Skip to navigation – Site map

Nicolas Mazzuchi, Énergie. Ressources, technologies et enjeux de pouvoir

Teva Meyer
Bibliographical reference

MAZZUCHI N., 2017, Énergie. Ressources, technologies et enjeux de pouvoir, Paris, Armand Colin, collection Comprendre le Monde, 224 p.

Full text

1La géographie des énergies connaît un regain d’intérêt qui se traduit par un renouvellement des approches et des concepts ainsi que par une augmentation des publications francophones (Calvert, 2006). S’il imprègne l’ensemble des courants de la géographie, ce renouveau de l’énergie comme objet d’étude est largement porté par la géopolitique. Ce livre, publié dans la collection « Comprendre le monde » des éditions Armand Colin, s’inscrit dans cette dynamique. Son auteur, Nicolas Mazzucchi, est docteur en géographie, spécialiste de la géo-économie des énergies, et chercheur associé à l’Institut des Relations Internationales et Stratégiques. Le titre « Énergie. Ressources, technologies et enjeux de pouvoir » traduit le choix, assumé par l’auteur, de traiter la totalité du secteur énergétique qu’il considère « comme un ensemble unifié » (p. 14), dans un format court, le texte faisant moins de 230 pages. Qu’apporte alors ce nouvel ouvrage ?

2L’introduction pose la visée synthétique de ce livre. D’une part, la répartition des producteurs et des consommateurs d’énergie dans le monde change. D’autre part, « l’énergie représente un véritable enjeu de puissance internationale » (p. 14). Pour comprendre les rivalités de pouvoirs produites dans ce nouveau paysage, Nicolas Mazzucchi propose de mobiliser une approche géoéconomique. On retrouve dans cette introduction deux faiblesses de l’ouvrage. Premièrement, l’auteur ne semble pas s’appuyer sur la bibliographie extensive consacrée à l’énergie en géographie. Deuxièmement, le livre ne traite des énergies qu’aux échelles nationales et globales, laissant de côté les dynamiques locales où les rivalités de pouvoir s’expriment pourtant fortement.

3L’ouvrage est organisé en huit chapitres thématiques bien équilibrés. Il est appuyé par un feuillet central de six cartes en couleur présentant pour chaque région du monde les gisements d’hydrocarbures ainsi que les infrastructures de transport. Si ces cartes sont agréables à lire et bienvenues dans un tel livre, elles pèchent par un manque de problématisation et par l’absence d’informations sur le nucléaire et les énergies renouvelables.

  • 1 D’autres manuels de géographie des énergies, dont celui de Bernadette Mérenne-Schoumaker (2007) off (...)

4Le premier chapitre propose d’envisager la politique énergétique d’un pays comme le résultat d’un arbitrage entre trois préoccupations : l’accès à l’énergie, la sécurité énergétique et la lutte contre le changement climatique. L’auteur considère que ces trois enjeux touchent les pays différemment en fonction de leur profil de consommation et de production d’énergie, de leurs caractéristiques géographiques et de leurs systèmes politiques. Malheureusement, le format très court du livre empêche de développer ces éléments et d’apporter plus d’exemples ou de figures1.

5Le deuxième chapitre continue de brosser de manière synthétique ce paysage en analysant successivement l’histoire de l’exploitation et de la consommation du pétrole, du charbon, du gaz et de l’uranium, ainsi que les caractéristiques techniques de leur utilisation. La deuxième partie est consacrée à une analyse régionale des ressources énergétiques. Face à une Afrique « continent des possibles » (p. 48) et de situations contrastées, se tient l’Amérique « continent de l’énergie » (p. 50) où se structurent des interdépendances entre pays producteurs et consommateurs, puis « l’Asie, région du charbon » (p. 55) entraînée par sa vitalité économique. Tandis que le Moyen-Orient est décrit comme un territoire d’abondance où les rivalités entre États pèsent comme une épée de Damoclès, l’Europe apparaît comme le parent pauvre énergétique du monde, sous perfusion d’un espace postsoviétique riche en ressources et de plus en plus courtisé par les pays d’Asie.

6Le chapitre 3 est dédié au transport des matières énergétiques. Après avoir passé en revue certains des goulots d’étranglement du transport maritime (Suez, Ormuz, Panama, etc.), l’auteur souligne la relative faiblesse des réseaux électriques transnationaux puis analyse la restructuration de la géopolitique des pipelines face au développement de nouveaux terminaux de gaz naturel liquéfié. Le chapitre prend tout son intérêt quand Nicolas Mazzucchi analyse le rôle de plusieurs entreprises ultraspécialisées et de certains États dans l’édiction de normes encadrant le transport ainsi que dans le contrôle d’infrastructures clés du système logistique.

