Navigation – Plan du site

Abidjan et le Plateau : quels modèles urbains pour la vitrine du « miracle » ivoirien ?

Jean-Fabien Steck
p. 215-226

Résumés

Le quartier du Plateau à Abidjan a longtemps été surnommé le “Petit Manhattan”. L’identification au CBD d’une grande ville occidentale n’est pas fortuit, et mérite d’être replacé dans une histoire urbaine qui, de l’appropriation de l’héritage colonial à l’assimilation parfois incomplète de pratiques urbaines dites “occidentales”, a mobilisé à travers des structures institutionnelles exemplaires techniciens de la villes et élus. L’importance de ces derniers impose que l’on évoque, dans le contexte ivoirien, la porté politique du discours et des pratiques qui accompagnent la promotion de certains modèles urbains.

Haut de page

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 19 octobre 2007.

La rue, une des plus passantes du quartier nègre de la capitale grouillait. A droite, du côté de la mer, les nuages poussaient et rapprochaient horizons et maisons. A gauche, les cimes des gratte-ciel du quartier des Blancs provoquaient d’autres nuages qui s’assemblaient et gonflaient une partie du ciel. Encore un orage ! Le pont étirait sa jetée sur une lagune latérite de terres charriées par les pluies de la semaine ; et le soleil, déjà harcelé par les bouts de nuages de l’ouest, avait cessé de briller sur le quartier nègre pour se concentrer sur les blancs immeubles de la ville blanche. Damnation ! bâtardise ! le nègre est damnation ! les immeuble, les ponts, les routes de là-bas, tous bâtis par des doigts nègres, étaient habités et appartenaient à des Toubabs. Les Indépendances n’y pouvaient rien !

A. Kourouma, Les Soleils des Indépendances, 1970

1Ainsi présenté, le paysage abidjanais serait le marqueur le plus visible de la continuité des liens très forts qui, même après l’indépendance de 1960, ont continué à caractériser les relations franco-ivoiriennes. Il y a ici sous la plume romanesque de Kourouma, et à propos d’Abidjan, une belle illustration des différentes perceptions auxquels renvoient les villes africaines issues de la colonisation, opposant une morphologie signifiante (celle de la ville blanche) à, dans d’autres quartiers, une urbanité tout aussi signifiante, conséquence d’une ré-appropriation de la ville par les populations noires.

2Cette ré-appropriation de la ville apparaît comme un lieu commun de l’étude des villes africaines. Onla rencontre dans les travaux fondateurs de Dresch, qui en 1948 dansune phrase devenue célèbre se proposait d’étudier aux Congo des « villes, création de Blancs, [qui] se peuplent de Noirs », de Sautter (1951) et de Balandier (1955) qui étudièrent les « villes ‘africaines’ du Moyen-congo » et les Brazzavilles noires en tant qu’elles sont habités par des populations autochtones qui les adaptent – puisqu’elles ont été crées par d’autres – à leurs besoins et à leurs désirs. Ces études ont toutes associé l’analyse d’espaces perçus comme étrangers à la terre africaine et la volonté de les comprendre comme espaces vécus d’un nombre toujours croissant d’Africains, posant ainsi la question de la circulation et de la réception de modèles urbanistiques occidentaux, importés ou créés pour l’occasion, qui sont tous le cadre premier de leurs réflexions. Balandier propose d’ailleurs dans Afrique ambiguë (1957) une expression forte de ce que sont ces modèles occidentaux dans ses descriptions de Lagos, « une ville britannique », et de Dakar, où entre 1946 et 1954 « l’urbs occidentalis renforce son extension horizontale et verticale… »

3Le paysage urbain n’est neutre chez aucun de ces auteurs. Partout il interroge la nature de la ville coloniale, ségrégée, pour des raisons sécuritaires et hygiénistes, fonctionnelle, incomplète, le plus souvent transposition et adaptation coloniale de principes urbanistiques développés dans les métropoles (Goerg 2003). Le paysage abidjanais évoqué en exergue sert un discours de dénonciation du pouvoir que les populations blanches détiennent encore dix ans après l’indépendance et pose en plus, en 1970, la question de la continuité de ce modèle colonial et de certains de ses principes au-delà des indépendances. Une continuité que l’on ne peut réduire, quoi qu’en dise Kourouma, ni à la seule volonté de statu quo des ressortissants de l’ancienne métropole, ni aux exigences – bien réelles au demeurant – de la politique africaine de la France, de ses entreprises et de ses réseaux. Le quartier du Plateau, ancien quartier blanc et actuel centre administratif et des affaires de la métropole ivoirienne, doit en effet aussi pouvoir être compris comme étant aussi le résultat, assumé par le pouvoir de l’ancien président Houphouët-Boigny, de la volonté de faire de la Côte d’Ivoire un pays modèle et d’Abidjan sa vitrine.

4Les pages qui suivent amorcent une réflexion sur la circulation des modèles urbains en Afrique contemporaine en prenant appui sur ce cas abidjanais. Le quartier du Plateau incarne, vis à vis de l’extérieur comme au sein de l’agglomération, cet emblème « occidental » dont il faut tenter de définir le sens, en relation avec son passé de ville blanche au sein du plan colonial, et dont il faut analyser précisément l’évolution récente dans un contexte de crise urbaine, de déclin ivoirien et de montée d’un nationalisme qui cultive son identité africaine. Plusieurs questions se posent alors : qu’est-ce, à l’issue d’une histoire et d’une urbanisation coloniale, qu’un modèle occidental ; en quoi la création d’un nouvel Etat et l’étude des politiques qui y sont conduites peuvent-elles être des éléments d’analyse et de compréhension essentiels à l’étude de la circulation de modèles urbains ; n’y a t-il eu qu’importation de modèles extérieurs, ou y a t-il eu appropriation et création ; quels ont été les acteurs et les artisans de cette politique urbaine, quels ont été leurs parcours, quels ont été leur rôle et leur place ?

5A ces questions générales que l’on pourrait poser à propos de beaucoup de villes africaines, à commencer par Kinshasa, Lagos ou Dakar, les réponses qu’apporte l’étude d’Abidjan sont singulières. Si beaucoup de pays fraîchement indépendants ont voulu faire de leur capitale une vitrine nationale, peu lui ont donné autant de moyens que la Côte d’Ivoire : des moyens politiques d’abord, l’urbanisation étant un enjeu fort dans lequel se sont investis de façon directe la plupart des hommes politiques du pays, jusqu’au plus haut niveau ; des moyens techniques et humains ensuite, notamment au travers de structures efficaces – longtemps alimentées par une coopération sans équivalent – ayant en charge la définition et la réalisation des projets urbains ; des moyens financiers enfin, que permettaient jusqu’au début de la crise de la fin des années soixante-dix la rente cacaoyère. Cette spécificité ivoirienne doit être resituée dans un ensemble plus vaste d’influences extérieures qui, toujours plus ou moins occidentales et libérales, ont fortement marqué les choix juridiques et économiques de l’Etat et influencé les dynamiques sociales de l’histoire ivoirienne depuis 1960. Elle ne peut toutefois pas être comprise aujourd’hui sans faire référence à la dramatique crise que traverse aujourd’hui le pays depuis 2002. N’arrivant ni à surmonter l’échec de son modèle de développement, ni à faire son deuil et à solder le lourd héritage de l’ancien président Houphouët-Boigny, le pays est englué dans des contradictions multiples (libéral, mais étatique ; « occidental », mais africain ; relais de la mondialisation, mais pauvre…) qui trouvent un écho particulier dans la façon dont les élus et les acteurs de l’urbanisme conçoivent la ville ivoirienne, et singulièrement, pour des raisons évoquées ci-dessus, Abidjan.

6Deux parties vont tenter de défricher un terrain de recherche encore ouvert. La première s’attache à décrire Abidjan et le Plateau comme villes occidentales en amorçant une réflexion autour de la notion de modèle urbain. La seconde s’intéressera aux institutions que les politiques ont offert aux experts et techniciens de l’urbanisme, preuve de l’intérêt que suscitaient ces derniers, mais aussi lieux idéaux de diffusion de modèles urbains importés, appropriés voire créés. La Côte d’Ivoire se voulait miracle mais aussi modèle : l’importance accordée à des structures de coordination et de suivi des programmes et travaux urbains, puis de programmation, de projection et d’expertise implique que l’on s’attarde un instant sur les professionnels qui les ont animées.

