Navigation – Plan du site

Le castor, un agent en eau trouble. L’exemple du fleuve Rhône

The agency of the Rhône Beaver
Yves-François Le Lay, Paul Arnould et Emeline Comby

Résumés

Le castor du Rhône revient de loin. Cantonné à la Camargue et au Bas-Rhône à la fin du XIXe siècle, ce rongeur a reconquis le corridor fluvial au cours du XXe siècle. Adoptant une perspective géohistorique, cet article appréhende le castor comme un agent dont les relations sont étroites tant avec les paysages fluviaux qu’avec les communautés riveraines. Il analyse les régimes utilitaire et patrimonial dont les représentations du castor ont fait l’objet, puis la contribution de ses porte-parole au développement de son aire de disparition, et enfin le renouvellement des enjeux écologiques et sociaux que l’accroissement de sa population suscite.

Haut de page

Texte intégral

Cette analyse a bénéficié du soutien du LabEx DRIIHM et de l'OHM Vallée du Rhône dans le cadre des programmes de recherche « Disrupt » et « Trajectoires spatio-temporelles et représentations des barrages du Rhône (1945-2014) ».

Introduction

1Les animaux ont désormais leur géographie. E. de Martonne (1925-1927) dont le Traité de géographie physique a été le manuel de référence, durant un demi-siècle, avait sous-traité les questions de biogéographie animale à L. Cuénot, un biologiste généticien nancéen. L’œuvre pionnière mais ardue de M. Prenant (1933) n’a pas eu de filiation immédiate, preuve que les géographes ont eu longtemps des difficultés à tenir un discours original sur l’animal. Il a fallu près de 70 ans pour que se constitue un corpus de publications de référence (Benhammou, 2007 ; Blanc et Cohen, 2002 ; Estebanez et al., 2013 ; Mounet 2008). Récemment, de jeunes chercheurs ont pris l’animal comme objet d’étude (Benhamou, 2016 ; Marion et Benhammou, 2015 ; Mounet, 2012). Loup, ours des Pyrénées ou polaire, chevreuil, sanglier sont interrogés comme symboles de biodiversité, marqueurs de territoires, inscrits dans des temporalités longues, objets de conflits souvent virulents (Arnould, 2008).

2Les animaux ont aussi leur histoire (Delort, 1984). Ainsi, X. de Planhol (2004), tout autant géographe qu’historien, synthétise les deux approches. Il témoigne de son intérêt pour les animaux perceptibles – ceux de la grande faune ou de la faune nombreuse – qui ont la capacité d’engendrer une attitude humaine spécifique : « Dans le grandiose spectacle de la nature ils sont, ils ont été plus encore, des acteurs immenses que le Prédateur suprême, le conquérant du monde, a dû au premier chef évincer » (p. 18). Désigné au moyen du syntagme « chien du Pont-Euxin » (canis ponticus) par les auteurs anciens et sous les noms de « bièvre » en français (Belon, 1555 ; Mattioli, 1572) ou de « vibré » en provençal (Crespon, 1844), le castor fait partie au premier chef de ces « acteurs immenses » tant il s’est inséré précocement dans des collectifs hybrides où humains et animaux s’organisent socialement et spatialement pour vivre ensemble (Callon, 1986). Appréhendé en ces termes, le castor relève d’une « géographie humanimale » (Estebanez et al., 2013), particulièrement sensible aux relations qu’entretiennent humains et animaux. Dans cette perspective relationnelle, l’agentivité du castor peut être discutée au prisme de la théorie de l’acteur-réseau (Akrich et al., 2006). Il s’agit toutefois de se préserver d’un éventuel risque de nivellement des capacités à prendre des décisions et à agir des divers protagonistes, en reconnaissant qu’humains et non humains – mais aussi symétriquement castors et non-castors – ne sont pas pourvus des mêmes compétences sociales et spatiales (Cresswell, 2012). Le castor doit être appréhendé comme un opérateur socio-spatial (Lussault, 2007) qui engendre et révèle tout à la fois des dynamiques territoriales. Le castor fait partie des espèces qui ont nourri chez les humains « des attitudes sentimentales, plus ou moins réfléchies, d’hostilité et de répulsion, ou au contraire, et de plus en plus de nos jours, d’admiration esthétique et de sympathie apitoyées lorsqu’ils paraissent en danger » (De Planhol, 2004, p. 18). Le capital de sympathie dont jouit le castor doit beaucoup à l’une des plus célèbres collections de littérature enfantine, les albums du Père Castor. La revue naturaliste La Hulotte lui a consacré plusieurs numéros toujours illustrés avec humour et précision, marques distinctives de cette revue, à l’articulation du scientifique et du didactique. Le castor s’inscrit aussi dans les réflexions sur les notions d’espèces emblématiques, qualifiées de façon imagée d’espèces clé de voute, parapluie, ingénieur, patrimoniale, et opposées aux espèces banales ou ordinaires dans l’échelle d’intérêt que leur portent chercheurs et décideurs (Larrère, 2000). M. Prenant (1933) le cite comme une des espèces caractéristiques de la grande aire biogéographique holarctique. Le statut particulier de l’animal au Canada, espèce apparemment inépuisable de la toundra et de la taïga, tout comme semblait l’être le bison des grandes plaines, en a fait longtemps un animal chassé, piégé, trappé, sans inquiétude aucune.

3Les relations qu’ont tissées le castor d’Europe (Castor fiber L.) et les communautés riveraines des cours d’eau ont été recomposées à plusieurs reprises. En France, c’est exclusivement dans la vallée du Rhône – le castor n’étant plus présent ailleurs à la fin du XIXe siècle – que les mutations des conditions de cette coexistence peuvent être évaluées continuellement de l’Antiquité à nos jours. Au bord de ce fleuve s’est déroulé le renversement de la hiérarchie des diverses valeurs attachées au castor. Pour rendre compte d’une telle spécificité rhodanienne, cet article ouvre le champ des sciences sociales à celui des sciences de la vie (Guillo, 2015), questionnant ainsi l’agentivité du castor et sa place dans les « complexes vivants » au regard de la production scientifique et de l’effort de vulgarisation des naturalistes. Plus particulièrement, au tournant des XIXe et XXe siècles, le castor a intéressé « une foule de naturalistes, professeurs, forestiers, chasseurs, pêcheurs, gardes, paysans » (Hugues, 1933, p. 2) qui sont à l’origine de paroles, d’actes et d’actes de paroles. A l’initiative de porte-parole locaux et grâce à l’enrôlement de groupes sociaux tels que les sociétés savantes et la Société nationale d’acclimatation de France (Lugia, 2015a), le castor a fait l’objet d’un débat public. Prolongeant le projet de zoogéographie historique proposée par De Planhol (2004), le contenu discursif des ouvrages et des périodiques à caractère naturaliste permet d’explorer trois composantes de cet échange, à savoir les acteurs, le temps et l’espace.

4Ces composantes structurent le plan de l’article. La première partie montre comment les acteurs ont façonné leurs représentations du castor et distingue quatre valeurs qu’attribuent les sociétés humaines à la relation qu’elles entretiennent avec lui. La deuxième insiste sur les mutations qui ont animé la hiérarchie de ces valeurs, réorganisant la coexistence des castors et des humains et engendrant des recompositions territoriales. Enfin, dans un troisième temps, ces dynamiques socio-spatiales suscitent à leur tour la redéfinition de problèmes où d’anciens arguments réactualisés se mêlent à des idées plus contemporaines.

Les quatre vies du castor

5Les discours tenus à l’égard du castor ont été contrastés ; deux régimes sémiotiques peuvent être dégagés qui articulent chacun, à leur tour, deux lectures du beau, du bon et du bien (Greimas, 1976). Le régime utilitaire rassemble les évaluations du castor-ressource et du castor-nuisance. Plus récent, le régime patrimonial regroupe les évaluations du castor-monument et du castor-capital. Ces quatre lectures sont pluri-isotopes, en interrogeant le castor dans ses dimensions esthétique, politique et rationnelle.

Le régime utilitaire du castor : la bourse ou la vie !

6Jusqu’à la fin du XIXe siècle, un bon castor était un castor mort. Non seulement il était utilisé dans le secteur de l’habillement, de l’alimentation, de la médecine et de la parfumerie, mais il importait de l’éliminer pour l’empêcher de creuser des terriers, de manger la végétation riveraine et d’entraver le libre écoulement des eaux (Luglia, 2013).

Le castor-ressource

7Tout était bon dans le castor, ou presque. Différentes parties de son corps sont valorisées : les modes de consommation révèlent des débats scientifiques. Les discours s’organisent notamment autour de ses propriétés thérapeutiques (Mattioli, 1572) : toutes les parties de son corps étaient employées dans la médecine traditionnelle (Marius, 1746).

8La chair des castors du Rhône était assez estimée – surtout celle des jeunes – pour que les riverains du fleuve mangeassent ordinairement ceux qu’ils tuaient (Magné de Marolles, 1788 ; Crespon, 1844). Au XVIIe siècle, les moines de Villeneuve-lès-Avignon préparaient un saucisson de castor (Cordier, 1933 ; Richard, 1965). Marius (1746, p. 14) retranscrivit la recette utilisée par une cuisinière pour accommoder sa queue : « après l’avoir dépouillé de sa première peau, elle la fit bouillir pendant deux heures avec des herbes pour pouvoir en ôter la seconde peau. Elle y fit ensuite plusieurs incisions, et la fricassa avec du vin blanc, du gingembre, du poivre, de la cannelle, (…), des amandes et du safran » (p. 14). Toutefois, « molle et amère » (Richard, 1965, p. 98), la chair du castor n’a pas toujours reçu des éloges.

