Navigation – Plan du site

Saba Shiber, ‘Mr. Arab Planner’. Parcours professionnel d’un urbaniste au Moyen-Orient

Saba Shiber, ‘Mr. Arab Planner’. The carrer path of an urban planner in the Middle East
Joe Nasr
p. 197-206

Résumés

Cet article présente les premiers résultats d’une recherche sur une figure clef de l’histoire de l’urbanisme contemporain au Moyen Orient, Saba Shiber (1923-1968), urbaniste arabe d’origine palestinienne et de nationalité américaine ayant notamment exercé au Liban et au Koweit.  A travers Shiber, il est possible de plonger sur le moment d’émergence d’un discours tenu par un professionnel local, en direction d’un large public, sur la nécessité d’une planification du cadre bâti des villes arabes. Cette figure permet en outre d’explorer la structuration professionnelle du milieu d’ingénieurs, d’architectes et d’urbanistes arabes.

Haut de page

Texte intégral

1Chaque système national d’urbanisme se présente comme un mélange de traditions et de structures locales auxquelles ont été greffées des concepts et outils inspirés de modèles importés ou imposés. Ces modèles ont été véhiculés par des acteurs très divers – des visiteurs, des expatriés, des indigènes ayant circulé à l’étranger, ou autres – comme le montre, entre autres, la synthèse de Ward (2002). Ce principe aujourd’hui établi, il devient impératif de le complexifier, quitte à le reconsidérer. L’analyse plus attentive des différents acteurs, notamment à travers des parcours de vie, liant les dimensions personnelles aux dimensions professionnelles, doit y contribuer. Ces récits peuvent non seulement éclairer les mécanismes de diffusion de modèles à travers les acteurs, mais aussi poser des questions sur la nature de ces acteurs, notamment sur leur identité, ou plutôt leurs identités.

2Cette orientation est essentielle pour comprendre les modalités de développement de l’expertise locale (Souami, Verdeil, à paraître). Mais la notion d’expertise locale est d’emblée problématique car son terrain d’application dépasse, dans la majorité des cas, le cadre local. En fait, dans certaines régions et notamment dans le monde arabe, rares sont les urbanistes qui n’ont pas été exposés directement ou indirectement à des modèles ou pratiques extérieurs, d’autant que le développement de formations locales en urbanisme y est extrêmement récent (Yerasimos, à paraître). Dans ce sens, on peut dire que la plupart des urbanistes arabes ont une expertise plus ou moins nomade. Nul n’illustre l’expertise nomade mieux que Saba Shiber, le sujet de cet article, cas exemplaire de l’instabilité du concept de « professionnel local » en urbanismei.

Planning the Arab Metropolis Must Come of Age(« La planification de la métropole arabe doit mûrir »)

3Tel est le titre de l’une des nombreuses publications, parue en 1960, de Saba George Shiber (1923-1968) (figure 1). Il souligne d’entrée de jeu plusieurs traits de sa personnalité. Le ton général est absolu, ferme (« must » signale une injonction). Le trait n’est pas spécifique à Shiber, mais reflète le positivisme caractéristique de son temps. Les intentions implicites sont claires. Le titre implique une critique forte de l’urbanisation émergente des pays arabes, et invite en outre à contrôler et à modeler le cadre bâti ; c’est là une caractéristique récurrente dans ses écrits. Shiber se voyait de fait plutôt comme un apôtre de l’urbanisme dans les pays arabes que comme un practicien de cette discipline ; c’est pourquoi il écrivait constamment. Cette phrase révèle aussi sa vision de l’espace : l’utilisation de « métropole » plutôt que de « ville » indique l’attention portée principalement aux grandes agglomérations et à leur émergence dans la région. La temporalité du titre dénote une vision orientée vers le futur. Ce qui l’intéresse au premier chef, sont les moyens de transformer les villes émergentes. S’il porte attention à l’histoire, c’est en référence au présent ii. Sa conception de la ville est à l’évidence organiciste. L’utilisation de « come of age » renvoie à l’idée – courante à l’époque – de la ville comme corps, comme organe (ou être) qui croît pour devenir adulte. Sa sphère géographique est précisée d’emblée, ce sont les villes arabes qui l’intéressent ; en dépit de ses liens avec le milieu international des urbanistes, l’audience visée est arabe, l’objet de ses critiques parfois virulentes sont les villes arabes. Son activité professionnelle se déployait dans le monde arabe. Bien que parfois critique des Arabes dans ses écrits (surtout sur la Palestine), c’était généralement aux Arabes qu’il adressait ses discours. L’option linguistique est également éloquente. Bien qu’il maîtrisât la langue arabe et qu’il l’utilisât parfois dans les petits articles donnés à des journaux locaux, ses écrits techniques étaient surtout en anglais.

Figure 1 : Caricature de Saba Shiber par le dessinateur libanais Diran, 23 mars 1962.

Source : « Arab of the Year », Middle East Business Digest (décembre 1963): p. 44.

Source : « Arab of the Year », Middle East Business Digest (décembre 1963): p. 44.

Shiber comme pionnier, personnalité et prédicateur de l’urbanisme arabe

4Saba Shiber est peu connu aujourd’hui (bien que pas complètement inconnu). Son nom évoque peu de choses à la plupart des urbanistes arabes, alors qu’il fut l’une des premières figures importantes à prêcher pour la cause de l’urbanisme arabe. Cinq facettes de son personnage retiennent l’attention.