Abidjan, ville occidentale ?

7Décrire Abidjan comme ville occidentale c’est certes donner à voir un paysage urbain que les autorités ivoiriennes aiment à montrer en le considérant comme un miroir de la réussite – discutable – de leurs choix, mais s’est surtout tenter d’identifier ce qu’occident signifie ici vraiment et ce à quoi il renvoie. On doit en particulier interroger la nuance – si elle existe – entre modèle colonial et modèle occidental, mais aussi entre modèle « international » (tout aussi difficile à définir mais renvoyant aux paysages verticaux des CBD) et modèle français (lui aussi fort délicat à définir). Il faudra aussi, et dans le même temps, s’interroger sur les formes que prennent les adaptations locales de modèles urbanistiques développés ailleurs, en accordant notamment une certaine attention aux choix politiques et à la façon dont les acteurs politiques de la scène ivoirienne se sont appropriés le débat et parfois même la conduite des projets urbanistiques et d’aménagement du territoire.

8Après une discussion sur les modèles urbanistiques et architecturaux à Abdijan, l’étude de deux quartiers emblématiques montre comment s’est faite, à Abidjan, la réception et la ré-appropriation de modèles extérieurs qui, entre héritage colonial, affirmation de l’exception en Afrique occidentale et recherche de la dignité urbaine, interrogent l’ambition « occidentale » de la métropole ivoirienne.

Quels modèles pour quelle ville ?

9Choix urbanistiques et aménagement du territoire répondaient, en 1960, à trois principaux objectifs : rationaliser le territoire ivoirien en tant qu’espace productif, en prenant appui sur les villes ; gérer au mieux la croissance urbaine grâce aux politiques urbaines ; afficher la singularité et la réussite ivoirienne en Afrique de l’Ouest par des aménagements somptuaires. Si les choix opérés alors se devaient d’être fonctionnels, on ne peut comprendre Abidjan sans prendre aussi en considération sa situation de vitrine nationale : il fallait tout à la fois conserver l’outil urbain hérité de la colonisation, en l’améliorant le cas échéant, mais il fallait aussi s’approprier la nouvelle capitale.

10Stratégique, la définition du projet urbain abidjanais aux lendemains de l’indépendance l’était de toute évidence, comme ce fut le cas d’ailleurs dans bien d’autres pays dans la même situation. Réalisables, les ambitions du nouveau régime l’étaient d’autant plus que, dans un contexte de relative euphorie économique, la ville ne partait pas de rien : Abidjan était déjà une ville-phare à l’époque coloniale. Ainsi, dès les années 1930, les concours pour les bâtiments administratifs les plus importants furent ouverts à des architectes qui signaient leurs œuvres, signe selon F. Doutreuwe (1993) de l’importance croissante de la ville dans le dispositif colonial africain. Abidjan avait en outre bénéficié d’une planification rigoureuse et d’investissements publics coloniaux importants, avant même que les effets de la loi cadre de 1957 ne se soient fait sentir sur le plan de l’aménagement et de l’urbanisme, comme ce fut le cas dans toute l’Afrique occidentale française, prélude somptuaire, entre autres, à la pérennité d’un certain modèle urbain français d’outre-mer après les indépendances (Fredenucci 2005).

11Conçue par les autorités coloniales à l’échelle d’un territoire à valoriser, la ville a depuis 1928 toujours été dotée de plans d’urbanisme stricts pratiquant volontiers, selon une tradition coloniale bien implantée, le zoning. La structure de la ville originelle est relativement simple : ville blanche du Plateau, sur un site ventilé conforme aux impératifs de la salubrité coloniale ; villes indigènes de Treichville, au sud, et Adjamé, au nord. Les coupures entre la première, centre du pouvoir et des affaires, et les autres sont nettes : lagune d’un côté et camps militaires de l’autre… L’extension de la ville se fit ensuite, à partir de ce noyau historique, le long des infrastructures portuaires qui à partir de 1950 se développaient sur l’île de Petit-Bassam, au sud-est de Treichville (plan Badani, 1952), puis au fur et à mesure que la population urbaine croissait sur les plateaux qui s’étendent au nord (Williamsville, Abobo), à l’ouest (Yopougon) et plus récemment à l’est (Riviera) (plans SETAP de 1960 et schéma de structure de 1969). Aujourd’hui encore, les traces de cette histoire restent très visibles au sein de la ville, et guident son organisation spatiale du centre historique aux extensions périphériques. Les plans successifs d’aménagement d’Abidjan reprennent en fait tous, sans exception, les trames des projets urbains des dernières années de la période coloniale (Haeringer 1985, 2000 ; Antoine et al 1987).

Fig. 1 : Abidjan : histoire et croissance de la ville

Fig. 1 : Abidjan : histoire et croissance de la ville

12Cette importante activité urbanistique des années 1950-1960 a mobilisé un important contingent d’ingénieurs, dans une moindre mesure d’architectes (surtout à Abidjan et à Yamoussoukro) et d’urbanistes. En poste avant puis, au titre de la coopération, après l’indépendance, cette présence explique en partie la remarquable continuité de l’influence urbaine française. Deux axes, intrinsèquement liés, la caractérisent. D’abord, le poids de la planification d’ensemble, impliquant travail préparatoire d’élaboration de plans d’urbanisme globaux et de plans des modes d’occupation des sols au sein desquels devaient prendre place toutes les opérations d’urbanisme, le tout sous le contrôle de l’Etat. Ensuite l’importance des ingénieurs : il y a eu d’emblée une approche très technicienne de ce que devait être l’urbanisation abidjanaise.

Le Plateau et Yopougon : métropole, capitale et ville africaine 

  • 1  l’agglomération abidjanaise est divisée en 10 communes qui étaient chapeautées jusqu’à la mise en (...)

13Mais, concrètement, quelle ville fut cette Abidjan qui répondait aux impératifs politiques de l’exception ivoirienne ? On peut répondre par deux exemples, renvoyant à deux quartiers, devenus des communes à partir de 19801, de l’agglomération répondant chacune à leur façon aux enjeux de la planification de la croissance urbaine : le Plateau et Yopougon.

14Le Plateau correspond le mieux à cette ville construite sur des modèles extérieurs : elle fut même construite par l’extérieur, puisqu’elle est le point de départ d’un urbanisme colonial qui s’est considérablement développé des années 1920 à l’indépendance. Elle fut ensuite, utilisant au mieux les potentialités d’un plan en damier, le site d’un projet urbain métropolitain ayant pour référence Manhattan, avec qui elle aime à soigner quelques similitudes. L’ensemble a conservé, et même renforcé le zoning colonial hérité, séparant nettement le quartier administratif, vert, du quartier des affaires, dense et vertical, et du quartier commercial, ancien et grouillant : une sorte de zone-tampon interne, faite d’espaces verts et de parkings, segmente le tout.

Fig. 2 : Le Plateau, commune fonctionnelle

Fig. 2 : Le Plateau, commune fonctionnelle

15Mais derrière la trame, c’est l’architecture qui marque véritablement l’influence de modèles extérieurs sur ce quartier, sauf dans le cas du palais présidentiel. L’ancienne résidence rococo du gouverneur typique des réalisations coloniales prestigieuses des années 1930 a été remplacée par les lignes épurées d’un siège royal akan (du nom du principal groupe ethnolinguistique ivoirien et ghanéen), où l’architecture a été mise au service d’une réelle et farouche volonté d’affirmation nationale. Ailleurs, on ne peut que remarquer l’omniprésence d’un style architectural « international » vertical, que permit ici la diffusion des diverses techniques de climatisation centrale (Doutreuwe 1993) dans les années 1960-1970. Ce style répond certes à des impératifs techniques évidents (bâtir un CBD implique une importante offre de surfaces de bureau) dont le but est d’assurer l’intégration du quartier à une mondialisation qui est avant tout une mise en réseaux de CBD homogènes. Mais il y a aussi, très fermement affichée, la volonté de « faire développé » : ici en fait un modèle architectural extérieur en chasse un autre, radicalement différent car très horizontal, le modèle colonial.

