Navigation – Plan du site

Un système d’information géographique pour mieux comprendre les pratiques d’automédication

A geographical information system to understand better self-medication practices
Sébastien Fleuret, Anne Cécile Hoyez et Juliane Christen

Résumés

Ce texte apporte des éléments de méthodologie pour appréhender les pratiques individuelles d’automédication. Il décrit pas à pas la mise en œuvre d’un système d’information géographique sur la base d’une enquête autoadministrée dans les salles d’attente de cabinets de médecine générale. Le protocole méthodologique décrit vise à fournir des arguments quant à la nécessité de prendre en considération les pratiques spatiales et les capacités de chaque individu à maîtriser les ressources de son territoire pour expliquer le recours ou le non-recours à l’automédication et les finalités qui s’y rattachent. Les résultats de ce travail réalisé dans le cadre d’un programme de recherche ANR montrent que la pratique de l’automédication présuppose un comportement autonome prédisposé ou un rapport soignant-soigné à même de rendre le patient autonome. La mise en œuvre d’un SIG pour étudier la dimension spatiale de l’automédication renforce cette idée en montrant que ce sont les individus ayant une bonne capacité à maîtriser leur territoire (par leurs mobilités et leur capacité à s’y intégrer socialement) qui ont tendance à pratiquer une automédication courte sans nécessité ultérieure de consulter pour le problème qu’ils ont résolu d’eux-mêmes.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Après avoir été considéré comme une pratique risquée pour le patient, « le développement de l’automédication est aujourd’hui vu en France comme une possibilité pour répondre en partie aux contraintes de financement de l’assurance maladie » (Raynaud 2008) et de ce fait encouragé par les pouvoirs publics. Au-delà de l’aspect économique, l’argument majeur avancé pour promouvoir les pratiques d’automédication est l’autonomie du patient (Galez-Etourneau 2002). Dans une acception de sciences humaines et sociales, l’automédication ne concerne pas que l’accès au médicament stricto sensu. Il se rapporte aussi à toutes les pratiques liées au fait de « se soigner par soi-même », via des « produits » ou des pratiques visant à améliorer la santé sans recours à un professionnel de santé. Ainsi, « se soigner par soi-même » renvoie à une indépendance du patient face au médecin, mais aussi à une responsabilité du patient laissé libre de faire ses propres choix thérapeutiques. Cette indépendance a malgré tout des limites, que S. Fainzang (2012) décrit comme « les mirages de l’autonomie ». L’autonomie est une donnée variable géographiquement et située à l’articulation entre les capacités des individus et les contraintes et déterminismes sociaux et territoriaux (Rode 2011). Certains lieux, certaines configurations sociales et spatiales lui sont plus ou moins favorables. L’automédication n’échappe pas à cet état de fait, et on a par ailleurs déjà pu noter des variations géographiques significatives tant dans les taux de recours, que dans la place de cette pratique dans la relation soignant-soigné (Larramendy et Fleuret 2015).

  • 1 Les aménités considérées sont celles que l’on peut mettre en lien avec les déterminants de la santé (...)

2L’hypothèse qui sous-tend le travail présenté dans ce texte est celle d’un lien entre, d’une part les configurations territoriales et les pratiques spatiales des individus et, d’autre part, les variations observées dans les pratiques de l’automédication. Derrière cette hypothèse que l’on cherche à valider se trouve l’idée que, premièrement, mieux un territoire est doté en aménités1, plus l’autonomie en santé liée à l’automédication est importante. Nous verrons dans cet article que cette hypothèse n’est pas vérifiée. Deuxièmement se trouve l’idée que plus les individus maîtrisent leur territoire en termes de capacités à être mobiles, à tisser des liens sociaux, plus ils sont à même de s’automédiquer de façon autonome et bénéfique çà leur santé. Nous verrons dans ce texte que cette hypothèse semble vérifiée.

3Le travail présenté dans cet article a été réalisé dans le cadre du programme « Automédication choisie ou subie » (ANR AUTOMED 2013-2017). Dans ce programme, l’objectif est d’analyser les déterminants socioéconomiques, territoriaux et pathologiques du recours à l’automédication dans le but de comprendre les pratiques d’automédication du point de vue des patients et des professionnels. L’approche adoptée, pluridisciplinaire, donne une place à l’analyse de la dimension spatiale des pratiques d’automédication, ce qui n’a pas encore été réalisé dans la littérature scientifique. Interroger la dimension spatiale des pratiques d’automédication revient à interroger conjointement les possibilités d’accéder à « la ressource » (les produits), la possibilité de maîtriser et connaître l’environnement immédiat et dans le territoire. L’ensemble de ces éléments est analysé en s’appuyant sur la notion de profils territoriaux spécifiques, potentiellement liés à l’automédication, regroupant des indicateurs relatifs à la mobilité des individus d’une part, aux caractéristiques de leur territoire d’autre part et enfin à leurs pratiques d’automédication. Cette étude s’est déroulée dans la région des Pays de la Loire avec un regard tout particulier sur les départements de Loire Atlantique et Vendée.

