoire regroupe des individus autour de débats communs. Peu importe que l’on rejette ou l’on retienne tel moment, telle référence ou tel personnage. L’important est qu’ils soient connus par tous les membres de cette communauté et qu’il fasse partie de leur passé commun. De cette manière, une autre histoire que celle de la nation, d’un peuple ou d’une entité économique permet de construire des continuités entre des personnes et des groupes travaillant sur la ville.

34Cette histoire commune, en rapprochant les urbanistes, porte des circulations d’idées et de modèles au-delà des spécialités, des disciplines d’origines et des inscriptions institutionnelles. Toutefois, elle n’est pas accessible à tous de la même manière et n’est pas partagée au même degré par tous les urbanistes. Cette histoire commune ne construit donc pas des liens systématiques entre tous les urbanistes. Elle n’est pas mobilisée de la même manière par les professionnels de la ville dans leurs échanges. Elle porte des circulations d’idées et de pratiques qui varient selon les situations.

35Au Liban et en Egypte, deux ensembles d’urbanistes se distinguent : un premier est constitué de professionnels dont la connaissance de l’histoire commune est lacunaire, un second ensemble est composé de spécialistes au fait de cette histoire et de ces récits. Ces deux ensembles correspondent à deux paliers de diffusion des idées et des techniques de l’urbanisme au sein des milieux professionnels.

36Le premier ensemble est constitué de praticiens agissant exclusivement dans des secteurs spécifiques : architecture, ingénierie des infrastructures, ingénierie des transports, gestion des services urbains, aménagement régional, opérations immobilières... Ces praticiens qui opèrent sur l’espace de la ville ont une connaissance partielle des plans d’urbanisme et de leurs auteurs, des outils d’intervention opérationnels et de leurs usages, des procédures légales et de leurs conditions de promulgation, des projets urbains et de leurs histoires. Ils captent une partie des idées en circulation et des modèles en discussion en matière d’urbanisme. Ils centrent leurs intérêts, leur curiosité et leur horizon d’investigation sur leur secteur d’intervention spécifique (transport, habitat, services urbains, etc.)

37Un second ensemble d’“ urbanistes ” est constitué d’observateurs, de praticiens et de personnes participant à l’élaboration de décisions qui concernent l’urbanisme, en particulier l’élaboration de plans. Ils adoptent une vision plus large, une réflexion globale et non sectorielle sur la ville. Cette catégorie, en particulier, connaît l’existence des plans et leurs contenus, les études urbaines et leurs conditions de production, les enjeux d’aménagement de leur ville et les débats urbanistiques dans leurs pays. Ils en connaissent les auteurs, les conditions de production et de mise en débat. Ils situent leurs enjeux dans la succession des travaux urbanistiques réalisés depuis les années 1950 et 1960.

  • 5  Pour connaître tous les réseaux ici entrevus, une vraie archéologie des relations et des rapports (...)

38Ce deuxième ensemble est socialement et institutionnellement reconnu comme dépositaire d’une certaine mémoire de l’urbanisme local. Cette position a une première manifestation pratique qui démontre en même temps son importance : ces urbanistes, « gardiens de l’histoire locale », possèdent dans la plus part des cas l’essentiel des informations et des données produites sur les villes en Egypte et au Liban. A la différence des administrations théoriquement dépositaires de ces informations, ils les gardent ou en sauvegardent la trace dans leurs réseaux. Etudes urbaines anciennes, études statistiques ou démographiques, mémoire ou notes de synthèses constituent la partie physique et émergée de cette mémoire. Ainsi, tout organisme qui produit une étude sur Beyrouth ou Le Caire finit par repasser par ces gardiens de la mémoire. L’IAURIF comme beaucoup d’autres bureaux d’études ont fait appel à ces spécialistes de la ville, pour mobiliser des informations et parfois retrouver des études produites quelques années auparavant sur le même contexte. Ces “ spécialistes ” sont également mobilisés pour identifier les sources possibles de renseignements dans les organismes officiels. En Egypte, pour obtenir les données statistiques, iconographiques ou géologiques nécessaire à son travail, l’Institut a fait appel à des universitaires ou des professionnels spécialistes de l’urbanisme au lieu de transiter par ses partenaires directs, au sein du GOPP. Les urbanistes, enseignants ou chercheurs, sollicités par l’IAURIF, utilisaient leurs réseaux universitaires et professionnels pour obtenir ces données rapidement. Ils mobilisaient le réseau de spécialistes qui détient une grande partie de la mémoire urbanistique locale, d’une manière éparse et fragmentaire pour les uns, plus synthétique et réflexive pour d’autres5.

