Skip to navigation – Site map

Géocarrefour passe au modèle Freemium

Christian Montès and Anne Rivière-Honegger

Full text

1Il y a 90 ans, naissaient les Etudes Rhodaniennes, devenues Revue de Géographie de Lyon puis Géocarrefour. Dès l’origine, la revue propose à ses lecteurs des articles de qualité, organisés autour de dossiers thématiques rassemblés, depuis une trentaine d’années, par des éditeurs invités et présentés selon un format roboratif, à doubles colonnes et notes en marge. Tout en continuant son édition papier, la revue a pris le tournant du numérique depuis une dizaine d’années, en permettant aux lecteurs de consulter la totalité de la collection sur les portails Persée et revues.org et les numéros plus récents sur CAIRN avec une barrière mobile de trois ans.

2Le comité de rédaction de Géocarrefour a unanimement décidé cette année que le moment d’une double (r)évolution était arrivé ! La première est l’arrêt de la publication papier. Cela est dû aux modifications des habitudes de lecture, les bibliothèques numériques étant largement disponibles aujourd’hui, mais aussi aux difficultés de plus en plus importantes de trouver des financements pérennes pour l’impression et les frais postaux liés à l’envoi (une vingtaine de milliers d’euros par an). La seconde est bien plus fondamentale et entre de plain-pied dans les réflexions et les décisions actuelles autour du libre accès à la recherche. Nous avons donc choisi de passer du modèle « payant » au modèle Freemium, qui offre le libre accès à tous les numéros dès leur parution. Cela permet ainsi à la recherche financée sur fonds publics d’être libre d’accès. Mais pas gratuite, comme certains argumentaires officiels le prétendent fallacieusement. Il ne faudrait tout de même pas oublier que, si les recherches que nous menons sont théoriquement financées par des fonds publics (à condition d’être rattaché à un laboratoire convenablement doté et d’avoir la chance de « décrocher », après un certain nombre de nuits blanches, un contrat de recherche type ANR -Agence nationale de la recherche- ou, Graal, européen), le processus éditorial, même pour une publication « dématérialisée », a un coût non négligeable. Il faut disposer d’un secrétariat de rédaction, réaliser une mise en page, parfois même la cartographie, gérer les demandes et contrats, faire vivre un comité de rédaction, assurer le double suivi des numéros, constituer un comité de lecture (ce qui est de plus en plus chronophage, car de nombreux collègues se refusent aujourd’hui à évaluer des articles, tant cette tâche aussi noble que prenante est peu valorisée dans nos carrières). Pour les enseignants-chercheurs et chercheurs cela doit se faire en dehors de notre temps de travail réglementaire (c’est une demande explicite du CNRS pour ses agents). Ainsi, entre bénévolat et coûts réels, le modèle Freemium semble aujourd’hui le plus adapté, car il assure tout de même un minimum de rentrées financières pour les revues et, pour les nostalgiques du papier, la possibilité de bénéficier (cette fois en payant) du tirage d’un numéro.

3Ce que l’abandon du papier et le passage à Freemium ne modifieront en revanche pas, c’est la volonté continuée de toute l’équipe qui permet à Géocarrefour de vivre et de vous offrir plusieurs fois par an un bouquet d’articles de qualité. Nous souhaitons tout autant conserver, voire renforcer, les dimensions pluridisciplinaire et internationale de la revue, que ce soit par des articles publiés en anglais ou en sollicitant les membres étrangers de ses comités scientifiques et de lecture.

4Tous les numéros de Géocarrefour sont enrichis par des comptes rendus d’ouvrages aux thématiques liées. L’évolution en cours est l’occasion d’évoquer et de valoriser le travail fastidieux mais combien utile de lecture critique réalisé par de nombreux collègues – pour certains depuis de longues années – que nous souhaitons ainsi remercier pour leur contribution. Cette veille bibliographique garantit une dimension réflexive à notre revue qui s’ouvre ainsi à une « géographie en marche » et se fait le relais des avancées d’ordre conceptuel et méthodologique ainsi qu’en matière de connaissances. A l’heure où la tendance est de penser que plus personne ne lit d’ouvrages – et où nos institutions ne valorisent là aussi pas vraiment cette forme de transmission de la connaissance –, les échanges scientifiques suscités par ces comptes rendus de lecture publiés depuis plusieurs années sur le site de la Revue en inédits, et l’envie de lire ainsi donnée à nos lecteurs et contributeurs (et notamment aux étudiants et jeunes chercheurs en géographie) témoignent du contraire. Aussi, nous sommes persuadés qu’il est pertinent de persévérer même à contre-courant des normes de valorisation de la recherche en vigueur.

5En vous remerciant de votre fidélité, nous espérons avoir le plaisir de vous retrouver virtuellement autour de la prochaine livraison de Géocarrefour !

Top of page

References

Electronic reference

Christian Montès and Anne Rivière-Honegger, « Géocarrefour passe au modèle Freemium », Géocarrefour [Online], Recent news, Online since 05 April 2017, connection on 21 October 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/10152

Top of page

Copyright

© Géocarrefour

Top of page
  • Revues.org