4Ce texte expose la mise en œuvre d’une méthodologie pour construire un système d’information géographique (SIG) alliant données qualitatives et quantitatives afin de replacer les pratiques individuelles d’automédication sur un territoire physique et socialisé, en tenant compte du fait que les notions de distance et de proximité sont relatives puisqu’un individu ne peut « exploiter que les ressources dont il a connaissance sur son espace de vie » (Fleuret, Séchet, 2006). Dans une première partie, nous présentons les données recueillies dans le cadre du programme AUTOMED et introduites dans le SIG. Dans une deuxième partie, nous décrivons le processus de construction du système d’information géographique. Enfin, dans une troisième partie nous présentons et discutons les résultats obtenus au regard des hypothèses de départ.

Matériel collecté pour l’étude de la dimension spatiale des pratiques d’automédication

5L’approche privilégiée dans la recherche prend appui sur les travaux concernant les déterminants sociaux de la santé et de l’accès aux soins (Dalghren et Whitehead, 1991 ; Curtis 2004; Fassin et al. 2012). Ainsi, les préoccupations concernant la consommation et l’accès à des produits de santé ne sont qu’un volet de l’analyse qui prend également en considération l’ensemble des processus sociaux accompagnant l’automédication pour les replacer et les questionner dans leurs dimensions spatiales. De ce fait, plusieurs facteurs liés à ces déterminants et pouvant déclencher des pratiques d’automédication sont intégrés dans des indicateurs construits pour développer un SIG. Ces indicateurs ont pour but de prendre en compte les variabilités des pratiques dans les territoires au regard des ressources qui s’y trouvent, du contexte environnant et d’ouvrir des pistes de réflexion sur les pratiques de l’automédication chez les individus.

  • 2 Le territoire d’étude a été défini en fonction des capacités d’accueil des stages d’internat en méd (...)
  • 3 http://www.qgis.org

6Le territoire d’étude du programme AUTOMED recouvre les départements de Loire-Atlantique et de Vendée ainsi que quelques communes limitrophes en Maine-et-Loire2. Sur ce territoire, plusieurs sources ont été utilisées et différents indicateurs ont été élaborés afin de construire une base de données dans un système d’information géographique géré par le logiciel libre Qgis3. Cette base de données repose sur plusieurs sources : l’enquête « se soigner par soi-même » (SSPSM) (1.1), différents recensements relatifs à l’équipement des territoires (1.2), un profil sociorésidentiel des territoires (par commune) sur la base de données sociéconomiques (INSEE2010) (1.3).

L’enquête en cabinet médical « Se soigner par soi-même »

  • 4 Les patients le remplissaient seuls et le laissaient dans une boîte en entrant en consultation. Cha (...)

7Plusieurs groupes d’internes en médecine ont été recrutés pour déposer dans les salles d’attente des médecins généralistes « maîtres de stage » un questionnaire autoadministré4 intitulé « Se Soigner Par Soi Même » (SSPSM). À la date de rédaction de ce texte, le questionnaire a été ventilé dans 133 cabinets sur les 2 départements. L’enquête s’est déroulée en trois vagues principales d’une durée d’un mois chacune, en novembre 2013 (Vague 1), mai et novembre 2014 (Vagues 2 et 3). Auparavant, une vague-test avait été réalisée au printemps 2013 et des enquêtes complémentaires hors cabinets médicaux ont été réalisées à l’automne 2014 (en complément de la vague 3) dans plusieurs lieux (restaurant social, centres commerciaux), afin de corriger l’échantillon et compléter certaines catégories sous-représentées (personnes socialement défavorisées par exemple). Au total, et après nettoyage de la base de données pour éliminer les questionnaires incomplets ou incohérents, 2797 individus ont été retenus.

8Les questionnaires étaient conçus pour être aisément remplis en dix minutes environ, et sans aide. Les questions portaient sur les pratiques d’automédication, les lieux fréquentés dans la vie quotidienne ainsi que les mobilités y afférant (pour l’emploi, les loisirs, la chalandise et les soins). Des questions étaient également insérées sur le profil socioprofessionnel, le niveau de diplôme, les réseaux et supports sociaux (engagement associatif et nombre de personnes rencontrées dans la semaine, comme indicateurs de sociabilité). L’objectif principal à travers cette enquête était d’obtenir des variables dépendantes sur le recours à l’automédication, ses causes et ses modalités d’usage. Au-delà de ces visées, l’enjeu est de pouvoir croiser les résultats avec des variables explicatives combinées sous la forme d’un indicateur lié aux mobilités et aux pratiques sociales et spatiales.

L’équipement des territoires

9L’équipement des territoires est appréhendé comme en lien avec la pratique de l’automédication, en d’autres termes il s’agit de savoir si les individus vont plus ou moins recourir à l’automédication en fonction des aménités présentes dans leur environnement. Pour ce faire, plusieurs bases de données existantes ont été utilisées afin de compléter l’analyse réalisée à partir des données du questionnaire.