39Cet ensemble d’urbanistes locaux, gardiens de la mémoire, construit en fait cette position dans le milieu. Pour cela, ils mobilisent les ressources méthodologiques, institutionnelles et sociales de l’université. Beaucoup sont associés à des enseignements au sein de formations partiellement ou totalement dédiées à l’urbanisme et à l’aménagement. D’autres encore sont membres de groupes et d’institutions de recherche. Beaucoup ont poussé leurs études au-delà des matières et des diplômes indispensables à la pratique même. Ainsi, certains ont préparé et obtenu des masters, DESS, DEA, magister voire des doctorats ou des PhD (en France, en Grande Bretagne ou aux Etats-Unis).

40Plusieurs exemples illustrent ce type de profil. En Egypte, Ragueh Abou Zayd, ingénieur-urbaniste, docteur en Urban planing, a été directeur du centre de recherche sur la construction et le logement (Egypte), membre de l’ordre des ingénieurs, directeur d’une agence d’études urbaines et techniques au Caire. Il enseigne à l’université du Caire et constitue une figure historique du milieu des ingénieurs civils égyptien. Issue de la génération suivante, Hoda Edward Mikhail est General Manager of Physical Planning Center for Greater Cairo Region, PhD en urban planning aux Etats Unis. Elle est associée aux enseignements de l’Université Américaine du Caire. Elle demeure une des personnes références dans la connaissance de l’histoire de l’urbanisme au Caire.

41Au Liban, Assem Salam, architecte et ingénieur francophone, mais formé en Grande Bretagne, a construit une carrière professionnelle (prestigieuse) comme architecte libéral. Il a enseigné à l’Université Américaine de Beyrouth avant et durant la guerre civile. Il a fait partie du conseil de la planification pendant les années 60. Il a été membre du conseil supérieur de l’urbanisme durant les années 1960 et après 1991. Il a occupé la présidence de l’ordre des ingénieurs et architectes du Liban (30.000 membres approximativement), entre 1995 et 1998. Il fut un des principaux opposants des projets de reconstruction du centre-ville et d’une manière générale aux projets portés par le Premier minsitre Rafik Hariri. Ce parcours le situe parmi les urbanistes qui connaissent le mieux l’histoire de l’urbanisme au Liban et ses réalisations.

42De la génération suivante, Wafa Charaffeddine est architecte, diplômée de l’Université Américaine de Beyrouth. Elle a obtenu un doctorat d’aménagement à l’université de Paris IV. Membre de l’équipe franco-libanaise chargé de l’étude du Schéma directeur de Beyrouth entre 1983 et 1986, elle est actuellement chargée de mission au CDR et continue à gérer les programmes internationaux au sein de cet organisme. Elle est également en charge des questions d’aménagement du territoire. Associée aux enseignements de nouveaux masters d’urbanisme au Liban, elle fait partie de la nouvelle génération d’urbanistes libanais au cœur des débats et des idées en matière de fabrication de la ville.

43Ces urbanistes, « gardiens de la mémoire urbaine locale », fondent ainsi une partie de leur position en s’appuyant sur leurs liens avec l’université et l’enseignement. Ce lien leur permet de prendre des positions institutionnelles et sociales privilégiées pour observer le milieu et en capter les informations : collecte des études, réalisation d’enquêtes dans le cadre de mémoires ou d’ateliers, etc. Ces positions permettent en même temps de diffuser plus facilement et rapidement les idées. La direction d’une chaire, la co-responsabilité d’un cycle de conférences ou encore la contribution à des formations professionnelles sont autant de lieux stratégiques pour diffuser les idées. Le lien avec l’université permet également d’en mobiliser les moyens de connaissance et de diffusion : publications, productions d’écrits, organisations de colloques, enseignements généraux, etc. Enfin, l’intégration continue à l’université permet de mobiliser les outils méthodologiques de la construction de la connaissance et de sa diffusion. Une grande partie des urbanistes ont ainsi été formés à la production d’écrits et de communications pouvant s’adresser à des professionnels comme à des chercheurs.

44Ces spécialistes se sont donnés ainsi les moyens de construire une connaissance et des récits de la mémoire de l’urbanisme local. Ils l’explicitent en quelque sorte ou en rendent visibles certaines manifestations (en écrivant un livre sur l’histoire de Beyrouth ou de Tripoli, en publiant des articles sur les projets urbains en cours...). P. El Khoury, architecte-ingénieur de renom a publié un ouvrage sur ses réalisations et ses approches tout au long de sa carrière (P. El Khoury, 2000). J. Tabet, architecte-ingénieur libéral, a publié plusieurs articles et livres dans des revues scientifiques ou grand public sur les projets urbains au Liban (J. Tabet 2001). E. El Achkar, urbaniste à la municipalité de Beyrouth, a publié un ouvrage sur la réglementation urbaine libanaise (E. EL Achkar, 1998). En prenant pour objet de discours et de réflexion l’histoire de leur propre milieu, en discutant ses pratiques, ses choix et ses débats, ils sont dans la position des gardiens du passé et des repères.

