Skip to navigation – Site map

Si nous imaginons le devenir des cours d’eau, ils ressembleraient à … ?

If we imagine the future of rivers, what would they look like?
Jamie Linton and Jacques-Aristide Perrin

Full text

1Par l’intermédiaire de l’analyse du fonctionnement et de la gestion des cours d’eau, aussi bien les chercheurs que d’autres acteurs participent à imaginer et construire les cours d’eau de demain. En effet, à l’heure de la gouvernance et de la co-production des connaissances et des problématiques, l’ouverture à la pluralité des parties prenantes est prônée. Ainsi, la gestion durable des cours d’eau ne peut plus s’appuyer uniquement sur les sciences, porte-paroles à elles seules des cours d’eau. Marqués par cette tendance, ses représentants tendent à davantage tenir compte des aspects socio-politiques et territoriaux, ainsi que des représentations sociales pour construire in fine un projet politique des cours d’eau en tant qu’ « objet vivant construit » (Micoud, 2000). La gestion des cours d’eau du futur peut ainsi être discutée au moyen de toutes les sciences, des inventeurs-ingénieurs, des architectes, des urbanistes incluant d’autres formes d’expertises telles que celles de la société civile ou des riverains au moyen d’une démarche politique imaginative.

2Pourtant, cette démarche peut se confronter à des contraintes matérialisées dans l’action. Les cours d’eau ne peuvent, d’une part, être parfaitement transformés, façonnés ou composés à souhait du fait de leurs caractères vivants, puissants, insoumis, variables au gré des saisons. Ce caractère récalcitrant de la « Nature » se manifeste notamment avec les inondations malgré la présence de digues, ou le caractère infructueux de projets de re-méandrisation. D’autre part, le projet de maîtrise de la « Nature » n’est plus aussi prégnant que dans les siècles et décennies précédentes pour des raisons liées à la fois aux découvertes scientifiques et aux attentes sociétales concomitantes à un tournant écologique (Germaine et Barraud, 2013), nouveau paradigme de gestion des cours d’eau.

3Tout comme les villes, les cours d'eau peuvent pourtant être considérés comme des processus socio-naturels, en évolution constante par rapport aux changements climatiques, technologiques, hydrologiques, politiques et culturels tels que décrit par le cycle hydro-social (Linton et Budds, 2014). Ces processus impliquent la co-production des cours d'eau et de la société, de sorte que les changements dans l'un impliquent des changements dans l'autre. Il importe, en ce sens, de questionner le droit et le rôle des individus dans ces processus, puis les types de politiques à mener.

4Le géographe D. Harvey a décrit le droit à la ville (d’après Lefebvre, 1968) : « bien plus que la liberté individuelle d'accéder aux ressources urbaines, c'est un droit de se changer en changeant la ville. Il s'agit d'ailleurs d'un droit commun plutôt que d'un droit individuel puisque cette transformation dépend inévitablement de l'exercice d'un pouvoir collectif de remodeler les processus d'urbanisation » (Harvey, 2008). Comment considérer un éventuel droit aux cours d’eau en tant que droit d'imaginer et de s'impliquer dans leurs futurs ?

5Les propositions d’articles sont invitées à s’intéresser à la relation entre passé, présent et futur et aux manières dont il est possible de les assembler pour répondre au titre d’un ouvrage récent : Quelles rivières pour demain ? (…) (Lévêque, 2016). Il s’agit ainsi de penser les tenants et les aboutissants du lien entre la réflexion et l’action pour mettre en exergue les formes et le rôle de l’imagination dans la construction d’un projet collectif/commun de gestion des cours d’eau.

6Ces réflexions convient à traiter certains grands thèmes que nous espérons approfondir via cet appel à contribution. Des axes de questionnement sont ainsi suggérés :

7- un premier thème relève de la variété des acteurs susceptibles de participer à l’imagination et à la construction des cours d’eau de demain : qui doit et qui a le droit d'imaginer, de définir et de gérer le devenir des cours d’eau ? Au nom de quelle(s) légitimité(s) des acteurs sont-ils plus disposés à décider ? Qu’est-ce que cela dit de nos gouvernements/ gouvernance/gouvernementalité de l’eau ?