9A la base de sa queue, il possède des glandes – longtemps considérées à tort comme ses testicules – qui ont été fort recherchées pour en retirer une substance onctueuse et odorante appelée castoréum. Une fois préparé, ce dernier était utilisé en pharmacie (Bouvier, 1891). De Bellerive (1893) se moque de cette pratique issue de l’ancienne pharmacopée : une « thérapeutique qui semblera crédule autant qu’arriérée emploie le castoréum, comme remède externe » (p. 493). Aujourd’hui, le castoréum reste discrètement utilisé dans la fabrication de produits cosmétiques et alimentaires : il confère des notes chaudes rappelant le cuir à de prestigieux parfums chyprés et orientaux, et une saveur vanillée aux produits alimentaires auxquels il est incorporé comme agent aromatique (Burdock, 2007).

10La peau du castor était également estimée et recherchée, parfois exclusivement. « On l’écorchait pour en avoir la peau ; et le cadavre était jeté ensuite, comme celui d’un chien mort » (Legrand d’Aussy, 1782, p. 135). Si le cuir a pu être utilisé pour confectionner des gants (Belon, 1555 ; Delort, 1984), cette peau servait surtout comme fourrure ou bien dans la chapellerie. La fourrure du castor est constituée de deux types de poils. Les uns, courts et soyeux, forment la bourre ou le duvet ; les autres, longs et raides, donnent le jarre (Trouessart, 1896 ; Ménégaux, 1903). Le premier était employé dans la chapellerie. Laboulaye (1873) distinguaient trois classes de peaux de castor : « 1. Les peaux fraîches qui proviennent de castors tués pendant l’hiver avant la mue, et qui sont regardées comme une fourrure très précieuse parce qu’elles sont garnies de poils longs, soyeux et très fournis ; 2. les peaux sèches venant de castors tués en été, qui ont perdu une partie de leurs poils et qui sont toujours moins estimées ; enfin 3. les peaux grasses, provenant de castors tués en hiver, mais qui ont déjà servi de fourrures aux sauvages » (n.p.). Cuvier (1817) les appelait respectivement castors neufs, secs et gras. Ainsi, la saison influence la qualité des poils du produit ; les pressions anthropiques de chasse varient en fonction de l’évolution saisonnière du pelage. Le poil de castor, plus encore celui dont le pied était argenté ou rosé, était particulièrement recherché pour fabriquer les chapeaux fins. Grâce à une agitation et à la pression, les poils provenant d’agneaux, de lapins ou de castors ont la propriété de former un tissu : ce feutre se montre si solide qu’il faut le déchirer pour le diviser (De Bellerive, 1893). Etienne Mazard (1660-1736) passait pour avoir enrichi l’industrie lyonnaise en introduisant le castor dans la fabrication des chapeaux auparavant en laine (Anonyme, 1873). Les chapeaux les plus raffinés et les plus chers, appelés castors gris, étaient obtenus en appliquant des poils de castor sur une carcasse composée de poils de lapin. Mêlés à de la laine, les poils de castor donnaient une étoffe légère appelée castorine à Sedan (Bouvier, 1891). Par métonymie, le castor symbolise des créations textiles constituées en partie de sa matière.

11Mort ou vif, le castor avait donc de la valeur et attisait la curiosité. « Vivant, il est très apprécié dans les Jardins zoologiques ; mort, sa dépouille naturalisée orne les vitrines des Muséums » (Mingaud, 1908, p. 539). Cette valeur du castor a suscité quelques tentatives d’élevage, l’animal étant présenté alors comme la « source certaine d’une immense fortune pour l’homme qui voudra en entreprendre la domesticité » (De la Blanchère, 1874, p. 819). Mais, dès la seconde moitié du XIXe siècle, le castor était sensiblement moins considéré comme une ressource. Ses peaux étaient moins recherchées et les chapeaux de soie plus appréciés (Anonyme, 1867).

Le castor-nuisance

12Le castor a été évalué comme un indésirable, un nuisible, un « animal à problème » (Mounet, 2008). Il a longtemps été décrit sans complaisance. Il peut se montrer méchant et sans pitié. Selon Pline, sa morsure est formidablement tranchante ; « quand il a saisi un membre, il ne desserre pas les mâchoires avant que les os fracturés n'aient craqué sous les dents » (Histoire naturelle, livre VIII). Au siècle des Lumières, le castor ne suscite pas des mots particulièrement attendris. Il a « une langue de pourceau, des joues de lièvre et des yeux de rat » (Aubert de La Chesnaye Des Bois, 1759, p. 446). Buffon (1760) lui attribue un caractère apathique : c’est « un animal assez doux, assez tranquille, assez familier, un peu triste, même un peu plaintif, sans passions violentes, sans appétits véhéments, ne se donnant que peu de mouvement, ne faisant d’efforts pour quoi que ce soit » (p. 287). Les comparaisons avec d’autres espèces ne le mettent pas en valeur : le castor « n’a pas plus d’esprit que le chien, de sens que l’éléphant, de finesse que le renard » (Buffon, 1760, p. 288). Son alimentation est stigmatisée, comme sa propension à créer des terriers : son mode de vie semble entrer en dissonance avec celui des humains.

13En été, l’animal se nourrit des feuilles, de branches et de plantes herbacées ; en hiver, son spectre alimentaire se restreint et il se contente de ronger l’écorce des bois tendres de la ripisylve, celle des aulnes, des peupliers et surtout des saules. Les dégâts peuvent être considérables, y compris sur les osiers : « il n’est pas rare qu’une paire de castors, dans une seule nuit, renverse une cinquantaine de jeunes saules de la grosseur du bras ou de la jambe » (Crespon, 1844, p. 80). Deux kilogrammes de Salicacées répondent aux besoins quotidiens d’un castor (Erome, 1983). Or l’arbre de la rivière avait de la valeur pour les communautés rurales ; elles n’appréciaient guère que le castor dilapide ainsi leurs ressources : « les habitants leur faisaient une guerre sans trêve ni merci, les accusant d’endommager les Saules et les Osiers, qui sont la principale richesse des riverains » (Magaud d’Aubusson, 1895, p. 516). Il « a la dent cruelle » (Ménard, 1758, p. 522) et se sert de ses pattes antérieures « comme de mains, avec autant d’adresse que l’écureuil » (Magné de Marolles, 1788, p. 304). Ainsi, le bois devient une ressource disputée entre castors et sociétés riveraines des cours d’eau.

14La berge concentre d’autant plus de tensions que le castor la modèle en fonction de ses besoins en termes d’habitat. Selon A. Savoye, ancien maire des Saintes-Maries-de-la-Mer, les vastes chambres étagées que les castors s’aménagent dans les berges compromettent la solidité des digues (Figure 1) (Geoffroy Saint-Hilaire, 1888, p. 322). Aussi concède-t-il que la destruction des castors s’impose. L’Administration encourage cette traque pour défendre ses dispositifs techniques contre le castor dont l’« ennemi le plus acharné est l’ingénieur des ponts et chaussées » (Magaud d’Aubusson, 1895, p. 513). Les garde-digues défonçaient et comblaient de pierres les terriers de castor (Pichot, 1888). Entre 1885 et 1891, le Syndicat des digues du Rhône de Beaucaire à la mer a accordé une prime à la destruction s’élevant à quinze francs pour chaque animal mort (Mayet, 1889 ; Mingaud, 1908).

Figure 1. Le terrier du castor du Rhône

Croquis d’A. Savoye dans Geoffroy Saint-Hilaire, 1888, p. 322

Même s’il reste dépourvu d’échelle et d’une localisation géographique précise, ce croquis représente efficacement le fleuve, les chambres étagées et le double accès au terrier, côté fleuve et côté terre. Les branches et les brindilles utilisées dans l’aménagement du terrier symbolisent les prélèvements sur la végétation riveraine ; les vides témoignent de la fragilisation du système digue.

15Différentes manières ont été employées et inventoriées pour faire la chasse au castor (Magné de Marolles, 1788 ; De la Blanchère, 1875 ; Dunoyer de Noirmont, 1888 ; Mingaud, 1895). Mais ces mammifères farouches ne sont pas faciles à tuer : rusés, avant de poser le pied à terre, « ils se mettent à nager entre deux eaux, et, se plaçant à une certaine distance, ne sortent que les yeux et le bout du museau hors de l’eau » (Crespon, 1844, p. 80). Aussi les riverains les plus adroits se sont-ils taillé une solide réputation. « Il y a eu autrefois à Vallabrègues (…) un homme fort au fait de cette chasse, et qui en tuait assez fréquemment, tant sur les lieux où ils coupent le bois, que sur les graviers où ils viennent manger » (Magné de Marolles, 1788, p. 308). Si le Rhône est haut, l’animal fréquente moins ses terriers et se tue à l’affût, la nuit ; si le fleuve est bas, un filet de pêche soigneusement placé à l’entrée du terrier et attaché à deux barques permet de le capturer. Un chien ou une inondation artificielle font fuir le castor vers le filet. A défaut de filet, le castor était assommé ou fusillé. Ponctuellement, le braconnier avait aussi recours aux pièges, aux trappes et aux tonneaux vides recouverts de branchages.