  • 6  Parmi ces gardiens de la mémoire urbanistique locale, certains ont revendiqué des héritages allant (...)

45Partant de là, ces « gardiens de la mémoire » jouent un rôle particulier dans la circulation et la diffusion des idées, des modèles et des préceptes. Ils ne les diffusent pas toutes d’une manière neutre et égale, mais en filtrant et en déformant selon les particularités des débats où ils situent (la réappropriation des questions de patrimoine bâti au centre de Beyrouth au moment de sa reconstruction l’illustre, N. Beyhum, 1999)6. Ils constituent par ailleurs une tête de pont vis-à-vis des milieux internationaux de l’urbanisme et de l’aménagement. Leurs parcours universitaires et professionnels les y aident et encouragent.

Partager des approches politiques de l’urbanisme et des modèles urbanistiques

46Dans les coopérations techniques internationales, la mobilisation d’experts étrangers est souvent justifiée par leur neutralité politique en plus de leurs compétences techniques. Ce fut le cas pour l’IAURIF au Liban (E. Verdeil, 2006) et au Caire. Cette neutralité politique de l’expert lui permettrait d’énoncer un point de vue qui ne pourrait être mis en cause par les différents adversaires qui peuvent, notamment, s’opposer sur certains choix urbains.

47Les entretiens réalisés avec les urbanistes libanais, égyptiens et français font apparaître des affinités en matière politique qui sous-tendent les coopérations mises en place et les échanges qui peuvent parfois en découler. Quand les urbanistes s’accordent ou s’opposent sur les approches politiques de l’urbanisme, ils facilitent ou bloquent la diffusion des idées en matière d’urbanisme. En fonction de ces proximités politiques, les urbanistes filtrent, rejettent et parfois réorientent les idées de leurs pairs.

48Les « approches politiques de l’urbanisme » désignent la place accordée à l’urbanisme dans la mise en oeuvre d’un projet politique et d’un projet de société. Elles orientent d’une manière significative les outils et les méthodes d’aménagement urbain mobilisés, leurs utilisations et leurs interprétations.

49De prime abord, deux approches politiques de l’urbanisme transparaissent au Liban et en Egypte. Dans la première approche, les urbanistes libanais et égyptiens formés en France insistent sur l’obligation d’affirmer les pouvoirs publics comme principaux maîtres d’ouvrage de toute action d’envergure urbaine. L’urbanisme est considéré comme un domaine de l’action publique et un outil de la puissance publique pour mettre en œuvre ses politiques. Ces professionnels présentent une plus grande sensibilité aux questions de réglementation et aux outils de planification de l’urbanisme. Ces urbanistes insistent sur la nécessité de constituer des sociétés foncières ou immobilières publiques ou para-publiques pour mettre en œuvre les projets. Dans la seconde approche, les professionnels libanais et égyptiens formés dans les réseaux anglo-saxons paraissent davantage préoccupés par la dynamisation de l’investissement privé dans le secteur urbain et immobilier. Ils s’intéressent davantage aux systèmes de régulation économique capables d’équilibrer les intérêts des particuliers et ceux de la collectivité.

50Les proximités politiques entre urbanistes s’organisent d’abord autour de ces deux grandes approches. Par exemple, les urbanistes français et libanais ont trouvé des repères politiques et urbanistiques communs à travers les études IAURIF au-delà de leur nationalité (française, libanais, égyptienne, britannique), de leurs disciplines (architecte, géographe, ingénieur), de leurs métiers (concepteur, gestionnaire, conseiller, universitaire) ou de leurs cursus universitaires (anglo-saxon, francophone). Ces études correspondaient à une vision de l’urbanisme comme action d’organisation et de planification du territoire menée par les pouvoirs publics. Tous les experts libanais ne s’y sont pas retrouvés. Certains s’y sont opposés considérant que ces plans directeurs d’urbanisme étaient inutiles dans un pays dépourvu d’un Etat fort capable de mettre en œuvre ces plans.