16Toutefois, l’évocation de ces paysages ne suffit pas à rendre compte des influences extérieures qui ont pu modeler le Plateau : c’est dans certains détails de son fonctionnement, et de la gestion de son fonctionnement, que l’empreinte des modèles extérieurs peut aussi se faire sentir. Ainsi, on trouve dans les rues de cette commune les seules voies pour bus de l’agglomération : l’encombrement des rues propre à tout centre-ville dense a très tôt conduit les autorités à envisager des solutions que l’on ne retrouve nulle part ailleurs dans l’agglomération, et très rarement en Afrique sud-saharienne. Il faut dire que les compagnies publiques de transport urbain, comme ici la SOTRA, sont elles aussi des plus rares. Ce choix technique peut être interprété de deux façons. Il répond d’abord à une demande de déplacement intra-urbain au sein d’une agglomération où les taux de motorisation restent faibles et où, dans les années 1970, les revenus nationaux permettaient à l’Etat, en association avec des régies françaises et des fabricants de matériels, de mettre en place un tel système. Il s’accompagne toutefois ensuite d’une mise en scène urbaine des plus révélatrices. Une fois la desserte du Plateau assurée à partir des principaux points de l’agglomération, il fut décidé en 1977 d’en interdire l’accès aux moyens de transports artisanaux informels. Si ces derniers continuaient d’avoir le droit de circuler dans Abidjan, sur des lignes non desservies par la SOTRA, ils devaient éviter le Plateau, normalement bien desservi, afin de ne pas nuire à son image de marque. Cela fait maintenant presque 30 ans que cette interdiction est régulièrement rappelée, sans effets durables toutefois. Si l’aménagement du Plateau a bien été influencé par des modèles urbanistiques, architecturaux et gestionnaires extérieurs, c’est donc autant par souci d’efficacité, personne n’oserait le nier, que pour des raisons d’image.

  • 2  les quartiers de Yopougon portent pour la plupart d’entre eux les noms des sociétés qui en ont ass (...)
  • 3  depuis le mandat dont la France avait hérité de la SDN sur leurs régions
  • 4  la politique du logement a été revue depuis et est à reconsidérer dans le contexte de crise économ (...)

17Mais si le Plateau se réfère volontiers aux modèles des CBD occidentaux, la gestion de la croissance très rapide de l’agglomération de l’après indépendance se fait quant à elle plutôt en référence aux modèles alors en cours en France et notamment dans la région parisienne. Le développement d’une ville nouvelle en périphérie destinée en grande partie à la satisfaction des classes moyennes à Yopougon, planifiée dans les années 1960, en constitue l’illustration. Elle a été réalisée, parfois dans le cadre de sociétés d’économie mixte, avec des acteurs institutionnels, de nombreux promoteurs privés2, essentiellement libanais, implantés de longue date3 en Afrique occidentale, ayant fait fortune dans le commerce de gros et de demi-gros et diversifiant leurs activités et leurs investissements in situ, et ivoiriens (Yapi-Diahou 1981). Par sa conception Yopougon n’a pas vocation à n’être qu’une périphérie ou un quartier résidentiel, de même que, en France, le Plan Delouvrier de 1965 excluait cette hypothèse. Le projet étatique qu’elle représente, la constitue en modèle d’urbanisation ivoirien dont le rayonnement devait dépasser le seul cadre de la gestion de la forte croissance abidjanaise. Une zone industrielle fut d’ailleurs prévue à proximité, directement branchée sur l’autoroute qui s’élance vers le nord du pays, et devait offrir des emplois sur place aux nouveaux résidents tout en ouvrant une ère nouvelle du miracle ivoirien : celui de la conquête de marchés continentaux. Ainsi, si l’attention s’est fixée sur les mutations du Plateau, les années soixante-dix sont aussi celles de la mise en place en périphérie d’un autre projet urbain, défendu et adapté par des techniciens français (coopérants, salariés locaux, consultants…), qui se veut, par rapport à son contexte africain, résolument novateur : Pikine, en périphérie dakaroise, est en effet, par delà les quelques points communs qu’elle peut partager effectivement avec Yopougon, une opération urbanistique bien moins complète4.

Entre héritage colonial et recherche de la dignité urbaine : ce qu’occident veut dire

18Cette description d’Abidjan, entre ambitions métropolitaines et impératifs de la croissance mégapolitaine, pose en fait la question de la nature des modèles urbains. Les autorités soulignent à l’envi la similitude avec ce qui se fait en occident et rejettent parfois dans la négation du droit à la ville ce qui ne s’en rapproche pas. Quelle est en somme la signification d’« occidental » à Abidjan ? Une fois passée la description des modèles effectivement importés, mais généralement retravaillés et adaptés comme au Plateau ou à Yopougon, on peut envisager deux réponses. La première renvoie au modèle urbain colonial, qu’on ne retrouve pas que dans la trame générale du plan de l’agglomération et du Plateau ; la seconde a trait à l’importance des représentations associée à l’occident et à la façon dont elles peuvent finalement devenir les fils conducteurs de certains projets urbains.

19Importée d’Europe, la ville coloniale reproduisait en fait sous les tropiques, avec quelques nuances, les principales préoccupations urbanistiques des villes des métropoles (Dulucq 1996), comme l’hygiénisme, le souci sécuritaire (Fourchard et Albert 2003), le rejet des « classes dangereuses » vers les périphéries. Ces préoccupations étaient d’ailleurs bien plus faciles à résoudre en Afrique où les autorités coloniales ont souvent construit des villes nouvelles, structurées par le zoning à finalité ségrégative, bref le fonctionnalisme urbain avant même que celui-ci ne soit théorisé par la Charte d’Athènes (1933). L’analyse des pratiques techniques et des discours sur la ville montre l’étonnante continuité de cette approche coloniale, plus encore en période de crise. Le cas des activités informelles qui occupent les rues et trottoirs du quartier du Plateau est à cet égard assez révélateur. Les arguments employés par tous (professionnels de la ville, politiques, journalistes…) pour faire la promotion du Plateau reposent sur l’insalubrité et l’insécurité qu’y provoqueraient les activités de l’informel. Le rejet de l’informel, vu comme le principal vecteur de dysfonctionnements au sein d’un quartier obnubilé par les modèles urbains occidentaux, reprend en effet assez scrupuleusement la grille de lecture coloniale. M. Agier (1999 p. 82) a trouvé dans un ouvrage paru en 1921 s’intitulant L’existence au Cameroun : études sociales ; études médicales ; études d’hygiènes et de prophylaxie la remarque suivante :

20l’administration doit veiller à ce que le quartier européen actuel ne soit pas envahi progressivement par les petits commerçants, les boutiquiers et les anciennes familles originaires de ce pays qui ont tendance à s’y installer de nouveau.

21Comme si le commerce (et ici pas seulement le commerce de rue) était un signe d’africanisation de la ville coloniale qu’il convenait de circonscrire, pour d’évidentes raisons sanitaires, aux seules cités indigènes. Il en va de même pour la sécurité : L. Fourchard (2003) et O. Goerg (2003) ont souligné la remarquable continuité dans la façon de penser la ville sur des bases ségrégationnistes avant et après les indépendances.

22Là encore, le cas du Plateau est exemplaire. L’informel est considéré comme source d’insalubrité et d’insécurité. La fermeture prévue du marché vivrier montre qu’il n’y a pas sa place. Il l’a en revanche ailleurs, où certains plans souhaitent le déplacer. Là où certaines autorités (municipalité du Plateau, gouvernement…) ne voient que désordre, insalubrité et insécurité,les autorités municipales des communes plus populaires de l’agglomération reconnaissent quant à elles plus volontiers l’importance sociale de ce même informel en évoquant « un mal nécessaire. » Dès lors, la diversité des réponses apportées aux questions sanitaires et sécuritaires, qui ne sauraient être résolues par une seule politique d’expulsion et de rejet, souligne assez nettement l’opposition entre un modernisme occidental fantasmé, objet de reconstructions, et les diverses tentatives gestionnaires et parfois participatives qui peuvent se mettre en place dans certaines communes de l’agglomération. Il ne s’agit pas de nier ni les effets parfois désastreux des activités informelles de rue sur la salubrité, ni de nier, quoi qu’elle doive être très fortement nuancée, la contribution, souvent indirecte et induite, de l’informel à l’insécurité : il s’agit en fait ici de s’interroger sur une pratique urbaine qui utilise de vraies questions gestionnaires, pour conduire le plus souvent une simpliste politique de déguerpissement.

