Navigation – Plan du site

Donner sens à l’information géographique pour accompagner les projets de territoire : cartes et représentations spatiales comme supports d’itinéraires croisés

Giving meaning to geographical information in the development of territoral projects: the contribution of maps and spatial perceptions
Patrick Caron et Jean-Paul Cheylan
p. 111-122

Résumés

Le texte présente et discute un certain nombre de principes méthodologiques et d’expériences visant à s’appuyer sur les représentations que les acteurs se font de leur monde et de leur environnement pour animer des démarches de développement territorial. Les expériences baptisées ZADA (Zonage A Dires d’Acteurs) et rapportées dans l’analyse ont été conduites sur différents continents, à des échelles et niveaux d’organisation variables et selon des objectifs à chaque fois spécifiques. La carte est, tout à la fois, support d’enquête et d’accès aux représenta-tions des espaces vécus, produit de l’exercice et base d’une modélisation graphique d’accompagne-ment. Les modèles qui en sont dérivés deviennent des objets de médiation, d’élargissement des arènes de concertation et des supports de l’imagination de nouveaux futurs. En d’autres termes le recours aux cartes -celles disponibles et celles produites- permet tout à la fois de donner du sens à l’information géographique, sens tentant de se rapprocher de celui des acteurs, de concevoir de nouveaux instruments, objets, observatoires, et de mettre en débat les projets sociaux et territoriaux.

Haut de page

Texte intégral

Capter les représentations des acteurs

  • 1  Dans les années 1990 en France, on voit également émerger des démarches aux intentions similaires, (...)

1Le désengagement des Etats, l'organisation de la société civile et la décentralisation des pouvoirs multiplient les projets, les territoires, les points de vues, les tensions et les alliances. Dans ce jeu social riche et complexe, la recherche est évidemment sollicitée. Impliquée dans l'action (Reason, 2001), elle est alors partenaire parmi les autres. Ce faisant, elle produit de nouvelles démarches et outils, tout en s'interrogeant sur la pertinence des résultats qu'elle obtient (Lardon et al., 2001 ; Albaladejo et Casabianca, 1997). Tenter de capter les représentations que les acteurs se font de leur espace, de leurs territoires et de leur environnement suppose une méthode autorisant une libre expression graphique, en quelque sorte une cartographie “non directive”. Issues de principes liés à la recherche-action et à la sociologie rurale impliquée (Ashby, 1982 ; Chambers, 1990) des démarches similaires ont été appliquées, principalement à propos de la gestion des espaces naturels (Rambaldi et al., 2000 ; Boissau et al., 2004) ou de la représentation des espaces des communautés dites “natives” (Flavelle, 2002 ; Borrini-Feyerabend et Pimbert, 2004). Elles demeurent le plus souvent insérées dans des approches méthodologiques assez lourdes (Fox et al., 2003 ; Craig et al., 2002). Le zonage à dires d’acteurs (ZADA) (Santana et al., 1994 ; Caron, 1997 ; Clouet, 1998), qui opère conjointement par entretien et “entretien graphique” suit cette voie, dans la perspective plus vaste de contribuer à la négociation sociale et participative de projets, notamment de développement local, ou territorial, en intégrant savoir populaire et savoir académique. En se proposant de formaliser des connaissances issues de ceux qui vivent et produisent les territoires et leurs dynamiques, le ZADA cherche à promouvoir l’usage de l’information et de la représentation géographiques dans les actions territoriales intentionnelles1. On vise dans cet article à montrer comment une démarche qui repose sur un faisceau de méthodes optionnelles ouvre des espaces adaptatifs (ou d’élaboration de projet) tels que groupes de travail ou de synthèse partielle, jeux de scenarii, et d’apprentissage mutuel entre partenaires. En s’intéressant aux représentations, ce sont autant les objets géographiques réels comme symboliques que l’on intègre, les dimensions matérielles comme les perceptions sociales, culturelles, voire symboliques.

2Échelles et niveaux d’organisation sont ici disjoints. Si l’étendue spatiale abordée conduit bien à un intervalle de représentation correspondant aux espaces de connaissances des acteurs sollicités par enquête, les niveaux d’organisation -espaces dotés de leur logique écologique, sociale ou institutionnelle d’agrégation et surtout d’émergence- se découvrent “chemin faisant”, selon une pertinence émergeant au cours des entretiens.

3La méthodologie de zonage à dires d’acteurs a été expérimentée comme instrument de dialogue, d'analyse de la réalité agraire et de sa complexité, et d'organisation des connaissances pour la concertation dans une perspective de planification du développement rural dans des espaces de plusieurs milliers de km2. La première expérience a été conçue comme une proposition pour l'appui à la planification municipale au Brésil, dans le Municipio de Juazeiro (5 600 km2). Par la suite, la méthodologie de zonage à dires d'acteurs a été utilisée dans différentes régions du Brésil (cf. infra) à l’échelle du municipe, en Afrique du Sud à l’échelle d’un District (20 000 km2, cf. infra), en Palestine à l’échelle d’un District (1 000 km2), en Tunisie ou en Polynésie française à l’échelle de quelques centaines de km2. Récemment elle a été utilisée en France comme module d’explicitation des représentations et des enjeux spatiaux, au sein d’une démarche classique de Pays (LOADDT, Loi d'Orientation pour l'Aménagement et le Développement Durable du Territoire, n° 99-533 du 25 juin 1999, quelques centaines de km2).

Objectifs et principes du ZADA

4L'objectif est d'organiser les connaissances disponibles pour caractériser la diversité et la dynamique spatiale, de les traduire en une nouvelle représentation cartographique. Ce travail repose sur la compréhension des processus sociaux qui conditionnent - ou ont conditionné - l'organisation et la gestion des espaces et laissé des traces.

5Le principe est de représenter sur une carte synthétique la diversité et l'organisation de l'espace étudié. Deux options méthodologiques sont retenues :

6- la première consiste à valoriser les savoirs de personnes ressource ayant une bonne connaissance du milieu pour y travailler et y vivre (Perrot et Landais, 1993). Ce sont ainsi les facteurs perçus des structures et dynamiques territoriales qui forment l'objet des enquêtes. Ces dires d’acteurs alimentent la production de connaissances. Les acteurs sont ici des personnes ressource apportant leurs connaissances. Il ne s’agit pas nécessairement d’acteurs dominants, décisionnaires ou décideurs ;

7- la seconde option consiste à retenir le support cartographique comme base de dialogue et de représentation des connaissances (Bonin et al., 2001). Il permet aux personnes enquêtées de s'exprimer en faisant référence à des lieux précis, à des objets matériels, à des limites physiques, etc. Les représentations que les acteurs se font de la réalité permettent de caractériser la diversité des espaces et les facteurs qui l'expliquent ou la révèlent. L'analyse est ensuite affinée et complétée grâce à l'observation directe des paysages et des activités humaines, aux données secondaires censitaires, bibliographiques ou cartographiques concernant les ressources naturelles, les infrastructures, la démographie, etc.