Le répertoire FINESS pour les pharmacies

10Le Fichier National des Etablissements Sanitaires et Sociaux, est une base de données gérée et mise à jour par la DREES (Direction de la Recherche des Etudes de l’Evaluation et des Statistiques), une direction du Ministère du Travail de l’Emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social. Ce répertoire a permis la localisation à partir de l’adresse de toutes les pharmacies existantes sur la zone d’étude.

Carte  : Nombre de pharmacies par commune en Loire-Atlantique

Carte  : Nombre de pharmacies par commune en Loire-Atlantique

Recensement des points de vente autre que les pharmacies

  • 5 Consulté le 18 mai 2016

11Une base de données regroupant les adresses des magasins susceptibles de vendre des produits de santé en dehors des pharmacies a été créée pour les besoins de l’étude. Les adresses ont été collectées à partir des pages jaunes et de l’annuaire de la CCI consultable en ligne (http://entreprises.paysdelaloire.cci.fr/​5).

Carte  : points de vente autres que les pharmacies

Carte  : points de vente autres que les pharmacies

Commerces répertoriés par commune et par types (INSEE)

12La base « Nombre d’équipements et de services dans le domaine du commerce en 2013 » de l’INSEE a été utilisée afin de réaliser une typologie des communes en fonction du nombre de commerces présents par types. Pour cela, un comptage a été effectué à partir de la base et une classification a été réalisée afin de différencier les communes n’ayant pas de commerce, de celles ayant de 1 à 3 types de commerces, entre 4 et 7 types de commerces, entre 8 et 11 types de commerces et plus de 12 types de commerces (seuils déterminés selon la méthode des seuils observés).

Carte  : nombre de types de commerces par commune

Carte  : nombre de types de commerces par commune

1.3 Le profil socio-résidentiel des communes

13Une classification ascendante hiérarchique des profils socio-résidentiels à l’échelle communale a été réalisée, sur la base de huit variables socioéconomiques (Larramendy et Fleuret, 2015). Cette classification socioéconomique en six classes a été utilisée afin de compléter le profil territorial des communes (carte 4).

14Les huit variables socioéconomiques issues de données INSEE 2010 qui ont été prises en compte sont les suivantes : les taux de chômage, les taux d’ouvriers et de cadres, les niveaux de diplôme obtenu (BEP et inférieur, bac+3, Bac+5et plus), les taux de 65 ans et plus, le revenu médian par habitant.

Carte  : étude des principaux profils socio-résidentiels à l’échelle de la commune

Carte  : étude des principaux profils socio-résidentiels à l’échelle de la commune

Méthode pas-à-pas de structuration du SIG

Indicateurs liés à l’équipement et au potentiel du territoire

  • 6 Les Analyses Factorielles à Correspondances Multiples (AFCM) –voir aussi sections 2.2.3 et 2.3- ont (...)

15À partir des données obtenues en exploitant les sources relatives à l’équipement des territoires, une typologie des communes a été réalisée. Une Analyse Factorielle de Correspondances Multiples6 a permis de regrouper les communes ayant des potentialités similaires. On distingue donc :

  • Type défavorisé (EPT1) : les communes n’ayant pas de points de vente de produit de santé, ayant entre 0 et 3 commerces, et dont le profil socio-résidentiel est dans la moyenne basse du territoire, ou dans les zones ouvrières fortement touchées par le chômage

  • Type équipé et socialement favorisé (EPT2) : les communes ayant 1 ou 2 points de vente de produits de santé, de 4 à 12 types de commerces, et dont le profil socio-résidentiel est dans la moyenne haute/population la plus favorisée

  • Type équipé vieillissant (EPT3) : les communes ayant plus de 3 points de vente de produits de santé, plus de 12 types de commerces, et dont le profil sociorésidentiel est résumé par de forts taux de retraités aisés, mais également un fort taux de chômage.

16La figure 1 résume le processus qui permet de composer une forme d’indicateur du profil de chaque territoire (ici la commune) en fonction de l’équipement des territoires et du profil socioéconomique

Figure 1 : récapitulatif de la méthode de création de l’indicateur des profils territoriaux

Figure 1 : récapitulatif de la méthode de création de l’indicateur des profils territoriaux

17Cet indicateur constitue le premier pilier du SIG mis en place. Il est complété par un deuxième pilier relatif aux mobilités et pratiques spatiales décrites ci-après.

Indicateur lié aux mobilités et aux pratiques sociales et spatiales

18Comme indiqué en introduction, l’une des hypothèses de cette étude est que la pratique d’automédication dépend de manière dont un individu maîtrise son territoire, ce que nous estimons en termes de mobilités et de lien social spatialisé. La démarche nous a conduits à croiser de manière statistique ces différentes connaissances afin d’établir des catégories d’individus ayant le même genre de comportement, en utilisant des Analyses en Composantes Principales (ACP) pour les données quantitatives et des Analyses Factorielles de Correspondances Multiples (AFCM) pour les variables qualitatives. Puis nous avons été amenés à réaliser des classifications hiérarchiques ascendantes (CAH) selon la distance de Ward pour la catégorisation des individus. Cette méthode permet de maximiser la variance inter-groupe et de minimiser la variance intragroupe. Pour cela, nous avons utilisé le package FactoMineR du logiciel de statistique R. Des tests du Khi² ont été réalisés en amont et en aval de chaque classification afin de vérifier la corrélation entre les différentes variables qualitatives étudiées. Afin de simplifier ces croisements et ne pas y introduire de biais, on supprime en amont les individus ou les données nécessaires à la classification qui sont manquantes, erronées, ou totalement hors de la zone d’étude. La construction de l’indicateur lié aux mobilités et aux pratiques sociales et spatiales s’est faite en trois temps correspondant à trois catégories d’informations (issues de l’enquête SSPSM) : les mobilités quotidiennes, les mobilités de santé et les réseaux sociaux.