23L’argumentaire technique n’est utilisé que pour justifier une politique urbaine avant tout somptuaire éloignant au-delà du champ visuel tout ce qui jure avec les prétentions occidentales du Plateau : on est donc bien là dans le domaine des représentations. Finalement, le modèle colonial est largement à l’origine des représentations et reconstructions de ce que serait le modèle urbain occidental. Et ce dernier se confond peut-être tout simplement avec la recherche d’une certaine forme de dignité urbaine compatible avec l’image que la Côte d’Ivoire entend donner d’elle-même à l’extérieur.

Urbanisme et projet politique : la mobilisation par les politiques des professionnels de la ville

24L’importance accordée aux questions urbanistiques par le personnel politique, et dont Abidjan est le produit, a pour conséquence une proximité notable entre ce dernier et les professionnels de la ville.. Elle s’exerce dans le cadre d’une technostructure toute-puissante dans la définition concrète des projets urbains, des programmes d’aménagement du territoire voire des questions de développement en général. Dans le même temps, on peut faire l’hypothèse que ces professionnels sont des acteurs importants de la circulation des modèles urbains. Les parcours des hommes qui ont été amenés à diriger ces structures sont révélateurs et permettent de comprendre certains des choix qui furent opérés, autant d’ailleurs dans les modes de gestion urbaine que dans ceux de la construction urbaine. Ces personnalités sont tout à fait représentatives des évolutions ivoiriennes des trente dernières années et des débats nationaux les plus contemporains. La proximité, pour ne pas dire la complicité, que l’on ne peut manquer de remarquer entre politiques et urbanistes pose évidemment d’intéressantes questions autour de leurs influences respectives et croisées, dans un contexte de décentralisation mais aussi de diversification des modes d’exercice.

Les cadres institutionnels

25Il n’est de meilleure illustration de l’intérêt que portent les autorités ivoiriennes aux questions de l’urbanisme et de l’aménagement que l’outil technico-administratif en charge de ce secteur. J’attirerai l’attention sur deux institutions, différentes par nature mais participant fondamentalement d’un même projet d’ensemble : la direction centrale des Grands travaux (DCGTx), devenus bureau national d’études techniques et de développement (BNETD) en 1994, organisme d’Etat de planification, de coordination et de contrôle de toutes les opérations d’aménagement du territoire et urbain en Côte d’Ivoire ; l’Ecole nationale supérieure des travaux publics, partie intégrante depuis 1996 sous le nom d’ESTP de l’Institut national polytechnique Houphouët-Boigny (INPHB) de Yamoussoukro, chargée de former des ingénieurs et cadres dans le secteur des travaux publics et de l’urbanisme.

26La DCGTx est une institution à part en Côte d’Ivoire. Similaire à d’autres du même genre en Afrique, comme le BEAU (Bureau d’études d’aménagement urbain) zaïrois dans les mêmes années, elle s’en distingue par son importance, son rayonnement et sa pérennité. Elle est née en 1977 de la volonté d’un ministre des travaux publics, de l’urbanisme et de l’habitat, D. Boni, de doter son ministère d’un organisme chargé de la coordination de l’ensemble des grands programmes d’aménagement et d’urbanisme que connaissait alors le pays. Dirigé par un ingénieur français, A. Cesareo, la DCGTx est placée en 1982 (un an avant le transfert de la capitale politique à Yamoussoukro) sous l’autorité directe du Président de la république, signe de l’intérêt que le pouvoir accorde à ces travaux. L’institution devient alors une sorte d’Etat dans l’Etat, et le pouvoir de Cesareo, devenu alors de fait conseiller du prince, est bien réel. M. Galy (1993) a bien montré que si ce genre de structure n’est pas en Côte d’Ivoire une nouveauté, le cas de la DCGTx mérite toutefois quelque attention. Ainsi, l’importance de cette institution est telle qu’elle est devenue au début des années 1990 un des enjeux des frictions qui ont éclaté entre le gouvernement ivoirien et les institutions de Bretton-Woods qui y ont vu un obstacle dispendieux et irréaliste aux politiques d’ajustement. Il est vrai que les grandes opérations somptuaires, comme la construction de la basilique N. D. de la Paix à Yamoussoukro, pouvaient apparaître comme étant peu compatibles avec une importante baisse des ressources publiques et les objectifs de réduction des déficits budgétaires imposés par le FMI. Personne n’a été dupe toutefois, et ce ne sont pas tant les désaccords sur les programmes d’aménagement que le pouvoir de son directeur qui était alors partiellement en cause. Cet épisode est révélateur de la collusion que l’on ne peut manquer de remarquer en Côte d’Ivoire entre politique et aménagement et urbanisme. En 1994, la transformation en Bureau national d’études techniques et de développement (BNETD) a entériné la diversification des tâches effectivement confiées à la DCGTx. Aux missions initiales de conception, d’encadrement et de coordination de l’ensemble des programmes d’aménagement du territoire et d’urbanisme (comme la relance en 1998 des projets somptuaires pour la commune du Plateau), qui reste sa raison d’être principale, s’ajoutent désormais d’autres fonctions, en particulier dans le secteur rural ou dans celui de la pêche.

  • 5  pour qui recherche des statistiques ou des informations précises en Côte d’Ivoire, mieux vaut d’ai (...)

27Le BNETD est devenu un véritable bureau d’étude, riches en ressources documentaires5 et en savoir-faire et dont l’ambition depuis quelques années est de proposer ses services à l’ensemble des pays de l’Afrique de l’Ouest. Cette nouvelle posture d’une institution qui s’est toujours illustrée dans la promotion de modèles urbanistiques occidentaux conduit à un usage paradoxal de cette référence, qui transparaît dans la présentation du BNETD par son directeur A. Don Mello sur Internet :

  • 6  www.bnetd.ci/presentation/interview.htm– NEPAD : new economic partnership for african development  (...)

28Le BNETD est un bureau d’études africain qui connaît les problèmes africains. Vous savez, certains abordent les problèmes africains avec une vision occidentale, et c’est dommage ! Parce que le contexte climatique et le contexte social, pour ne citer que ces deux paramètres, sont radicalement différents. Le BNETD a l’avantage d’avoir expérimenté plusieurs techniques dans des contextes climatiques et psychologiques différents, qui peuvent profiter aux autres pays africains. Le continent a besoin d’un instrument aussi pluridisciplinaire et expérimenté que le BNETD dans la perspective du NEPAD (…)6

29Ce discours se comprend à la lumière de sa finalité (assurer la promotion à l’extérieur d’un bureau d’étude africain) et de la personnalité de son directeur, proche du parti du président Gbagbo qui a fait de l’indépendance africaine un des fondements de son action politique. Il est par contre en totale contradiction avec les programmes en cours à Abidjan qui ont surtout pour vocation de promouvoir les fonctions et le statut métropolitain de la ville en continuant à tenter d’y adapter des modèles urbains internationaux et occidentaux.

  • 7  L'ESTP forme, d’après son site Internet http://www.inphb.edu.ci/, destechniciens supérieurs en bât (...)