16La cohabitation entre les sociétés riveraines des cours d’eau et le castor n’allait donc pas de soi : des concurrences spatiales se faisaient jour et se concentraient sur la berge du cours d’eau. Ces intérêts discordants ont entraîné une chasse au castor et la réduction de sa population qui a atteint l’étiage au XIXe siècle.

Le régime patrimonial du castor : un ami qui vous veut du bien !

17Selon Buffon (1760), les « castors sont peut-être le seul exemple qui subsiste comme un ancien monument de cette espèce d’intelligence des brutes » (p. 283). Cet animal est comparé à d’illustres mammifères disparus de l’inventaire faunistique français, comme l’élan et le bison qui ne figurent plus que dans les collections des Musées d’histoire naturelle, ou à ceux qui ne se laissent observés que rarement, tels le bouquetin et le lynx. A la fin du XIXe siècle, quelques lanceurs d’alerte issus des milieux scientifiques et des services de l’Etat ont œuvré à classer le castor dans le patrimoine national (Luglia, 2015b).

Le castor-monument

18Regrettant « l’utilitarisme étroit » des « intérêts matériels de l’homme » (p. 517), Magaud d’Aubusson (1895) – archiviste de la Société nationale d'acclimatation de France – souhaite conserver les castors du Rhône « comme échantillons de la race et en souvenir des splendeurs évanouies » (p. 514). C’est pourquoi il en appelle aux naturalistes, aux artistes et aux curieux de la nature pour réclamer la suppression de la prime que l’administration accorde encore à leur destruction : il « adjure les ponts et chaussées de respecter les jours de ces derniers survivants, au moins à titre de curiosités zoologiques » (p. 516-517).

19De plus, les efforts fournis à l’étranger pour conserver des espèces menacées commencent à être connus en France. Par exemple, la chasse du castor est interdite dans tout le royaume de la Norvège à partir de 1863 (Rabot, 1928). Magaud d’Aubusson (1895) explique qu’une colonie de castors doit être établie dans un parc à gibier aux Etats-Unis et les Britanniques tentent de protéger le lion dans la colonie du Cap. Mais le foncier ne se prête pas facilement à un tel projet en Camargue. « Il n’y a point de grands propriétaires riverains du Rhône et du Gardon qui puissent s’entendre pour être les conservateurs des derniers Castors ; la propriété riveraine est trop morcelée. Ce que l’un voudrait conserver, l’autre le détruirait » (Mingaud, 1896a, p. 44).

20Une patrimonialisation s’amorce néanmoins : le castor est exposé comme une espèce parapluie. Dans la mesure où ses besoins écologiques incluent ceux d’autres espèces, sa conservation s’étend aux animaux qui partagent son habitat (ou dont il constitue l’habitat). De même, Mingaud (1895) brandit le spectre de l’appauvrissement de la faune française en soulignant que la disparition du castor impliquerait celles de deux autres espèces. La première est un coléoptère minuscule et particulièrement rare, le Platypsyllus Castoris Ritsema (Figure 2). Ce curieux parasite suceur, dont la longueur reste inférieure à trois millimètres, n’a été découvert qu’en 1869 sur des castors américains du Jardin zoologique de Rotterdam. Sa présence a été attestée dans le delta de la Camargue en 1883 (Bonhoure, 1884). La seconde espèce est un acarien décrit sous le d’Histiophorus Leuckarti (Mingaud, 1896a) ou de Schizocarpus Mingaudi Trouessart (Trouessart, 1896 ; Mingaud, 1908). Le castor contribue ainsi plus encore à la « richesse zoologique nationale » (Anfrie, 1924, p. 122).

Figure 2. Un parasite du castor découvert en 1869, Platypsyllus Castoris Ritsema (Bonhoure, 1884)

Figure 2. Un parasite du castor découvert en 1869, Platypsyllus Castoris Ritsema (Bonhoure, 1884)

Cette figuration d’un parasite inféodé au castor délivre un argument ambigu qui peut être mobilisé soit pour justifier de sa protection au nom de la biodiversité soit pour éliminer deux « nuisibles » en un.

21L’objectif est bien de faire reconnaître la patrimonialité du castor et de le placer « sous la sauvegarde de l’autorité publique au même titre que le sont certains sites pittoresques ou artistiques ainsi que les édifices classés comme monuments historiques » (Loyer, 1909, p. 39). La « monumentalisation » du castor est amorcée (Pichot, 1907). E. Perrier (1910), directeur du Muséum, désigne le castor comme un des « quelques monuments historiques de la vieille faune des Gaules à conserver pieusement » et suggère la création d’une réserve (p. XIII). Cet argument reste mobilisé aujourd’hui. En France, le « Castor est un élément du patrimoine faunique » (Rouland, 1991, p. 36) ; il a obtenu le statut d’espèce protégée à partir de 1968. A l’échelle européenne, l’espèce est également citée dans la Convention relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l'Europe (dite Convention de Berne), en vigueur depuis 1982 ; il figure aussi dans la directive de l'Union européenne 92/43/CEE concernant la conservation des habitats naturels ainsi que des espèces de la faune et de la flore sauvages (dite directive habitats faune flore), où il est mentionné parmi les espèces animales d’intérêt communautaire « dont la conservation nécessite la désignation de zones spéciales de conservation » (Annexe II) et requérant « une protection stricte » (Annexe IV).

Le castor-charisme

22L’aura de l’animal profitant à ceux qui le possèdent, certains espaces protégés mettent en valeur le castor et contribuent désormais au développement local. Au début du XXe siècle, les riverains du Rhône sont les seuls en France à avoir conservé des castors sur leur territoire (Pichot, 1910). Voilà de quoi ajouter à l’identité régionale (Pichot, 1909). Ainsi, après avoir signalé quelques monuments méritant le détour du voyageur, Pichot (1888) précise que le « castor est une des plus curieuses physionomies de notre Provence, et nous devons y tenir comme à tout ce qui augmente le cachet et la physionomie de notre pays » (p. 78).

  • 1 Un site éducatif est proposé par la Compagnie nationale du Rhône à l’adresse suivante : http://www. (...)

23Du fait de son « importance culturelle » (Richard, 1965, p. 97), le castor accentue l’intérêt naturaliste et pédagogique de son milieu de vie : les observations ou les visites sur le terrain se multiplient, souvent portées par des associations environnementalistes. Les écosystèmes aquatiques sont enrichis par une espèce qui laisse des traces nombreuses et variées de son occupation. « La facilité d’observation des indices de présence et le potentiel de sympathie dont dispose l’espèce, en particulier de la part des enfants, ont été et sont utilisés par les associations à titre pédagogique dans le cadre de sorties de terrain ou de manifestations » (Rouland et Migot, 1990, p. 148-149). Ainsi la réserve naturelle des Ramières, installée dans la partie aval de la Drôme (un affluent de rive gauche du Rhône), a-t-elle substitué un castor souriant à l’ancien héron de son logo (Figure 3). Cette stratégie de communication s’appuie sur le charisme animal (Lorimer, 2007) du castor pour séduire et attirer davantage de visiteurs. Elle révèle un changement de régime de patrimonialité. Il ne s'agit plus seulement de protéger une espèce, ni même de montrer ce qu'on possède pour se singulariser et en retirer une valeur identitaire, mais aussi de profiter financièrement du castor qui a désormais une valeur transactionnelle (Comby et Le Lay, 2014). Mais le charisme du rongeur peut aussi entrer en concurrence avec d’autres mammifères. Par exemple, la Compagnie nationale du Rhône préfère s’appuyer sur « Louloute la loutre » pour favoriser la découverte des espèces protégées, des aménagements et des dangers du fleuve1.

Figure 3. Invitation du castor à découvrir la Gare des Ramières, le musée de la réserve naturelle nationale des Ramières de la Drôme

cliché : Comby, 2015

Photographié sur un mur, ce dessin offre un bel exemple de complicité et d’affection entre un castor et un enfant souriants. Le castor est vu comme un animal de (bonne) compagnie, le sauvage s’effaçant devant le domestique

24La « recherche du contact direct, de l’expérience de l’agentivité animale, fait faire de longs voyages aux humains » (Estebanez et al., 2013, p. 6). A la faveur de cette nouvelle logique de capitalisation patrimoniale, le castor devient l’objet d’une nouvelle consommation, entre patrimoine, loisirs et tourisme.