5Un pionnier : Selon toutes les indications rassembléesiii, il est l’un des deux premiers Arabes à avoir obtenu un doctorat en urbanisme aux Etats-Unis (à l’université de Cornell en 1956)iv. Il fut l’un des premiers experts, au sens strict et explicite, se consacrant à l’urbain de façon générale, et à la planification urbaine en particulier. Il essaya aussi à plus d’une reprise (sans succès) de mettre en place la première formation universitaire sur ce sujet dans le monde arabe.

6Une personnalité : En son temps, Shiber acquit une renommée régionale, y compris un prix pour l’un de ses livresv, obtint une notice dans un Who’s who arabe, ainsi que de multiples invitations à des colloques et à d’autres interventions, etc. Pour beaucoup, il représentait la cause de l’urbanisme dans les pays arabes.vi Il était donc devenu une « personnalité ».

7Un prédicateur : Son rôle d’activiste était sans doute plus important que celui de practicien de l’urbanisme. Il produisit un énorme corpus : des rapports et des opuscules, mais surtout des articles et des rubriques dans des journaux et des revues à grand public plutôt que dans des revues spécialisées, parues dans plusieurs pays dans la régionvii. De plus, ses écrits, par leur nature, étaient programmatiques plutôt que scientifiques.viii Sa tentative de mise en place d’une formation en urbanisme – malgré son abandon rapide – s’inscrit dans cette même logique de préparer de nouvelles générations de professionnels susceptibles de pratiquer l’urbanisme.

8Un urbaniste : Shiber a certes un peu exercé, au début de sa carrière, comme architecte. Mais durant tout le reste de sa vie professionnelle, il travailla à l’échelle urbaine, et c’est aux problèmes urbains (y compris l’esthétique urbaine) qu’il dévoua toute son énergie.

9Un Arabe : Il intervint professionnellement dans une demi-douzaine de pays arabes (Méditerranée orientale et péninsule arabique uniquement ). Il s’était en fait établi assez rapidement comme expert circulant parmi les pays arabes. De plus, au-delà de sa pratique, son discours s’adressait surtout au peuple arabe.

Survol du parcours de Shiber

10La carrière professionnelle de Shiber fut très riche mais courte, couvrant juste deux décennies : de 1948 à 1968. Elle alla de la préparation de plans pour une université à Jérusalem juste avant la création de l’Etat d’Israël, à la participation à des projets de rénovation urbaine aux Etats-Unis, en passant par la planification de la reconstruction de régions libanaises ravagées par un tremblement de terre. Elle inclut également son travail en tant qu’expert sur les questions urbaines d’un bout du monde arabe à l’autre, et s’acheva sur son expérience comme urbaniste en chef pour la ville de Koweit durant ses années de gloire pétrolière. Sa biographie est présentée ici en six phases principales articulant vie privée et parcours professionnel : sa jeunesse palestinienne ; sa formation aux Etats-Unis; sa pratique, son enseignement et sa spécialisation aux Etats-Unis ; sa carrière libanaise ; sa carrière internationale arabe ; son apogée koweitien.

Parcours professionnel – et personnelix

Jeunesse palestinienne

11Saba George Shiber est né à Jerusalem en 1923. Etant issu d’une famille chrétiennex assez aisée d’artisans et de bâtisseurs, le domaine de la construction lui était familier dès son enfance. Son père, George Saba Shiber, joua un rôle essentiel durant ses premières années en le mettant sur la voie de l’architecture et même de l’urbanisme. Né en 1893, il avait lui-même étudié l’architecture au London Polytechnic Institute, dont il était sorti diplômé en 1914 – apparemment le premier originaire de Jerusalem à avoir suivi de telles études. De retour dans sa ville natale, il était devenu durant l’entre-deux-guerres un ingénieur-architecte bien connu dans sa ville. Durant les années 1940, il présida la filiale de l’Association des ingénieurs arabes à Jérusalem.

12George Shiber avait développé un intérêt pour les questions urbaines. En 1947 par exemple, il publia un article dans la revue égyptienne (diffusée dans tout le monde arabe) al-'Imara, sur « L'habitation hygiénique et économique pour le fermier et l'ouvrier arabe et la société »xi. Dans cet article, il décrivait « le projet de développement arabe pour la Palestine », une activité proposée par le comité économique du Conseil de la Ligue Arabe, auquel participait l’Association des ingénieurs arabes. Son argument était que les maisons dans les villages palestiniens n’étaient pas hygiéniques et causaient une forte mortalité. L’association proposait de « réformer ce qui est réformable » et de créer des maisons suivant le « modèle contemporain moderne hygiénique »xii. Cet article montre une continuité entre l’activité de George Shiber et celle de son fils, et suggère que ce dernier devait à son père son intérêt pour l’amélioration du cadre bâti, et partageait avec lui ce ton réformateur et prosélyte.

13Saba fut envoyé par son père étudier le génie civil à l’Université américaine de Beyrouth (AUB), obtenant un Bachelor of Arts (licence) en 1944. Il acheva ces études tout en travaillant comme dessinateur dans le bureau de son père chaque été. Ce diplôme acquis, il passa deux ans au Caire où il obtint un Bachelor in Architecture de l’Université du Caire. Ce circuit montre clairement que son père le préparait à intégrer le métier familial, lui faisant suivre les jalons nécessaires pour son éventuelle succession dans l’entreprise paternelle. Recevoir la meilleure formation possible, à coûts élevés, était le passage obligé pour parvenir à cet objectif. Ces décisions dénotent en même temps une conviction développementaliste et orientée sur l’action. Seule une préparation professionnelle poussée pouvait permettre d’acquérir les principes modernes pour améliorer les conditions de vie de la population palestinienne. Cela se passait durant une période troublée de guerre mondiale, avec ses avatars locaux, marquée par une forte immigration juive en Palestine. Un tel contexte explique la lutte des ingénieurs palestiniens pour maintenir leur place dans leur pays. Le choix fait par George Shiber d’envoyer son fils à l’étranger pour devenir ingénieur-architecte ne peut s’expliquer uniquement par des raisons familiales et professionnelles.