Les mobilités quotidiennes

19La première étape a consisté à caractériser les déplacements quotidiens, en recensant tous les lieux courants cités pendant l’enquête SSPSM : lieu de vie, de travail (le cas échéant), de chalandise et de loisirs. Une pondération a été établie pour tenir compte du niveau de fréquentation de ces différents lieux en fonction du nombre de jours de fréquentation dans le mois :

  • 30 pour le lieu de vie,

  • 20 pour le lieu de travail,

  • 5, 3 et 1 pour les lieux d’achat et de loisirs, en fonction de l’ordre dans lequel ils ont été cités (le questionnaire demandait de citer trois lieux pour les loisirs et trois pour les achats).

20Le questionnaire étant anonyme, il n’était pas possible de connaître précisément la localisation de l’individu. Pour pallier ce problème, les individus enquêtés ont été agrégés au centroïde pondéré de la répartition de la population dans la commune. Afin de ne pas obtenir de distance nulle dans les calculs suivants, les lieux d’achat, de commerce, de loisirs et de travail ont été agrégés au centroïde du bâti de la commune. Cette méthode d’approximation permet de tenir compte de l’organisation intracommunale.

21À partir des points ainsi localisés, on détermine le nombre de kilomètres parcourus entre le lieu de vie et les différents lieux cités, ce qui sert ensuite à établir des ellipses de dispersion (Demoraes et al. 2012) en fonction des pratiques de mobilités. Cette mesure s’est faite sur la distance euclidienne (à vol d’oiseau) qui, selon une étude de l’IRDES (Coldefy et al. 2011) est comparable à la distance réseau pour l’accès au soin.

22L’analyse centrographique étudie la localisation relative de point dans un semis de point pour déterminer des indicateurs de localisation et de dispersion spatiale de l’ensemble des points (Bachi, 1963). Les ellipses de dispersion ainsi créées permettent de résumer la forme globale d’une distribution géographique. Elles sont utilisées ici afin de comprendre le type de mobilité déployée par chaque individu enquêté en étudiant le semis de points représentant les lieux fréquentés par individu. Elles ont été réalisées via le logiciel de géostatistique open source de l’IRD, SavGIS7. Elles tiennent compte des kilomètres parcourus, ainsi que de la fréquence des trajets grâce à la pondération, et sont centrées sur le lieu de vie, qu’on considère comme le point de départ de chaque trajet.

23Afin de tenir compte d’un certain étalement géographique, seuls les individus ayant cité au moins 4 lieux dans leurs réponses à l’enquête ont été pris en compte dans le calcul.

24Suite au résultat obtenu avec SavGIS, une Analyse en Composante Principale est réalisée sur la base de quatre indicateurs (calculés par SavGIS lors de la création des ellipses) ont été retenus pour l’analyse des ellipses de dispersion :

  • la surface de l’ellipse, qui est un indice de l’étalement géographique,

  • l’aplatissement, qui mesure le degré d’anisotropie de la distribution autour du centre de gravité,

  • la distance standardisée,

  • la distance du domicile au centre médian de l’ellipse

Figure 2 : indicateurs et profils de pratiques spatiales

Figure 2 : indicateurs et profils de pratiques spatiales

25À la suite de cette ACP, on réalise une classification hiérarchique ascendante. Trois types de mobilités se dégagent de cette classification. En se basant sur les travaux de Lord et al. (2009) sur la forme des ellipses, on distingue :

  • Type MQ1 : les « domocentrés », qui sont centrés sur leur domicile,

  • Type MQ2 : les « voisineurs », qui ont un périmètre d’action plus étendu et qui réalisent des migrations pendulaires domicile-travail, et

  • Type MQ3 : Les « mobiles », qui bougent beaucoup et loin autour de leur lieu de vie.

Carte 5 : analyse centrographique

Carte 5 : analyse centrographique

La mobilité santé

26La deuxième étape dans la construction d’un indicateur lié aux mobilités et aux pratiques sociales et spatiales a été la prise en compte des mobilités de santé, c’est-à-dire la distance parcourue par l’individu pour accéder à son médecin traitant. Cette distance correspond à celle qui est estimée par l’individu lui-même lors de l’enquête. Une classification de ces distances a été réalisée afin de les considérer comme des variables qualitatives (ordinales) lors de l’analyse globale. On obtient quatre classes (MS1 : <1, MS2 : <4, MS3 : <10, MS4 : >10 km). Les classifications ont été faites de manière à avoir des classes dont l’effectif est le plus équilibré possible.