Les oracles du castor

25Devenu très rare au début du XXe siècle, le castor « fait figure d’animal mythologique » (Rabot, 1928, p. 531). Dès lors, comment l’animal absent ou distant est-il convoqué par les naturalistes ? Au XIXe siècle, ces derniers ne forment pas un groupe homogène. Richard (1965) s’en amuse : « les naturalistes compétents assurent qu’il n’est pas rare sur ce territoire restreint du bas-Rhône, alors que les savants "en chambre" le croient déjà disparu » (p. 98). Empruntant au projet de la géographie spectrale (Maddern et Adey, 2008), cette partie insiste sur la dimension temporelle pour souligner qu’au tournant du XIXe et du XXe siècle, le castor a pu être appréhendé comme un fantôme brouillant les catégories du passé et du présent. Comment les discours naturalistes tenus à l’égard du castor ont-ils habilement joué de quelques incertitudes du savoir scientifique pour peser sur le registre non rationnel et affectif du public et attirer ainsi son attention sur ce qui était déjà passé et sur ce qui n’était pas encore là ? Quelques auteurs clés ont joué le rôle de médiateur pour publiciser leur inquiétude, reformuler le problème de la disparition du castor du Rhône et proposer de nouvelles modalités de vivre ensemble.

Questionner le curieux et l’invisible : « l’amour du merveilleux » (Cuvier, 1817)

26« L’amour du merveilleux a sans doute conduit à exagérer et à présenter, sous des couleurs fausses, l’industrie et l’intelligence des castors » (Cuvier, 1817, p. 246). Différents discours sur la nature du castor sont ainsi émis par des scientifiques pour tenter de la cerner. Cet imaginaire se construit entre vrai et faux, entre certitude et incertitude.

27De fait, mi-animal mi-poisson, le castor met à l’épreuve les catégories les mieux fondées : les observations empiriques ne parviennent pas à cerner celui qui semble échapper aux modèles existants. La chair « des parties antérieures jusqu’aux reins a la qualité, le goût, la consistance de la chair des animaux de la terre et de l’air ; celle des cuisses et de la queue a l’odeur, la saveur et toutes les qualités de celle du poisson » (Buffon, 1760, p. 296). Sa queue est couverte d’un curieux tégument qui a été comparé aux écailles de poisson même s’il conserve quelques poils. Son genre de vie aquatique et sa démarche contrainte entretiennent l’ambigüité. De Vitry (1825) n’écrivait-il pas que le castor ne peut vivre longtemps sans tremper sa queue dans l’eau ? De fait, il ne s’éloigne guère du fleuve et « nage beaucoup mieux qu’il ne court : comme il a les jambes de devant bien plus courtes que celles de derrière, il marche toujours la tête baissée et le dos arqué » (Buffon, 1760, p. 306). Rappelant l’intérêt que les religieux portaient à « la chair des quadrupèdes amphibies », Legrand d'Aussy (1782) attribuait à un chartreux l’idée de consommer la viande de castor. Arguant que le castor partage quelques caractéristiques communes avec les poissons, plusieurs synodes provinciaux se sont demandé si la chair de castor pouvait être consommée pendant les jours d’abstinence (Godron, 1864). La partie antérieure a effectivement été considérée comme un aliment maigre : « On mange la queue du bièvre avec les pieds de derrière, y compris les jours où il est défendu de manger de la chair, parce qu’au goût ils ne sentent que le poisson » (Mattioli, 1572, p. 214). Le castor est alors considéré comme un hybride : il a longtemps trouvé place dans les cabinets de curiosité.

28Si quelques gravures assez ressemblantes avaient déjà été diffusées (Figure 4), le castor était devenu au XVIIe siècle un animal suffisamment rare en France pour que Perrault (1669) ressente le besoin d’en dresser une description exacte au moyen de la dissection d’un spécimen canadien pris au bord du Saint-Laurent. Il insiste sur ses quatre dents incisives, ses pattes, sa queue ovale et aplatie horizontalement qui « semble plus tenir de la nature des poissons que de celle des animaux terrestres » (p. 55) et surtout les glandes abdominales qui contiennent le castoréum.

Figure 4. Grandes dents et griffes saillantes : représenter le castor au XVIe siècle

Gesner, 1553 ; Belon, 1555 ; Mattioli, 1572

La bouche grande ouverte révèle des dents menaçantes qui ajoutent à la férocité du castor. Ce type de représentation se trouve aux antipodes de la figure idyllique contemporaine de l’animal.

29Depuis l’Antiquité, ces dernières font l’objet d’une étonnante légende. Lorsqu’un péril le presse, le castor se châtre lui-même ; il s’arrache les testicules avec les dents – pour lesquelles il se sait poursuivi – et les abandonnent au chasseur en guise de rançon (Figure 5). Perrault (1669) se réfère à La personnalité des animaux d’Elien. Plus récemment, Moulinier-Brogi (2011) a retrouvé une version semblable chez Pline l’Ancien, Servius et dans le Physiologus, et rappelle qu’Isidore de Séville y fondait à tort l’étymologie de castor qui serait venu de castrer. Au Moyen Age, cette autocastration animale inspira la littérature moralisante, indiquant à l’homme comment « traiter ses propres péchés s’il souhaitait éviter de devenir le gibier du diable » (p. 197-198). Cette légende reste discutée au XVIe siècle et Belon (1555) doit s’appuyer sur Dioscoride et expliquer que le castor « ne pourrait étendre le col jusqu’en ces parties-là » (p. 24) pour la remettre question. Son anatomie devient alors l’argument mobilisé pour justifier les pratiques (im)possibles du castor. Hugues (1931) pose cette étonnante question : « Le Castor grimpe-t-il ? » (p. 31). Il s’était en effet laissé convaincre d’une telle prouesse : il estimait avoir reconnu des copeaux de bois au pied d’un platane, des traces laissées par les ongles d’un castor sur l’écorce de l’arbre et surtout des marques de dents sur de grosses branches à plus de quatre mètres de haut. Intrigué par ces constations, Cordier (1931) se rend sur place ; il attribue ces blessures à un pic et rappelle que « l’anatomie du Castor ne se prête pas à une gymnastique lui permettant de monter au tronc lisse d’un Platane » (p. 279). Le castor témoigne d’une tension entre des imaginaires construits autour d’un animal hybride et des réflexes plus scientifiques concernant ses capacités réelles.

Figure 5. Enluminure sur parchemin

circa 1270, J. Paul Getty Museum à Los Angeles

Sous la pression d’un chasseur et de ses deux chiens, un castor se résout à se séparer de ses « testicules » pour en réchapper. De même le chrétien doit-il accepter quelque sacrifice pour trouver Dieu.

30Dès l’Antiquité, les travaux collectifs des castors ont fait l’objet de lectures anthropomorphiques. En particulier, la queue du castor a semblé extraordinaire : « l’on y avait vu un instrument auquel l’animal devait toute son industrie, qu’il employait comme une truelle, comme un marteau, en un mot, comme un maçon aurait employé ses divers outils » (Cuvier, 1817, p. 248). Buffon (1760) reconnaît aux castors nord-américains « une manière quelconque de s’entendre et d’agir de concert » et en veut pour preuve leurs projets qui ont « pour base la société et pour objet une digue à construire, une bourgade à élever, une espèce de république à fonder » (p. 283). De fait, l’ingéniosité du castor et la rapidité avec laquelle il accomplit ses travaux ont fait l’objet d’interprétations inégalement fantaisistes dans l’imaginaire collectif (Faideau, 1902). Empruntant à la Description des pays du Nord d’Olaus Magnus, Hugues (1933) restitue une fable particulièrement savoureuse qui vise à expliquer son étonnante capacité de transport : les compagnons d’un castor trop paresseux le renversent sur le dos et l’utilisent « comme traineau en le tirant par la queue, après lui avoir placé entre les pattes une forte charge de branches coupées » (p. 14).

31Au XIXe et au XXe siècles, le castor continue d’attiser la curiosité des naturalistes et suscite encore des doutes. Sa rareté favorise l’entretien de légendes sur ses capacités et l’animation des débats scientifiques.

La prophétie suicidaire : le castor est mort, vive le castor !

32Une prophétie suicidaire (self-defeating prophecy) désigne une assertion dont la simple énonciation empêche la réalisation (Staszak, 2000). Les discours catastrophistes ont ainsi contribué à renverser la dynamique d’extinction des derniers castors du Rhône (Figure 6).

Figure 6. L’évolution de l’aire de distribution du castor

Figure 6. L’évolution de l’aire de distribution du castor

Grâce au travail des lanceurs d’alerte, le castor a reconquis l’ensemble du linéaire du Rhône malgré quelques facteurs limitants comme les barrages hydroélectriques et la pente des cours d’eau.

33De fait, l’aire de répartition du castor s’était fortement restreinte en Europe (Godron, 1864 ; Dunoyer de Noirmont, 1888 ; Mayet, 1889). Encore répandu au Moyen Age dans l’ensemble du bassin du Rhône (Piraud, 1929), il a reculé « graduellement devant les progrès de la civilisation » (De Bellerive, 1893, p. 485), notamment dans la première moitié du XIXe siècle. Les toponymes en révèlent l’extension passée, tels que Bièvre, Beuvron, Beuvronne, Brévenne, Brevanne ou encore l’île du Castor que signale la carte de Dignoscyo (1845) à proximité de Viviers (Figure 7). En 1844, Crespon doit préciser qu’il en a vu vivant pour convaincre son lecteur : « La race des castors n’est pas éteinte dans nos contrées, ainsi que beaucoup de personnes le pensent » (p. 79). Au XIXe siècle, le corridor rhodanien est de plus en plus aménagé. La navigation par le grand et le petit Rhône s’intensifie chaque année. Suite à la crise phylloxérique, la viticulture se développe également sur les sols sablonneux de Camargue aux dépens des herbages que parcourent les troupeaux de bœufs et de chevaux. Les travaux d’endiguement du Rhône ont aussi empêché les castors de régler les hauteurs d’eau comme au Canada et contraint l’emplacement de leurs terriers (Pichot, 1888). L’exploitation de la ripisylve, la loutre qui s’attaque aux jeunes portées et la tuberculose auraient également exercé une pression sur la population de castors (Cointat, 1949). Ainsi, le castor co-évolue avec les sociétés riveraines, mais aussi avec le fleuve en mutation au XIXe siècle.