Formation aux Etats-Unis

14Cette logique se retrouve dans l’envoi immédiat en 1946 de Saba Shiber aux Etats-Unis pour y terminer rapidement ses études. Il y obtint deux Masters au Massachusetts Institute of Technology, chacun en un an : d’abord en architecture, puis en urbanisme (City and Regional Planning).  Les deux mémoires se complétaient. Le premier Master avait pour sujet l’étude du projet d’une Faculté d’architecture et de génie à Jerusalem (Shiber, « A School of Design and Engineering », 1947). Pour le second Master, le mémoire traitait de la planification de la cité universitaire entière qui était prévue, et dont la Faculté d’architecture et de génie serait le premier élément à bâtir (Shiber, « A University City », 1948). Les sujets de mémoire eux-mêmes montrent que l’intention était qu’il se forme et retourne vite à Jerusalem, pour une carrière consacrée à l’enseignement plutôt qu’à la pratique.

15En fait, George Shiber avait déjà entrepris l’achat d’un grand terrain sur le mont Scopus, dans le quartier Sheikh al-Jarrah, dans le but d’ériger une Université de Jerusalem. Ce projet avait un objectif explicite : offrir aux jeunes Palestiniensxiii une possibilité de faire des études universitaires sans quitter le pays. Agir comme contrepoids à l’émigration palestinienne d’un côté et à l’immigration de masses juives bien éduquées en Palestine de l’autre côté était ainsi l’objectif principal de la fondation d’un tel établissement, et la formation de Saba Shiber en architecture et en urbanisme était vue par lui (et évidemment par son père, qui finança ses études) comme un jalon nécessaire pour atteindre ce but. Notons tout de même le choix de démarrer la construction de l’université par une faculté d’architecture et de génie plutôt que par d’autres spécialisations. Ce n’était sans doute pas un hasard (puisque George Shiber était ingénieur-architecte), mais s’accordait aussi avec le désir de contrer l’exode forcé des jeunes Palestiniens : la formation de professionnels comme projet de résistance.xiv Ce projet fut probablement pour Saba Shiber le début de l’engagement politique, et surtout du lien entre politique et urbanisme,– la première fois pour lui que la cause palestinienne se mêlait à la cause professionnelle .

Pratique, enseignement et spécialisation aux Etats-Unis

16Le projet de son père ne put se réaliser. Alors qu’il terminait son second Master, mai 1948 marqua l’échec d’une Palestine indépendante consécutive à la création de l’état d’Israël. Tous les plans s’effondrèrent. Saba Shiber devint soudain réfugié palestinien aux Etats-Unis. Ce fut pour lui le début d’une période de huit ans qui mêla pratique, formation personnelle et enseignement à l’université (tableau 1). En 1948-49, pour la dernière fois de sa vie, il travailla en tant que simple architecte (pendant quelques mois, à Harrisburg, en Pennsylvanie) puis comme enseignant d’architecture et d’urbanisme. A partir de l’été 1949, Shiber commença sa carrière en urbanisme. Jusqu’en 1956, il combina donc trois activités, à différentes périodes, parfois en parallèle.

Tableau n°1 : les activités professionnelles de Shiber aux Etats-Unis

Pratique professionnelle : il travailla comme urbaniste municipal (à Kansas City, Missouri),xv comme consultant (pour la Division Economique du New York State Planning Board à Troy, New York), comme représentant à Washington d’un bureau d’architectes (Glaser and Gray) impliqué dans les activités de « urban renewal », comme architecte-conseil (pour le Cornell Housing Research Center).

Enseignement : il obtint un poste de professeur assistant en urbanisme à Rensselaer Polytechnic Institute, dans la ville de Troy, y enseigna pendant 2 ans (1949-51), et en dirigea finalement le City Planning Department.

Etudes : il acheva un doctorat en urbanisme en deux ans seulement à l’université Cornell, à Ithaca, New York.

17Il convient ici d’ouvrir une parenthèse sur l’été 1954. Ayant tout juste obtenu la nationalité américaine, Shiber partit au Liban pour enseigner à l’AUB, sa famille s’étant installée à Beyrouth après 1948. L’objectif de ce déplacement était de démarrer une formation en urbanisme. Mais ce fut un échec, car il ne trouva pas le support nécessaire à l’université pour un tel projet. Ne voulant pas être professeur d’architecture, il retourna donc dès l’automne aux Etats-Unis pour commencer les études doctorales. Le blocage subi à Beyrouth le poussa sans doute à prendre la décision de s’investir dans un doctorat qui était encore rare à l’époque.

18Durant cette période apparaissent les premiers signes de sa vocation d’organisateur/prosélyte pour l’urbanisme. Dans son travail pour le State Planning Board de New York, son rôle était surtout de mettre en place des réunions pour introduire la réflexion sur la planification. Sa thèse de doctorat était une analyse très générale sur la « formation et reformation urbaine » (Shiber, « Urban Formation and Reformation », 1956), et on y voyait déjà le ton critique et prescriptif qu’on retrouverait dans ses écrits durant les années à venir.

