Navigation – Plan du site

Sandra Guinand, Régénérer la ville. Patrimoine et politiques d’image à Porto et Marseille

Thomas Zanetti
Référence(s) :

GUINAND S., 2015, Régénérer la ville. Patrimoine et politiques d’image à Porto et Marseille, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 276 p.

Texte intégral

1Issu d’une thèse soutenue en 2012, cet ouvrage traite, comme l’annonce son auteure en introduction, de la « régénération urbaine en Europe et du rôle du patrimoine dans ces projets » (p. 17). Comment le passé est-il érigé en solution au déclin urbain des anciens espaces industriels et portuaires dans les villes européennes, alors même que ces espaces sont les plus vifs témoins d’une époque révolue et des ruptures économiques et sociales qui ont suivi ? C’est donc sur les lieux qui symbolisent le plus l’achèvement, parfois brutal, d’une ère industrielle, que doivent se réinventer les villes, dans un contexte de concurrence internationale et selon des enjeux divers (urbains, économiques, sociaux, culturels, d’image, etc.) dominés par deux impératifs du néolibéralisme urbain : compétitivité et attractivité. L’objectif de cette régénération urbaine est alors de séduire à l’extérieur tout en rassemblant au sein des villes concernées.

2En affirmant, toujours en introduction, que le « patrimoine est un objet socialement construit » (p. 19) par différents acteurs, Sandra Guinand rappelle que la patrimonialisation renseigne sur le rapport des sociétés locales au temps et au passé, sur les relations entre groupes sociaux, sur la structure du pouvoir et des jeux d’acteurs, sur la construction d’identités culturelles et territoriales, et sur la mise en œuvre de stratégies de développement économique. Le patrimoine est donc aussi un « outil de contrôle politique » (p. 38), saisi par des formes de gouvernance variables selon les contextes territoriaux.

3Pour étudier les caractéristiques des projets de régénération urbaine, qui oscillent entre une logique de distinction et une tentation à la standardisation selon l’exemplarité des « bonnes pratiques » en circulation, l’auteure a recours à la notion de régimes de patrimonialité, développée par M. Gravari-Barbas (2011). Renvoyant aux régimes d’historicité de F. Hartog (2003), ces régimes de patrimonialité seraient des périodes marquées par différents types de référentiels quant aux modes de conservation et de valorisation du bâti. L’auteure fait alors l’hypothèse de l’entrée dans un nouveau régime, caractérisée par la marchandisation et la consommation.

4La première partie de l’ouvrage, très solidement étayée de nombreuses références (notamment à la littérature anglo-saxonne), pose les jalons théoriques de cette analyse des projets de régénération urbaine. Les origines de ce mouvement de régénération sont exposées et rattachées à la montée en puissance d’un « entrepreneurialisme » urbain dominé par une rationalité économique, les intérêts des acteurs privés et une logique de consommation des espaces urbains. Puis cette dynamique est mise en perspective avec l’évolution du rapport social au temps, marqué par l’accélération (Rosa, 2010), et le règne de l’immédiateté qu’Hartog nomme « présentisme ». Sandra Guinand dresse le constat que de la même manière que le temps est surinvesti, le patrimoine serait aujourd’hui survalorisé.

5Comme l’ont montré une série de travaux ces dernières décennies, la patrimonialisation, comme tension entre passé, présent et futur, permet d’analyser le rapport au temps. Elle traduit fréquemment une mobilisation du passé dans le présent selon les enjeux du futur. Une des interrogations que soulève l’ouvrage est alors de savoir si cette mobilisation tend à se standardiser, ou si les contextes locaux de sa mise en œuvre demeurent des facteurs de différenciation. Si, comme le rappelle l’auteure en s’appuyant sur F. Hartog, « chaque territoire se construit selon son propre rapport au temps, son histoire, ses propres références culturelles » (p. 37), la force du modèle néolibéral ne réside-t-elle pas dans sa capacité à diffuser mondialement et à imposer localement des pratiques uniformes de gestion et de valorisation des espaces ?

6L’auteure introduit ensuite les cas de Porto et de Marseille, présentées comme des « villes ordinaires », expression qui doit amener, selon J. Robinson (2006), à ne pas réserver aux seules grandes villes mondiales occidentales le monopole de la modernité urbaine et, au contraire, à montrer la diversité des manières de transformer l’urbain à travers le monde. Deux villes ordinaires donc, puisque n’appartenant pas à la catégorie des villes mondiales, ni même à celle des capitales nationales, qui se sont engagées dans des projets de régénération urbaine insufflés par la puissance publique mais consacrant la part grandissante de l’investissement privé. Sandra Guinand retrace la généalogie de ces projets de régénération en les replaçant dans le contexte plus large des politiques nationales d’aménagement en France et au Portugal, et en apportant une profondeur historique stimulante pour la compréhension des évolutions urbaines et des choix de valorisation patrimoniale contemporains.