Dimension sociale

27Les individus ont ensuite été traités selon des indicateurs relatifs à leurs pratiques sociales et spatiales, c’est-à-dire en fonction de leurs réponses aux questions sur leur niveau de diplôme (indicateur couramment utilisé dans la mesure de la défavorisation sociale), sur leur entourage (le nombre de personnes rencontrées dans la semaine et leur implication ou non dans une association).

  • 8 Cf. note 6

28Une Analyse Factorielle en Composantes Multiples (AFCM)8 a été réalisée sur ces données qualitatives afin d’obtenir des groupes d’individus ayant le même profil d’intégration sociale. Quatre types se distinguent :

  • Type DS1 : diplôme de niveau collège, moins de 1 personne rencontrée par semaine, pas de participation à une association

  • Type DS2 : Diplôme niveau CAP à Baccalauréat, rencontre moins de 10 personnes par semaine, pas d’implication dans une association

  • Type DS3 : Bac +3 ou 4, environ 10 personnes rencontrées par semaine, adhérent d’une association

  • Type DS4 : Bac +5, 20 personnes rencontrées par semaine, bénévole dans une association

  • 9 Par ailleurs, 53,1% des patients répondent oui, ce qui correspond aux constats effectués dans la li (...)

29À des fins de vérification, chacune de ces classifications a été croisée par un test du Khi² avec la réponse à la question posée en préambule à l’enquête et ainsi formulée : « Au cours des 6 derniers mois, avez-vous souffert d’au moins un problème de santé que vous avez soigné par vous-même, sans avoir besoin de consulter votre médecin ? »9.

30Concernant la classification selon les mobilités quotidiennes, les « mobiles » (type MQ3) pratiquant l’automédication sont plus nombreux qu’attendus si les variables étaient indépendantes, et le nombre de ceux qui ne pratiquent pas l’autosoin, plus faible. C’est cette variable qui influence le plus le résultat du khi². (p-value = 0.02164, marge d’erreur 5 %).

31Concernant la classification selon les mobilités d’accès aux soins, le nombre de personnes faisant plus de 10 km en moyenne pour accéder aux services de santé (type MS4), et ne pratiquant pas l’automédication est plus faible qu’attendu. Inversement le nombre de personnes se situant à une distance supérieure à 10 km des services et pratiquant l’automédication est plus important. C’est cette variable qui contribue le plus à la non-indépendance des variables (p-value = 0.0006251, marge d’erreur 5 %).

32Enfin, concernant la dimension sociale, le nombre des individus de la catégorie DS1 ne pratiquant pas l’automédication est plus important que prévu, tandis que ceux qui la pratiquent sont plus faibles. C’est principalement cette variable qui influence le résultat du khi². Cependant les individus de la catégorie DS4 participent également à cette dépendance (p-value = 0.0002827 marge d’erreur 5 %).

33À la suite de ces trois classifications, 1561 individus ayant répondu à toutes les questions de l’enquête sont retenus et leurs réponses sont utilisées pour réaliser une AFCM suivie d’une CAH sur les classes obtenues, afin d’obtenir l’indicateur composite lié aux mobilités et pratiques sociales et spatiales.

Figure 3 : Récapitulatif de la méthode de la création de l’indicateur lié aux mobilités et pratiques sociales et spatiales

Figure 3 : Récapitulatif de la méthode de la création de l’indicateur lié aux mobilités et pratiques sociales et spatiales

Caractérisation des pratiques d’automédication

34L’indicateur composite de mobilités et de pratiques sociales et spatiales et celui lié à l’équipement et au potentiel des territoires ont été élaborés dans le but d’analyser les comportements d’automédication dans leurs dimensions de géographie sociale. L’enquête SSPSM nous fournit deux indicateurs de ces comportements. Le premier est simple : il s’agit de la réponse à la question précédemment évoquée (« vous êtes-vous soigné par vous-même au cours des 6 derniers mois ? »).

35Le deuxième est plus complexe : il s’agit de la construction de profils d’automédication à partir de plusieurs questions de l’enquête, portant sur le comportement de l’individu face à son problème de santé. Ces questions concernaient le problème en tant que tel (pathologie, temps de souffrance avant le déclenchement d’un recours), mais également la façon dont l’individu a effectué des recherches d’informations pour régler son problème (s’il avait une idée du diagnostic, s’il a demandé conseil à quelqu’un, si oui, à qui ?), ainsi que les moyens mis en place pour se soigner (avec quoi s’est-il soigné ? pendant combien de temps, ? a-t-il fini par aller consulter pour ce problème de santé ?).

  • 10 Cf note 6

36Une Analyse Factorielle en Correspondances Multiples10 a été réalisée sur les variables de l’enquête se rapportant à ces deux indicateurs de comportements d’automédication les variables qualitatives citées précédemment, trois profils se distinguent :

  • Les automédicants : ce sont des individus qui se soignent par eux-mêmes pour un problème de santé qu’ils ont généralement déjà rencontré par le passé (le plus souvent dans l’enquête il s’agit de problèmes respiratoires) et pour lequel ils vont s’automédiquer sur un temps court (moins d’une semaine) sans chercher d’informations ni en discuter avec des proches ou des professionnels et sans avoir à consulter par la suite pour ce même problème.