Carrière libanaise

19Après l’obtention de son doctorat, Saba Shiber déménagea définitivementxvi à Beyrouth en juillet 1956. Il fit une autre vaine tentative d’enseigner l’urbanisme à l’AUB. Après ce troisième échec,xvii Shiber abandonna totalement l’enseignement en urbanisme ; il ne donna même pas de cours ponctuels. Néanmoins, étant donné sa longue période de formation et d’enseignement, ainsi que sa conviction que l’urbanisme était une mission vitale pour lui, c’est surprenant qu’en dépit de ses échecs à l’AUB, il ne fit aucune autre tentative d’enseigner l’urbanisme ailleurs, même lorsqu’il fut devenu une personnalité connue . Peut-être cela reflète-t-il simplement l’amertume qui résulta de l’expérience négative ? Je proposerais plutôt l’hypothèse qu’il préféra réorienter son énergie. Sa volonté d’introduire l’urbanisme dans les pays arabes emprunta d’autres voies : plutôt que d’influencer des étudiants, il travailla constamment à influencer le grand public, les décideurs, les administrations…

20L’objectif principal du retour de Shiber au Liban n’était en fait pas l’enseignement de l’urbanisme, mais sa pratique. Le 16 mars 1956, ayant déjà soumis sa thèse et alors qu’il attendait anxieusement les résultats de son « comprehensive examination » de fin d’étude, Shiber reçut les nouvelles d’un tremblement de terre qui dévasta le sud du Liban. Plus de 400 villages avait été sévèrement touchés par le sinistre. Le désir de rentrer au Liban pour aider en tant qu’architecte-urbaniste le saisit, surtout à la nouvelle que le gouvernement libanais s’était mobilisé de manière exceptionnelle. Après avoir établi des contacts informels avec des responsables locaux, et suite à la création d’une Autorité Nationale pour la Reconstruction, indépendante des ministères, qui fut dotée de pouvoirsxviii et budget considérables, il retourna à Beyrouth début juin. Il commença immédiatement le travail de chef du bureau technique de l’Autorité (figure 2). Les choses démarrèrent très bien. Mais moins de trois ans plus tard, il quitta l’Autorité, frustré par les multiples blocages qui avaient émergé. L’Autorité s’était vite transformée : l’institution modèle emblématique de la volonté d’instituer un Etat réformé devint graduellement une institution émasculée suite à de multiples attaques au vitriol contre l’institution et son directeur, Emile Boustani.xix Les circonstances de cette chute ne peuvent être analysées dans ce court article. Shiber lui-même les décrivit quelques années plus tard.xx

21Dans le même temps, il travailla comme consultant sur des questions d’urbanisme. C’est surtout à travers une nouvelle société, The Associated Consulting Engineers (ACE), que Shiber se livra à cette activité. Cette firme avait été fondée en 1956. Elle portait en arabe le nom de Dar al Handasah (la maison de l’ingénierie). Il s’agissait de la première compagnie au Liban, et une des premières au Moyen Orient, explicitement organisée sur le modèle anglo-américain du bureau d’études d’ingénieurs (y compris architectes et urbanistes) regroupant toute une gamme de spécialités en vue de l’étude et de la réalisation de grands projets. Ce modèle n’était représenté auparavant dans la région que par des compagnies occidentales. La création de la nouvelle compagnie par de jeunes ingénieurs (la majorité enseignant à l’AUB) fut un succès rapide. La compagnie se divisa dès mars 1959 en deux, l’une nommée Dar al Handasah Consulting Engineers,xxi l’autre gardant le nom anglais de ACE.xxii Shiber fut un des six associés de cette nouvelle firme (ACE) dès sa refondation,xxiii après ses frustrations avec les autorités libanaises.

Carrière arabe d’expert itinérant

22A partir de début 1959, Shiber se lança dans la voie de la consultation à plein temps, que ce soit à travers ACE ou pas. Il participa donc à des projets très divers, à Damas, Khobar, Beyrouth… D’un côté, il travailla sur des petits projets ponctuels, en général de lotissements banals, comme celui pour un terrain appartenant à la famille de son partenaire à ACE, Victor Andraos. Mais c’est surtout par ses études à plus grande échelle qu’il commença à établir sa renommée d’expert régional en urbanisme ; c’est le type d’études qui étaient préparées exclusivement jusqu’à ce moment par des experts européens ou américains, nécessitant généralement plusieurs semaines ou mois de travail sous contrat. Shiber fit ainsi partie de la première vague de concurrence aux contrats d’experts étrangers.

23Son premier travail important hors du Liban fut réalisé à Damas, où il travailla entre février et août 1959 sur un double registre, en tant que conseiller pour la planification (planning advisor) pour le gouvernement (Ministère des affaires urbaines et rurales) et simultanément pour le muhafaza (gouvernorat) deDamas. Il passa ensuite au poste de directeur-adjoint du bureau de ACE à Khobar (Arabie Saoudite), pendant quelques mois en 1959-1960, servant notamment de conseiller sur les questions d’urbanisme pour ARAMCO, la grande compagnie pétrolière. Puis il retourna au Liban, comme expert d’urbanisme pour le Ministère des Travaux Publics pendant la première moitié de 1960.

24C’est durant cette période qu’il devint de plus en plus actif comme ce qu’on pourrait qualifier de ‘prophète de l’urbanisme’. On y reviendra ci-dessous, mais on voit déjà toute la gamme d’interventions qu’il développa davantage plus tard, des petits articles de presse à la participation à des colloques internationaux aux présentations à divers publics.