30L’ESTP de Yamoussoukro est une autre institution révélatrice de l’attention toute particulière que l’Etat ivoirien accorde à la promotion de l’urbanisme. Pilier de l’INPHB, logée à dessein dans un bâtiment doté d’une des architectures les plus originales de Yamoussoukro, l’école a pour vocation d’assurer la formation de techniciens supérieurs, d’ingénieurs et de cadres dans le secteur des travaux publics et de l’urbanisme, en formation initiale comme en formation continue7. Elément central de la politique d’ivoirisation des cadres urbanistes (cf. infra), l’ESTP est-elle pour autant un lieu d’émergence de nouvelles façons d’appréhender l’urbanisme en Côte d’Ivoire ? On peut en douter. La formation reçue reste très technique, dans la continuité de ce qui se faisait à l’époque coloniale dans les établissements coloniaux de formation professionnelle. L’enseignement demeure concentré sur des questions qui renvoient surtout à des pratiques et à des considérations techniques, au mieux « tropicales ». Ensuite, les influences françaises et occidentales restent fortes sur l’école – nombreux sont les enseignants dont les thèses ont été soutenues en France ou dans d’autres pays occidentaux. Enfin, la commande publique reste tributaire d’un personnel politique dont on vient de dire combien il était lui aussi très fortement marqué par des modèles occidentaux, même en partie reconstruits. Cette école est donc un lieu de passage de solutions techniques et de modèles extérieurs vers la Côte d’Ivoire mais aussi à partir de la Côte d’Ivoire vers d’autres pays de la sous-régions (Burkina Faso, Mali…) qui y envoyaient, jusqu’au conflit actuel, des élèves.

31Finalement, ces deux institutions sont l’expression d’un important soutien de l’Etat à un certain urbanisme « ivoirien », à tout le moins à un certain savoir-faire ivoirien en matière d’urbanisme. Le BNETD et l’ESTP constituent des relais remarquables et des foyers de diffusion en Afrique de l’Ouest de pratiques et de savoirs urbains qui, conçus essentiellement en Occident, ont été toutefois partiellement amendés et adaptés – à l’image finalement du modèle abidjanais.

Quelques parcours d’urbanistes : ingénieurs et militants

  • 8  Politique de promotion des cadres ivoiriens dans les postes à responsabilités qui, autant qu’une p (...)

32Les cadres institutionnels existent donc de longue date, et ont permis à une importante activité de réalisation puis de conception de programmes d’aménagement et d’urbanisme de se mettre en place dans le pays. Chacune de ses deux institutions est d’abord l’expression d’une volonté politique et de la création par les personnels politiques d’un outil performant d’aménagement et d’urbanisme et l’importance des techniciens et experts, de leur formation, de leur parcours et de leur culture n’est pas à négliger dans l’étude des différents modèles utilisés, qu’ils aient été copiés, appropriés ou seulement source d’inspiration. L’ivoirisation progressive des cadres8, à partir des années 1970, n’a dans ce contexte que peu changé l’esprit des réalisations urbaines ivoiriennes : d’abord parce que jusqu’en 1994 et l’avènement du président Bédié ce sont des Français qui ont été en charge de la direction de la plus importante structure nationale de planification urbaine, la DCGTx-BNETD ; ensuite parce que la plupart des cadres ivoiriens, du moins les plus anciens d’entre eux, ont été formés dans des universités ou écoles d’ingénieurs françaises, ou par des enseignants français ou formés en France. Ces ingénieurs, Français et Ivoiriens, ont été marqués par une double influence, coloniale pour les plus anciens, parfois issus du corps autonome des Travaux-Publics de la France d’Outre-mer (Fredenucci 2005), française et occidentale pour tous. La nationalisation de la profession s’est accompagnée de revendications corporatistes et nationalistes, contre les coopérants français – il est vrai fort nombreux – jugés désormais inutiles. Elle n’a pas produit de bouleversement fondamental dans l’approche des questions urbaines. On assiste cependant, depuis que la poursuite d’études supérieures en France est devenue problématique, à une diversification des parcours de formation. Les cadres les plus jeunes sont en effet de plus en plus nombreux à être diplômés d’universités canadiennes ou états-uniennes, ou à avoir suivi des parcours professionnels qui ne sont plus exclusivement marqués par les influences françaises.

33Dans cette perspective, les parcours des directeurs généraux successifs de la DCGTx-BNETD sont exemplaires à plus d’un titre. D’abord parce que leur biographie accompagne, sur le site internet du BNETD, l’histoire de cette institution, et lui sert même de fil conducteur. La qualité de leurs parcours fonctionne comme un gage de professionnalisme auprès des clients potentiels, l’institution cherchant en tant que bureau d’étude à élargir son marché à l’ensemble de l’Afrique de l’Ouest. Ensuite, parce qu’au-delà de la forme, les parcours de ces individus sont représentatifs des évolutions rencontrées dans le recrutement des ingénieurs et urbanistes ayant en charge la planification et la conduite des projets ivoiriens. Ils éclairent le processus par lequel des modèles urbains occidentaux ont pu devenir des références essentielles. Les discours des urbanistes ivoiriens travaillant dans le privé au sein de bureaux d’études dont les compétences sont parfois mobilisées par le BNETD – stratégie qui est aussi la sienne dans les autres pays d’Afrique de l’Ouest où il exporte son expertise – montrent d’ailleurs une réelle similitude, au moins pour la période la plus récente, entre la tête et la base de la profession dans son approche (voir infra 2.4).

34Les deux premiers directeurs de la DCGTx sont des Français, tous deux ingénieurs. Le premier, A. Cesareo, ingénieur de formation, a fait presque toute sa carrière en Afrique au titre de la coopération, si intense durant les années soixante, en Guinée tout d’abord, en Côte d’Ivoire, où il participa à divers travaux d’infrastructure dans les années soixante, puis au Congo. Sous sa direction, de 1977-78 à 1992, de grandes infrastructures routières ont été réalisées à Abidjan, selon le modèle de l’adaptation de la ville à l’automobile et une logique de réseaux chère à l’approche que les ingénieurs peuvent avoir de l’urbanisme. Très proche du Président Houphouët-Boigny, il quitte son poste suite à aux pressions de la Banque mondiale et du FMI.

35Le deuxième, Ph. Serey-Eiffel, ingénieur des Ponts et chaussées, dirigea la DCGTx de 1992 à 1994. Très proche d’A. Ouattara, alors Premier ministre, il ne peut rester après l’accession à la présidence de H. K. Bédié qui relance la politique d’ivoirisation des cadres. La DCGTx restait une des dernières grandes institutions à y avoir échappé.

  • 9  T. Thiam est ce sens caractéristique des évolutions des parcours des cadres ivoiriens et donc de l (...)

36T. Thiam, son successeur, est certes Ivoirien, mais il est diplômé de l’Ecole polytechnique, est ingénieur civil des mines et n’a jamais travaillé en Côte d’Ivoire depuis sa sortie d’école. Il assure la direction du BNETD – le changement de nom correspond à son arrivée – de 1994 à 1999, avant d’être nommé ministre de la planification, de la programmation et du développement. Dans ses fonctions, il introduit une réflexion sur les modes de financement des grands investissements publics, préconisant notamment le développement du built operate transfer afin d’assurer le financement de nouveaux programmes, comme la construction de nouveaux marchés (Bertoncello et Bredeloup 2002) : l’urbanisme n’est plus seulement conçu comme une construction, mais aussi comme la recherche d’outils de financement et de gestion sur le long terme. C’est donc encore à la diffusion de modèles occidentaux, notamment ceux promus par la Banque mondiale (Osmont 1995) – et donc non plus exclusivement français – où il a travaillé en 19899, que l’on assiste là.

37Après un bref intermède de 1999 à 2000, où le BNETD fut dirigé par A. Adou, ingénieur passé entre autres par l’Ecole des ponts et chaussées, c’est à un militant du FPI, A. Don Mello, ingénieur titulaire d’un doctorat de l’Ecole des ponts et chaussés, que revient la direction. Défendant l’ivoirisation des cadres urbanistes, il cultive aussi le mélange des genres politique-direction du BNETD : de nombreux articles de presse le présentent aussi comme un militant actif du parti au pouvoir, utilisant aussi sa fonction comme une tribune.

38L’importance de la formation française, entendue en partie comme héritage colonial et de la coopération, se lit clairement dans ces brefs portraits et explique le poids accordé aux ingénieurs dans les fonctions de direction et d’encadrement de l’urbanisme et de l’aménagement en Côte d’Ivoire. Mais ce modèle est aujourd’hui de plus en plus concurrencé. D’autre part, l’importance des liens personnels et des passerelles avec le monde politique soulignent à la fois l’importance que les dirigeants accordent à ces questions et l’influence que ces professionnels de la ville peuvent avoir auprès des élus.