  • 2  Le terme “d’unité de développement” avait été utilisé au Brésil dans un premier temps, puis rempla (...)

8La méthodologie (encadré 1 et fig. 1) s'appuie sur la notion d'Unité Spatiale Homogène (USH)2, définie comme une unité au sein de laquelle les ressources productives, leur utilisation, leur mise en valeur par les acteurs, les conflits d’usage ou d’affectation et les difficultés rencontrées constituent une problématique homogène, dont la variabilité est minime à l'échelle retenue (Santana et al., op. cit.). La carte est accompagnée d’une légende matricielle qui présente chaque USH. Chacune des USH identifiée est caractérisée à l’aide d’un guide d’enquête. Les USH ne sont donc pas définies a priori, mais résultent du déroulement de la démarche.

Encadré 1 : Éléments succincts de méthodologie du ZADA

La démarche, rendue linéaire pour plus de clarté, doit être conçue comme une série de boucles de rétroaction et d’interaction portant autant sur l’adaptation “chemin faisant” de la démarche elle même, que sur des phases de débat, négociation et ajustement portant sur tel ou tel des points abordés. Ces rétro-actions ne sont pas figurées ici.

  • 3  Structure spatiale élémentaire, représentée graphiquement, accompagnée d’un énoncé de la connaissa (...)

Analyse préalable

- sélection de problématiques pertinentes, données exogènes, documents bibliographiques et cartographiques

- observation des paysages et premier partage des facteurs et problématiques du lieu

- sélection du support cartographique pour les entretiens

- sélection d'un groupe de personnes ressource socialement contrasté

- élaboration et test d'un guide ouvert d'entretien et d’une variable synthétique utilisée pour engager les entretiens semi directifs (exemples : “activités productives”, “éléments structurant le territoire”)

Analyse comparative des dires d'acteurs

- Superposition des cartes

- traitement des zones non décrites (nouvelles enquêtes)

- traitement des contradictions entre les dires (débat, négociation, nouvelles enquêtes...)

- traitement des limites « floues » (débat mobilisant les caractères distinctifs et leur spatialisation)

- Produit : carte complète des USH , certaines pouvant être regroupées

Agrégation des informations secondaires

- Intégration - harmonisation des cartes avec le zonage, production de cartes “à façon”

Modélisation graphique, dynamiques et zonage

- Médiation en vue du projet : structures et dynamiques territoriales représentées par des chorèmes3 (Brunet, 1980; 1986)

- Dynamiques spatiales et logiques territoriales et sociales (locales, individuelles ou collectives, exogènes) en explicitant complémentarités, synergies, concurrence et conflits, et en intégrant flux, échanges, changements d’unités spatiales

- Définition d’indicateurs de changement

Permanences et changements

- Elaboration de scénarios après interprétation des phénomènes historiques dont la trace reste prégnante et des dynamiques en cours

Figure 1 : Méthodologie du Zonage à dire d’acteurs (d’après Caron, 2001)

Figure 1 : Méthodologie du Zonage à dire d’acteurs (d’après Caron, 2001)

9Le zonage propose une vue statique, la modélisation la rend dynamique en interprétant les facteurs de changement et les changements eux-mêmes. Le ZADA rend compte de la complexité, la modélisation graphique dégage les facteurs essentiels et la représentation des changements ouvre vers des scénarios à débattre.

  • 4  Pierre Bourdieu (1996) déclare : “Il m'est arrivé très souvent, même en face de journalistes très (...)

10La construction de sens partagé repose en premier lieu sur un réexamen de “la question de la question”4. Les projets de développement sont souvent promus par des acteurs porteurs de réponses, parfois toutes faites, plus que de constructions reposant sur les perspectives des principaux intéressés. Il est donc primordial de reconstruire collectivement l’objet de l’intervention, de s’assurer de sa pertinence comme de son caractère appropriable (et approprié) aux problèmes locaux. Cette construction du sens de l’intervention passe par un réexamen des objets, et en particulier des unités spatiales comme sociales impliquées : avons nous à faire à des familles mononucléaires, des ménages élargis, des réseaux familiaux de solidarité délocalisée ? Ou encore disposons nous d’unités administratives porteuses de sens social ? Les contours spatiaux de ces unités recoupent-ils ceux des unités sociales impliquées dans le changement ou la stabilité des ordres établis ? Les termes servant à caractériser ces unités sont-ils issus d’une perception fondée sur les questions à traiter, ou, au contraire, de points de vues définis a priori, établis ailleurs et selon des critères issus d’autres logiques ? Derrière le sens de l’intervention, c’est bien celui de l’information - en particulier géographique - qui est en jeu et mérite reconstruction.

11Etape essentielle de cette reconstruction, la modélisation sert avant tout au chercheur à organiser et rendre compte de connaissances destinées à l’animation d’un processus de médiation regroupant les acteurs du monde rural. Sur le plan spatial, elles sont exprimées sous forme de schémas élémentaires, soulignant régularités et singularités, et associés à un facteur de changement. Ces schémas sont combinés entre eux afin d’exprimer un état des connaissances, transmises lorsqu’il s’agit d’une démarche cognitive, ou négociées, dans les situations d’apprentissage collectif et de production d’une représentation partagée.

12Ces connaissances sont croisées et “triangulées” entre elles (Olivier de Sardan, 1998) ; chaque connaissance apparaît de façon récurrente et convergente. La saturation ou la redondance des connaissances (l’affaiblissement des nouvelles connaissances à intégrer au profit de la répétition d’informations déjà acquises) permet une forme qualitative de validation. La validité et la validation des résultats sont ainsi appréciées par l'usage, l’utilité sociale, leur capacité à susciter le dialogue et à se traduire par une modification des comportements et des prises de décision des acteurs. Le consensus recherché porte sur l’utilité du sens construit et non sur une quelconque objectivité des phénomènes représentés. Une dernière forme de validation qualitative concerne les connaissances gênantes, celles, souvent passées sous silence, voire dissimulées, mais qui sont souvent déterminantes, comme les stratégies foncières ou agro-industrielles par exemple. Si leur énonciation auprès de ceux qui devraient être les plus gênés ne provoque que des silences entendus, il semble bien que l’on ait identifié un facteur non négligeable. Il n’est donc pas question ici de parler de validité au sens où l’entendent les sciences exactes à propos de phénomènes reproductibles étudiés en conditions expérimentales, mais bien plus de pertinence, vue comme l’accès à un sens social qui repose sur les convergences des connaisseurs du domaine.

13C’est donc plus la pertinence, et en particulier la pertinence sociale, locale, en situation, mais également celle obtenue par recomposition avec les savoirs experts, qui est visée. C’est une validité sociale, confirmée par l’étendue des consensus que remporte la représentation donnée à voir. Qu’en est il alors de la validité scientifique ? Comme ailleurs, dans les descriptions capables de supporter et de résoudre les controverses, elle se mesure tout également à l’étendue que remporte la démonstration, qu’elle s’adresse aux communautés scientifiques ou aux acteurs impliqués localement dans le changement.