  • Les consultants : ce sont des individus qui, ayant souffert pendant plus d’une semaine d’une affection qu’ils n’avaient jamais eue auparavant (le plus souvent des problèmes ostéo-articulaires - ou des problèmes de peau), se sont automédiqués pendant plus d’une semaine également avant, finalement, de consulter un médecin généraliste pour ce problème après avoir cherché des informations.

  • Une troisième classe est composée des individus n’ayant pas pratiqué d’automédication ; ceux-ci sont conservés dans les données statistiques afin de continuer à en tenir compte dans l’analyse spatiale.

Que nous apporte la combinaison de ces indicateurs composites ? Les hypothèses de départ au prisme du SIG

37Les analyses statistiques réalisées dans cette étude nous ont permis de déterminer des profils de comportements similaires chez les individus enquêtés, que ce soit en termes de pratiques liées au territoire (mobilités, sociabilités) ou en termes d’automédication.

38Le SIG a permis l’élaboration d’indicateurs composites à partir d’un ensemble de données issues d’une enquête et croisées avec des informations géolocalisées (équipement et profils socioéconomiques des territoires). Les tableaux en annexe 1 résument les indicateurs élaborés.

39Le croisement de ces indicateurs composites permet une lecture originale des pratiques d’automédication.

40La simplification de l’échantillon par la création de catégories a permis de réaliser des tests de corrélation statistique entre les comportements observés afin de déterminer si les pratiques d’automédication sont influencées par le profil des individus (mobilités et pratiques sociales et spatiales) et/ou par le profil territorial (équipement et potentialités).

41Afin de tester la dépendance entre ces tableaux de données qualitatives, et ainsi de confirmer ou d’infirmer nos hypothèses, des tests du khi² de Bravais Pearson ont été réalisés. On constate ainsi différents aspects.

42On observe premièrement que les indicateurs de mobilités et de pratiques sociales et spatiales (la mobilité, la distance au médecin traitant et l’intégration sociale) sont fortement corrélés à la pratique d’automédication. En analysant les résultats du khi², on constate que les individus qui s’automédiquent sont relativement bien intégrés socialement, ont des profils de voisineurs à mobiles et parcourent entre 1 et 10 km pour aller chez leur médecin. Ceux qui ne pratiquent pas l’automédication sont principalement des individus qui présentent moins de facteurs d’intégration sociale, avec un profil domocentré et qui habitent à moins de 1 km de leur médecin traitant.

43Deuxièmement, le test du khi² (p-value = 0.004236) indique une indépendance statistique entre les potentialités du territoire et les pratiques d’automédication.

44En ce qui concerne les profils d’automédication, on observe qu’ils sont également corrélés aux mobilités et pratiques sociospatiales des individus (p-value = 0.01035). En effet, les individus qui sont socialement bien intégrés et qui parcourent entre 1 et 4 km pour aller chez le médecin ont tendance à pratiquer une automédication « courte » (le 1er cas de figure). Les individus moyennement ou plutôt bien intégrés socialement, avec un profil de voisineur, pratiquent également une automédication « courte ». En revanche, les individus qui sont peu intégrés socialement, et qui parcourent moins de 10 km pour aller chez le médecin ne pratiquent pas l’automédication, ou une automédication « longue » (2e cas de figure).

45Ces résultats indiquent en premier lieu que la pratique d’automédication d’un individu dépend de son profil global de mobilité dans son espace de vie, tandis que les aménités territoriales n’influencent pas un individu dans son automédication. Autrement dit, l’accès à des ressources pour les produits en automédication n’est pas déterminant dans les pratiques d’automédication, alors que les pratiques de la mobilité en général ont un impact dans le recours plus ou moins fréquent à l’automédication et sur les suites de la chaîne de soins.

46Les analyses que nous avons menées nous conduisent à dresser deux constats principaux. Tout d’abord, la faculté à déclencher des mobilités dans un espace de vie élargi associée à une intégration sociale déclarée favorise une automédication autonome et relativement courte, sans nécessité ultérieure de consulter un professionnel (*Test de corrélation entre le profil d’automédication et le retour en consultation*). (P-value très forte [<2.2.e-16]).

47Ensuite, le phénomène inverse s’observe : quand l’individu montre une mobilité et des relations sociales réduites dans son espace de vie, le recours à l’automédication est moindre, traduisant une nécessité de recourir à un professionnel de santé pour se soigner et quand il y a recours à l’automédication, celui-ci est plus long et conduit souvent, malgré tout, à une consultation médicale au final.