51Ces proximités politiques croisent en fait d’autres affinités professionnelles. Les opinions politiques trouvent des traductions plus complexes à travers des conceptions urbanistiques. Parmi ces conceptions, quatre doctrines sont récurrentes et structurent les débats locaux en Egypte et au Liban :

52- L’urbanisme comme outil de l’action politique volontariste. Dans cette conception, l’enjeu est l’assise même de la politique comme expression d’une volonté à faire advenir une société. La volonté politique est ici associée à l’existence d’un pouvoir public, en particulier d’un Etat central. L’action sur la ville est alors abordée comme un domaine majeur par lequel se construit l’action politique, publique et étatique. De cette conception, découle une panoplie d’instruments de l’urbanisme : les lois, les règlements, les organismes chargés de la gestion de la ville, les modalités de participation des habitants. Plusieurs extraits du même entretien illustrent cette conception : “ Les politiques libanais ne savent pas ce qu’ils veulent. Sans quoi, on aurait un urbanisme au Liban. Bon, il existe des plans correctement faits mais ils ne servent à rien si les politiques ne veulent pas intervenir... On laisse les promoteurs agir car ils pèsent sur l’économie nationale, mais aussi parce qu’ils ont des relations... Le seul moment où on a eu un vrai débat, ce fut pour le centre-ville de Beyrouth. Tous les citoyens étaient au courant. Les journalistes écrivaient... Le centre-ville a été fait parce que l’on a mis en place un outil pour cela : la société des propriétaires. ”

53- L’urbanisme comme outil de développement économique. Dans cette conception, les mécanismes économiques sont situés au centre du regard porté sur les villes et la société. Ces mécanismes économiques sont considérés comme le moteur de l’évolution des sociétés et de leur environnement urbain. Ils sont à accompagner, à encadrer ou à réguler, et surtout à maintenir et soutenir. Ils sont ainsi liés aux questions de droit, notamment des droits de construction. Ils sont également mis en rapport avec l’évolution des plans de transport ou encore les schémas de services urbains.

54- L’urbanisme comme création d’un paysage ordonné. Cette création est liée une mise en ordre de la société et de son fonctionnement. Pour les adeptes libanais et égyptiens de cette conception de l’urbanisme, l’aménagement d’un territoire urbain ordonné aiderait à réduire le caractère chaotique de leur société : les initiatives fragmentaires des propriétaires à Beyrouth s’inséraient dans un cadre (formel et social) unifiant, les milliers d’autoconstructeurs des quartiers informels cairotes s’intégreraient dans un ensemble (urbain et social) moins disparate. Le paysage ordonné est ainsi rapporté à la réalisation de plans détaillés et parfois à des techniques de gestion. “ Regardez le centre ville de Beyrouth maintenant, nous confie-t-on dans un entretien, vous avez des bâtiments avec des ordonnancements... au bout de la rue vous voyez un bâtiment dessiné pour finir la perspective. Vous n’êtes pas dérangés par l’ensemble. Les regards sont dessinés. L’alimentation en eau, l’électricité, les poubelles sont pris en compte dès le départ. C’est ça qui a fait le succès du centre-ville auprès des acheteurs, des promoteurs et des responsables politiques ”.

55- L’urbanisme comme moyen pour accompagner les changements de la société. A la différence de la première conception volontariste, l’urbanisme n’est pas un outil au service de la volonté politique, principalement publique. L’urbanisme est plutôt un domaine d’action permettant d’adapter le territoire à des transformations socio-économiques que les urbanistes et les politiques ne souhaitent pas maîtriser ou endiguer. Cette conception accorde une importance particulière aux notions de processus et d’accompagnement. Elle focalise sur les outils procéduraux qui ne projettent pas une image de la ville ou de la société à faire advenir, mais facilitent les transformations de la société et de ses territoires. L’action sur la ville passe ici par des organismes opérationnels, des règlements ou des conventions encadrant l’aménagement urbain. Ces instruments sont considérés comme modalité de construction des compromis.

56Les urbanistes locaux interviewés ne sont pas réductibles à ces conceptions et n’y adhèrent pas exclusivement. Aucun urbaniste ne vise uniquement la planification des changements sociaux ou la production de formes ordonnées du paysage urbain. Ces professionnels se fondent sur ces doctrines pour se construire des approches plus complexes empruntant aux autres doctrines selon les circonstances et l’évolution de leurs connaissances ou de leur carrière.

57Les quatre doctrines résumées ci-dessus structurent les débats autour de l’urbanisme. Elles deviennent clivantes et désignent des groupes d’urbanistes différents lors des confrontations autour de questions urbaines précises. Les oppositions entre les tenants de chacune de ces doctrines peuvent être alors profondes. Ainsi, pour la reconstruction du centre de Beyrouth, les conceptions se sont affrontées afin de définir les priorités : créer un nouveau paysage du centre ou réaliser une opération immobilière rentable ? La construction des new settlements au Caire a vu les tenants de l’aménagement public par la construction de logements sociaux échouer face aux partisans d’un urbanisme privé visant une population riche et un habitat de haut standing (Jossifort, 1997, Florin, 2005)

58A l’occasion de ces oppositions, les approches politiques de l’urbanisme créent des proximités entre certains urbanistes. Elles en éloignent d’autres. Elles deviennent un point de circulation, de blocage, de filtrage ou de réinterprétation. Deux exemples illustrent ce fonctionnement complexe des proximités politiques dans la circulation des idées.