Exemples d’application du ZADA

14Le ZADA a été appliqué dans des contextes et avec des finalités diverses. Il a parfois constitué l’outil majeur du diagnostic réalisé (exemples ci-dessous du Brésil et de l’Afrique du Sud). Il a récemment été expérimenté par insertion dans des démarches d’élaboration de projets territoriaux conduites par ailleurs et par d’autres opérateurs ou avec des méthodes plus habituelles. Il s’agissait alors d’un ZADA rapide, ponctuel et semi-collectif, assisté par des outils de DAO (dessin assisté par ordinateur). Ce mode d’insertion du ZADA vise en particulier l’explicitation des enjeux et stratégies territoriaux, que la polysémie spatiale des discours et documents de travail héberge fréquemment, voire favorise.

Juazeiro, ou le ZADA informant

Contexte : un développement “à deux vitesses”

15Au Brésil, le municipe est la plus petite entité politico-administrative dotée de pouvoirs exécutifs et législatifs (Caron, 2001). Celui de Juazeiro est situé dans la Région du Nordeste (fig. 2), la région problème du Brésil (Théry, 1995), au cœur du polygone de sécheresse. Ses 5 600 km2 regroupent 130 000 habitants, dont 100 000 en ville. Fondée en 1706 au point de convergence des axes fluviaux et de transhumance du bétail, Juazeiro s’est développée grâce aux activités commerciales. Un ensemble agro-industriel y a été implanté dans les années 1960. Le cours moyen du São Francisco est devenu une grande région d'irrigation, liée au marché international de fruits. Nous sommes en fait en présence d'un véritable bipôle économique et social : des zones irriguées où se développent des activités agro-industrielles s’accompagnant d'un prolétariat fortement précarisé se voient entourées de zones d'élevage extensif et d'agriculture vivrière où co-existent grands et très petits domaines.

Figure 2 : Le Zonage à dire d’acteurs du Municipe de Juazeiro (Santana et al., 1994 ; Caron, 2001)

Figure 2 : Le Zonage à dire d’acteurs du Municipe de Juazeiro (Santana et al., 1994 ; Caron, 2001)

Objectifs : représenter, planifier, associer

16Paysans, responsables d'organisations professionnelles, techniciens des services de vulgarisation, chercheurs engagés dans la démarche de recherche-action, commerçants, prêtres et élus locaux ont pris part au travail. L'objectif était d'organiser les connaissances disponibles pour produire et cartographier les éléments opérationnels pour la planification du développement rural à l'échelle du municipe. Par ailleurs, on cherchait à stimuler la participation des acteurs du monde rural au processus de planification, par l'instauration d'un dialogue portant sur les perspectives et les enjeux de développement (Caron et al., 1996).

Démarche : vers un forum de développement local

17Le CIRAD (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement) et l’EMBRAPA (Entreprise brésilienne de recherche agro-pastorale) proposent d’expérimenter des méthodes d’appui au développement de la “petite production”. Une organisation non gouvernementale (ONG), l’Adac (Associação de Desenvolvimento e Ação Comunitária do Vale de São Francisco) s’associe à ce projet de Recherche-Action.

18L'échelle locale s’avère rapidement insuffisante : législation, politiques agricoles, organisation des filières se définissent ailleurs, à d’autres niveaux d’organisation. Le désengagement de l'Etat et la "municipalisation" sont à l'ordre du jour (Santana et al., op. cit.). Les nouvelles entités ont peu d’expérience, peu de compétences en aménagement du territoire et bénéficient de peu d'appui au développement rural.

19L'Upagro (Unidade de Planejamento Agropecuário do Município de Juazeiro) est ainsi conçue en 1990 par des techniciens comme un forum de développement rural municipal. Ses objectifs sont d’élaborer un plan directeur municipal rural et d’appuyer l'agriculture familiale en atténuant le contraste entre l’appui symbolique et “assistancialiste” à la petite agriculture et les investissements en zones irriguées. La participation des agriculteurs familiaux au processus de développement municipal est visée par les chercheurs. Les carences en matière d’information sont profondes, et la création d’un système d’information pour analyser les réalités et complexités agraires, puis susciter réflexions, débats et négociations entre acteurs pour la définition de programmes est proposée. Ce système doit être un instrument efficace, opérationnel et économique de production et de socialisation d'informations.

20Le ZADA valorisant les savoirs locaux structure la production de connaissances. Le support de « dialogue cartographique » permet de représenter la diversité et les dynamiques sociales et spatiales.

Résultats : un diagnostic, certes, mais faiblement mis en production

21Une “meilleure” différenciation des situations et unités spatiales est atteinte. Elle permet en particulier d’intégrer et d’expliciter des faits avérés, mais non légaux, qui déterminent les conditions de survie de certaines populations. Les limites des périmètres publics d'irrigation sont par exemple définies sur des photographies aériennes, alors que la réglementation cadastrale n’est pas respectée. Les principales caractéristiques et l’évolution historique du municipe sont ainsi partagées. Une synthèse des informations recueillies au cours des enquêtes met en évidence des informations discordantes : des stratégies divergentes sont ainsi explicitées.

22La valorisation opérationnelle du zonage a cependant été limitée (Sabourin et al., 1996). Un changement d'administration municipale détourne l'Upagro de ses objectifs initiaux. La structure collégiale de planification, conçue comme un espace de concertation, est transformée en un service technique d’exécution des projets municipaux pour la zone rurale.

23Il n'y a en fait pas eu, de la part des producteurs, de réelle participation au processus de planification, en dépit de conditions initiales favorables. En l'absence d'une fédération des producteurs, les responsables locaux n'ont pas perçu d'amélioration par rapport aux canaux traditionnels d'accès aux autorités municipales via les leaders locaux et relais électoraux, vidant ainsi le forum de sa principale fonction. L'attitude revendicatrice, ou parfois "quémandeuse", des dirigeants d'associations préoccupés en priorité par l'obtention de ressources pour leur communauté d'origine a rendu difficile le dimensionnement municipal du processus de planification.

24Ni l'intégration formelle des organisations de producteurs à l'organigramme de l'Upagro, ni la participation des agriculteurs à la réalisation du diagnostic en tant que "personnes ressources" n'ont permis une réelle appropriation de l'information, des outils et de l'espace de négociation.

25Ce n'est que par la suite, via la restitution des résultats et données du zonage aux organisations ou aux communautés qu'une utilisation de l'information par les agriculteurs pour concevoir de nouveaux projets a été possible. Elle l’a cependant été à des échelles infra municipales.

26Dans le cas de Juazeiro, le modèle de développement à deux vitesses s’accompagne également de capacités participatives et d’efficience très différenciées pour ce qui touche à la prise en compte des visions des différents acteurs dans le cadre du processus de planification. Au premier degré, le recours aux représentations spatiales des acteurs, pour l’explicitation et la communication des faits et la réalisation d’un diagnostic, s’est montré efficace. Ce premier degré de performance n’implique pas le deuxième, qui aurait contribué à la définition effective, sur la base du diagnostic réalisé, des politiques territoriales elle mêmes.

