Skip to navigation – Site map
compte rendu d'ouvrages

Ph. Hamman (dir.), 2017, Ruralité, nature et environnement. Entre savoirs et imaginaires

Jean-Pierre Husson
Bibliographical reference

HAMMAN Ph. (dir.) , 2017, Ruralité, nature et environnement. Entre savoirs et imaginaires. Toulouse, Erès, Collection « Sociétés urbaines et rurales », 528 p.

Full text

1Présenté sous un format de poche (11x18 cm), ce gros volume réunit autour du sociologue Philippe Hamman dix-neuf contributeurs. Ils réussissent un beau florilège de pluri et transdisciplinarité, faisant de ces postures fertiles des objets d’études à part entière. Des sociologues (8), géographes (5), philosophes (2), spécialistes des études et langues germaniques (2) et enfin un urbaniste proposent des lectures croisées du triptyque ruralité-nature-environnement sans que ces mots soient hiérarchisés comme ils l’avaient été lors du précédent colloque de 1989. De plus, le couple savoirs et imaginaires qui est inscrit dans le sous-titre accompagne et enrichit la démonstration en direction des modes de représentation. Les textes s’attachent à faire cohabiter le regard des scientifiques et des praticiens. Ils nourrissent le dialogue entre sciences sociales et sciences de la nature pour travailler les problèmes d’interface (p. 42).

2Le livre prend pour fil directeur l’idée de commémorer, revenir et comparer l’actuel avec la parution en 1989 du volume intitulé « Du rural à l’environnement. La question du rural aujourd’hui ». Il s’agissait déjà d’actes de colloque établis sous la direction de Nicole Mathieu et Marcel Jollivet, auteur à qui nous devons la jolie expression de « passeurs de frontières ». Refaire un état des lieux de l’avancement à propos de ce triptyque et comparer nos approches avec celles de 1989 expliquent la mobilisation des intervenants rassemblés en 2014. Désormais publiés, ses actes nous éclairent sur l’agir environnemental prenant pour cadre l’anthropocène ou nouvelle époque géologique en cours et encore la biosphère façonnée par l’homme ou noosphère, lieu où s’exprime le génie de l’homme. Le livre rompt avec l’opposition binaire nature-société et réhabilite les savoirs locaux sur la nature, en particulier la biodiversité ordinaire.

3Le livre débute avec la savante introduction de Ph. Hamman qui nous éclaire sur la démarche retenue autour de « la mise en tension des deux notions de nature et environnement » (p. 11). Le volume est distribué entre quatre parties.

4Très logiquement, la première partie invite à retourner en arrière et à tracer l’évolution, les trajectoires prises depuis vingt-cinq ans. Entre-temps, notre langue a intégré le mot ruralité associé à des questions sociales. Puis s’est confortée l’agriculture urbaine. Enfin, s’est imposée la prise en compte de la réalité du changement climatique. Protéger la nature dans laquelle se situe l’homme procède de la modernité et doit tenir compte des perturbations qui existent où se profilent, sachant que nous devons vivre avec elles. Le couple nature-société repose sur le principe de symétrie généralisée inscrite dans une dimension holiste. Celle-ci pousse à dépasser les approches analytiques (inventaires) pour aborder la nature en l’ouvrant sur la gouvernance (A. Brochot).

5La deuxième partie réunit cinq contributions bâties autour de la place de l’agriculture, de sa légitimité, du contrat agricole qui a été ponctué par maintes crises. S’y expriment de nouvelles attentes. Y perdure la prégnance des cours et marchés volatiles. Malgré les tensions et incertitudes, le secteur reste créatif, réactif, inventif. Il offre des capacités de renouvellement et accepte le devoir de rebondir. Nourrir la planète en étant économe de la ressource demeure vital pour notre avenir à tous. L’agriculture s’énonce dans des rapports complexes établis entre distances et proximité (p. 166), autonomie et mondialisation, productivisme et bonnes pratiques. Bref, la production est associée à la pérennité des sols et humus, à la fertilité et l’arabilité des terres, par exemple avec les TCSL (techniques de cultures sans labour) (G. Christen) qui réduisent le risque érosif. Ceci s’applique si l’échelle de réflexion change et se translate de l’exploitation au versant parcellaire. Cet exemple est repris par le biais de l’analyse des externalités appréhendées dans une trajectoire évolutive des services écosystémiques rendus, avec pour mener cette démonstration l’exemple du pastoralisme.

6La ville fertile, havre de biodiversité occupe désormais une place importante dans la déclinaison du couple nature-environnement revu par les nouvelles échelles et les formes métropolitaines. Les relations rural-urbain sont relues dans la troisième partie dans nos façons d’aborder l’environnement. Qualifié de « pré-urbain » par H. Marchal et J.-M. Stébé, le territoire placé au-delà de la ville est inédit et polysémique, porteur d’ambitions, de tensions mais il abrite aussi des atouts liés à l’hybridité. Il relève d’une approche décalée de la ruralité. La nature urbaine est aussi affaire de désir. Elle s’affiche, se donne à voir, invite à déployer lenteur et douceur dans nos façons de vivre et nous déplacer. Elle doit apporter aménité et sécurité mais l’on craint cependant les invasives. Elle suit des effets de mode, peut être instrumentalisée par nos craintes et peurs, parfois jusqu’à la montée en psycho-systèmes. La friche, les délaissés font partie (R. Beau) du tissu urbain et abritent « une flore du déséquilibre écologique et social » (B. Lizet). Elle sort du partage binaire entre Surface agricole utile (SAU) et forêt, restitue l’extensif, restaure le mot saltus dans toute la richesse qu’il contient. La friche est devenue champ du possible (p. 390). Elle est également réserve naturelle, artistique, gourmande.

7La quatrième et dernière partie du volume situe le débat dans les options transdisciplinaires esquissées précédemment, insistant sur l’importance des ressorts exogènes à l’espace rural, en particulier la place donnée à la législation européenne. L’avenir du rural semble porté par la multifonctionnalité à faire évoluer chez nous dans l’enveloppe du Schéma de cohérence territoriale (SCoT). Dans la conclusion, on retiendra l’optimisme avancé par J.-L. Piermay : « Le rural ne fait pas que de la résistance, il trouve de nouvelles raisons d’être » (p. 491).

8En tentant un état des lieux sur le couple nature-environnement dans les ruralités et sur les marges des métropoles, le message passé dans cet ouvrage était ambitieux et aurait pu être dilué dans sa lisibilité par les effets de la dispersion. Ceci n’a pas eu lieu grâce à la cohésion du couple sociologie-géographie qui structure le livre. Sa démarche comparative avec ce qui avait été fait en 1989 sert de fil directeur à la démonstration sans que celle-ci soit passéiste. En effet, le sujet s’insère à la fois dans l’actualité et le projet, ménageant même une part à l’utopie portée par l’ambition de développement durable. Il ausculte les nouvelles territorialités dessinées avec l’accélération de processus de transition qui concernent toutes les échelles mais également la mobilité, les impacts de la mondialisation et les effets des modifications climatiques.

Top of page

References

Electronic reference

Jean-Pierre Husson, « Ph. Hamman (dir.), 2017, Ruralité, nature et environnement. Entre savoirs et imaginaires », Géocarrefour [Online], 91/4 | 2017, Online since 05 September 2017, connection on 23 November 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/10286

Top of page

About the author

Jean-Pierre Husson

Professeur émérite de géographie, Université de Lorraine

Top of page

Copyright

© Géocarrefour

Top of page
  • Revues.org