Apogée koweïtienne

25A partir de juin 1960, Shiber fut invité au Koweït, pour un contrat de quelques mois, comme tous les autres qui l’avaient précédé. Mais Shiber finit par y travailler l jusqu’à sa mort d’une crise cardiaque huit ans plus tard.xxiv Cet émirat était alors en plein essor, suite à la découverte quelques années plus tôt d’énormes réserves pétrolières. Il y avait déjà eu des essais de contrôle de l’expansion urbaine, mais ils étaient limités. Avec l’arrivée de Shiber, la volonté de planifier l’urbanisation se concrétisa.

26Bien que la présence de Shiber au Koweït fut quasi-continue depuis son installation là-bas (excepté les multiples courts séjours qu’il effectua à travers le monde chaque année), il bougea de poste en poste et de rôle en rôle durant toute cette période (tableau 2).

Tableau 2 : Les fonctions de SS à Koweit

Assistant Chief Engineer, Public Works Department, in charge of the Departments of Surveying, Town Planning, Architectural Design, Agriculture and Research

Expert-Consultant-Member, Technical Committee, Municipal Council

Expert-Consultant-Member, Technical Committee, Development Board

Planning Expert, Municipality, in charge of City Planning, Architectural Design and Surveying

Architectural and City Planning Expert, Planning Board.

27Dans ces différentes fonctions, il établit des rapports solides avec nombre de personnalités dans le gouvernement ou la municipalité, ce qui lui permit de s’absenter souvent pour des consultations courtes (tableau 3).

Tableau 3 : Echantillon des travaux de Shiber comme consultant

Consultant en urbanisme, gouvernement de la République arabe unie [Syrie], Damas (1959)

Consultant pour le gouvernement jordanien sur le plan et l’architecture de la ville de Akaba, capitale du sud de la Jordanie (1961)

Consultant sur la préparation d’un Schéma d’aménagement urbain et territorial pour la Libye (1966)

Membre nommé du Comité pour le « Greater Jerusalem Master Plan » (dans le cadre des activités de la Fédération Arabe des Ingénieurs)xxv (1967)

Membre nommé du Comité pour la Reconstruction de Karameh (un village palestinien de la vallée du Jourdain meurtri durant la Guerre de 1967) (dans le cadre des activités de la Fédération Arabe des Ingénieurs)xxvi (1968)

28Comme si tout ceci ne suffisait pas pour occuper Saba Shiber à plein temps, il fut impliqué dans toute une gamme extrêmement diverse d’autres activités durant cette période, qui présentent deux dimensions communes : la polémique et le transnational. A travers de multiples moyens, Shiber présentait des arguments contre la condition des villes arabes contemporaines, et pour la nécessité de leur planification.

Shiber comme expert et homme de réseaux

29Dans le même temps, une grande part de l’activité de Shiber consistait à établir des liens, à communiquer à d’autres groupes, à se réunir avec d’autres experts pour discuter des problèmes urbains et de leur solution… Dans ce sens, Shiber participait à l’internationalisation des réseaux d’experts en questions urbaines qui avaient émergé quelques décennies plus tôt (citons Hegemann, Abercrombie, Gréber, parmi les cas de figure les plus connus) et qui commençaient à se répandre au delà des cercles restreints des experts occidentaux. Dans ce rôle de relais, Shiber opérait sur trois niveaux en même temps.

Réseaux locaux

30Localement, au Koweït, il assuma un rôle d’agitateur d’idées et d’opinions sur diverses questions urbaines ou architecturales. Il était appelé à toutes sortes d’occasions pour donner son avis ou contribuer autrement à des questions d’urbanisme, y compris en dehors de ses fonctions officielles à Koweit. Par exemple, il fut invité par le Comité de logement pour la population à revenus limités (lajnat buyut thawi al-dakhl al-mahdud), pour offrir ses idées sur la localisation de maisons pour cette catégorie économique de manière rapide et pas chère.xxvii Et il était membre du comité technique qui évalua les propositions pour le Pavillon du Koweit à la Foire internationale de New York en 1964.xxviii Mais en même temps, il acquit la réputation de posséder le savoir-faire pour la mise en place de contrats, de termes de référence, de contacts et de négociations avec des consultants compétents. Ce pan de son travail est illustré par la rédaction de multiples termes de références pour des projets extrêmement divers – y compris certains très loin de l’urbanisme – dont les épreuves se trouvent dans les fonds personnels consultés.Cette capacité lui valut de travailler davantage sur la mise en place et la gestion de contrats de projets urbains, que sur la préparation des plans d’urbanisme. Comme on l’a déjà souligné, ceux-ci ne présentent grande originalité, et sont fondés sur l’idée d’unité de voisinage, très répandue à l’époque (figure 2).

Figure 2 : Plan de Khaldiyya préparé par Shiber.

Source : Fonds personnel de Shiber.

Source : Fonds personnel de Shiber.