Garrigues, le débat interrompu

Contexte : de la participation à la territorialisation

27Un ZADA rapide, ponctuel, instrumenté en deux séances semi collectives, assisté par des outils de DAO (dessin assisté par ordinateur) s’insère ici dans une démarche de projet territorial conduite par ailleurs et par d’autres opérateurs dotés de leurs propres méthodes.

28La démarche participative est mise en œuvre par la SADH (Société d’aménagement du département de l’Hérault), dans le cadre de la préparation du “Pays des Garrigues et de la Moyenne Vallée de l’Hérault”. La procédure se déroule de façon très productive et assez respectueuse des expressions des acteurs. Elle parvient à la formulation d’un diagnostic et de perspectives, apparemment partagés, centrés sur la maîtrise d’une croissance périurbaine d’une part, l’identification des patrimoines et leur mise en ressources durables d’autre part. Le zonage du territoire et la contribution des informations exogènes (Debardieu et Lardon, 2003) ont été peu abordés.

Objectifs : spatialiser les consensus et divergences

29Un ZADA, reposant sur les connaissances individuelles, mais également acquises collectivement par les acteurs déjà engagés dans la démarche, vise donc plus ici la spatialisation d’un diagnostic, plus ou moins partagé, et en particulier celle du niveau de partage et des perspectives collectivement élaborées, mais qui n’ont pas été passées au crible de la localisation. Cet exercice révèle souvent les divergences, conflits larvés, ou les déplacements des interprétations spatiales.

Démarche : expressions individuelles et synthèses

30Le département TERA du CIRAD, à l’origine du ZADA, et l’UMR ESPACE qui a rassemblé et enrichi depuis plusieurs années de nombreux ensembles de données concernant les dynamiques territoriales des garrigues du montpelliérais (Cheylan et al., 1998) proposent donc à la SADH une expérience de ZADA. Des chercheurs impliqués dans le ZADA résident dans le périmètre du futur Pays et ont activement participé à l’ensemble de la démarche animée par la SADH. Celle-ci accepte donc une expérience, à laquelle participent également les chercheurs et animateurs, marquant ainsi son ouverture méthodologique.

31La démarche se structure en deux interventions de 2 à 3 heures, en partie collectives. Ces deux séances constituent une première expérimentation de la démarche dans ces conditions spécifiques : les acteurs du Pays ayant déjà longuement élaboré un diagnostic et contribué à dégager des perspectives et éléments de projets, nous faisions l’hypothèse qu’ils étaient en mesure, à partir de ces résultats partagés, de rapidement aboutir à une spatialisation des principaux éléments marquants.

32La première séance de travail recueille, individuellement dans un premier temps, les représentations sur une carte aussi “neutre” que possible (ici le relief en estompage, les routes et villages). Les éléments structurants que perçoit l’acteur sont accompagnés d’une très brève description5. Un débat collectif permet ensuite de dégager des descriptions des éléments et facteurs marquants (par une méthode de type MétaPlan6 permettant de rapprocher les notions connexes). L’objectif est de recueillir et synthétiser collectivement les représentations des acteurs portant sur l’organisation et les grandes coupures territoriales (fig. 3). A l’issue d’un débat, nous (les animateurs participent également à l’exercice) aboutissons à une représentation spatiale commune. Certains éléments, pourtant déterminants au dire de certains, n’apparaissant que rarement, ils sont soumis au débat.

Figure 3 : Superposition de l’ensemble des perceptions du phénomène urbain

Figure 3 : Superposition de l’ensemble des perceptions du phénomène urbain

33L’équipe d’animation ouvre une deuxième séance de travail destinée à spatialiser les perspectives et esquisses de projets. A l’issue d’une présentation de synthèse des résultats de la première séance, un bref exposé introduit des éléments exogènes qui n’ont été signalés par personne. L’objectif est d’aboutir à la délimitation spatiale des enjeux.

Résultats : consensus textuel et divergences spatiales

34L’ensemble des phénomènes de croissance urbaine, de polarisation, de développement des noyaux villageois, de répartition et d’accessibilité aux services, de relation avec les grandes unités voisines, très structurantes comme l’agglomération montpelliéraine, forme le premier grand thème perçu. Une divergence profonde apparaît concernant les espaces de croissance urbaine privilégiés et les coupures vertes à leur associer : doit-on respecter les vastes zonages de croissance potentielle de faible densité, inscrits aux anciens documents d’urbanisme (NAE -réserves d’urbanisation future- des Plans d’occupation des sols) ou redéfinir un nouveau schéma plus en cohérence avec le diagnostic et formant une vaste coupure verte ?

35L’ensemble des éléments de patrimoine, pris ici au sens étendu que lui avait conféré le travail collectif antérieur (patrimoine naturel, préhistorique et historique, paysager et culturel, ainsi que les impacts induits ou potentiels en matière de développement touristique et de loisir) forme le deuxième thème. Il s’avère que ces éléments sont mal identifiés et donc a fortiori caractérisés, sauf la viticulture de qualité. Les deux ensembles sont conformes au diagnostic-perspective antérieur.

36Lors de la deuxième séance, un débat portant principalement sur la légitimité du groupe de travail à engager ce type de réflexion, et en particulier à spatialiser les enjeux, est initié par certains participants. Perçu comme une préfiguration du futur Conseil de Développement du Pays, le groupe ne dispose d’aucun mandat. En contradiction avec leurs attitudes antérieures, certains participants, élus ou proches, dénient toute légitimité au groupe. Bien qu’ayant contribué à l’ensemble de la démarche participative, ils contestent la compétence du groupe à spatialiser des résultats largement issus de cette démarche collective à laquelle ils ont adhéré, mais qui semble en contradiction avec leurs stratégies, dissimulées jusqu’ici, d’affectation de l’espace.

Éléments de conclusion : participer, certes, mais à quoi ?

37L’incitation à spatialiser des éléments jusqu’ici purement exprimés textuellement induit une mise en retrait, voire une dénégation vis à vis de l’utilité et de la compétence des travaux et résultats antérieurs. Certains arguments se font jour selon lesquels ce type d’analyse doit être réservé à des “experts” chargés de désigner les lieux et leurs spécificités. Cette attitude situe l’exercice en total porte-à-faux avec les travaux en cours, et même semble-t-il avec l’esprit de la LOADDT. Confier entièrement la charge de spécifier les lieux et les perspectives ouverts par chacun, à un hypothétique groupe d’experts, plus sensible aux desiderata des élus, semble relever du refus d’association effective des acteurs à une démarche dont le caractère participatif devient ainsi évanescent. Les enjeux, encore largement masqués, que la carte met en évidence, ou conduit à expliciter, ne semblent plus devoir être mis en lumière. Ceux qui en sont eux-mêmes porteurs ont, pour l’instant, refusé le dispositif participatif d’accompagnement du Pays qui était proposé : un observatoire permanent pour l’action.

