Navigation – Plan du site

L’élevage dans tous ses territoires (dans les pays développés)

Surveying the new territories of livestock farming
Claire Delfosse et Laurent Rieutort

Texte intégral

1 Depuis les dernières années du 20e siècle, l’élevage se retrouve au cœur de débats sociétaux, environnementaux et économiques particulièrement intenses, notamment dans des pays développés qui pensaient pourtant l'avoir définitivement assigné à résidence soit dans des paysages patrimonialisés, soit dans une industrie de la viande et du lait invisibilisée. Mais la contestation de l'horizon du progrès biotechnologique, les crises sanitaires, les mutations du rapport à l'animal, l'essor du végétarisme et du véganisme, enfin et surtout la problématique de la soutenabilité du modèle alimentaire occidental, ont profondément modifié la donne. Le retentissement du rapport Livestock's Long Shadow (Steinfeld et al., 2006) atteste l’importance de ces débats, tout en commençant à proposer des voies de réorientation de notre modèle de consommation et, plus largement, de développement. Quant au monde professionnel de l’élevage, il va lui aussi de crise en crise, de remise en cause en remise en cause, jusqu'à atteindre aujourd'hui un point de non-retour dramatique pour une grande partie de ses acteurs, dans un contexte d'impuissance ou d'indifférence des pouvoirs publics et des firmes qui dominent les marchés alimentaires. Lieu de tous les imaginaires rustiques, l'étable est devenue une arène de controverses et, parfois, un lieu de souffrance – mais aussi d'inventions ou de réinventions de pratiques.

2 Dans ce contexte qui ne peut laisser indifférent les chercheurs en sciences sociales, il apparaît nécessaire de reconsidérer les rôles et fonctions de l’élevage dans les territoires des pays développés, ce qui appelle bien entendu une contribution propre des géographes, mais peut-être dans une forme nouvelle de « mise en géographie » qui ne se questionne pas seulement sur les continuités et discontinuités de la géographie des pratiques d'élevage, mais également et surtout sur l'analyse qualitative des mutations du lien entre élevages et territoires. En effet, la monofonctionnalité alimentaire de l'élevage, liée à la rationalisation de l'animal et du consommateur en miroir, a laissé place à des évolutions bien plus complexes depuis deux décennies au moins, qui aboutissent à une segmentation fonctionnelle de l'élevage et à une complexification de ses formes de territorialisation.

3 Il convient pour commencer de rappeler que, malgré une crise bien réelle, l’élevage et ses filières continuent de jouer un rôle économique majeur dans bon nombre de régions. Dans l’Union européenne, les productions animales contribuent pour environ 45% à la production agricole finale en valeur. Les industries européennes des filières animales (lait, viande, aliments pour le bétail) ont un chiffre d’affaires d’environ 400 milliards d’euros en 2013. En termes d’emplois, on estime à 4 millions les actifs travaillant dans les élevages européens. L’effet multiplicateur de l’emploi direct est estimé entre 1,2 et 2,5 selon les filières. En France, plus particulièrement, l’emploi lié à l’élevage est évalué à 3,2% de l’emploi national (Dumont et alii, 2016). Il joue un rôle très important dans la vitalité économique de certains territoires. Toutefois, ce rôle et certains modèles productifs sont aujourd’hui remis en cause au nom de l’environnement, du bien-être animal, mais aussi de la santé (régimes alimentaires…). De nouveaux modes d’élevage sont prônés, d’anciennes formes sont redécouvertes, de nouveaux modèles de production émergent, qui peuvent aussi s’intégrer localement à des formes d’économie circulaire. Ces dernières peuvent également contribuer à la relocalisation d’activités, à la revalorisation des sous-produits de l’élevage ou des produits non alimentaires comme la laine ou les peaux, et au renforcement des complémentarités entre différentes activités agricoles, voire à la réhabilitation des formes d’élevage considérées comme éteintes, comme l’économie de semi-subsistance.