59En 1992, l’IAURIF a été sollicitée par Solidere (Société immobilière de rénovation du centre-ville de Beyrouth) pour arbitrer un différend avec son architecte concepteur du projet, Henri Eddé. Ce dernier, architecte vedette, ancien ministre des Travaux publics, membre d’une famille influente, refusait d’augmenter la densité de l’opération comme demandée par le promoteur. L’expertise de l’IAURIF devait valider ou invalider cette augmentation des densités. Suite à la réception de cette expertise dont le contenu est resté confidentiel, Henri Eddé a démissionné de sa mission auprès du promoteur. Ce dernier a augmenté les densités comme il le souhaitait. L’urbaniste libanais qui partageait avec les experts de l’IAURIF (Fouad Awada et Eric Huybrechts) l’idée d’un urbanisme où prime l’intérêt public, n’a pas accepté leur conception de la densité urbaine en centre-ville. Les urbanistes libanais de Solidere qui ne partageaient pas nécessairement le point de vue politique des experts français, ont retenu de l’expertise IAURIF le principe d’une densification sans construction de tours. En revanche, ils ont exfiltré les conditions de cette densification : la mise en place de transports collectifs en centre-ville, soumis à l’action d’une puissance publique forte.

60Le second exemple se déroule à la fin des années 1990. Les urbanistes français et égyptiens travaillaient alors sur la base d’un Etat capable de canaliser, voire juguler, les urbanisations illégales et ordonner la ville existante. Cette proximité politique a joué de deux manières dans la circulation des idées :

61concernant les extensions urbaines nouvelles, les experts français ont été marginalisés avec leurs collègues du GOPP adeptes des mêmes conceptions. L’orientation politique du ministère et du pays changea à la fin des années 1990 : les new settlements n’étaient plus des groupements urbains à vocation sociale. Ils étaient devenus des fronts d’urbanisation pour des classes moyennes et supérieures. De nouvelles doctrines politiques et urbanistiques gagnèrent l’acceptation ou l’adhésion du milieu égyptien : le new urbanism et la promotion privée véhiculés par des professionnels égyptiens formés au Etats-Unis ou inspirés par ces conceptions. Les parentés politiques entre professionnels de l’urbanisme égyptiens et professionnels français se transformèrent rapidement comme si elles étaient dictées par le revirement politique du gouvernement. Les liens déjà anciens entre les urbanistes locaux et américains trouvèrent une nouvelle traduction dans le rapprochement des visions politiques par delà les affinités techniques (anciennes). Pour autant, ces proximités politiques n’ont pas ouvert sur une diffusion sans limite de ces idées urbanistiques. Ces dernières ont été également filtrées et réinterprétées : du new urbanism, les professionnels égyptiens ont retenu plus particulièrement l’aménagement d’ensembles d’habitat fermés et paysagés (B. Florin, 2005). Les idées promues aux Etats-Unis sur la densification et la réduction des consommations de ressources ont été moins présentes dans les réalisations cairotes. Ainsi, la proximité politique avec les experts de l’IAURIF a ancré les urbanistes du GOPP dans une approche urbaine minoritaire et les a marginalisé dans le milieu des ingénieurs travaillant sur la ville. Les circuits de diffusion des idées créés autour de l’IAURIF sur la base d’une communauté de vue politique se sont ainsi transformés en « cul-de-sac ». Ainsi, les proximités politiques entre urbanistes n’échappent pas à la structuration du monde politique, ses concurrences et ses dominations, ses ouvertures ou son absence d’espace de débat et de discussions alternatives ;

62concernant la ville existante, les professionnels égyptiens ont favorablement accueilli les propositions des experts français pour restructurer certains quartiers du vieux Caire. En accord avec leurs collègues de l’IAURIF, ils situent l’Etat comme acteur central de cette approche, garant des héritages, et surtout seul capable de réguler la multiplicité des acteurs présents dans ces quartiers (A. Aboukorah, 2005). Pour autant, les urbanistes égyptiens reprennent plus difficilement à leur compte les approches du patrimoine urbain prônées par leurs collègues de l’IAURIF (M. Ismail, 2005). Ils demeurent centrés sur la restauration des monuments historiques et ne se réapproprient pas certains outils pour répertorier l’ensemble des éléments du patrimoine urbain (ordinaire). La position politique commune est traduite d’une manière plus élitiste par les professionnels égyptiens : l’Etat doit sauvegarder et valoriser le « patrimoine le plus noble et rare » ; il ne peut se préoccuper des ensembles urbains plus ordinaires occupés et utilisés quotidiennement par la population. Cette approche a connu une inflexion chez certains spécialistes égyptiens qui ont « exporté » leur savoir faire vers d’autres pays étrangers. Leurs interventions au Liban (restauration à Saida), à Amman ou encore à Bahrein, ont été réalisées pour le compte de fondations ou d’entreprises privées. Le rôle exclusivement attribué à l’Etat dans le contexte égyptien est alors facilement dévolu à des organismes privés et indépendants. Ainsi, la vision élitiste de l’action sur le patrimoine urbain prend l’ascendant sur la lecture étatiste et volontariste.