Figure 7. L’île du Castor (Dignoscyo, 1845)

Figure 7. L’île du Castor (Dignoscyo, 1845)

Sur une carte du XIXe siècle, à l’échelle du 1/50 000, en 10 feuillets, de 6,50 mètres de long due à Laurent de Dignoscyo, architecte, urbaniste et cartographe (1795-1876), la toponymie témoigne de la présence du castor, sur le Rhône, à la hauteur de Viviers en Ardèche, à mi-chemin entre les confluences de la Drôme et de la Durance.

34Mingaud (1898) s’astreint au décompte des castors capturés dans le Rhône et ses affluents ; il estime qu’il en est tué une dizaine par an. Lors des violentes crues du Rhône, plusieurs doivent quitter leur terrier et sont entraînés par le courant ; les noyades sont fréquentes (Mingaud, 1907 ; Cointat, 1949). En outre, la reproduction du castor est lente, ce qui contribue à la fragilité de l’espèce : il n’engendre qu’un nombre limité de petits à terme, une fois par an. Geoffroy Saint-Hilaire (1888) n’a donc guère d’espoir : « avant peu d’années ce rongeur industrieux aura complètement disparu de notre pays » (p. 323-324). Le pronostic de Magaud d’Aubusson est identique : « les temps sont proches où le dernier Castor français sera couché dans la tombe » (p. 513). De nombreux auteurs rejoignent ce point de vue : cet animal devrait être amené à disparaître sur le Rhône ainsi que ses affluents et dans le delta de la Camargue (De la Blanchère, 1874 ; Mingaud, 1895). Le décompte des derniers individus est alors considéré comme une mesure scientifique qui donne lieu à une extrapolation sans espoir : la tendance observée mène à l’extinction de l’espèce.

35Des lanceurs d’alerte ayant informé sur la situation de l’animal, l’angoisse d’un fleuve sans castor fait réagir. Depuis 1865, la Société nationale d’acclimatation de France offre une récompense pour la domestication en France du Castor du Canada ou des bords du Rhône. Puis, grâce aux demandes répétées du professeur montpelliérain V. Mayet, la prime du Syndicat des digues est supprimée en 1891. Mais Mingaud (1896b), conservateur du Musée d’histoire naturelle de Nîmes, veut prolonger l’effort de protection et conçoit une vigoureuse campagne structurée en quatre points. Premièrement, il demande au ministère de l’Agriculture d’ajouter à la loi sur la chasse un « paragraphe interdisant formellement de chasser, de détruire et de capturer ces animaux pendant le temps où la chasse n’est pas permise » (Mingaud, 1908, p. 537). Paradoxalement, le statut de gibier contribuerait à la protection du castor : mieux vaut une espèce chassée selon la loi qu’une espèce chassée toute l’année. Deuxièmement, le ministère de l’Instruction publique pourrait conserver le castor « au même titre que les monuments mégalithiques et les ruines historiques » (Pichot, 1907, p. 206). Troisièmement, il sollicite le ministère des Travaux publics pour que les gardes-pêche surveillent les rives du Rhône et de ses affluents pour mieux connaître l’aire de répartition du castor et ses éventuelles déprédations. Enfin, sur le modèle d’essais effectués au Canada, aux Etats-Unis et en Allemagne, la « castoriculture » permettrait de réduire la pression exercée sur les populations de castors et fournirait des revenus aux éleveurs (Mingaud, 1898 ; Ménégaux, 1903). Mingaud (1908) écrit « à tous les Naturalistes, à toutes les Sociétés savantes et plus particulièrement au Congrès des Sociétés savantes (…) afin d’amener les Pouvoirs publics à s’intéresser à ces animaux » (p. 538). Ce cri d’alarme est efficacement relayé par les sociétés savantes. Le ministre de l’Agriculture reçoit favorablement leur vœu et mobilise également les préfets qui prennent alors des arrêtés interdisant la capture et la chasse du castor, dans le Gard en 1909, puis dans les Bouches-du-Rhône, le Vaucluse et la Drôme (Cointat, 1949).

36Il est désormais question de parquer les rongeurs en Camargue, dans les marais et les îles du Rhône, quitte à installer une clôture pour empêcher le castor de s’en échapper et les braconniers de s’y aventurer. « Si l’administration le proscrit, espérons qu’à sa place de grands propriétaires l’introduiront dans quelques parties reculées de leurs parcs ou forêts, comme cela a déjà eu lieu en Ecosse, en Autriche, en Bohême et en Bavière » (Bouvier, 1891, p. 186). Ce « castorium » pourrait aussi obtenir le statut de parc national ou de réserve. La notion de protection s’invite finalement en février 1927 sur le delta du Rhône : un accord est signé entre la Société nationale d’acclimatation de France et la Compagnie Alais-Froges-Camargue, une société de produits chimiques et électrométallurgiques (Feuillée-Billot, 1928 ; Picon, 1978). Une réserve zoologique et botanique s’étend sur 10 000 hectares de landes et d’étangs. Si le castor n’est pas présent sur le territoire de la réserve, ses gestionnaires cherchent à rendre effective la protection du castor en Camargue, sur le Grand Rhône et le Petit Rhône, en s’assurant du soutien de l’Amicale des Chasseurs de Camargue (Anonyme, 1934). Puis, en 1928, A. Joubert (conservateur des Eaux et Forêts) et H. Cordier (de la louveterie d’Alès) obtiennent la création d’une réserve intégrale au confluent de la Cèze et du Rhône (Joubert, 1930 ; Richard, 1965 ; Luglia, 2015b).

37Ainsi, dans les premières décennies du XXe siècle, des acteurs se préoccupent de l’avenir du castor. Fortement menacé, il semble de plus en plus valorisé ; ou tout du moins les appels à la protection de l’espèce sont-ils de plus en plus audibles et entendus.

La prophétie auto-réalisatrice : le castor, ce rongeur plein de charme

38Une prophétie auto-réalisatrice (self-fulfilling prophecy) désigne une assertion qui induit des comportements de nature à la valider (Staszak, 2000). Le discours pro-castor en a astucieusement usé pour renverser l’image du rongeur. A la fin du XIXe siècle, des voix s’élèvent en effet pour faire du castor une espèce porte-drapeau (ou espèce-phare). L’idée est de s’assurer le soutien du public ; une espèce est choisie particulièrement pour sa propension à favoriser des actions de conservation en captant l'imagination et l’argent.

39Cette espèce doit être populaire et charismatique. L’amabilité du castor peut se jauger par comparaison. Anfrie (1924) estime qu’il ressemble à une marmotte. Hugues (1933) se montre encore plus attendri et explique que « notre gros Rongeur mérite également la sympathie, sentiment qu’on ne peut éprouver à l’égard du Lynx » (p. 1). De plus, l’inoffensivité du castor à l’égard des digues est soutenue. Celles-là sont protégées par des enrochements à leur base. Le castor n’y peut rien et préfère « les bords mêmes du Rhône, dans les ségonneaux, c’est-à-dire dans les terrains bas, limoneux et non cultivés, qui séparent les digues du cours du fleuve et où croissent spontanément des Saules et des Peupliers » (Mingaud, 1908, p. 536). Ainsi, un renversement des représentations portées sur le castor semble avoir lieu en ce début de XXe siècle, permettant la revalorisation du castor. Ses « mœurs douces » (Mingaud, 1896b ; Anfrie, 1924) et sa sociabilité sont fréquemment soulignées. S’il ne forme plus de véritables colonies en Camargue et s’il ne s’y observe plus que solitaire ou en couple, c’est moins par choix que sous la pression accrue de la mise en culture des zones humides et de leurs environs (Mingaud, 1895). L’argumentaire étayant l’amabilité du castor souligne notamment sa capacité à vivre en captivité ainsi que sa docilité (Crespon, 1844 ; Anonyme, 1850). Mieux, lorsqu’ils sont pris jeunes, les individus s’apprivoisent facilement et « s’attachent à leur maître et traduisent de mille façons aimables le plaisir qu’ils éprouvent à se trouver près de lui » (Magaud d’Aubusson, 1895, p. 514). Le castor, monstre d’hier, prend alors les traits d’un animal domestique : cette proximité amicale avec l’humain (qui le domine) permet une valorisation plus importante.

40La raréfaction du castor contribue à adoucir le discours. « J’ai connu l’un de ces malheureux persécutés. Celui-là, on ne l’avait pas tué, on s’était contenté de le condamner à la réclusion. Indolent et triste, il trainait des jours misérables derrière les grilles de sa prison » (Magaud d’Aubusson, 1895, p. 513). Dès lors, le poète peut se joindre au naturaliste pour plaindre la situation désespérée du castor en France : « Honte à ces liberticides / Qui font la guerre à tes castors ! / Quels pourraient donc être les torts / D’une république modèle, / Dont la république nouvelle / Devrait bien adopter les mœurs / En substituant la truelle / Au marteau des démolisseurs » (Pichot A., 1860, p. 25). Mistral lui-même, dans son Poème du Rhône (1897), a célébré le castor : « De loin en loin passait quelque castor, / sortant le museau pour reprendre haleine, / rapidement descendant à la nage » (p. 185).