Discussion et conclusion

48Du point de vue de la problématique générale du projet AUTOMED, les éléments sur la dimension spatiale de l’automédication soulèvent des questions relatives à la notion d’autonomie. Les travaux menés en amont sur l’impact des relations soignants-soignés sur les pratiques d’automédication (Larramendy et Fleuret, 2014) suggèrent que l’automédication est pratiquée plutôt par des personnes assez aisées, avec un bon niveau d’éducation, et en capacité d’échanger sur un pied d’égalité avec leur médecin. Ces personnes ont le choix, en fonction des pathologies et symptômes, entre s’automédiquer ou consulter. Pour les autres, la relation au médecin ou au pharmacien est fondamentale et une confiance réciproque va favoriser une bonne autonomie dans l’automédication. Autrement dit, la pratique de l’automédication présuppose un comportement autonome prédisposé ou un rapport soignant soigné qui rend le patient autonome. Cette recherche sur la dimension spatiale renforce encore cette idée en montrant que ce sont les individus ayant une bonne capacité à maîtriser leur territoire (par leurs mobilités et leur capacité à s’y intégrer socialement) qui ont tendance à pratiquer une automédication courte, sans nécessité ultérieure de consulter pour le problème qu’ils ont résolu d’eux-mêmes: ils pratiquent une automédication courte, efficace et choisie.

49Les résultats de notre étude n’indiquent pas de causalité entre le fait de s’automédiquer et de ne pas avoir le choix pour des raisons financières.

50D’autre part, les aménités du territoire n’influencent pas les pratiques d’automédication : les individus pratiquent donc l’automédication selon leur propre choix, et pas en fonction des possibilités offertes par le territoire en termes d’offre de santé. Enfin, dans ces catégories sociales, le peu d’individus pratiquant une automédication longue et inefficace finissent par retourner en consultation sans présenter, apparemment de difficultés à accéder à une consultation, ce qui laisse à croire qu’il n’y a donc pas d’automédication subie par ces individus.

51Cette étude a nécessité la réalisation d’un SIG qualitatif recensant les données de l’enquête, agrégées à l’individu, lui-même localisé au centroïde du bâti de sa commune de résidence. Les indicateurs ont été construits sur la base des résultats de l’enquête « Se Soigner Par Soi Même » et de sources extérieures officielles. L’enquête réalisée était à visée plus globale que la seule territorialisation de l’automédication. Les données manquent donc de robustesse pour l’analyse présentée ici, en particulier pour une interprétation avancée en termes d’autonomie, mais permettent néanmoins de faire émerger une réalité statistique. Cette étude devra donc être étayée par une enquête plus centrée sur les indicateurs spatiaux et sur la perception positive ou négative de l’autonomie d’automédication des individus.

52Cet article permet de démontrer clairement que :

53– il y a corrélation statistique entre la pratique d’automédication et des éléments relevant de la dimension spatiale

54– les potentialités des territoires ne semblent pas contraindre les pratiques d’automédication des individus (ce n’est pas la proximité des points d’approvisionnement —accessibilité — qui fait la pratique même si les individus qui se déplacent le plus pour accéder aux services de santé ont tendance à plus recourir à l’automédication)

55– les profils d’automédication répondent à des logiques sociales couplées à des pratiques spatiales d’une catégorie aisée de la population.

56Les pratiques d’automédication dépendent donc de la capacité d’un individu à se déplacer à chercher de l’information, des supports (maîtrise de son espace de vie), et pas uniquement du territoire qui l’entoure (potentialité). La dimension socioterritoriale est bien associée ici à la dimension médicale (profils de mobilité, profils sociorésidentiels et profils d’accès au médecin contribuent dans les mêmes directions dans les analyses multifactorielles).

Annexe 1 : Tableaux

Récapitulatif des résultats d'analyse factorielle de correspondance et de classification hiérarchique ascendante.

Tableau : Indicateurs de profils du territoire

Tableau : Indicateurs de profils du territoire

Tableau : Indicateurs des profils du territoire

Tableau : Indicateurs des profils du territoire

Tableau 3 : profils d'automédication

Tableau 3 : profils d'automédication

Annexe 2 : Questionnaire SSPSM

Annexe 2 : Questionnaire SSPSM
Haut de page

Bibliographie

BACHI R., 1963, Standard Distance Measures and Related Methods for Spatial Analysis, Papers of the Régional Science Association, 10, p. 83-132.

COLDEFY M., L. COM-RUELLE, V. LUCAS-GABRIELLI, ET L. MARCOUX. 2011, Distances et temps d’accès aux soins en France métropolitaine, Rapport IRDES 550. Paris, IRDES. http://www.irdes.fr/EspaceRecherche/BiblioResumeEtSommaire/2011/Rapport1838.htm.

CURTIS S., 2004, Health and Inequality: Geographical Perspectives, 1re éd. SAGE Publications Ltd.

DAHLGREN G., WHITEHEAD M., 1991, Policies and strategies to promote social equity in health. Stockholm: Institute for Futures Studies

DEMORAES F., M. PIRON, S. ZIONI et S. SOUCHAUD, 2012, Inégalités d’accès aux ressources de la ville analysées à l’aide des mobilités quotidiennes : Approche méthodologique exploratoire à São Paulo, Cahiers de géographie du Québec 56 [158] : 463. doi:10.7202/1014555ar.

FAINZANG S., 2012. L’automédication ou les mirages de l’autonomie. Paris, PUF.