63Ces deux exemples montrent que les proximités politiques entre urbanistes ne surdéterminent pas les circulations des idées et des pratiques en urbanisme. Ces parentés politiques demeurent inscrites dans un complexe plus large et doivent être lues à la lumière de deux facteurs :

64le contexte politique et urbain local,

65les interprétations personnelles et individuelles des approches politiques.

66Les deux exemples cités plus illustrent le poids du contexte politique. Les enjeux économiques et les jeux politiques, dans un pays comme le Liban fonctionnant sur la rente foncière, différent de ceux qui prévalent en Egypte, où les investissements immobiliers se font par incitation publique et bancaire. L’articulation entre la création de nouvelles aires d’urbanisation et les procédures légales est également peu comparable en Egypte - avec son déficit de logements ou ses immenses terrains publics (dans le désert)- et au Liban - avec des biens publics minimes et en l’absence d’une politique d’habitat. Les parentés politiques entre urbanistes n’échappent pas à ces contingences et influent donc sur la circulation des idées d’une manière complexe. En fonction du système d’intérêts et de idées politiques dominantes, les professionnels tissent des liens avec des urbanistes partageant leur opinion politique ou au contraire provenant d’un autre bord politique (pour trouver des sources de légitimation). Ils réutilisent leurs idées ou les réinterprètent en fonction de finalités politiques et économiques particulières.

67Un professionnel ne construit pas son opinion à partir des seuls idéaux politiques, mais aussi en fonction d’une position au sein du milieu et de la société. Il convoque ou escamote ses parentés politiques en fonction de situations de décision concrètes. Professionnel en libéral ou dans l’administration, promoteur, conseiller, technicien..., chacun identifie des enjeux propres et juge par rapport à des perspectives et des expériences personnelles. Il combine ces registres différemment selon cette position et en fonction des changements de position. Par conséquent, il se réapproprie ou rejette les idées de ses collègues, qu’ils partagent ses opinions politiques ou qu’ils ne les partagent pas, et ce en fonction des perspectives personnelles et des opportunités de marchés.

68Au final, les parentés politiques, leurs instrumentalisations et leurs transformations stimulent des échanges d’idées et de modes de faire dont la trace est visible dans la durée. Elles ne font pas fonctionner les idées en urbanisme sur les seuls registres de la circulation, de la déformation ou du rejet. Les proximités politiques en resituant les urbanistes dans des perspectives sociales qui dépassent les limites de leur discipline stricto sensu, contribuent au travail de cumul des idées et des pratiques. Au-delà des liens qui se tissent et se défont sur la base de ces parentés politiques, des pratiques circulent et demeurent avec ou malgré leurs déformations. Ainsi, les oppositions urbanistiques les plus violentes et les innovations urbaines radicales qu’annoncent les professionnels pour répondre à des « choix politiques neufs », n’effacent pas les pratiques antécédentes et voisines.

69Les proximités ou les oppositions politiques entre les urbanistes peuvent se traduire en refus des idées adverses, mais ne produisent pas un rejet des pratiques provenant des adversaires. Cette distorsion entre le plan idéel et le plan de la praxis urbanistique conduit à une situation paradoxale : l’enchevêtrement complexe des parentés et des adversités politiques entre urbanistes produit une sorte de diffusion lente des pratiques qui s’accumulent et ne s’éliminent pas dans le jeu de succession des idées et des orientations politiques opposées.  

70Ainsi, les urbanistes rencontrés identifient trois grands types pratiques urbaines qui ont circulé et continuent à s’enrichir de nouveaux modes d’intervention :

71- la fabrication de plans et de schémas d’urbanisme constitue une activité centrale, dans le prolongement des approches classiques de la planification. Pour beaucoup de spécialistes locaux, elle constitue le cœur de la production urbanistique, même si, par ailleurs, ces plans connaissent des transformations dans leurs contenus. Au Liban en particulier, le développement économique et la sauvegarde du patrimoine culturel et naturel prennent une place plus grande dans l’exercice même de planification. Les études produites sur le développement économique du Sud Liban, sur le littoral et sur l’aménagement du territoire en témoignent (B. Cauchetier, E. Huybrechts, C. Thibault, 1999). En Egypte, les plans d’urbanisme conservent leur forme classique caractérisée par l’usage de la programmation statistique et le zoning spatial ;