41L’activité de chercheurs, de naturalistes et de journalistes, parfois empreinte de militantisme, a contribué à la sensibilisation du public à l’égard du castor dont l’image est devenue très méliorative. Dans la suite du XXe siècle, quelques ouvrages (Cordier-Goni, 1947 ; Plantain, 1975 ; Blanchet, 1977 ; Richard, 1980) ont été largement diffusés. Les jeunes lecteurs sont également comblés par l’enquête de Michel et les castors du Rhône (Bayard, 1975), publiée dans la collection de la Bibliothèque verte. La société nationale pour la protection du castor est créée en 1961 et un célèbre romancier, Maurice Genevoix, en prend la présidence. Ainsi, des porte-parole efficaces relaient la situation du castor, entre science et art.

Un complexe du castor

42Les lanceurs d’alerte ayant attiré l’attention sur le castor, il a trouvé de plus en plus d’espace et de latitude pour exprimer ses potentialités. En conséquence, sa gestion conservatoire a progressivement porté la focale sur l’espèce, puis sur l’espace et enfin sur le territoire du castor. Cet élargissement des préoccupations liées au castor a accompagné la complexité croissante des problèmes de coexistence entre humains et non-humains.

Le castor, architecte du paysage

43Le nom du Castor fiber L. lui-même évoquerait sa capacité à bâtir. « Castor veut dire un constructeur de retranchements (Castra), et Fiber pour Faber un ouvrier en matières dures, notamment un charpentier » (D’Orcet, 1889, p. 1). Le castor contribue à la création des paysages fluviaux. La figure du rongeur est également mobilisée pour donner du sens aux mutations contemporaines du cours d’eau.

44J. Bouffartigue (2006) s’étonne que « le castor n’est connu des Anciens que pour le prix que les hommes attachent à ses testicules. Il n’est jamais question de ses constructions » (n.p.). Pourtant Buffon (1760) décrit en détail comment les castors manipulent du bois, de la pierre et de la terre pour construire ensemble des cabanes sur pilotis et une chaussée en travers d’une rivière afin d’y stabiliser le niveau de l’eau. Cette digue en talus « est construite de branches entrelacées les unes dans les autres, dont tous les intervalles sont remplis de pierres et de limon, et crépis ensuite d’un enduit épais et solide » (Cuvier, 1817, p. 247). Mais le castor français, le bièvre, a longtemps paru incapable. « Serait-il vrai que l’art des castors a dégénéré ? » (Anonyme, 1867, p. 268). Magné de Marolles (1788) regrette le temps où les castors vivaient à l’abri de la cupidité des chasseurs et des aménageurs : « il n’existe presque plus de ces républiques si bien ordonnées de castors vivant ensemble dans des demeures commodes, construites sur pilotis, au milieu des eaux » (p. 309). A la différence du castor nord-américain, il ne vit pas en groupe mais de manière isolée et dispersée, comme des rats d’eau (Geoffroy Saint-Hilaire, 1825). Ainsi Cuvier (1817) distingue-t-il le « castor social » du « castor solitaire ». Moins sociables que les « castors cabanés » ou « castors constructeurs », les « castors terriers » ou « castor fouisseurs » se montrent aussi moins compétents ; ils se contentent de creuser leur habitation dans la berge (Buffon, 1760 ; Magné de Marolles, 1788 ; Cuvier, 1817). A peine ont-ils la prévoyance de creuser leur abri en montant pour le façonner au-dessus du niveau ordinaire des eaux et aménager une cheminée d’aération, éventuellement masquée par quelques branches (Figure 1). Harcelé par les sociétés humaines, il a fini par modifier son genre de vie en contenant ses « instincts architectoniques » et en renonçant à « ses chers édifices publics » pour s’enfouir sous la terre, seul, et devenir troglodyte, comme le lapin, la loutre ou le blaireau (D’Orcet, 1889, p. 2).

45Mais cette inaptitude du castor du Rhône ne fait pas consensus. Par exemple, Crespon (1844) « ne partage pas l’opinion de plusieurs auteurs, qui prétendent que notre Castor n’a pas la même intelligence que celui de l’Amérique du Nord ; il faudrait, avant de porter un pareil jugement, que l’on eût essayé de le laisser vivre en paix pendant de longues années » (p. 81-82). Des observateurs ont d’ailleurs noté qu’il reste capable d’un « vrai chef d’œuvre d’art et d’entente architectonique » (Anonyme, 1840, p. 374), qui prend la forme d’une hutte charpentée de branches de saule dont le treillis rappelle un ouvrage de vannerie. De même, Perrier (1910) présente le castor comme le « plus grand hydraulicien du Règne animal » et suggère que la tranquillité d’une réserve lui permettrait de retrouver ses « facultés intellectuelles » et « ses talents de jadis » (p. XIII). Dans les années 1920, des photographies montraient des arbres volumineux abattus par les castors de Camargue (Feuillée-Billot, 1928 ; Piraud, 1929) : « cet animal est capable de faire œuvre de vrai bûcheron » (Hugues, 1933, p. 22). Et J. Lecomte (1954) a décrit avec minutie des barrages que des castors ont construits sur la Tave. Même en captivité, ces « petits ingénieurs » (Bouvier, 1891, p. 185) travaillent tels des « terrassiers fort habiles et très laborieux » (Rabot, 1928, p. 532) ; ils montrent une fascinante propension à aménager leur espace. Ceux du Jardin d’acclimatation ont cherché le meilleur compris entre l’excès et le manque d’eau ; ils se sont arrangés pour élever le niveau de l’eau et le rapprocher de leurs logis en creusant une rigole dans le sol bitumé de l’enclos et en construisant des digues de débris (De la Blanchère, 1875). En fait, la complexité des gîtes ne procède pas d’un potentiel technique diminué ou inhibé, mais de contraintes environnementales (baisse du niveau de l’eau, mauvaise tenue du sol ou faible épaisseur de berge) auxquelles le castor doit suppléer (Erome, 1984).

46Désormais, c’est l’anthropisation des cours d’eau qui est comparée à l’activité des castors. Dès le XVIIIe siècle, un observateur notait que « c’est une autre industrie que celle des castors qui se charge maintenant d’élever des digues et des barrages sur les rivières » (Anonyme, 1837, p. 203). Ainsi les barrages de retenue aménagés par les sociétés humaines en travers des cours d’eau ont-ils été désignés comme relevant d’une « néo-castorisation » (Vörösmarty et al., 1997). Cette référence directe au castor – en tant que constructeur prolifique de barrages – permet de penser l’influence des ouvrages transversaux sur le transport de sédiment dans les hydrosystèmes fluviaux. Plus généralement, les bénéfices écologiques du castor sont de mieux en mieux reconnus. Le castor s’affirme comme un agent à part entière de la restauration écologique des cours d’eau (Figure 8). Sa consommation de jeunes saules maintient un milieu jeune et ouvert (Bourrut Lacouture Oraison, 2007). En coupant les arbres de la berge, il provoque des rejets de souche et la formation d’un taillis qui favorise le développement de l’avifaune. De plus, cette action induit le développement du système racinaire et donc la stabilisation des berges. Quant aux barrages que le castor peut établir, ils diversifient les conditions hydrauliques, favorisent la rétention des sédiments et de la matière organique, complexifient la géomorphologie fluviale et enrichissent l’offre d’habitat pour la faune (Rouland et Migot, 1990 ; Véron, 1992 ; Gurnell, 1998). Par conséquent, le castor apparaît comme un agent du dessin des berges.

Figure 8. Arborer le castor : humour et valorisations contrastées du castor sur des tenues de scientifiques

Figure 8. Arborer le castor : humour et valorisations contrastées du castor sur des tenues de scientifiques

Ces deux images ont été photographiées sur les teeshirts portés par un forestier français (à gauche) et une hydrologue étatsunienne (à droite). Elles témoignent de l’irruption de l’image du castor dans la communication sur les eaux et les forêts.

Le castor comme colon

47A la fin du XVIIIe siècle, Magné de Marolles (1788) décrivait ainsi l’aire de répartition de l’espèce en France : « Il y a quelques castors dans le Rhône, particulièrement depuis Avignon jusqu’au Pont-Saint-Esprit ; car on prétend qu’il ne s’en trouve pas plus loin. Il y en a aussi dans la Cèze et le Gardon, deux rivières qui se jettent dans ce fleuve, la première près de Caderousse, et la seconde vis-à-vis de Vallabrègues. Mais ils ne se trouvent dans la Cèze, que jusqu’à une demi-lieue de son embouchure, en remontant. Quant au Gardon, ils y occupent beaucoup plus d’étendue ; on y en rencontre depuis son embouchure jusqu’à la hauteur de Vezenobres, qui en est à la distance de huit lieues » (p. 305-306). Longtemps cantonnés à la Camargue, aux îles et aux lônes du bas Rhône (Bouvier, 1891), le castor regagne du terrain au XXe siècle (Figure 6). Dès lors que le rongeur intègre la nomenclature des animaux dont la chasse est interdite, en 1909, il étend son aire de répartition en remontant le fleuve et ses affluents (Richard, 1954). En effet, les « animaux en surnombre quittent la colonie et vont ailleurs fonder de nouvelles stations » (Cointat, 1949, p. 21).

