Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jean-Michel Dewailly, Tourisme et géographie, entre pérégrinité et chaos ?

Isabelle Lefort
p. 176
Référence(s) :

Jean-Michel Dewailly, Tourisme et géographie, entre pérégrinité et chaos ?, 2006, Paris, L'Harmattan, 222 pages

Texte intégral

1Le dernier et stimulant ouvrage de Jean-Michel Dewailly (professeur émérite à Lyon 2) intéressera tous les géographes (mais pas seulement) spécialistes de l'objet « tourisme ». L'auteur est connu en France et à l'étranger pour être un universitaire spécialiste de ces questions et ce depuis de nombreuses années. Mais « Tourisme et géographie, entre pérégrinité et chaos ? » ne correspond pas aux canons habituels de la stricte production académique. Non pas tant par les thématiques abordées - bien au contraire, elles sont centrales depuis plus de trois décades - mais par le traitement que l'auteur y appose, par la « manière » pourrait-on dire. Expliquons nous afin que les lecteurs - étudiants, chercheurs - , et nous les souhaitons nombreux, soient avertis de ce qu'ils y trouveront.

2Le projet est clair : débattre des options prises et des propositions faites dans ce domaine par différents géographes afin de clarifier les débats, assurer une pluralité d'opinion et faire valoir des hypothèses. De fait, le champ touristique est particulièrement fécond et plusieurs collègues géographes, tous éminents spécialistes, en ont largement renouvelé les approches ces dernières années. Comme il est normal au sein d'une communauté intellectuelle, les options diffèrent, les choix méthodologiques également ainsi que les points de vue. Ces nuances et/ou disparités participent pleinement des procédures usitées et légitimes de la production scientifique et l'auteur situe explicitement son propos sur cet horizon. Point de pétition de principe a priori, ni de koiné imposée : c'est par l'échange, le débat et la confrontation des options que se fabrique la science, et nul ne saurait se tenir pour scientifique sans se ranger sous cette bannière. Ce faisant, la (re)lecture affinée, avertie et informée du vaste corpus (articles, ouvrages) qui structure aujourd'hui le champ intellectuel de la géographie du tourisme conduit l'auteur à des rapprochements étonnants ainsi qu'à des constats étonnés, servis par une plume non dénuée d'ironie. Certes, cette dernière exprime de l'agacement, de l'irritation aussi, mais il faudra bien se garder de ne lire cet ouvrage que pour sa seule posture critique. Derrière l'ironie qui fait souvent mouche, c'est la logique qui se rebelle contre l'incohérence (parfois élémentaire) de certains propos et le contradictoire de certaines positions. Et parce que Jean-Michel Dewailly a bien lu et connaît bien ses confrères, il a souhaité prendre le temps et se donner les moyens d'un argumentaire complet, « à plat », balançant les points d'accord et les pommes de discordes, pour éclairer au mieux de nécessaires débats.

3Rentrons maintenant dans le contenu de cet ouvrage structuré par deux objectifs. Le premier consiste en une relecture des grilles méthodologiques, des propositions théoriques, notionnelles et méthodologiques en la matière, émanant de différents courants (essentiellement celui du MIT dirigé par Rémi Knafou et celui de la « tourismologie » de Jean-Michel Hoerner). Le second consiste en des propositions et investigations personnelles, donnant à lire à tous ceux que le sujet intéresse, des angles d'attaques voire des paradigmes renouvelés. Ces deux entrées se succèdent dans l'ouvrage. En effet, après une introduction sous forme de perspective cavalière, se succèdent des chapitres consacrés au positionnement scientifique du champ (« de l'approche scientifique du tourisme »), à l'objet central (« Du tourisme »), à la figure cruciale de ces pratiques (« Du touriste ») et des espaces concernés (« Des lieux touristiques »). Ces chapitres correspondent aux moments de la relecture critique des éléments en débat. Le dernier chapitre en revanche (« De la complexité en tourisme ») développe des propositions personnelles, fondées sur la théorie du chaos, dont l'auteur envisage qu'elle puisse servir à une fondation méthodologique de l'approche scientifique et géographique du tourisme (conclusion : « Vers un nouveau paradigme pour la recherche en tourisme ? »).

4Au total, cet ouvrage de 222 pages (comprenant une bibliographie étoffée exploitant la richesse diachronique et internationale des recherches en tourisme) se définit comme « un mixage entre une sorte de compte-rendu critique, approfondi et élargi, de réflexions personnelles, de questions en suspens, de propositions éventuelles particulièrement à partir de lectures qui (nous) ont fait réagir, mais sur un nombre de questions limitées ». Ambitieux et modeste tout à la fois.