72- les grands projets urbains sont considérés comme la seconde génération de produits urbanistiques. La reconstruction du centre-ville de Beyrouth est au Liban, et pour l’ensemble du Monde Arabe, un cas paradigmatique. Les responsables du projet d’aménagement de la vallée du Bouregreg au Maroc (Rabat-Salé) disent s’en inspirer pour la conduite d’un projet rentable et associant des promoteurs privés. La pratique du projet urbain est antérieure à cet exemple beyrouthin, mais elle a pris une autre ampleur avec son apparition. Ainsi, les promotions immobilières se transforment en grandes opérations de rénovation ou d’extension urbaines ;

73- les études socio-économiques ont jusqu’à présent peu intéressé les techniciens locaux. Elles consistaient souvent en des analyses de la situation démographique et économique de certaines villes en préparation d’un plan d’urbanisme. Toutefois, ces études prennent aujourd’hui une importance plus grande car les responsables politiques et les organismes publics sont demandeurs d’analyses stratégiques ou prospectives. Une troisième génération de produits urbanistiques se profile, notamment sous la pression des demandées formulées par les bailleurs de fonds internationaux.

74D’autres pratiques se sont cumulées : la création de villes nouvelles, la réhabilitation de quartiers anciens, le traitement de l’habitat informel, la réhabilitation des monuments, la sauvegarde des ensembles urbains patrimoniaux. Elles demeurent relativement minoritaires dans l’ensemble de l’activité locale au Liban et en Egypte. Elles résultent de la même manière de ces échanges ou ces oppositions sous-tendues par les parentés et les adversités politiques.

Conclusion

75A travers l’exemple de l’IAURIF au Caire et à Beyrouth, nous percevons combien les relations directes et les affinités personnelles jouent un rôle significatif dans la circulation des idées et des pratiques en urbanisme. Ces affinités dépendent de quatre ressorts principaux :

76les liens interpersonnels et les rencontres communes ou histoires partagées (de projets, d’urbanistes, d’écoles) ;

77une communauté de contraintes dans la pratique et surtout de position dans la société ;

78la conscience d’une histoire commune du métier, de sa naissance, de ses grands personnages, de ses projets repères, etc. ;

79les proximités d’approches politiques et des modes de faire.

80Ces quatre ressorts ne sont pas nécessairement des facilitateurs des circulations d’idées et de pratiques. Ils jouent d’une manière plus complexe en définissant les rapports entre les urbanistes. Ils contribuent parfois à filtrer une partie de ces idées et justifient parfois leur rejet. Les relations entre professionnels sont également instrumentalisées dans des stratégies personnelles, sociales ou politiques. Les idées qu’elles aident à diffuser ou au contraire à déformer n’échappent à cette instrumentalisation : les urbanistes s’approprient des idées, des pratiques, les diffusent ou les rejettent également en fonction de leur stratégie personnelle ou politique.

81De cette manière, les relations entre professionnels n’éliminent pas les contextes politiques et sociaux plus généraux comme facteur d’influence sur les idées et les pratiques urbanistiques en circulation. Les relations interindividuelles réintroduisent ces facteurs supra-individuels en les déformant. Ainsi, les urbanistes trouvent dans ces relations construites entre spécialistes un espace d’agencement ou d’accommodation avec les contraintes socio-économiques et politiques globales qui pèsent sur leur existence et leur pratique. En se tournant vers les relations interpersonnelles, ils peuvent arbitrer en partie par eux même les idées et les pratiques qu’ils souhaitent s’approprier, diffuser ou reformuler.

Haut de page

Bibliographie

Aboukorah O., Le patrimoine architectural et urbain de la vieille ville du Caire partagé entre système séculaire de gestion des fondations pieuses et normes internationales de sauvegardes, MUSEUM International, n° 225-226, mai 2005.

Awada F., 1991, Incertitudes, rigueur, arbitraire dans la planification spatiale des grandes régions urbaines. Deux études de cas : la reconstruction du grand Beyrouth et l’aménagement de la région Ile-de-France, Thèse de doctorat, ENPC-IFU, 509 p.

Beyhum N., 1999, Les enjeux de la préservation du patrimoine. Beyrouth 1990-1997, in Questions sur le patrimoine architectural et urbain au Liban, ALBA-URBAMA, p.197-211.

Cauchetier B., Huybrechts E., Thibault C., Evaluation de la côte du Liban : Rapport thématique “ Planification ”, IAURIF, 1999, 159 p.