48Selon Piraud (1929), trois facteurs confortent cette progression : l’Administration des Eaux et Forêts indemnise les propriétaires qui sont victimes de dégâts causés par les castors ; certaines îles sont converties en réserve de chasse ou en réserve scientifique ; et l’abandon de la mise en valeur de parcelles riveraines y favorise le développement de la végétation. La Grande Guerre a donné du répit au castor : c’est « une chose curieuse que cette transplantation massive d’espèce, imposée par les obus, sans que personne ait pu la soupçonner au moment où elle s’opérait » (Allix, 1930, p. 93). Pendant l’entre-deux-guerres, la population de castors se répartit dans six régions du bas Rhône. D’une part, la Camargue, la confluence du Gardon avec le Rhône, et les îles situées entre les confluents de l’Ouvèze et de l’Eygues forment trois centres de peuplement (Gibert, 1929 ; Piraud, 1929 ; Allix, 1930). D’autre part, trois périphéries constituent les postes avancés d’un front de recolonisation en direction du nord : elles sont localisées au confluent de l’Ardèche, à Châteauneuf-du-Rhône et au confluent de la Drôme.

49Après quarante ans de protection, le castor s’est répandu dans les affluents du Rhône où il trouve des conditions propices : de petites infrastructures hydrauliques comme des chaussées de moulin ou des barrages liés à un réseau d’irrigation y ont souvent été conservées. Des terriers dont l’entrée se trouve sous le niveau de l’eau sont construits à l’amont de ces ouvrages transversaux (Cointat, 1949). La diffusion du castor se poursuit dans un hydrosystème qui connaît de fortes mutations : la Compagnie nationale du Rhône (CNR) aménage le fleuve en répétant le motif de l’usine au fil de l’eau avec canal d’amenée (Blanchet, 1961 ; Erome, 1979). Le castor s’adapte à l’anthropisation de son milieu et aux nouvelles conditions écologiques : « Rhône court-circuité et contre-canaux de drainage, restent le milieu type du Castor » (Erome, 1983, p. 188). Si un barrage hydro-électrique peut constituer un obstacle infranchissable, le castor n’est pas exigeant quant à la qualité de l’eau. En revanche, il apprécie la disponibilité des Salicacées et évite les portions où prolifèrent les hydrophytes qui gênent ses déplacements. De plus, il préfère les cours d’eau dont la pente reste inférieure à 1% et dont le courant se caractérise par une vitesse lente et uniforme et une profondeur supérieure à 50 centimètres (Erome, 1982). A long terme, quelques auteurs s’inquiètent encore pour la population de castors rhodaniens à cause du tarissement des contre-canaux du Rhône, de la sédimentation des bras morts (lônes) et des digues submersibles (casiers Girardon) et de l’évolution de la forêt alluviale où le Frêne se substitue aux Salicacées (Fruget et Dessaix, 2003, Faton et Chamba, 2008).

50Lorsque le castor repeuple une région, la coexistence de l’humain et de l’animal évolue et passe par quelques étapes (Halley et Rosell, 2002). Après une vingtaine d’années, la curiosité des riverains peut laisser la place à une image négative que suscitent l’accroissement de la population de rongeurs et les dommages corrélatifs. Une gestion efficace doit alors s’efforcer de resserrer les liens entre le castor et le public. Une question a donc retrouvé de l’actualité : « la vie des castors (…) est-elle compatible avec un milieu civilisé ? » (De la Blanchère, 1875, p. 818). Le retour des castors ravive d’anciens argumentaires. Le développement des terriers fait craindre de nouveau la déstabilisation des berges, notamment en période de hautes eaux. Surtout, les castors font peser une menace sur les peuplements forestiers, ce qui peut raviver des tensions avec les riverains (Figure 8). Si cet animal ne s’éloigne pas à plus d’une cinquantaine de mètres des rives, les naturalistes ont néanmoins consigné des observations parfois impressionnantes. « Un jour du mois de mai 1843, sur la rive gauche du Rhône, mon frère et moi, nous nous amusâmes à compter les arbres victimes de leurs ravages, et nous pûmes nous convaincre que dans deux saussaies voisines il y avait de onze à douze cents jeunes saules coupés par les castors (Crespon, 1844, p. 80). Erome (1983) classe les essences ligneuses selon l’appétence du castor à leur égard et distingue ainsi les essences préférentielles (les Salicacées et le Cornouiller sanguin), les essences d’appoint (Frêne, Noisetier, Aulne glutineux, les Rosaces et les Pinacées) et les essences délaissées (l’Erable negundo, le Robinier, le Sureau, l’Aubépine et les chênes). Comme le castor procède par jardinage en choisissant ses cibles, Cointat (1949) reconnaît que « les dégâts sont peu importants » (p. 27). Mais le préjudice devient plus considérable lorsque le castor s’en prend aux peupliers, à la vigne ou lorsqu’il opère dans un verger et sectionne poiriers, pommiers, pêchers et plaqueminiers (Figure 8). En été, les cultures de maïs, de tournesol, de courges et de melons peuvent également être affectées. Ces dommages justifient alors une expression provençale – mango comme un vibré (c’est-à-dire manger comme un castor) – et incitent à la recherche de moyens de protection ou de dissuasion (Rouland et Migot, 1990), comme l’installation d’une protection plastique autour du tronc des arbres.

Le castor comme rival

51Etymologiquement, le terme « rival » désigne le riverain, celui qui tire profit du même cours d’eau, ce qui peut être source de contrariété. La « rivalité » du castor se traduit par des tensions et des conflits entre l’animal et la société humaine, mais aussi plus indirectement entre des groupes sociaux qui s’opposent, les uns s’exprimant au nom du castor les autres défendant des intérêts divergents.

52A Lyon, le chantier de construction du pont Raymond-Barre au-dessus du Rhône a suscité une brève controverse. En 2013, alerté par les travaux en cours, l'Office national de la chasse et de la faune sauvage réclame « que toutes les dispositions soient prises pour respecter la biodiversité, en l'occurrence une famille de castors – espèce protégée –, à l'endroit du chantier des culées du pont » (Anonyme, 2013, p. 25). Le Syndicat mixte des transports pour le Rhône et l'agglomération lyonnaise (Sytral) s’inquiéta alors d’une telle démarche car la construction d'un pont sur l'Elbe (à Dresde, en Allemagne) avait été ralentie en 2010, précisément à cause de la présence de castors en période de reproduction. Mais il avait prévu deux actions pour ne pas impacter les castors du Rhône. D’une part, les animaux nichant plus en aval, les ouvriers ont garanti la continuité de leurs déplacements en installant deux buses d'un mètre de diamètre et recouvertes de remblai. D’autre part, afin d’assurer leur alimentation, des zones ont été plantées sur les deux rives avec des saules, des aulnes et des noisetiers. Si les tubes en acier n’ont guère été empruntés par les castors qui contournent le chantier à la nage, ils ont eu recours aux plantations.

53La gestion de la reconquête des castors a suscité et suscite encore des problèmes non résolus. Au début du XXe siècle, le Castor européen ne subsiste que dans le sud de la Norvège, en Allemagne, en Pologne, en Russie et dans le sud de la France (Rouland, 1991) : environ 1 200 animaux se rassemblent dans huit populations isolées et considérées comme autant de sous-espèces différentes (Halley et Rosell, 2003). Comment consolider la population résiduelle dans le bas Rhône ? Le Père F. de Belinay, directeur de l’Ecole supérieure d’Agriculture de la Félicité, près d’Aix-en-Provence, travaillait à l’élevage du castor ; il souhaitait non seulement reconstituer la population de castor du Rhône, mais aussi la rajeunir avec des sujets venant d’Amérique. Faut-il croiser les castors d’Europe et d’Amérique ? « Les deux espèces sont tout à fait différentes et nous ne devons pas oublier qu’il s’agit, en Camargue, d’une réserve zoologique ayant pour but d’empêcher la disparition d’espèces locales que nous devons garder dans toute leur pureté. L’intrusion de sang américain transformerait le Castor d’Europe » (Crepin, 1929, p. 158). Dans le même temps, alors que des castors était réintroduits à l’amont du lac Léman, des naturalistes français formulaient « des vœux pour que nos amis Suisses ne soient pas tentés de faire appel au cheptel précaire des Castors du Rhône » (Hugues, 1933, p. 21). Après la Seconde Guerre mondiale, plusieurs campagnes de réintroduction ont contribué au repeuplement progressif du bassin du Rhône par le castor (Estève, 1987 ; Rouland et Migot, 1990). Par exemple, à partir de 1977, la Direction départementale de l’agriculture et de la forêt (DDAF) et la Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature (FRAPNA) ont lâché plusieurs individus pour repeupler la zone de loisirs de Miribel-Jonage, à l’amont immédiat de Lyon (Véron, 1992). A partir de ces sites, le processus de colonisation a été important.