31Remarquablement, durant son long séjour au Koweït, il réussit non seulement à maintenir ses liens avec le Liban, mais à rester intégré au milieu urbanistique local – et même à parler au nom des experts locaux. Nombre de ses articles durant ces années portaient sur les questions urbaines au Liban, dans des revues libanaises (surtout le Daily Star). L’exemple le plus étonnant de cet ancrage est le fait qu’il fut le fer de lance des réactions au Liban contre le choix d’Oscar Niemeyer, le fameux architecte brésilien, pour un des projets les plus prestigieux au Liban durant les années 1960, la Foire internationale et permanente de Tripoli. Dans plusieurs articles qu’il écrivit ou dans lesquels il fut cité, il appelait, de manière relativement virulente, à un recours fréquent à des experts locaux pour les grands projets ou les plans au Liban, souvent confiés à des étrangers – tout ceci venant de quelqu’un qui n’était ni originaire du Liban, ni vivant au Liban !xxix

Réseaux arabes

32En parallèle, il était devenu une personnalité bien connue à l’échelle du monde arabe, où il avait réussi à tisser des réseaux remarquables. Parfois, c’était à titre personnel qu’il participait à diverses activités, comme quand il fut invité comme membre du sous-comité technique émanant du Haut-Conseil de l’Union des ingénieurs arabes pour étudier le projet du Grand Jérusalem, cité plus haut.xxx Dans d’autres cas, c’est explicitement en tant que représentant officiel de l’Etat de Koweït qu’il était envoyé ou participait à des activités interarabes. Ainsi, il fit partie de la délégation de la Société des ingénieurs du Koweït au 9ème Colloque des Ingénieurs Arabes à Bagdad en 1964xxxi.

Réseaux internationaux

33Shiber circulait tout aussi facilement à l’échelle mondiale, dans des cercles et selon des circuits très divers. Il était devenu suffisamment connu pour pouvoir entrer dans la sphère spéciale des experts internationaux en urbanisme. Ainsi, on le contactait régulièrement de différents pays du monde pour des missions variées. Par exemple, son nom fut suggéré pour une expertise pour le compte des Nations Unies sur un contrat de six mois au Rwanda-Burundixxxii pour préparer les plans pour la nouvelle capitale du pays. Il n’accepta pas cette offre, en raison de son engagement au Koweit.xxxiii

34Par ailleurs, il construisait lui-même ses réseaux qu’il renouvelait régulièrement, ce qui lui permettait d’agir comme lien entre le gouvernement du Koweit et d’autres experts internationaux. On en trouve un bel exemple avec ses relations avec le fameux architecte et urbaniste japonais Kenzo Tange. Tange fut parmi ceux qui l’accueillirent durant une visite à Tokyo en septembre 1963 pour donner une série de conférences.xxxiv Quand le Koweït décida de construire une nouvelle ambassade au Japon, Shiber suggéra Kenzo Tange comme architecte. Il effectua donc une nouvelle mission au Japon en mars 1967 pour établir le contrat et discuter avec Tange et ses associés de ce projet. Bien sûr, comme toujours, il combina cela avec une autre conférence à la Maison internationale du Japon, à l’invitation du doyen de la Faculté de Génie de l’Université de Tokyo, du président de la Société japonaise des architectes, du président de l’Association japonaise d’urbanisme – et de Kenzo Tange.xxxv Cet épisode représenta en fait pour Tange son introduction sur le lucratif marché des projets de prestige ou de grande envergure des pays du Golfe arabe.xxxvi

35La gamme d’activités qu’on peut considérer comme extracurriculaires à la pratique de Saba Shiber en tant qu’expert en urbanisme peut donc être groupée de la manière suivante :

36Ecrivain. Ses contributions consistaient principalement en des articles dans des journaux ou revues, qu’il republiait régulièrement en les groupant en un livre.xxxvii En fait, presque tous ses livres étaient des recueils plutôt que des textes originaux.

37Dessinateur. Il produisait constamment des croquis ou des esquisses de paysages urbains, surtout durant ses voyages (figure 4). Parfois, ses dessins étaient inspirés par des photos qu’il découpait de revues. Ses livres étaient toujours pleins de ces dessins au style facilement reconnaissable.

Figure 4 3 : Deux paysages urbains dessinés par Shiber.

Source : Shiber, Faces of the City, 1962, planche 2.

Source : Shiber, Faces of the City, 1962, planche 2.

38Intervenant à de nombreux colloques et universités, partout dans le monde (tableau 3).xxxviii Sa participation était toujours très active dans ces évènements (figure 4). Souvent, il présentait plusieurs articles pour un seul colloque. Ceci continua jusqu’à la fin de sa carrière : il était fortement impliqué dans l’organisation du onzième Colloque des Ingénieurs Arabes, prévu en 1969 au Koweit, où il devait officier comme rapporteur en chef.xxxix

Tableau 3: Quelques villes où Shiber participa à des colloques ou intervint autrement

Europe de l’ouest : Londres, Paris, Wiesbaden ;

Europe de l’est : Prague, Varsovie, Belgrade ;

Afrique du nord et Moyen-Orient : Beyrouth, le Caire, Kuwaït, Tripoli (Libye), Bagdad, Basra, Amman, Shiraz ; Afrique : Khartoum, Addis Abeba ;

Asie : Karachi, New Delhi, Roorkee (Inde), Bandung, Colombo, Singapour, Tokyo.

Source : “About the Author”, dans Shiber, Recent Arab City Growth, 1968, p. 831.

Figure 4: Shiber au colloque « Changing Concepts of Human Habitation » à Roorkee, en Inde, en décembre 1965.

Source: Fonds personnel de Shiber.

Source: Fonds personnel de Shiber.

39Personnalité régulièrement interviewée dans la presse arabe, et parfois internationale. Des entretiens avec lui furent transmis, entre autres, sur la British Broadcasting Company et la Voice of America, ainsi que sur les stations de radio du Caire, Amman, Koweït et Beyrouth (Shiber, Recent Arab City Growth, 1968, p. 831).