7Dans le quatrième chapitre, l’auteur décrit, d’une région à l’autre, les différents modes de consommation d’énergie et les enjeux de la transformation de cette dernière face à l’arrivée des sources renouvelables et à la baisse des ressources en pétrole. À nouveau, l’intérêt du chapitre se révèle quand l’auteur entre dans le vif géoéconomique du sujet en interrogeant, entre autres choses, les conséquences de ces changements sur la répartition des capacités de raffinage.

8Cette approche géoéconomique se concrétise dans le cinquième chapitre qui propose d’analyser « les mécanismes internationaux qui sous-tendent [les marchés des énergies] et les jeux de pouvoir qui les régissent » (p. 113). En s’appuyant sur les cas du pétrole et du gaz, l’auteur montre que les marchés des énergies reposent sur les caractéristiques matérielles des infrastructures d’échange, sur des rivalités géopolitiques entre États ainsi que sur un corpus normatif dont la production est spatialement et temporellement située.

9Dans le chapitre 6, l’auteur part du présupposé d’un découplage entre ressources et production d’énergie grâce au nucléaire et aux sources renouvelables, pour ensuite montrer qu’au contraire, ces systèmes énergétiques renforcent la dépendance aux matériaux stratégiques, mais surtout à des entreprises détenant le savoir-faire technologique. Appuyé par de nombreux exemples, ce point est un des éléments forts du livre. L’auteur donne ici une vision d’ensemble des entreprises actives dans la chaîne de valeur de ces systèmes énergétiques.

10L’avant-dernier chapitre propose d’analyser les relations entre les trois acteurs considérés comme prépondérants dans l’élaboration des politiques énergétiques : les entreprises, l’État et la société civile. Les relations entre ces pôles, tantôt marquées par des tentatives d’influences réciproques, tantôt par des moments de coopération, sont étudiées par le prisme de l’échange – ou de la rétention- d’informations. On aurait apprécié plus de cas d’étude pour mettre en lumière ces liens entre États et entreprises, surtout dans le cas du Brésil et de Pétrobras auquel l’auteur fait souvent référence et dont il semble avoir une connaissance extensive.

  • 2 Voire par exemple la synthèse de Stefan Aykut et Amy Dahan (2015)

11Le huitième et dernier chapitre du livre est dédié à l’étude des rivalités de pouvoir dans l’élaboration des politiques de lutte contre les changements climatiques ainsi qu’à une revue critique des organisations internationales qui les encadrent. L’apport de l’auteur sur cette thématique reste malheureusement restreint par rapport à d’autres ouvrages sortis dernièrement2.

12En conclusion, le livre de Nicolas Mazzucchi constitue une synthèse utile des principaux enjeux géopolitiques d’un système énergétique mondial en mutation qui intéressera les étudiants préparant les concours en complément d’autres manuels. On déplorera que le petit format de ce livre ne permette pas à l’auteur de développer ou d’étayer par plus d’exemples concrets, notamment pris à l’échelle locale, certains aspects de son raisonnement géoéconomique qui constitue la véritable originalité du livre.

Top of page

Bibliography

AYKUT S., DAHAN A., 2015 Gouverner le climat ?, Paris, Presses de Science Po, 752 p.

CALVERT K., 2006, From energy geography to energy geographies: Perspectives on a fertile academic borderland, Progress in Human Geography, vol. 40, p. 105-125.

MÉRENNE-SCHOUMAKER B., 2007, Géographie de l’énergie – Acteurs, lieux et enjeux, Paris, Belin, 272 p.

Voir également, dans la revue Géocarrefour, les compte rendus suivants :

Romain Garcier, « Bertrand Barré et Bernadette Mérenne-Schoumaker, Atlas des énergies mondiales: Quels choix pour demain ?  », Géocarrefour [En ligne], 90/4 | 2015, URL : http://geocarrefour.revues.org/9742

Eric Verdeil, « David Amsellem, 2011, La guerre de l’énergie : la face cachée du conflit israélo-palestinien  », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits URL : http://geocarrefour.revues.org/8673

Eric Verdeil, « Matières et énergies : un renouveau géographique ? », Géocarrefour [En ligne], 90/4 | 2015, URL : http://geocarrefour.revues.org/9223

Top of page

Notes

1 D’autres manuels de géographie des énergies, dont celui de Bernadette Mérenne-Schoumaker (2007) offrent un regard plus complet sur cette question.

2 Voire par exemple la synthèse de Stefan Aykut et Amy Dahan (2015)

Top of page

References

Electronic reference

Teva Meyer, « Nicolas Mazzuchi, Énergie. Ressources, technologies et enjeux de pouvoir », Géocarrefour [Online], Reviews and articles to be published soon, Online since 23 March 2017, connection on 28 April 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/10149

Top of page

About the author

Teva Meyer

Attaché Temporaire d'Enseignement et de Recherche en Géographie Département "Histoire & Patrimoine", Université de Haute-Alsace Bâtiment 2 rue des Frères Lumière - 68093 Mulhouse Cedex teva.meyer@uha.fr

Top of page

Copyright

© Géocarrefour

Top of page