39.

Décentralisation, modèle occidental et nationalisme ivoirien

40Depuis le discours de la Baule (1990), l’accélération conjointe de la démocratisation et de la décentralisation se traduit par une multiplication des acteurs politiques et une évolution de leurs prérogatives. Dans le même temps, l’organisation du champ professionnel s’est également transformé, laissant une place plus grande au secteur privé. Ainsi, presque tous les élus locaux, en référence à l’ancien président Houphouët-Boigny qui aurait inspiré le plan somptuaire de Yamoussoukro (Chaléard et Dubresson 1993), se veulent urbanistes et bâtisseurs ; tous mettent en avant les réalisations qui ont été planifiées et réalisées sous leurs mandatures ; tous regorgent de projets pour les mandatures à venir, toujours plus ou moins somptueux et « occidentaux ». Cet accaparement de l’urbanisme par le personnel politique est un fait tellement partagé en Côte d’Ivoire que chaque cadre un peu important est devenu, dans sa région, sa ville et même son village ce que A. Dubresson et C. Vidal (1993) ont nommé des « urbanistes de l’intérieur » Leurs réalisations, symboles de leur réussite personnelle – abidjanaise, cela va sans dire – mobilisent souvent des professionnels (architectes, géomètres, ingénieurs, parfois urbanistes) venus de la capitale. Il existe comme une hiérarchie des vitrines urbaines, internationale pour Abidjan, régionales et locales dans les autres cas ; il y eu une diffusion réelle, quoi que partielle et atténuée de la pensée et de la pratique urbaines abidjanaises.

41Il est dès lors nécessaire de s’interroger sur les conditions de la production d’un discours sur les modèles urbains à promouvoir et sur le rôle que l’expertise peut jouer, alimentant à l’amont les perceptions et les projets ou répondant à l’aval aux demandes des élus. Le cas du Plateau est à nouveau exemplaire. Les discours politiques sur l’urbain ne sont plus le privilège des seuls personnels politiques nationaux et l’intérêt de cette commune est justement qu’elle concentre l’attention de l’ensemble des acteurs de la hiérarchie politique, des autorités municipales, bien sûr, aux autorités régionales puis nationales. Ces dernières ne jouant finalement que très modérément leur rôle de régulation et de promotion de solutions intégratrices entre le CBD et le reste de l’agglomération abidjanaise dans un contexte de crises multiples.

42En septembre 2001, alors que l’on croyait que la Côte d’Ivoire était entrée dans une phase d’apaisement, le maire de cette commune, élu quelques mois plus tôt, A. Bendjo, avait présenté son programme (Fraternité Matin 26 septembre 2001), qui renvoyait explicitement au modèle urbain des années 1970 en soulignant à plusieurs reprises combien le Plateau devait au sein de l’agglomération abidjanaise conserver son caractère original.

43Nous avons décidé de mettre de l’ordre au Plateau parce que nous pensons qu’à Abidjan, le Plateau est la référence en matière de centre d’affaire de la Côte d’Ivoire et même de l’Afrique de l’Ouest. Et je l’ai dit au départ, le Plateau c’était la fierté de notre pays. Aujourd’hui, je pense qu’il faut avoir honte d’aller au Plateau. Moi, j’ai honte, et j’espère que vous aussi vous avez honte d’aller au Plateau. Et le problème c’est que l’informel a été institutionnalisé. […]

44Nous voulons tout simplement organiser le Plateau. Et nous commençons par ce qui est illégal. Si personne ne respecte les petites règles là, on ne respectera pas les lois. Et tout le monde va s’habituer à l’informel. Il faut qu’il y ait quelqu’un qui prennent le risque de le dénoncer et de faire en sorte que ça recule. Vous serez impopulaire mais au moins dans un an, deux ans on sera fier d’être au Plateau.

45La promotion du Plateau en tant que centre métropolitain passe alors par la négation de tout ce qui peut renvoyer à l’image classique que l’on se fait d’une ville en développement, singulièrement africaine (Gervais Lambony, 1994, 29-79). La « perle des lagunes » se doit de symboliser aux yeux du monde, et de ses voisins en particulier, l’exception ivoirienne. Elle ne saurait, selon cette vision, s’accommoder ni des taudis que l’on rencontre habituellement dans les villes en développement (Yapi-Diahou 2000), ni d’une forte présence « informelle » dans ses rues, qu’il s’agisse de commerçants, d’artisans, comme de moyens de transports informels déjà évoqués (Steck 2003). Cette re-valorisation du Plateau passe donc par une politique dite de « déguerpissements » de plus en plus active, destinée à débarrasser les rues de tout ce qui pourrait nuire à l’image de marque du quartier.

  • 10  « renforcement et amélioration des activités économiques ; valorisation du patrimoine foncier de l (...)

46Mais il ne suffit pas de faire le ménage : redorer le blason du Plateau, c’est aussi remettre au goût du jour d’ambitieux programmes urbanistiques, dont celui de la Voie triomphale. Plusieurs autorités sont concernées par ce projet et par sa promotion : c’est le cas du gouvernement qui dans la seconde moitié des années 1990 a lancé un projet d’aménagement du centre ville d’Abidjan, confié au BNETD, avec l’objectif de promouvoir encore la ville comme métropole sous-régionale10. Inutile d’insister sur le renforcement de cette préoccupation – au moins dans les discours – depuis 1999 et surtout 2002 (Vidal et Le Pape 2002).

47Ces discours et ces projets de la municipalité du Plateau sont appuyés par les autorités gouvernementales et par celles du district. Ces dernières, mises en place en 2002, avaient pourtant pour objectif d’associer la métropole et la mégapole en assurant à la fois la promotion de la capitale ivoirienne à l’extérieur et, grâce à la fameuse « bonne gouvernance », une certaine justice spatiale, une certaine régulation à l’intérieur. L’idée de départ était séduisante mais on peut douter de la capacité du district à proposer un véritable projet urbain alternatif dans un contexte politique par ailleurs peu favorable à l’expérimentation. L’une des premières initiatives du nouveau gouverneur, ancien maire d’Adjamé cultivant une image de maire bâtisseur (un nouveau marché de 12000 places, le plus grand de l’agglomération, et de nouveaux centres commerciaux furent construits sous sa mandature), fut ainsi de se rendre au BNETD, en novembre 2002. Cette rencontre a été l’occasion de remettre au goût du jour, parmi d’autres projets, celui de la Voie triomphale.

48Le jeu des influences croisées expertise-politique fonctionne ici à plein. Alors que le maire a un projet pour sa commune et utilise une image fantasmée de ce que doit être une ville moderne et modèle sans informel en piochant dans l’argumentaire assimilé de l’urbanisme colonial, le gouverneur du district bénéficie de l’appui technique du BNETD qui joue là son rôle de conseiller, peut être aussi un peu de lobbyiste. Dans un contexte de crise grave, les discours politiques se figent et le modèle urbain occidental est mis en avant comme seul recours. On peut se demander si plus la ville s’enfonce dans la crise, plus la promotion de ce seul Plateau apparaît comme étant essentielle aux yeux des dirigeants ivoiriens alors qu’elle ne constituait jadis qu’un élément, certes central, d’un projet urbain bien plus ambitieux. La multiplication de projets très localisés et peu coordonnés remet aujourd’hui en cause l’importance accordée naguère à la planification d’ensemble. A la lumière du poids des arguments techniques dans toutes les décisions qui ont été prises jusque là à Abidjan, on est tenté de conclure qu’ils donnent (trop) souvent un habillage « scientifique » à des décisions qui sont en fait politiques.

Professionnalisme, ville planifiée et nationalisme ivoirien

  • 11  Un examen plus détaillé de l’histoire de cette organisation, de ses composantes sociales, professi (...)