Claude V., 1997., “ Hypothèses sur la mémoire professionnelle : un matériau urbain ”, In Les Annales de la recherche urbaine, n° 55, Dec. 1997, pp. 85-94

Conseil Français des Urbanistes, 1999, Pratiques des urbanistes français à l’étranger. 10-12 sep. 1998, Université du Littoral, 97 p.

Denis E., 1995, Le GOPP et l’IAURIF dans le grand chantier de la régularisation des quartiers informels du Caire, Lettre d’information de l’observatoire urbain du Caire contemporain, n°41-42, 1995, p. 6-11.

El Achkar E., 1998, Réglementation et formes urbaines, le cas de Beyrouth, C. du CERMOC, 180 p.

El Khoury P., 1985, Beyrouth 1975-1985, dix ans de guerre. Bilan des réflexions de reconstruction, Urbanisme, n° 211, dec. 1985, p. 42-45.

El Khoury P., 2000, Réalisations, Editions Dar An-Nahar, 191 p.

Florin B., 2005, Vivre en parallèle ou à l’écart ? L’évolution des villes nouvelles du grand Caire, Annales de la recherche urbaines, n°, 98, p. 97-106.

Ismail M., 2005, La conservation et la réhabilitation urbaines du Caire historique : vers une stratégie globale, Thèse de doctorat s. direction F. Choay et C. Goldblum, Université Paris 8

Jossifort S., 1998, Aménagement de la région métropolitaine du Caire. La contribution des villes nouvelles et les new-settlments du désert, IUP-Univ. Paris XII, 439 p. 

Longuenesse E., 1995, Ingénieurs et la ville, Monde arabe, Villes, pouvoirs et sociétés, numéro spécial de Monde arabe, Maghreb-Machrek, 1er trimestre 1995, p. 26-30

Pagès J.-L., 1999, Le point de vue d’un acteur, architecte-urbaniste, à propos de la naissance d’un projet urbain : l’aménagement de la zone de l’aqueduc de Sayeda Zeinab, au Caire, In Signoles (P.), El Kadi (G.), Sidi Boumedine (R.), L’urbain dans le monde arabe. Politiques, instruements et acteurs, Ed. CNRS, 1999, pp. 217- 220.

Souami T., 2001, Les urbanistes locaux dans le miroir des interventions étrangères, ACIV, CNRS/LTMU, CERMOC, min des Affaires étrangères, 121 p.

Tabet J. (dir), 2001, Beyrouth, la brûlure des rêves: Editions Autrement, HS n° 127, 224 p.

Tabet J., 2001, Beyrouth, portrait de ville: Institut français d'architecture, 160 p.

Verdeil E., 2002, Une ville et ses urbanistes. Beyrouth en reconstruction, thèse de doctorat en géographie, mention urbanisme, univ. De Paris I Sorbonne, dir. P. Merlin, 646 p.

Verdeil E., 2006, L’ingénierie indépendante comme médiateur, in Liban - retour sur expérience, Cahiers de l'Iaurif, n° 144, pp.148-151

Volait M., 2005, Architectes et architectures de l’Egypte moderne. 1880-1950 : genèse et essor d’une expertise locale, Maisonneuve et Larose, 475 p.

Haut de page

Notes

1  Les waqf-s sont des fondations religieuses (ou familiales) qui gèrent un patrimoine foncier ou immobilier incessible au bénéfice de leurs œuvres.

2  Cette problématique est introduite par Claude, 1997.

3  Nous avons retrouvé ces termes ou leurs équivalents chez la majorité des interviewés, français, libanais et égyptiens.

4  Comparaison, rapprochement et filiation explicités lors d’interviews.

5  Pour connaître tous les réseaux ici entrevus, une vraie archéologie des relations et des rapports entre les spécialistes de l’urbanisme serait nécessaire. Une enquête plus systématique sur la connaissance des études urbaines au-delà de l’exemple IAURIF serait d’un grand apport.

6  Parmi ces gardiens de la mémoire urbanistique locale, certains ont revendiqué des héritages allant à la période ottomane alors que d’autres souhaitaient restreindre ces héritages au tissu construit pendant la période du mandat français.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Taoufik Souami, « Liens interpersonnels et circulation des idées en urbanisme. L’exemple des interventions de l’IAURIF au Caire et à Beyrouth », Géocarrefour, vol. 80/3 | 2005, 237-247.

Référence électronique

Taoufik Souami, « Liens interpersonnels et circulation des idées en urbanisme. L’exemple des interventions de l’IAURIF au Caire et à Beyrouth », Géocarrefour [En ligne], vol. 80/3 | 2005, mis en ligne le 01 mars 2009, consulté le 26 avril 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/1212 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.1212

Haut de page

Auteur

Taoufik Souami

MCF, Institut Français d’Urbanisme
Taoufik.souami@univ-paris8.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page