38Révélateur des incompréhensions, divergences d’interprétation spatiales, mais également institutionnelles (place de la “société civile” dans les démarches participatives, déni aux acteurs non élus de droit de regard sur les compétences territoriales), ce ZADA met en évidence les vastes questions de légitimité des acteurs et celles de pertinence des procédures, souvent plus adoptées par opportunisme administratif que pour leur pertinence et adéquation locales. Le projet de Pays omet les compétences en aménagement du territoire, confiées aux Communautés de Communes. L’absence de dispositif participatif dans ces dernières constitue probablement un choix stratégique. Le regard social induisant une certaine transparence quant au mode de délimitation des espaces constructibles, “bien politique” de premier degré qui contribue souvent à la reproduction élective, semble ici inimaginable. In fine, le Pays recueillant des avis consultatifs négatifs du Conseil général et régional, demeure, en contradiction avec la LOADDT, un Pays de notables et d’élus. Si la carte introduite dans les enceintes de pouvoir peut révéler les jeux des uns et des autres, elle ne les modifie pas nécessairement.

39La procédure de ZADA mise en œuvre n’a fait que révéler et exacerber ces divergences, masquées jusqu’ici par l’unanimisme de surface de la procédure participative, précédemment langagière et textuelle. Le ZADA seul n’a pas permis d’aller jusqu’à la construction du conflit, en vue de négociation et d’une résolution ultérieure. Le groupe de travail n’avait pas ces attributions. Une certaine confusion entre acteurs informants, consultés ou “experts” mais non décisionnels, et acteurs actants, décisionnels mais ne s’engageant pas dans une démarche de transparence, est certainement à l’origine de ce dysfonctionnement, somme toute inscrit dans la loi, et peut être dans quelques traditions locales de la vie politique !

40Cet espace, jusqu’ici quasiment dépourvu de “modèle de développement” (au sens d’un accord sur les orientations à poursuivre), trouvait dans la procédure de “Pays” une première occasion de construction collective d’un avenir partagé. La procédure participative, impliquant la participation des acteurs non décideurs au diagnostic, mais pas aux décisions, a effectivement produit les effets escomptables : une disjonction entre représentations des acteurs et objectifs des élus. Les représentations spatiales mobilisées ont surtout eu l’effet de révéler les contradictions et conflits latents qu’une procédure textuelle et orale n’avait pas mis en évidence. La polysémie de l’espace et des représentations que les uns et les autres s’en font atténuerait donc celle véhiculée par un discours aux visées par trop consensuelles. Non décisionnelle, la procédure ne modifie pas, in fine, un long historique de décisions partielles, locales, non coordonnées, qui n’a pas su jusqu’ici produire une politique territoriale.

L’ancien Ciskei, ou la recherche d’un nouvel avenir

Contexte : gérer le post-apartheid

41Le district d’Amatola est situé dans la province du Cap de l’Est (fig. 4), dans une région où les anciens bantoustans du Ciskei et du Transkei, jouxtaient la République sud-africaine. Depuis l’abolition de l’apartheid, de profondes recompositions politiques, sociales, spatiales et économiques sont en cours. L’État a procédé à un redécoupage administratif et précisé les enjeux d’aménagement du territoire et de redistribution. Pour corriger le lourd héritage de la politique de développement séparé, la délimitation du district d’Amatola, comme en de nombreuses régions d’Afrique du Sud, a transcendé les “frontières” de l’apartheid.

Figure 4 : Carte de la province de l’Eastern Cape : zone d’étude et limites des Districts (Lhopitallier et Caron, 1999)

Figure 4 : Carte de la province de l’Eastern Cape : zone d’étude et limites des Districts (Lhopitallier et Caron, 1999)

Objectifs : comprendre et transférer

42Pour répondre à ces défis, le district a pour mandat d’assurer le développement des zones rurales en fournissant des services aux autorités locales qui n’ont pas la capacité financière de le faire. Les membres sont élus par les autorités locales. Le rôle du District est amené à s’effacer au fur et à mesure que les autorités locales gagneront en capacité financière et organisationnelle. Les objectifs de la démarche de ZADA étaient, d’une part d’identifier les principes d’organisation de l’espace dans une perspective d’aménagement du territoire qui devait à terme être transféré aux nouvelles collectivités, et d’autre part de préciser le contexte et les conditions de mise en œuvre d’opérations de développement local par ces futurs acteurs.

Démarche : co-construire information et perspectives

43La variable “source de revenus” a été ici préférée comme indicateur central, compte tenu de l’importance des transferts financiers d’origine exogène et de la faiblesse des activités productives locales (Lhopitallier et Caron, 1999). Ressources naturelles, structure foncière, infrastructures, systèmes de production, accès au marché, organisation socioprofessionnelle et services et projets d'appui ont permis de compléter l’analyse. Le ZADA visait la description de la diversité et la recherche des ordres sous-jacents pour l’analyse des dynamiques des espaces ruraux. La recherche a confirmé la capacité d’expertise des acteurs, contrastant avec le peu d’informations secondaires disponibles. La diversité spatiale extrêmement marquée dans la zone d’étude résulte largement du développement ségrégatif antérieur. Pour des raisons politiques évidentes, elle n’est pas explicitée par les informations formelles disponibles.

Résultats : ségrégation et “complémentarité”

44La diversité des situations s’organise en plusieurs gradients complexes, notamment les relations urbain/rural et économie intégrée/dépendante. L’analyse discerne (fig. 5) :

45- la zone urbaine et sa périphérie accompagnée de bourgs ruraux, les townships, créés par la ségrégation, les villages d’ouvriers commutant chaque jour et formant le prolétariat urbain résidant en milieu rural ;

46- les zones communales, villages de l’ancien Ciskei où l’usage collectif des ressources foncières s’est maintenu : emploi urbain et production agricole pour l’autoconsommation se complètent ici ;

47- des zones “reculées” vivant des transferts sociaux et migrations à longue distance ;

48- les fermes commerciales appartenant à des producteurs blancs et leur version étatique et en voie de privatisation des ex-bantoustans et devenues des lieux de conflits : situées dans les zones favorables (pluviométrie, infrastructures), engagées dans des productions intensives de lait, fruits ou maraîchage, ou siège d’un élevage ultra extensif dans le cas de propriétaires absentéistes ;

49- des zones mixtes : fermes commerciales et villages communaux où se développent tensions et conflits ;

50- les forêts domaniales et plantations forestières, les réserves naturelles et les élevages de gibier, quasiment indisponibles pour les riverains, mais soumises à la réputation d’insécurité des bantoustans ;

51- la zone littorale où villes, villages et lieux touristiques privés sont fortement pourvoyeurs d’emplois.