49Parallèlement aux transformations institutionnelles du pays et à l’entrée dans le jeu décisionnel de l’urbanisme des nouveaux dirigeants locaux, le champ professionnel connaît lui-même des changements. Ainsi, la montée d’un professionnalisme privé dans le champ urbain (bureaux d’études, travaillant ou non avec des institutions comme le BNETD) va de pair avec la revendication d’une pratique conforme aux canons du métier, et se décline selon un double registre, idéologique et professionnel, qu’on peut analyser à travers l’intervention de l’ONUCI (organisation nationale des urbanistes de Côte d’Ivoire) au forum de réconciliation nationale de Grand-Bassam en 2001-2002 (cf. encadré n°1). L’ONUCI, organisation professionnelle et entendue à ce titre, présente ainsi ici un point de vue qui va, de nouveau, dans le sens du nationalisme ivoirien en l’habillant d’arguments techniques11.

50A travers la dénonciation de la dégradation du paysage urbain, dont rendrait compte le détournement de la fonction originelle de chaque élément (espaces publics, espaces verts, réserves foncières, trottoirs…), l’ONUCI témoigne de son attachement à un modèle urbain, à l’évidence inadapté, et qui n’est pas remis en cause, bien au contraire. Elle pointe des responsabilités et exige des actions afin que l’aspect visuel de la ville redeviennent conforme à ce qui fut planifié, sans qu’une réflexion soit engagée sur la validité des plans promus et des modèles urbains auxquels ils renvoient. Cette adhésion au modèle de la ville planifiée s’articule aux ambitions politiques somptuaires déjà décrites. Elles trouvent, dans le cadre du Forum, un écho très particulier, dont la presse ivoirienne (ie abidjanaise) avait alors rendu compte.

51Cette constance idéologique est d’autant plus remarquable que l’organisation défend les intérêts et les conditions d’exercice d’une profession en mutation. Les mauvaises conditions de travail des urbanistes, et notamment des cabinets privés, serait selon l’ONUCI une des causes du détournement des plans et modèles urbains. Sans entrer dans le détail des effets sur la ville de la corruption et de l’appropriation par certains agents de l’administration de prérogatives et de pouvoirs qui ne sont pas les leurs, l’importance accordée ici aux professionnels privés de l’urbanisme mérite attention, car elle révèle un changement profond (à tout le moins un désir de changement profond) dans la façon de concevoir l’urbanisme en Côte d’Ivoire, dont on a montré combien il avait été encadré par l’Etat, notamment via le BNETD. On remarquera toutefois qu’en se positionnant en « gardiens du temple », ils ne semblent guère à même de proposer des solutions alternatives à une crise urbaine dont ils ne donnent à voir, ici, qu’une vision tronquée. La déviation de la ville par rapport au modèle occidental, qui est nettement dénoncée ici, renvoie ainsi à la fin du miracle et du mythe d’un pays occidental en Afrique : l’importance de l’informel dans les rues, l’existence de quartiers précaires mais aussi la fin de tout encadrement des projets urbains apparaissent comme autant de signes qui ne trompent pas et contre lesquels les urbanistes, en professionnels de la ville, se positionnent.

  • 12  NB : cette déclaration de l’ONUCI a figuré sur le site abidjan.net pendant que se tenait le forum (...)

Encadré n°1 : extraits du discours de l’organisation nationale des urbanistes ivoirien lors du Forum de réconciliation nationale (2001-2002)12

52L'absence d'une véritable politique de gestion urbaine a eu pour conséquence : le détournement des espaces verts, et des réserves pour équipements à d'autres fins, notamment les espaces verts transformés en lots d'habitations et les réserves d'équipements transformées en zones d'habitations etc. a créée des conflits entre d'Etat, les propriétaires terriens et la population. L'occupation anarchique de l'espace public notamment les trottoirs transformés en marchés, gares de taxis villes etc. engendre une gêne pour les usagers. Il faut le reconnaître, cette situation est surtout le fait autorités administratives dans un but pas toujours louable.

53Troisièmement : Le problème de l'immigration

54[…] En l'espace de 20 ans, cette population [étrangère] a été multipliée par trois. La non maîtrise du flux migratoire ne permet pas une bonne planification tant au niveau régional qu'au niveau urbain notamment la programmation des projets de développement, la maîtrise des zones d'extension urbaine, etc.

55Quatrièmement : La concurrence déloyale des agents de l'administration

56L'ONUCI constate que les projets qui devraient être réalisés par le secteur privé sont accaparés par des agents de l'administration disposant de structures parallèles qui constituent des concurrents au secteur privé. Il en résulte un important manque à gagner des PME et en particulier les cabinets d'études qui ne peuvent jouer leur rôle d'expertise, de compétitivité, de créateurs d'emploi, de formateurs et de contribution aux impôts.

57Par ces pratiques, les agents de l'administration deviennent juges et partis avec toutes les conséquences qui en découlent.

58Eu égard à ce qui précède , l'ONUCI fait les recommandations suivantes :

59[…]

60Au titre du développement urbain :

61la mise en place d'un système de contrôle à l'entrée du pays. A ce sujet nous soutenons la création de l'office national de l'immigration. Ainsi, nous pourrions savoir une connaissance précise et périodique des flux migratoires à l'intérieur du pays et entre notre pays et l'extérieur.

62Au titre de la concurrence déloyale des agents de l'administration :

63nous recommandons une vigilance plus accrue de l'administration en ce qui cerne les activités illégales de ses agents.

Conclusion

64Dans cette analyse exploratoire, l’exemple du Plateau sert de fil directeur pour mettre au jour la vision particulière autour de laquelle se rassemble de nombreux élus et techniciens. Ce modèle urbain est profondément tributaire de l’image de la ville occidentale, souvent associée en terre africaine à une certaine conception de la dignité urbaine, indissociable ici du paysage urbain et de la mise en place de certaines formes de façadisme urbain.

65La question des modèles urbains serait toutefois incomplète si on ne la limitait qu’à cet aspect des choses : il est nécessaire de l’élargir en passant de l’analyse de la seule construction à la planification d’ensemble puis, de plus en plus, à sa gestion (voir, entre autres, Osmont et Goldblum (éds) 2003). Dans une ville comme Abidjan, la co-présence et la juxtaposition des pouvoirs, depuis 1990 surtout, se doublent en effet aujourd’hui d’une co-présence et d’une juxtaposition des modèles de gestion urbaine, chacune des communes d’Abidjan disposant d’une assez vaste autonomie. Aussi, s’agit-il ici uniquement de s’intéresser aux modèles de construction de la ville importés et copiés, même de façon tronqué, ou de chercher aussi au sein de cet ensemble institutionnel composite des éléments qui posent la question de la création de nouveaux modèles urbains, notamment à travers l’étude des formes de la gestion urbaine. Il faudrait alors élargir le thème de la recherche des techniciens de l’urbanisme conçu comme une production « physique » et paysagère de la ville à ceux de sa gestion, politiques inclus, qui jouent aussi un rôle important dans la circulation d’autres formes de modèles, auxquelles, comme le montrent les nombreux exemples de mise en place d’urbanisme négocié ou de budgets participatifs, la recherche accorde justement aujourd’hui une grande importance.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Agier M. (1999), L’invention de la ville : banlieues, townships, invasions et favelas, Amsterdam, EAC

AUA-DCGTx (1994-1996), Etude d’urbanisme pour l’actualisation du schéma directeur d’Abidjan, Abidjan, DCGTx-BNETD

ARCHI 2000-BNETD (1998), Projet d’aménagement du centre ville d’Abidjan, Abidjan, Présidence de la République

Balandier G. (1955), Sociologie des Brazzavilles noires, Paris, FNSP

Balandier G. (1957) Afrique ambiguë, Paris, Plon

Bernus E. (1962), « Note sur l’agglomération d’Abidjan et sa population ». Bulletin IFAN, XXI-B-1-2, pages 54 à 85

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Bertoncello B., Bredeloup S. (2002), « La privatisation des marchés urbains à Abidjan : une affaire en or pour quelques-uns seulement ». Autrepart, n°21, pages 83 à 100.
DOI : 10.3917/autr.021.0083

Chaléard J.-L., Dubresson A. (1993), « Yamoussoukro, ou de l'ivoirité d'une mégalomanie ». Les Cahiers de Fontenay, n°69-70, pages 173 à 189

Dembele O. (1997), « Le modèle d’urbanisme ivoirien face à la crise économique : observations à propos de l’habitat métropolitain » dans Contamin et Memel-Fotê Le modèle ivoirien en questions : crises, ajustements, recompositions, Paris, Karthala-ORSTOM, pages 483 à 513

Diabaté H., Kodjo L. (1991), Notre Abidjan, Abidjan, Mairie d’Abidjan.