40Membre d’organisations. Il était complètement intégré dans les réseaux internationaux émergents de spécialistes de l’urbain. Parmi les associations auquel il appartenait, citons : Kuwait Engineers Society, International Federation for Housing and Planning, American Institute of Urban and Regional Affairs, American Institute of Planners (depuis qu’il avait obtenu la nationalité en 1954). Il était le correspondant au Koweït pour la revue Ekistics.xl Il était aussi membre du Comité de suivi de la Féderation d’ingénieurs arabes. Il fut vice-président de la Afro-Asian Housing Organization, de 1967 à sa mort. Souvent, sa participation était officielle plutôt qu’individuelle, quand il représenta le Koweït au Comité des Nations Unies pour le logement, la construction et la planification pour 1968-1970.

41Saba Shiber avait donc bien réussi à s’établir durant les années 1960 comme « Mr. Arab Planner ».xli

Observations pour conclure

Shiber comme professionnel expatrié

42Le caractère exceptionnel de son parcours va sans dire. Si son circuit personnel et professionnel est absolument unique, il ressemble en même temps, par certains aspects, à celui d’autres personnes déplacées au Moyen-Orient – et spécifiquement des Palestiniens. La plupart des circuits des palestiniens itinérants – transnationaux par excellence – sont peu connus ; leurs récits restent à conter et leurs réseaux à démêler. Evoquons ici les mémoires d’Edward Said (Said, 1999) ou ceux de Hasib Sabbagh, qui érigea une des grandes compagnies de construction des pays arabes (Deeb et King, 1996). Mais de tels récits sont rares et généralement individuels. L’histoire des réseaux reste à écrire. Quelles traces ces parcours transnationaux si complexes laissent-ils sur ces individus ? Est-t-il possible de retrouver une certaine banalité parmi des récits de vie aussi compliqués ?

Shiber comme type particulier de l’urbaniste transnational/transrégional

43Shiber représente un type particulier d’urbaniste transnational : il combine les deux dimensions de « planificateur local » et « expert étranger ». Gérer cette double identité n’était souvent pas évident ; Shiber y parvint de manière originale. Entre autres, il était expert étranger et intermédiaire (contact, recommandateur, commanditaire, partenaire…) en direction des experts étrangers non arabes. Jens Hanssen introduit l’idée de « supra-local » comme alternative au transnational, suggérant par là « une catégorie d’individus qui agissent à un niveau qui traverse régulièrement au delà du local, mais qui sont fortement ancrés dans le contexte local, duquel ils obtiennent en grande partie leur pouvoir » (Nasr et Volait, 2003, note 58, p. xxxviii).  On pourrait dire que Saba Shiber était le supra-local exemplaire.

Shiber comme palestinien et arabe

44De nombreux épisodes de l’histoire de Shiber atteste de son identité palestinienne jamais reniée. Elle s’ancre dans l’histoire de sa famille qui faisait partie de l’establishment palestinien, elle est transmise par son père avec sa vision de sauver la jeunesse palestinienne par le biais de la formation professionnelle. Ses travaux d’étudiant témoignent de son propre attachement à cette cause, à travers ses deux mémoires de Master dont l’objet explicite était la construction d’un lieu de formation professionnelle pour les Palestiniens. Dans son travail de journaliste, la question palestinienne était un sujet recurrent, de même qu’elle ne cessait de revenir dans son activité d’expert, qui le conduisait dans son pays d’origine quand il pouvait (voir Karameh et Jerusalem ci-dessus).Une bonne partie de ses écrits – pourtant beaucoup moins publiés que ceux sur l’urbain – portait sur la cause palestinienne (pour laquelle il luttait à travers des articles de presse réguliers), ainsi que sur la cause arabe.xlii Son beau-père avait une position importante dans une organisation politique palestinienne.xliii La raison de son départ pour les Etats-Unis, sur une décision paternelle, n’était pas purement professionelle. Sa relation au politique, et la manière dont il gérait ces doubles intérêts, n’est pas encore claire. Il semble quand même que ces deux passions – pour la Palestine et pour l’urbanisme – sont restées quasiment indépendantes : ses écrits sur la Palestine portaient rarement sur des questions urbaines ou d’urbanisme – et ses écrits sur l’urbanisme concernaient rarement la Palestine.

Orientations futures de la recherche et questions ouvertes

45Et enfin des questions : Shiber était clairement un missionaire militant pendant une douzaine d’années pour l’introduction de l’urbanisme dans les pays arabes. Dans ce rôle, était-il seul ou d’autres que lui s’associaient-ils et relayaient-ils ce discours ? A-t-il contribué à la professionalisation des muhandissinxliv arabes autour de l’urbanisme ? Ou au développement de la fonction de consultant sur le développement urbain, surtout par les experts arabes ? Comment s’est opérée l’introduction de l’idée de la nécessité de gérer de manière professionnelle la croissance des villes arabes ? Peut-on parler de la présence d’un discours général sur l’urbanisme dans les années soixante dans cette région, autour de lui ? Au-delà du fait que son nom était connu et qu’il connaissait beaucoup de gens, quelle fut son importance réelle, son influence dans son temps, sa place dans le monde des urbanistes ? Quel est son legs aujourd’hui ? Toutes ces questions restent à explorer.

Haut de page

Bibliographie

Note : Cette liste ne comprend pas les articles par ou sur Shiber parus dans des périodiques (journaux et revues) des années 1960. Ceux-ci sont plutôt inclus dans les notes.

Bromley, Ray, 2003, « Towards Global Human Settlements : Constantinos Doxiadis as Entrepreneur, Coalition-Builder and Visionary ». Dans Urbanism – Imported or Exported?: Native Aspirations and Foreign Plans, ss. dir. Joe Nasr and Mercedes Volait. Chichester, UK : Wiley : pp. 316-340.