Figure 5 : Modèle d’organisation de l’espace rural dans la zone d’étude (Lhopitallier et Caron, 1999)

Figure 5 : Modèle d’organisation de l’espace rural dans la zone d’étude (Lhopitallier et Caron, 1999)

52La modélisation graphique de cet espace met en évidence la marque de la politique d’apartheid (appropriation des meilleures opportunités par les blancs), celle de l’industrialisation, synonyme d’emploi urbain et de migrations différenciées en portée spatiale et durée, celle de l’effet littoral induisant tourisme et emplois de service au sein de vastes unités privées. Un mitage, produit institutionnel de l’ancien gouvernement du Ciskei, est marqué par les conflits fonciers issus de la disparition de l’État. Apparaissent également des zones de friches, de déprise agricole induites par les conflits fonciers. Zones marginalisées et poches de pauvreté s’intercalent entre les espaces d’exploitation intensive. La politique d’apartheid a différencié et structuré les espaces des différents groupes ethniques. Des espaces bien délimités et dissymétriques en sont issus. Néanmoins, l’organisation de chacun dépend étroitement de son intégration à l’autre et de complexes systèmes migratoires et d’échange. Un tel paysage ne facilite évidemment pas la conception de perspectives de développement local.

53Sur le plan spatial les unités observées correspondent rarement à des entités administratives. Seule l’histoire, mouvementée, permet de restituer les spécificités de ces espaces.

Conclusion : quelle re-territorialisation ?

54Un modèle d’organisation de l’espace et des dynamiques spatiales du district montre que des espaces bien délimités et dissymétriques sont issus de la politique d’apartheid. La distribution spatiale de la population et des centres urbains et industriels et les mouvements migratoires répondent à un phénomène de gravité centré sur East London. Une hiérarchie de centres secondaires et tertiaires gravite autour de cette ville. Les voies de communication et la hiérarchie des bourgs et petites villes dessinent un treillage qui correspond mal aux entités administratives. Les flux d’hommes et de femmes, de marchandises, de capitaux et d’informations révèlent le fonctionnement d’interdépendances et l’existence de réseaux complexes et enchevêtrés. Des mesures d’aménagement du territoire sont nécessaires pour corriger l’héritage de la politique de développement séparé. Dans un contexte marqué par une telle différenciation, le nouveau découpage politique et administratif cherche à transcender, à bousculer volontairement cette marque de l’histoire. La politique d’aménagement du territoire et d’appui au développement rural que souhaite mettre en place cette collectivité territoriale représente tout à la fois une tâche difficile et un enjeu majeur. Elle souligne la volonté de ne pas raisonner le développement agricole et rural dans les structures et les limites spatiales administratives issues de l’apartheid.

55Les nouvelles images et informations opérationnelles ont été produites pour susciter la réflexion et le débat, pour imaginer de nouveaux futurs, et éventuellement contribuer à l’élaboration d’un système d’aide à la décision. Toutefois des mécanismes de concertation et de médiation sont nécessaires afin que cette carte ne devienne pas le support de nouvelles pratiques technocratiques de planification. Un engagement dans la durée est de plus nécessaire, transcendant les durées électives des collectivités territoriales. La mise en place d’un système de suivi des situations et d’actualisation des informations, sur la base d’indicateurs de changement identifiés grâce à l’analyse, butte néanmoins sur la disjonction entre unités de gestion et d’aménagement et phénomènes sociaux.

56L’analyse fait apparaître deux modèles “de développement”, ou plutôt un modèle de développement et un ancien modèle de sous-développement. Le premier est celui promu par le pouvoir actuel. Il justifie, légitime et permet de tirer des conclusions du diagnostic. Le second, historique, se traduit fortement dans les structures et organisations spatiales identifiées. L’analyse vise donc, en quelque sorte, à tenter de “raccorder” ces deux dynamiques, l’historique et celle en cours, dans une perspective de construction tournée vers l’avenir. La participation des acteurs est ici primordiale, du fait de la négation antérieure de l’un des groupes par l’autre. Une première construction de diagnostic en est issue, largement fondée sur des connaissances construites à partir des représentations des acteurs. La construction territoriale escomptée n’adviendra que si ce caractère participatif est prolongé, en particulier au sein des futures organisations territoriales.

Conclusion

Zonage et dires d’acteurs

57En l’absence d’information actualisée et rendant compte des dynamiques en cours, comme il est fréquent dans les zones marginales des pays du sud, au Brésil et en Afrique du Sud dans nos exemples, le ZADA constitue un outil puissant pour capter, harmoniser et structurer les représentations des acteurs, leur expertise d’utilisateurs de l’espace, en construire une formulation à la fois cartographique et descriptive partageable et négociable et qui permette de porter un diagnostic. Dans une démarche de projet et de développement local, ces éléments offrent une bonne base de débat et de négociation permettant d’engager un exercice de prospective, pour autant que le corps social et les acteurs exogènes soient prêts à poursuivre cette perspective. En situation de région déjà largement décrite et analysée, comme dans le cas des Garrigues, ce sont les capacités de la méthode à expliciter et mettre en négociation les différentes représentations et perspectives des acteurs qui sont valorisées. Ici encore les volontés sociales comme institutionnelles ne sont que faiblement issues de l’exercice, encore que ses vertus pédagogiques et l’interconnaissance des acteurs renforcée par le travail en commun contribuent à une meilleure mobilisation. Pourtant les volontés des acteurs, et des décideurs politiques en particulier, demeurent in fine déterminantes, surtout si l’objectif est de construire une représentation et des perspectives partagées, plutôt que de restituer aux décideurs un discours qui les satisfasse a priori.

58La lourdeur de la démarche ne constitue pas nécessairement un handicap. Quand tel est le cas, les réunions nombreuses, les débats et les échanges parfois houleux contribuent à un meilleur ancrage des projets, à une interconnaissance et une mobilisation facilitant l’élaboration ultérieure de projets. Elle est également modulable et a dans certains cas été appliquée de manière allégée et rapide (Sautier et al., 1998). La version “légère” du ZADA, pratiquée dans les garrigues, et insérée dans une construction collective de Pays conduite par un bureau d’étude “classique” montre clairement les possibilités de décliner le principe, dans son insertion méthodologique comme dans l’ampleur des objectifs qu’il s’assigne.

59La plupart des terrains ayant fait l’objet d’un ZADA sont d’une étendue “locale”, telle que les acteurs sont assez aisément identifiables, mobilisables et dotés d’une connaissance relativement précise de la zone ou d’une grande partie de son étendue. A d’autres niveaux d’organisation, plus vastes, comme dans le cas de l’Afrique du Sud, des ajustements s’imposent : un travail bar blocs spatiaux suivi d’une synthèse collective a été conduit.