5Les trois chapitres consacrés au champ touristique stricto sensu (chapitres 2, 3 et 4) prennent à bras le corps la question même de la définition : de quoi parle-t-on ? On le sait, la tache est ardue parce que l'objet est problématique, quel que soit l'angle d'attaque choisi. Jean-Michel Dewailly explore un certain nombre d'entrées : les catégories de pratiques (statut du tourisme d'affaires ou du tourisme de soins), celles de la dimension spatio-temporelle (distinction entre tourisme, loisir, récréation) et la nature classificatoire des pratiques (est-ce une industrie ?). Sur ces questions, les développements sont conséquents, argumentés et font valoir une acception large de la notion.

6On retiendra ici plus particulièrement le problème des sous-ensembles catégoriels (tourisme et loisir en particulier). La difficulté pérenne et aujourd'hui incontournable s'ancre dans l'armature statistique dont tous les chercheurs s'entendent à dire qu'elle est inadéquate à la saisie de l'objet. Mais il ne s'agit pas seulement de la dénoncer pour la reprendre, faute de mieux, dans des analyses ultérieures. La construction statistique de l'objet « tourisme », encaquée dans une tradition terminologique aujourd'hui institutionnalisée (bases de recension de l'OMT), découpe en effet les pratiques en fonction de leur temporalité et conduit à les séquencer en catégories closes. Or le problème est double : selon les cultures (monde européen/monde nord- américain par exemple) les référents catégoriels diffèrent, tandis que les mutations contemporaines des pratiques (diminution du temps de travail, nouvelles mobilités) rendent problématiques le principe même de frontières strictes entre dénominations. Après avoir dénoncé quelques apories à propos de ces délimitations, l'auteur fait donc valoir la nécessité de considérer ces activités sur le mode du « flou ». Ce faisant il s'oppose clairement à l'équipe de chercheurs du MIT dont l'option est au contraire d'instaurer, en les refondant, des catégories étanches, sur le principe de la nuitée effectuée à l'extérieur du domicile, ou du motif de déplacement (motif thérapeutique par exemple). Sur le fond s'opposent deux conceptions : l'une défend l'idée qu'on ne saurait fabriquer de la science sans objet strictement défini, l'autre propose, devant la complexité empirique, de remettre en question les catégories et d'opter pour une perspective où présiderait davantage de porosité. Si l'on suit l'auteur, la complexité du système touristique demande une souplesse catégorielle assumée. Mais derrière la référence au « flou », deux options sont possibles, non exclusives d'ailleurs. Soit on considère que le tourisme est à l'heure actuelle un concept (une notion ?) « flou » et dans cette perspective, l'indécision revêt une fonctionnalité heuristique pour subsumer les apories et déboucher sur une conceptualisation plus efficace (les concepts eux aussi émergent et disparaissent), et portée par un terme nouveau (la « pérégrinité » proposée ici par exemple). Cette confrontation dialectique entre évolution empirique et conceptualisation datée (le concept moderne de tourisme est contemporain de la naissance de celui de travail) devrait alors alimenter un retour critique sur les outils intellectuels mobilisés. Soit on transfère les principes mathématiques de la logique du flou et plus précisément des sous-ensembles flous pour réduire et quantifier ce qui relève de l'indécision et/ou de l'imprécision. A la catégorisation binaire (touriste/non touriste par exemple), ces théories permettent d'opposer une mathématisation des gradients, intégrant et réduisant de surcroît la dimension subjective de l'appréciation (celle de la « sur-fréquentation » par exemple).

7Jean-Michel Dewailly envisage les deux abords, sans préciser celui qui lui semble le plus opératoire. L'un et l'autre sont aujourd'hui sans aucun doute nécessaires pour sortir d'apories stériles et il y a là un très beau terrain de recherches à construire dont les implications ne sont pas uniquement d'ordre intellectuel. Dans la perspective d'une gouvernance touristique durable, de l'aide à la décision et à la gestion des espaces touristiques, cette connaissance affinée des pratiques alimenterait de façon féconde les questionnements sur les seuils et la capacité de charge par exemple.