Deeb, Mary-Jane et Mary E. King, 1996, Hasib Sabbagh: From Palestinian Refugee to Citizen of the World. Lanham, Maryland: University Press of America, Middle East Institute.

Ghosn, Rania, 2005, « Le secteur privé dans l'urbanisme des pays en voie de développement. Une étude de cas : Dar El Handasah ». Villes et Territoires du Moyen-Orient, no. 1, disponible à www.ifporient.org/OU/VTMO.

Hanafi, Sari, 1997, La Syrie des ingénieurs: Une perspective comparée avec l’Egypte. Paris: Karthala.

Longuenesse, Elisabeth (ss. dir.), 1990, Bâtisseurs et bureaucrates: Ingénieurs et société au Maghreb et au Moyen-Orient. Lyon: Maison de l’Orient méditerranéen.

Nasr, Joe et Eric Verdeil, 2006, encadré sur « Les étudiants arabes et turcs en urbanisme dans les pays occidentaux ». Dans Urbanistes de l’autre rive: Les professionnels de l’aménagement urbain au sud et à l’est de la Méditerranée, ss. dir. Taoufik Souami et Eric Verdeil. Paris : Economica.

Nasr, Joe et Mercedes Volait, 2003, « Introduction : Transporting Planning ». Dans Urbanism – Imported or Exported?: Native Aspirations and Foreign Plans, ss. dir. Joe Nasr and Mercedes Volait. Chichester, UK : Wiley, pp. xi-xxxviii.

Said, Edward W., 1999, Out of Place : A Memoir. New York : Knopf.

Saleh, Issal, 1985, « Migration et marché de l’emploi des ingénieurs et architectes au Liban ». Dans Migrations et changements sociaux dans l’Orient Arabe. Beyrouth: CERMOC.

Sarkis, Hashim, 2003, Circa 1958 : Lebanon in the Pictures and Plans of Constantinos Doxiadis. Beyrouth : Editions Dar An-Nahar.

Shiber, Saba [SS], 8 sep. 1947, « A School of Design and Engineering for the Proposed ‘Jerusalem University’ ». Mémoire pour Master of Architecture, Massachusetts Institute of Technology.

SS, 12 mai 1948, « A University City for the Proposed Jerusalem University ». Mémoire pour Master of City Planning, Massachusetts Institute of Technology.

SS, 1956, « Urban Formation and Reformation: A Descriptive and Critical Analysis ». Thèse pour Ph.D. en City and Regional Planning, Cornell University.

SS, déc. 1960, Planning the Arab Metropolis Must Come of Age.

SS, juin 1962, Faces of the City, Supplément à la 7ème ed. de Al-MowazaffMagazine [Koweit].

SS, 1964, al-i’lm wa tanthîm al-mudun al-aarabiyya [la science et la planification des villes arabes]. Koweit : Municipalité de Koweit, Bureau des relations publiques.

SS, 1964, The Kuwait Urbanization: Documentation Analysis Critique. Koweit : Gouvernement du Koweit.

SS, 1968, Recent Arab City Growth. Koweit : Kuwait Planning Board.

Souami, Taoufik et Eric Verdeil, 2006, Urbanistes de l’autre rive: Les professionnels de l’aménagement urbain au sud et à l’est de la Méditerranée. Paris : Economica.

Taleb, Nazih Jamil, juin 1996, Nazih Taleb Remembers. Beyrouth : Dar al-Handasah Nazih Taleb & Partners.

Verdeil, Eric, 2003, « Politics, Ideology and Professional Interests: Foreign versus Local Planners in Lebanon under President Chehab ». Dans Urbanism – Imported or Exported?: Native Aspirations and Foreign Plans, ss. dir. Joe Nasr and Mercedes Volait. Chichester, UK : Wiley, pp. 290-315.

Volait, Mercedes, 2005, Architectes et architectures de l’Egypte moderne, 1830-1950 : Genèse et essor d’une expertise locale. Paris : Maisonneuve et Larose.

Ward, Stephen, 2002, Planning the Twentieth-Century City: The Advanced Capitalist World. Chichester, UK : Wiley.

Yerasimos, Stéphane, 2006, « Les formations des professionnels locaux ». Dans Urbanistes de l’autre rive: Les professionnels de l’aménagement urbain au sud et à l’est de la Méditerranée, ss. dir. Taoufik Souami et Eric Verdeil. Paris : Economica.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Source : « Arab of the Year », Middle East Business Digest (décembre 1963): p. 44.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1175/img-1.png
Fichier image/png, 73k
Titre Source : Fonds personnel de Shiber.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1175/img-2.png
Fichier image/png, 694k
Titre Source : Shiber, Faces of the City, 1962, planche 2.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1175/img-3.png
Fichier image/png, 439k
Titre Source: Fonds personnel de Shiber.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1175/img-4.png
Fichier image/png, 964k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joe Nasr, « Saba Shiber, ‘Mr. Arab Planner’. Parcours professionnel d’un urbaniste au Moyen-Orient », Géocarrefour, vol. 80/3 | 2005, 197-206.

Référence électronique

Joe Nasr, « Saba Shiber, ‘Mr. Arab Planner’. Parcours professionnel d’un urbaniste au Moyen-Orient », Géocarrefour [En ligne], vol. 80/3 | 2005, mis en ligne le 01 mars 2009, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/1175 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.1175

Haut de page

Auteur

Joe Nasr

Chercheur indépendant, associé à l’Institut français du Proche-Orient et à l’Université américaine de Beyrouth
139 Gerrard Street East
Toronto, Ont. M5A 2E3, Canada
Tel. [1-416] 920-2952
E.mail : joenasr@compuserve.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org