4 L’élevage ne joue donc pas seulement un rôle alimentaire, et on redécouvre actuellement, par exemple, les fonctions énergétiques de l’élevage, pour le trait, mais aussi autour de la biomasse. L’élevage participe très largement des nouvelles fonctions de l’agriculture comme le care farming ou le social farming. Il joue ainsi un rôle multifonctionnel dans les territoires et peut être le support de différents types d’activités : de loisirs, touristiques, mais aussi d’animation. Il joue également un rôle culturel et patrimonial important, en Europe du sud notamment. Ce patrimoine tient aux pratiques pastorales, aux savoir-faire et paysages culturels qui y sont liés, avec un mouvement important vers la labellisation et la sanctuarisation internationale (procédures Unesco). Il tient aussi pour beaucoup aux pratiques alimentaires, plats, produits issus de l’élevage, sans oublier les formes d’artisanat valorisant les produits à des fins alimentaires ou non-alimentaires (cuir, corne, plume, etc.). De fait, il produit des marqueurs identitaires et paysagers pour les territoires considérés à différentes échelles, offrant ainsi un levier important aux politiques de développement. Enfin, il peut jouer un rôle environnemental positif en contribuant à l’entretien de territoires (face aux risques inondation et incendie, pour le maintien de la biodiversité, par l'écopâturage...) et au maintien d'aménités paysagères, y compris dans des environnements urbains ou péri-urbains (Delfosse et alii à paraître).

5 Dans ce numéro de Géocarrefour, nous souhaitons donc réinterroger les nouveaux contextes et les évolutions des pratiques d'élevage dans leurs différents formes et fonctions, principalement dans les pays développés. Nous privilégierons les travaux portant sur les enjeux territoriaux de l’élevage, ses évolutions, nouvelles formes ou réinventions, en considérant prioritairement les axes suivants :

  • Nouvelles attentes sociétales et enjeux liés au bien-être animal, et impact de ceux-ci sur les dynamiques de l’élevage dans les territoires et sur la diversité des modèles professionnels (évolution des métiers, enjeux de transmission/installation) : 

  • Confrontation des régimes de savoir sur l'élevage (pratiques et biosciences), normes et transgression autour de la reproduction, de l'abattage, des soins vétérinaires, etc. ;

  • La géographie de la crise des systèmes d'élevage et des voies de réinvention : nouveaux rôles et fonctions de l’élevage, valorisation et institutionnalisation (paysages, cadre de vie, lien social, loisir, enjeux environnementaux et énergétiques, etc.), relocalisation de l’économie et systèmes alimentaires territoriaux,  valorisation des ressources territoriales liées à l’élevage, qu’elles soient matérielles (produits et sous-produits) ou immatérielles et leurs valorisations conjointes, diversité des modèles de développement ;

  • Les nouveaux espaces de l’élevage et les nouvelles gouvernances de l’élevage à l’échelle locale, y compris dans les espaces urbains.

Délais et consignes

6Les auteurs peuvent communiquer avec Claire Delfosse (Université Lyon2-LER, claire.delfosses@wanadoo.fr) ou Laurent Rieutort (Université de Clermont-Ferrand, UMR Territoire, laurent.rieutort@uca.fr), coordinateurs du numéro, pour signaler leur intérêt et poser toutes questions scientifiques en lien avec cet appel à contribution.

7Les articles seront proposés au plus tard le 10 novembre 2017 pour une publication prévue en 2018. Ils devront respecter les normes de la revue (https://geocarrefour.revues.org/​​1017). D’un volume optimum de 40 000 signes, espaces compris (la rédaction se réservant la possibilité de rejeter les articles dépassant 60 000 signes), les articles seront évalués en double aveugle par le comité de lecture. Les auteurs recevront notification de la décision (et des instructions de correction) en Janvier 2018.

Haut de page

Bibliographie

DELFOSSE C., DUMONT B., HOSTIOU N., Villes et espaces périurbains, lieux de nouvelles relations entre l’élevage et 1a société, in Compromis et bouquets de services dans les territoires d'élevage européens, n° spécial INRA Productions Animales (à paraître)

DUMONT B., DUPRAZ P. (coord.), 2016, Rôles, impacts et services issus des élevages en Europe. Synthèse de l’expertise scientifique collective, INRA (France), 133 p.

RIEUTORT L., RYSCHAWY J., DOREAU A., GUINOT C., 2014, Atlas de l'élevage herbivore en France. Filières innovantes, territoires vivants, Paris, ed. Autrement

STEINFELD H., 2006, Livestock's long shadow: environmental issues and options. Rome: Food and Agriculture Organization of the United Nations

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Delfosse et Laurent Rieutort, « L’élevage dans tous ses territoires (dans les pays développés) », Géocarrefour [En ligne], Appels à contribution, mis en ligne le 06 juin 2017, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/10250

Haut de page

Auteurs

Claire Delfosse

Université de Lyon/LER

Articles du même auteur

Laurent Rieutort

Université de Clermont UMR Territoire

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org