8On retrouve dans le dernier chapitre cette « tentation » mathématique, puisque l'auteur y développe la proposition d'un transfert de la théorie du chaos. Cette dernière approche, parce qu'elle traite de la complexité des systèmes, peut apparaître comme un outil opératoire comme dans d'autres domaines de la recherche géographique. Cela d'autant plus que les fractales qui lui sont associées embrayent sur une approche morphologique dont les géographes sont familiers. La théorie du chaos a par ailleurs mis fin, dans les sciences physiques, à l'opposition entre déterminisme et imprédicabilité en intégrant la seconde aux fonctionnements mêmes du système. En exploitant cette sortie théorique du déterminisme, les géographes pourraient peut-être construire une hypothèse de travail évacuant « en raison »la pré-détermination par les milieux et renégocier la question de la « ressource » touristique. Cette perspective serait à creuser. Mais plus radicalement ce transfert pose deux problèmes. Le premier est celui du statut même de la migration théorique dont J. Bouveresse entre autres (Prodiges et vertiges de l'analogie, Paris, Seuil, 1999) a souligné les limites et qu'il n'appartient pas à ce compte-rendu de développer ici. Le second réside en revanche dans l'articulation que l'auteur effectue entre ces propositions méthodologiques et la conception résolument anthropologique qu'il adopte.

9En effet, outre les approches mathématisées envisagées, Jean-Michel Dewailly adhère, comme nombre de géographes aujourd'hui, à de nécessaires mobilisations anthropologiques, pour comprendre les motivations et les pratiques touristiques. Cette adhésion permet de faire intervenir les représentations et les imaginaires, dont on sait la place qu'ils tiennent dans le phénomène touristique. Mais elle le conduit également à remettre en question l'histoire même du tourisme. Et c'est sur ce point que sa relecture est sans doute la plus innovante. Alors que la grande majorité des chercheurs sur la question cale l'invention du tourisme à l'avènement de la Modernité, Jean-Michel Dewailly explore une histoire beaucoup plus longue, intégrant les pratiques de l'Antiquité occidentale, romaine du moins. Où l'on retrouve la question des limites, non plus de pratiques ou de temporalités, mais d'historicité. Sa démonstration est convaincante et amène à reconsidérer les scansions accoutumées. La question est d'importance. Si l'on se fonde sur une définition du tourisme par ses pratiques, il n'est pas recevable d'en dater l'origine à la seule modernité occidentale. Si cette option est retenue, la Modernité ne constitue qu'un point d'inflexion, qu'une étape dans un processus à très grand rayon de courbure historique et conduit à une visée anthropologique qui excède celle posée par l'avènement du sujet (et par la dissociation nature/culture). En revanche, si l'on se fonde sur une définition du tourisme, symétrique (mais en creux), de celle du travail (les deux volets d'une même révolution culturelle) alors l'archéologie touristique ne saurait en toute rigueur intellectuelle excéder la chronologie du contexte qui a vu émerger la notion de travail (Dominique Meda, Le travail, une valeur en voie de disparition, Flammarion, 1998, 384p), Certes dans les deux cas, la démarche est de nature anthropologique, mais les pré-requis et les fondements en diffèrent, portés soit par des universaux soit par des contextualisations culturelles. Le débat ici encore excède largement les limites d'un compte-rendu. Mais les géographes, convaincus dans leur très grande majorité que cette dimension est indissociable de la construction de leur objet de recherche, ne sauraient faire l'économie de ce détour outre‑disciplinaire. Ne serait-ce que pour mieux mettre à distance l'occidentalo­centrisme qu'ils sont les premiers à dénoncer.

10La relecture que propose ici Jean-Michel Dewailly est particulièrement stimulante et mériterait d'être discutée plus avant. Cela dit, un problème d'articulation intellectuelle subsiste entre approche anthropologique et outillage mathématisé, souligné d'ailleurs dans le titre par le point d'interrogation final. Mais on le sait, ce problème n'est pas propre à l'objet « tourisme », non plus qu'à la géographie. Il y a décidément plusieurs demeures dans la maison du Père.

11Bref et pour finir, cet ouvrage, pour inhabituel qu'il puisse paraître dans une communauté accoutumée à des débats émoussés, ne réactive-t-il pas une vertu cardinale de la production scientifique : la confrontation des idées ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Lefort, « Jean-Michel Dewailly, Tourisme et géographie, entre pérégrinité et chaos ? », Géocarrefour, Vol. 82/4 | 2007, 176.

Référence électronique

Isabelle Lefort, « Jean-Michel Dewailly, Tourisme et géographie, entre pérégrinité et chaos ? », Géocarrefour [En ligne], Vol. 82/4 | 2007, mis en ligne le 19 mars 2008, consulté le 25 juin 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/1096

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page