Représentations

60Nous souscrivons à l'affirmation de Le Moigne (1990), concernant l'impossibilité de modéliser objectivement un objet et de fournir une représentation qui soit indépendante de l'action du modélisateur. “L'idéal de la modélisation [systémique] ne sera plus dès lors l'objectivité du modèle, comme en modélisation analytique, mais la projectivité du système de modélisation”, c'est à dire “la capacité du modélisateur à expliciter ses projets de modélisation”, passant ainsi de l’hypothétique objectivité à “l’objectivabilité” : les règles de construction du sens sont explicitées et disponibles. Le sens lui-même ne trouve de validation que par le consensus social portant sur l’utilité du produit. Chacune des expériences discutées dans cet article entendait donner un sens social aux informations géographiques. Elles montrent combien les passages par les sens communs et les divergences de sens doivent être assumés. Les sens communs et les représentations mentales étant d’une infinie diversité, les expériences réalisées révèlent l’importance du recours à une représentation graphique, externe, support de communication, pour reconstruire un sens commun ou, au contraire, cristalliser un différend. Le consensus recherché est ici principalement opératoire. Il vise à assurer la réalisation du processus de diagnostic et la formulation, en résultant, de perspectives. Il ne repose sur aucune hypothèse unanimiste et ne vise nullement l’adhésion à un plan ou une stratégie unique. Pour ces différentes raisons, il importe de garantir le caractère souple, modulaire et adaptatif à la démarche.

Des “modèles” de “développement” : quelles inflexions et recompositions ?

61Espace et sociétés font certes territoire, lentement et tranquillement. D’un autre côté, les procédures territoriales en Europe, les ONG, les programmes de développement dans les pays du sud, se succèdent rapidement et tentent, chacun, d’infléchir le cours de ces processus territoriaux. Mais ces derniers apparaissent fréquemment comme bien peu gouvernables. Comme nous l’avons vu dans le cas de l’Afrique du Sud, le ZADA cherche, par le recours à une information pertinente, à articuler la connaissance des temps et cycles longs de la construction historique avec ceux, intentionnellement plus courts de l’ambition “développementaliste”, voire électoraliste. Ce sont en dernier lieu les apprentissages collectifs, les effets de mobilisation des acteurs et de mise en reconnaissance et en convergence qui semblent les plus probants.

Information, pouvoir et processus

62Construire, mobiliser l’information, la rendre “acteur” s’insère ainsi dans les stratégies locales. L’information, attribut privilégié des pouvoirs, demeure un objet de stratégies sociales, même lorsque des dispositifs de mise en utilité sont conçus, tels que le recours à des démarches participatives ou les serveurs de travail coopératif. Les représentations spatiales, qu’elles soient mobilisées pour accéder aux connaissances, pour stimuler et organiser le débat, pour imaginer de nouveaux futurs, pour élaborer et porter un projet, contribuent à part entière de cette dialectique entre information et pouvoir (Cheylan et al., 2001). A sa manière, chacune des trois expériences le démontre. Sans doute la disjonction principale entre planification et démarche participative réside-t-elle dans les laps de temps et les collisions de processus : longs et incertains pour les avancées collectives, souvent courts et opportunistes pour les productions institutionnelles qui prennent difficilement en compte le long terme.

Qui participe ? A quoi ?

63L'activité de recherche devient elle-même objet de dialogue et de réflexion. L'approche se fonde sur une conception des relations entre connaissance et action qui remet en cause les habituelles divisions du travail entre chercheurs et agents de développement, entre savoir académique et savoirs populaires (Chambers, 2002). De nombreuses questions restent cependant en suspens. Elles sont liées aux rapports de force, économiques, sociaux, mais aussi intellectuels, culturels et académiques, exprimés ou non, conscients ou non, qui marquent les processus d’apprentissage, d’élaboration et d’utilisation des connaissances. Ces questions concernent également les champs possibles d’application de telles démarches. Elles constituent autant de thèmes à approfondir.

Haut de page

Bibliographie

ASHBY, J. A., 1982, Technology and ecology : implications for innovation research in peasant agriculture, Rural Sociology, 47 (2) p. 234-250.

ALBALADEJO C., CASABIANCA F. (éds), 1997, La recherche-action. Ambitions, pratiques, débats, Coll. Etudes et Recherches sur les Systèmes Agraires et le Développement, n°30, INRA, Paris, 125 p.

BOISSAU S., HOANG LAN ANH, CASTELLA J.C., 2004, The SAMBA role play game in northern Vietnam. An innovative approach to participatory natural resource management, Mountain Research and Development, 24(2), p. 101-105.

BONIN M., CARON P., CLOUET Y., CHEYLAN J.-P., THINON P., 2001, Territoire, zonage et modéli-sation graphique : recherche-action et apprentis-sage, Géocarrefour, Vol. 76, n°3, p. 241-252.

BORRINI-FEYERABEND G., PIMBERT M., 2004, Sharing Power : Learning by Doing in Co-management of Natural Resources throughout the World, IIED, IUCN.

BOURDIEU P., 1996, Sur la télévision, Paris, Liberéditions, 95 p.

BRUNET R., 1980, La composition des modèles dans l’analyse spatiale, L’espace géographique, IX, p. 253-265.

BRUNET R., 1986, La carte-modèle et les chorèmes, Mappemonde, 86/4, p. 2-6.

CARON P., 1997, Le zonage régional à dires d’acteurs. Connaître, représenter, planifier, agir, une méthodologie expérimentée dans le Nordeste du Brésil, in Quelle géographie au CIRAD ? Document de travail du CIRAD-SAR, 10, p. 145-156.

CARON, P., 2001, Le zonage à dires d’acteurs pour comprendre et décider. Le municipe au Brésil, in LARDON S., MAUREL P., PIVETEAU V., Représentations spatiales et développement territorial, Hermès, 437 p.

CARON P., TONNEAU J.P., SABOURIN E., 1996, Planification locale et régionale : enjeux et limites. Le cas du Brésil Nordeste, in VIII th General Conference of European Association of Development Research and Training Institutes : Globalisation, competitivness and human security : challenges for development policy and institutional change, EADI, Vienne, Autriche, 11-14 sept. 1996, 15 p.

CHAMBERS R., 1990, Farmer-first : a practical paradigm for the third agriculture, in Altieri M. A. and Hecht S. B. (eds), Agroecology and Small Farm Development, CRC Press, Boca Raton, 198 p.

CHAMBERS R., 2002, Participatory workshop, a sourcebook of 21 ideas and activities, Earthscan ed.

CHEYLAN J.P., HETIER J.P., LEFORT J., SALASSE J.P., 1998, Pour un Parc naturel régional des Garrigues de Languedoc, Document de travail, UMR-ESPACE/IARE/CIRAD/Ecologistes de l’Euzière, 55 p.

CHEYLAN J.-P., DEFFONTAINES J.-P., LARDON S., THERY H., 1990, Gestion de l’espace rural, des pratiques aux modèles, Mappemonde, 90/4, 49 p.

CHEYLAN J.-P., CHRISMAN N., 2001, Comment le sens vient à l’information géographique, in Libourel T. (éd.), Géomatique et espace rural, Actes des Journées CASSINI 2001, Montpellier 26-28 septembre, ed. CIRAD, p. 189-202.

CLOUET Y., 1998, Le zonage à dire d’acteurs ; Guide méthodologique, Tome 1 : le diagnostic ; l’exemple de la délégation de Memzel Bouzayenne dans le gouvernorat de Sidibouzid en Tunisie, CIRAD-TERA, 32 p.