7La seconde partie s’ouvre sur une approche politiste de la ville comme acteur collectif stratégique, et du projet urbain comme système d’ajustement d’une pluralité d’acteurs portant des enjeux qui relient le local et le global. L’intégration progressive de la culture et du patrimoine dans ces projets est abondamment renseignée grâce aux terrains de Porto et Marseille et plonge le lecteur dans une analyse fine de l’histoire, des transformations urbaines et des systèmes de gouvernance de ces deux villes. Le passé y devient une ressource marchandisée à travers l’utilisation, voire l’instrumentalisation, des espaces industriels et portuaires comme supports pour attirer des classes moyennes et supérieures. On retrouve ici ce que L. Boltanski et A. Esquerre nomment « économie de l’enrichissement » (2017), et qui profite avant tout aux classes dominantes. Les élites s’emparent donc d’un capital culturel et social propre aux classes populaires qui sont, elles, victimes d’une dépossession spatiale et symbolique. Le renouveau tant espéré du territoire signifierait alors le renouvellement d’une partie de la population.

8La dernière partie de l’ouvrage se focalise d’abord sur les acteurs des projets de régénération et sur les dynamiques qui engendrent une action collective marquée par la négociation permanente, entre recherche d’un consensus et épisodes conflictuels. La gouvernance des projets est finement décrite et les exemples de Porto et Marseille montrent qu’il est d’autant plus complexe de créer un cadre local de coopération quand les enjeux des projets sont déterminés par la volonté de capter les investissements extérieurs et les flux touristiques internationaux.

9Comme le traduisent bien les cas étudiés, l’objectif général d’image et les discours de communication sont alors essentiels pour faire entrer les territoires dans la « modernité urbaine ». Mais cette stratégie de marketing qui s’appuie sur le patrimoine tend à désancrer les projets de leur substrat territorial, et à les détourner des besoins des populations résidentes en se coupant de l’identité locale. Or, ce manque de considération envers les réalités sociales des territoires peut mener à l’échec de certaines opérations de revalorisation, comme le montre la « gentrification ratée » de la rue de la République à Marseille. Le risque est d’exclure les populations les plus vulnérables du « conservatoire de l’espace » (Verret, 1995 ; Veschambre, 2008) et de la fabrique contemporaine de la ville, et de susciter des mouvements de contestation et de résistance, des revendications patrimoniales et des demandes légitimes de justice mémorielle.

10Au final, on pourra regretter que la notion de régime de patrimonialité s’évanouisse quelque peu au fil du texte, notamment lors des passages les plus empiriques, ce qui nuit à sa portée explicative. On aurait également apprécié que les patrimonialisations alternatives, qui remettent en cause l’ordre patrimonial dominant, soient traitées plus en profondeur. Mais cela n’enlève rien à la qualité de cet ouvrage, qui propose une analyse très documentée (à la fois théoriquement et empiriquement) de la reconversion et de la patrimonialisation des espaces urbains, tout en apportant une réflexion critique sur ces processus.

Haut de page

Bibliographie

BOLTANSKI L. ESQUERRE A., 2017, Enrichissement. Une critique de la marchandise, Paris, Gallimard.

GRAVARI-BARBAS M., 2011, « ”Patrimondialisation” et territoire. Définition et analyse du ”régime de patrimonialité” contemporain ». Communication au CIST - Fonder les sciences du territoire, Novembre 2011, Paris.

HARTOG F., 2003, Régimes d’historicité : présentisme et expérience du temps, Paris, Le Seuil.

ROBINSON J., 2006, Ordinary Cities : between Modernity and Development, Londres, Routledge.

ROSA H., 2010, Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, La Découverte.

VERRET M., 1995, Chevilles ouvrières, Paris, Éditions de l'Atelier.

VESCHAMBRE V., 2008, Traces et mémoires urbaines : enjeux sociaux de la patrimonialisation et de la démolition, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Zanetti, « Sandra Guinand, Régénérer la ville. Patrimoine et politiques d’image à Porto et Marseille », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 14 novembre 2017, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/10337

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org