8- un deuxième thème se rapporte au comment : comment imaginer les cours d’eau de demain ? Comment accommoder et concilier la variété de visions du futur ? Grâce à quels outils, instruments, technologies, techniques, paradigmes… ? Selon quels référentiels, normes, références, modèle d’intégration ou de désintégration ?

9- un troisième thème est celui du lieu et met en avant les aspects géoculturels : imaginer des cours d’eau du futur implique-t-il nécessairement des différences manifestes selon les aires géographiques, des enjeux propres aux territoires, des écoumènes, des projets politiques/civilisationnels ? Quelles places et formes peuvent être accordées à la migration des idées sur les cours d’eau ? Pour le dire autrement, y-a-t-il une géographie de l’imagination dans le devenir des cours d’eau ?

Délais et consignes

Cette proposition fait suite à l’organisation d’un colloque en juin 2017 à l’Université de Limoges sur le même sujet. Les demandes d’information pourront être faites à Jamie Linton et Jacques-Aristide Perrin en tant qu’éditeurs-invités de la revue Géocarrefour.

Les propositions d’articles devront respecter le format imposé par la revue (https://geocarrefour.revues.org/​​​1017) et être envoyées pour le 1er décembre 2017 au plus tard, à la fois à Jamie Linton (james.linton@unilim.fr), à Jacques-Aristide Perrin (jacques-aristide.perrin@etu.unilim.fr) et à la revue (geocarrefour@revues.org) pour une publication prévue en 2018. Les articles seront ensuite évalués en double aveugle suite à des propositions émises par le comité de rédaction. Les auteurs recevront notification de la décision (et des instructions de correction) en février 2018.

Top of page

Bibliography

DICKS H., 2015, De la ville anthropomimétique à la ville biomimétique : les eaux usées, sales et impures dans le nouvel imaginaire de la ville forêt, Colloque Cerisy : Rationalités, Usages et Imaginaires de l’Eau.

GERMAINE M-A. et BARRAUD R., 2013, Restauration écologique et processus de patrimonialisation des rivières dans l’Ouest de la France, VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 16.

HARVEY D., 2008, The Right to the City, New Left Review, 53, p.23-40.

LEFEBVRE H., 1968, Le droit à la ville, Paris, Edition du Seuil.

LEVEQUE C., 2016, Quelles rivières pour demain ? Réflexions sur l'écologie et la restauration des cours d'eau, Paris, Editions Quae.

LINTON J. et BUDDS J., 2014, The Hydrosocial Cycle: Defining and Mobilizing a Relational-Dialectical Approach to Water, Geoforum, 57, p.170-180.

MICOUD A., 2000, Patrimonialiser le vivant, Espaces Temps, vol.74-75, n°1, p. 66-77.

SELMAN P., CARTER C., LAWRENCE A. et MORGAN C., 2010, Re-connecting with a Recovering River through Imaginative Engagement, Ecology and Society, 15(3), p. 18.

Top of page

References

Electronic reference

Jamie Linton and Jacques-Aristide Perrin, « Si nous imaginons le devenir des cours d’eau, ils ressembleraient à … ? », Géocarrefour [Online], Call for papers, Online since 12 June 2017, connection on 26 September 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/10266

Top of page

About the authors

Jamie Linton

Université de Limoges, Laboratoire GEOLAB, Chaire de recherche Capital environnemental et gestion durable des cours d’eau james.linton@unilim.fr

Jacques-Aristide Perrin

Université de Limoges, Laboratoire GEOLAB, Chaire de recherche Capital environnemental et gestion durable des cours d’eau jacques-aristide.perrin@etu.unilim.fr

Top of page

Copyright

© Géocarrefour

Top of page
  • Revues.org