FASSIN, D., A. LECLERC, M. KAMINSKI, H. GRANDJEAN, T. LANG (éd.), 2012, Les inégalités sociales de santé. Paris, La Découverte.

FLEURET S., R. SÉCHET. 2006, Spatialité des enjeux de pouvoir et des inégalités : pour une géographie sociale de la santé, In R. SÉCHET et V. VESCHAMBRE, Penser et faire la géographie sociale. Contributions à une épistémologie de la géographie sociale, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 400 p.

LARRAMENDY S., FLEURET S., 2015, Automédication : l’influence du contexte local dans les perceptions et pratiques des médecins généralistes, Revue Francophone sur la Santé et les Territoires, https://rfst.hypotheses.org/files/2015/04/Larramendy_Fleuret_RFST_2015.pdf.

LAURE P., 1998, Investigation on self-medication: from disease to performance, Thérapie 53 [2], p. 127-135.

LORD S., JOERIN F. THÉRIAULT M., Évolution des pratiques de mobilité dans la vieillesse : un suivi longitudinal auprès d’un groupe de banlieusards âgés, http://cybergeo.revues.org/22090

RAYNAUD D, 2008, Les déterminants du recours à l’automédication, Revue française des affaires sociales, [1], 81-94.

RODE A., 2011, Non-recours aux soins et autonomie assumée. Récit d’enquête, août. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00698623/document.S120

Haut de page

Notes

1 Les aménités considérées sont celles que l’on peut mettre en lien avec les déterminants de la santé (Dahlgren et Whitehead, 1991).

2 Le territoire d’étude a été défini en fonction des capacités d’accueil des stages d’internat en médecine général des étudiants de la faculté de médecine de Nantes.

3 http://www.qgis.org

4 Les patients le remplissaient seuls et le laissaient dans une boîte en entrant en consultation. Chaque jour, les internes stagiaires collectaient les questionnaires remplis, qui faisaient ensuite l’objet d’un traitement centralisé par l’équipe.

5 Consulté le 18 mai 2016

6 Les Analyses Factorielles à Correspondances Multiples (AFCM) –voir aussi sections 2.2.3 et 2.3- ont été réalisées sur des données qualitatives dont la dépendance avait été montrée par un test de khi² (par exemple le capital spatial), afin de croiser les données disponibles dans l’enquête et d’obtenir les tendances principales chez les individus. Les AFCM ont été réalisées en conservant un nombre minimum d’axes expliquant l'inertie à au moins 50%. Ces AFCM ont ensuite permis de réaliser des classifications ascendantes hiérarchiques pour déterminer les groupes.

7 http://www.savgis.org

8 Cf. note 6

9 Par ailleurs, 53,1% des patients répondent oui, ce qui correspond aux constats effectués dans la littérature (Raynaud 2008, Laure 1998).

10 Cf note 6

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte  : Nombre de pharmacies par commune en Loire-Atlantique
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/10191/img-1.png
Fichier image/png, 535k
Titre Carte  : points de vente autres que les pharmacies
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/10191/img-2.png
Fichier image/png, 497k
Titre Carte  : nombre de types de commerces par commune
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/10191/img-3.png
Fichier image/png, 560k
Titre Carte  : étude des principaux profils socio-résidentiels à l’échelle de la commune
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/10191/img-4.png
Fichier image/png, 1,7M
Titre Figure 1 : récapitulatif de la méthode de création de l’indicateur des profils territoriaux
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/10191/img-5.png
Fichier image/png, 260k
Titre Figure 2 : indicateurs et profils de pratiques spatiales
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/10191/img-6.png
Fichier image/png, 194k
Titre Carte 5 : analyse centrographique
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/10191/img-7.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Figure 3 : Récapitulatif de la méthode de la création de l’indicateur lié aux mobilités et pratiques sociales et spatiales
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/10191/img-8.png
Fichier image/png, 212k
Titre Tableau : Indicateurs de profils du territoire
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/10191/img-9.png
Fichier image/png, 219k
Titre Tableau : Indicateurs des profils du territoire
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/10191/img-10.png
Fichier image/png, 242k
Titre Tableau 3 : profils d'automédication
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/10191/img-11.png
Fichier image/png, 61k
Titre Annexe 2 : Questionnaire SSPSM
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/10191/img-12.png
Fichier image/png, 359k
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/10191/img-13.png
Fichier image/png, 354k
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/10191/img-14.png
Fichier image/png, 93k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Fleuret, Anne Cécile Hoyez et Juliane Christen, « Un système d’information géographique pour mieux comprendre les pratiques d’automédication », Géocarrefour [En ligne], mis en ligne le 20 mai 2017, consulté le 16 août 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/10191

Haut de page

Auteurs

Sébastien Fleuret

Directeur de recherche CNRSUMR ESO-Université d’Angers sebastien.fleuret@univ-angers.fr

Articles du même auteur

Anne Cécile Hoyez

Chargée de recherche CNRS, UMR ESO-Université de Rennes 2

Juliane Christen

Géomaticienne, Université de Rennes 2

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page