CRAIG W., HARRIS T. M, WEINER D. (eds), 2002, Community Participation and Geographic Information Systems, Taylor et Francis, 383 p.

DEBARBIEUX B., LARDON S., 2003, Figures du projet territorial, Ed. de l’Aube, La Tour d’Aygues, 270 p.

ETD, 2002, Système de participation et conseil de développement, CD ROM n° 3, septembre octobre 2002.

FLAVELLE A., 2002, Mapping Our Land : A Guide to Making Your Own Maps of Communities and Traditional Lands Publisher : Lone Pine Foundation, in REASON P.W., BRADBURY H. (eds), 2001, Handbook of Action Research, SAGE London, 468 p.

FOX J. R., RINDFUSS R.R., WALSH S. J., MISHRA V. (eds.), 2003, People and the Environment: Approaches for Linking Household and Community Surveys to Remote Sensing and GIS, Kluwer Academic Publishers, Boston.

LARDON S., MAUREL P., PIVETEAU V. (éds), 2001, Représentations spatiales et développement territorial, Paris, Hermès, 2001, 437 p.

LARDON S., MAUREL P., PIVETEAU V., 2001, Modèles spatiaux et développement territorial : vue d'ensemble d'une démarche en cours, in LARDON S., MAUREL P., PIVETEAU V. (eds), 2001, Représentations spatiales et développement territorial, Paris, Hermès, chap. 1, p 23-35.

LE MOIGNE J.L., 1990, La modélisation des systèmes complexes, Dunod, Paris. 178 p.

LHOPITALLIER L., CARON P., 1999, Diversité et recomposition de l’espace rural dans le district de Amatola, Province du Cap de l’Est, L’Espace géographique, 1999, n°2, p 170-183.

OLIVIER DE SARDAN J.-P., 1998, ECRIS : enquête collective rapide d’identification des conflits et des groupes stratégiques (en collab. avec T. Bierschenk), in Bierschenk T. et Olivier de Sardan J.-P. (éds.), Les Pouvoirs au village : le Bénin rural entre démocratisation et décentralisation, Paris, Karthala, p. 253-272.

PERROT C., LANDAIS E., 1993, Comment modéliser la diversité des exploitations agricoles, Cahiers de la Recherche-Développement, 33, CIRAD/SAR, Montpellier, France, p. 24-40.

RAMBALDI G., CALLOSA-TARR J., 2000, Manual on Participatory 3-D Modeling for Natural Resource Management, Publisher National Integrated Protected Areas Programme (NIPAP), Quezon City, Philippines.

SABOURIN E., CARON P., SILVA P.C.G. da, 1996, Organisation des agriculteurs familiaux et développement municipal : trois expériences au Nordeste du Brésil, in Colloque Agriculture paysanne et question alimentaire, Chantilly, CECOD, 21 p.

SANTANA R.A. de, OLIVEIRA J. de S., CARON P., 1994, O zoneamento por entrevista de pessoas chaves : proposta metodológica para subsidiar o planejamento municipal, in Congresso Brasileiro de Economia e Sociologia Rural, 32, Brasilia, DF. Anais... Brasilia, SOBER, 1994, v.2, p 1073.

SAUTIER D., CARON P., SILVA P.G.DA, CARVALHO O.M. de, HOLANDA J.N., 1998, Diagnostic rapide de la mise en marché. Le lait et de ses dérivés dans une microrégion du nordeste du Brésil, in Scott G. et Griffon D. (Eds), Prix, produits et acteurs. Méthodes pour analyser la commercialisation agricole dans les pays en développement, Karthala, CIRAD et CIP, Paris, France. p. 93-112.

THERY H., 1995, Le Brésil, Masson, Paris, 3e ed., 265 p.

Haut de page

Notes

1  Dans les années 1990 en France, on voit également émerger des démarches aux intentions similaires, mises en œuvre par les acteurs de développement (ETD, 2002). Les démarches des uns et des autres cheminent cependant souvent parallèlement, sans implication majeure, à cette époque, de la recherche.

2  Le terme “d’unité de développement” avait été utilisé au Brésil dans un premier temps, puis remplacé par celui d’USH pour mieux différencier les phases d’analyse et d’élaboration de projet.

3  Structure spatiale élémentaire, représentée graphiquement, accompagnée d’un énoncé de la connaissance ou du facteur explicatif, et associée à une grammaire combinatoire et interactionniste (cf. grilles proposées par Brunet, 1986, et Cheylan et al., 1990).

4  Pierre Bourdieu (1996) déclare : “Il m'est arrivé très souvent, même en face de journalistes très bien disposés à mon égard, d'être obligé de commencer toutes mes réponses par une mise en question de la question. Les journalistes, avec leurs lunettes, leurs catégories de pensée, posent des questions qui n'ont rien à voir avec rien. (...). Avant de commencer à répondre, il faut dire poliment “votre question est sans doute intéressante, mais il me semble qu'il y en a une autre, plus importante”. Quand on n'est pas un tout petit peu préparé, on répond à des questions qui ne se posent pas” (p. 39).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Méthodologie du Zonage à dire d’acteurs (d’après Caron, 2001)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1031/img-1.png
Fichier image/png, 166k
Titre Figure 2 : Le Zonage à dire d’acteurs du Municipe de Juazeiro (Santana et al., 1994 ; Caron, 2001)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1031/img-2.png
Fichier image/png, 232k
Titre Figure 3 : Superposition de l’ensemble des perceptions du phénomène urbain
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1031/img-3.png
Fichier image/png, 151k
Titre Figure 4 : Carte de la province de l’Eastern Cape : zone d’étude et limites des Districts (Lhopitallier et Caron, 1999)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1031/img-4.png
Fichier image/png, 482k
Titre Figure 5 : Modèle d’organisation de l’espace rural dans la zone d’étude (Lhopitallier et Caron, 1999)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/1031/img-5.png
Fichier image/png, 58k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Caron et Jean-Paul Cheylan, « Donner sens à l’information géographique pour accompagner les projets de territoire : cartes et représentations spatiales comme supports d’itinéraires croisés », Géocarrefour, vol. 80/2 | 2005, 111-122.

Référence électronique

Patrick Caron et Jean-Paul Cheylan, « Donner sens à l’information géographique pour accompagner les projets de territoire : cartes et représentations spatiales comme supports d’itinéraires croisés », Géocarrefour [En ligne], vol. 80/2 | 2005, mis en ligne le 01 décembre 2008, consulté le 27 mars 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/1031 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.1031

Haut de page

Auteurs

Patrick Caron

UPR “Système d’Information et Développement Territorial” ; UMR “Territoires, Environnement, Télédétection et Information Spatiale”
TA60/15
73, av. Jean François Breton
34398 Montpellier Cedex 5 France
E.mail : patrick.caron@cirad.fr

Jean-Paul Cheylan

CNRS- UMR 6012 ESPACE & CIRAD-TERA UPR SITER; TA60/15
73, av. Jean François Breton
34398 Montpellier Cedex 5 France
E.mail : jean-paul.cheylan@cirad.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page