Doutreuwe F. (1993), « La Côte d’Ivoire » dans J. Soulillou (éd.), pages 105 à 134

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

Dresch J. (1948), « Villes congolaises. Etude de Géographie urbaine et sociale ». Revue de géographie humaine et d'ethnologie, n°3, pages 3 à 24
DOI : 10.2307/210666

Dresch J. (1950), « Villes d’Afrique occidentale ». Cahiers d’Outre-mer, pages 200 à 230

Dubresson A., Vidal C. (1991), Loin d’Abidjan : les cadres, urbanistes de l’intérieur, Abidjan, ORSTOM

Dulucq S. (1996), « L’exportation du modèle urbain européen en Afrique noire francophone : les ambiguïtés du discours et des pratiques » dans Coquery-Vidrovitch et Goerg (éds), La ville européenne outre mers : un modèle conquérant ? XV°-XX° siècles. Paris : L’Harmattan, pages 217 à 234

Fourchard L., Albert I. O. (éds) (2003), Sécurité, crime et ségrégation dans les villes d’Afrique de l’Ouest du XIXe siècle à nos jours, Paris-Ibadan, Karthala-IFRA

Fredenucci J.-C. (2005), « Aux origines des pratiques de mission de l'administration
de l'urbanisme de la Ve république : l'Afrique noire ». Clio en @frique, n° 14, http://mmsh.univ-aix.fr/iea/clio/numero/14/sommaire14.html

Haeringer P. (1985), « 25 ans de politiques urbaines à Abidjan, ou la tentation de l’urbanisme intégral » Politique africaine, n° 17, pages 20 à 40

Haeringer P. (2000), « Abidjan : quatre cercles plus un » (pages 73 à 80) et « Abidjan » (pages 419 à 432), dans F. Dureau et al. (éd.), Métropoles en mouvement : une comparaison internationale, Paris, Economica-Anthropos-IRD

Galy M. (1993), « Les avatars de la DCGTx en Côte d’Ivoire » Politique africaine, n° 52, pages 135 à 139.

Gervais-Lambony P. (1994), De Lomé à Harare : le fait citadin. Images et pratiques des villes africaines, Paris, Karthala-IFRA

Goerg O. (2003), « De la ségrégation coloniale à la tentation sécessionniste : ‘l’urbanisme sécuritaire’ » dans L. Fourchard et al., pages 245 à 261

Goerg O., Huetz de Lemps X. (2003), « La ville européenne outre-mer » dans J.-L. Pinol (éd.), Histoire de l’Europe urbaine, Paris, Seuil

Osmont A. (1995), La banque mondiale et les villes : du développement à l’ajustement, Paris, Khartala

Osmont A., Goldblum C (éds) (2003), Villes et citadins dans la mondialisation. Paris : Karthala-GEMDEV

Sautter G. (1951), « Aperçu sur les villes ‘africaines’ du Moyen-Congo ». L'Afrique et l'Asie, n°14, pages 34 à 53

Soulillou J. (éd.) (1993), Rives coloniales : architectures, de Saint-Louis à Douala, Marseille-Paris, Parenthèses-ORSTOM

Steck J.-F. (2003), Territoires de l’informel : les petites activités de rue, le politique et la ville à Abidjan, Thèse de doctorat en géographie, Université de Paris X-Nanterre

Vidal C., Le Pape M. (éd.) (2002), Côte d’Ivoire, l’année terrible : 1999-2000, Paris, Karthala

Yapi Diahou A. (1981), Etude de l’urbanisation de la périphérie d’Abidjan : l’urbanisation de Yopougon. Thèse de doctorat en géographie, Université de Toulouse Le Mirail

Yapi Diahou A. (2000), Baraques et pouvoirs dans l’agglomération abidjanaise, Paris, L’Harmattan

http://www.abidjan.net portail spécialisé qui propose, outre une revue de presse, des liens vers les sites de l’ensemble des titres de la presse ivoirienne

Haut de page

Notes

1  l’agglomération abidjanaise est divisée en 10 communes qui étaient chapeautées jusqu’à la mise en place de la réforme administrative en 2002 par une mairie centrale aux compétences assez limitées. Ces communes, ainsi que les sous-préfectures contiguës de Sangon à l’ouest, Anyama au nord et Bingerville à l’est sont aujourd’hui regroupées au sein d’un « District » censé prendre en compte la dynamique périurbaine abidjanaise.

2  les quartiers de Yopougon portent pour la plupart d’entre eux les noms des sociétés qui en ont assuré la promotion et la construction (SIPOREX, SIDECI, SICOGI…).

3  depuis le mandat dont la France avait hérité de la SDN sur leurs régions

4  la politique du logement a été revue depuis et est à reconsidérer dans le contexte de crise économique des vingt dernières années (Dembele 1997).

5  pour qui recherche des statistiques ou des informations précises en Côte d’Ivoire, mieux vaut d’ailleurs s’adresser à eux plutôt qu’à l’institut national de statistique ou qu’aux ministères a priori directement concernés par l’objet de la recherche…

6  www.bnetd.ci/presentation/interview.htm– NEPAD : new economic partnership for african development ; ambitieux plan de développement continental mis en place en 2001, devenue depuis une référence obligée de la « renaissance africaine »

7  L'ESTP forme, d’après son site Internet http://www.inphb.edu.ci/, destechniciens supérieurs en bâtiments et urbanisme, équipements, géomètres, transport, et des ingénieurs de conception dans les domaines suivants : bâtiment ; hydraulique et environnement et infrastructures.

8  Politique de promotion des cadres ivoiriens dans les postes à responsabilités qui, autant qu’une politique d’indépendance nationale, fut aussi une politique destinée à offrir des débouchés aux diplômés que produisait le système éducatif secondaire et supérieur ivoirien. Très intense au cours des années 1970, notamment dans certains secteurs-clé de l’administration et de l’enseignement, cette politique s’est considérablement ralentie dans les années 1980 du fait de la disette croissante des finances publiques, alors que dans le même temps le recul de la coopération libéraient des postes et accentuait, dans certains secteurs, les besoins.

9  T. Thiam est ce sens caractéristique des évolutions des parcours des cadres ivoiriens et donc de la variété des influences occidentales qui sont les leurs.

10  « renforcement et amélioration des activités économiques ; valorisation du patrimoine foncier de l’Etat ; création de zones d’aménagement destinés à des programmes immobiliers pouvant faire intervenir le secteur privé ; amélioration de la circulation ; redéfinition des tâches et rôles des institutions » (Archi 2000-BNETD 1998, p.6)

11  Un examen plus détaillé de l’histoire de cette organisation, de ses composantes sociales, professionnelles, idéologiques et politiques serait nécessaire. Elle n’a pu être faite à ce jour.

12  NB : cette déclaration de l’ONUCI a figuré sur le site abidjan.net pendant que se tenait le forum de réconciliation nationale, mais elle n’a pas été archivée

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Abidjan : histoire et croissance de la ville
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1200/img-1.png
Fichier image/png, 116k
Titre Fig. 2 : Le Plateau, commune fonctionnelle
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1200/img-2.png
Fichier image/png, 121k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Fabien Steck, « Abidjan et le Plateau : quels modèles urbains pour la vitrine du « miracle » ivoirien ? », Géocarrefour, vol. 80/3 | 2005, 215-226.

Référence électronique

Jean-Fabien Steck, « Abidjan et le Plateau : quels modèles urbains pour la vitrine du « miracle » ivoirien ? », Géocarrefour [En ligne], vol. 80/3 | 2005, mis en ligne le 19 octobre 2007, consulté le 25 avril 2014. URL : http://geocarrefour.revues.org/1200 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.1200

Haut de page

Auteur

Jean-Fabien Steck

Université Paris-X
Gecko, Laboratoire de Géographie Comparée des Suds et des Nords
Département de Géographie, UFR SSA
Bâtiment D, 3e étage
200 avenue de la république
92001 Nanterre Cedex
E.mail : jean_fabien.steck@paris10.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page