54En France, depuis 1981, l’Office national de la chasse (ONC) assure les captures requises pour les projets de réintroduction (Rouland, 1991) ; tous les castors réintroduits légalement proviennent de la vallée du Rhône (Dewas et al., 2012). Mais des castors canadiens (Castor canadensis) ont été introduits en Pologne (1926), en Finlande (1937) et en Autriche (1976) (Hurel et al., 2012). Cette espèce distincte du castor eurasien (Castor fiber) a franchi avec succès les étapes de l’introduction et de la naturalisation pour atteindre celle de l’invasion : les castors canadiens « produisent des progénitures qui se déplacent vers des aires distantes des sites d’introduction » (Ruys, 2009, p. 21). Ils se montrent plus prolifiques que l’espèce européenne et progresse vers le nord-est de la France. Dès lors, « il n’est pas impossible qu’une telle intrusion puisse mettre en péril les populations autochtones » (Véron, 1992, p. 105). En Finlande, dans les zones où les deux espèces ont été en contact, le castor canadien s’est propagé rapidement au détriment du castor européen (Debrulle et Catusse, 2012). Le spectre du castor canadien suscite de nouvelles questions, entre préservation et éradication, et libère parfois un argumentaire belliciste : les castors nord-américains « ont tendance à envahir le territoire du castor européen » (Véron, 1992, p. 105).

55De plus, si le castor canadien ne peut se croiser avec le castor européen, la réintroduction de différentes sous-espèces du castor européen risque en revanche d’entraîner une uniformisation des populations. De fait, aujourd’hui, les populations allemande, belge, suisse et espagnole procèdent d’un brassage génétique. « Hormis la souche rhodanienne en France, il serait illusoire de croire pouvoir maintenir la pureté de chaque groupe initial aujourd’hui. Et encore, la pureté de la souche rhodanienne sera probablement précaire d’ici quelques décennies » (Debrulle et Catusse, 2012, p. 30). Face à ce constat, l’hybridation pourrait être considérée comme une amélioration qui favorise l’adaptation du castor aux changements environnementaux.

Conclusion : détachement, domination et dépendance

56Au total, le castor a fait l’objet de valorisations particulièrement contrastées. Dans un régime utilitaire, il s’est présenté tantôt comme une ressource à exploiter, tantôt comme une nuisance qu’il importait de réguler. Puis, un régime patrimonial a fait du castor un monument à conserver et à promouvoir. Au tournant du XIXe et du XXe siècle, la raréfaction du rongeur a motivé des naturalistes qui se sont appuyés sur son invisibilité pour favoriser sa protection, améliorer son image et étendre son aire de distribution. Dès lors, le castor a pu mieux exprimer ses potentialités dans son environnement.

57L’agentivité du castor se manifeste non seulement dans les paysages de l’eau dont il tire parti et qu’il contribue à modeler selon ses besoins, mais aussi en pesant sur les connaissances, les émotions et les actions des riverains. Ainsi, quand il doit décrire le castor, la réflexion de Buffon (1760) s’élève aux problèmes généraux de la science, mais aussi « de la philosophie, de la politique et de la morale » (Roger, 1993, p. 558). Si le castor est dépourvu « de cette lumière pure, de ce rayon divin, qui n’a été départi qu’à l’homme seul » (Buffon, 1760, p. 284), ses actions l’impressionnent suffisamment pour qu’il les compare à celles de « la société naissante chez des hommes sauvages » (p. 285). Et encore le savant remarque-t-il combien il est difficile d’envisager le plein potentiel des castors tant leur société est gênée par celle des humains ! En tant qu’agent, le castor fait partie de cette catégorie d’animaux « qui, par leur impact visuel ou sonore, l’effet direct ou indirect de leur présence, ont des répercussions sur l’installation et le genre de vie de l’homme, sur ses émotions elles-mêmes, jusqu’à devenir objets de sa mémoire et de sa culture » (De Planhol, 2004, p. 18).

58Si les animaux ont des intentions, ils « occupent un rôle d’acteurs en situation » (Estebanez et al., 2013, p. 3). En l’occurrence, pour employer les mots de C. Mounet (2008), un « contrat sauvage implicite » s’instaure pour que les humains et les castors vivent ensemble durablement. De telles relations insèrent les acteurs dans un réseau dont la stabilité est mise à l’épreuve dès lors que la spatialité de l’animal tend à déborder le territoire qui lui était dévolu pour entrer dans une relation plus conflictuelle avec les non-castors. En marge des territoires, les cours d’eau constituent une zone potentielle de friction entre espaces cultivé et sauvage. En l’occurrence, des porte-parole ont traduit la situation du castor et leur médiation a induit une reconfiguration de la hiérarchie des valeurs attachées au castor, de nouvelles modalités de gestion de la faune et donc une recomposition des territoires de l’eau.

59Comme nombre d’autres animaux, le castor « est intégré à un complexe vivant où l’homme doit également s’insérer, tenant compte de son existence plus ou moins nombreuse et active, aussi bien pour l’éliminer ou s’en protéger que pour l’exploiter et l’utiliser » (De Planhol, 2004, p. 18). Dans ce cadre, où se trouve la juste place du castor ? Elle a évolué sensiblement au cours des 150 dernières années. Bien que sa définition se soit stabilisée d’une manière plus favorable pour le castor, elle peut encore connaître quelques ajustements en fonction de la valeur des enjeux considérés. Prôner une ontologie relationnelle invite à réfléchir dans le même temps sur la distance et la limite qui le sépare des humains. Trois modalités du vivre-ensemble peuvent être distinguées selon que l’humain cherche à vivre avec, contre ou pour le castor. D’une manière un peu caricaturale, la relation des humains au castor peut ainsi être évaluée au prisme de trois frontières qui se définissent les unes par rapport aux autres. Dans son effort intellectuel, l’humain-observateur prend de la distance et de la hauteur par rapport au castor ; prônant une relation de détachement, il reconnaît la frontière qui l’en sépare. Cette posture produit de la connaissance, laquelle évolue avec le temps. De Buffon aux naturalistes du XXIe siècle, l’image du castor a changé considérablement. L’humain-aménageur, en revanche, s’engage dans le monde et entame une relation de domination : il repousse cette frontière au moyen de ses interventions. Cette domination fait l’objet d’une négociation dont les termes et les résultats s’avèrent également évolutifs. L’humain-habitant, enfin, déborde la frontière pour « consommer » le castor, y compris émotionnellement, ce qui le place dans une relation de dépendance avec l’animal. Plus positivement, cette dépendance peut aussi prendre la forme d’une opportunité.

60Le « partage d’un temps et d’un espace commun » (Estebanez et al., 2013, p. 2) aux humains et aux animaux s’effectue à l’aune de ces trois postures corrélatives de détachement, de domination et de dépendance. Elles cohabitent dans la société où différents points de vue s’affrontent, mais aussi au sein de chaque protagoniste qui reste sensible à chacune d’elles. Mises en tension, ces postures ont un poids relatif qui n’est pas fixé une fois pour toute, mais varie selon le contexte environnemental, social et historique. La charnière du XIXe et du XXe siècle apparait comme un moment de bascule au cours duquel quelques naturalistes ont su infléchir cet équilibre dynamique en faveur du castor.

Sources

61Allix A., 1930, La faune terrestre du Bas-Rhône, Les Etudes rhodaniennes, vol. 6, n° 1, p. 92-94.

62ANFRIE E., 1924, Le Castor de France, Feuille des Jeunes Naturalistes, novembre, p. 120-122.

63Anonyme, 2013, L'agglo de Lyon place les castors sous haute protection, La Gazette des communes, n°2174, p. 25.

64Anonyme, 1934, Castors, Actes de la Réserves zoologique et botanique de Camargue. Annexe du Bulletin de la Société nationale d’acclimatation, n° 17, p. 13-14.

65Anonyme, 1873, Célébrités lyonnaises, Lyon, Perrin et Marinet, 133 p.

66Anonyme, 1867, Le Castor, Le Magasin pittoresque, p. 268-270.

67Anonyme, 1850, Un castor et un singe, Revue britannique, p. 448-454.

68Anonyme, 1840, Castor du Rhône, Le Magasin pittoresque, p. 374-375.

69Anonyme, 1837, De la destruction des animaux sauvages en Angleterre, Le Magasin pittoresque, p. 202.

70Aubert de La Chesnaye Des Bois F.-A., 1759, Dictionnaire raisonné et universel des animaux, Paris, Bauche, tome I, 816 p.

71Bayard G., 1975, Michel et les castors du Rhône, Paris, Hachette, 190 p.

72Belon P., 1555, La Nature et diversité des poissons, Paris, C. Estienne, 449 p.

73Blanchet M., 1977, Le castor et son royaume, Neufchâtel, Ligue suisse pour la protection de la nature, 242 p.

74Blanchet M., 1961, Castors et barrages hydro-électriques, Revue d’Ecologie. La Terre et la Vie, n° 4, p. 436-439.

75Bonhoure A., 1884, Note sur le Platypsyllus castoris Ritsema et sa capture en France, Annales de la Société entomologique de France, p. 147-154.

76Bouffartigue J., 2006, Les animaux techniciens, Rursus, URL : http://rursus.revues.org/​48

77Bourrut Lacouture Oraison F., 2007, Etat des lieux des populations de Castor d’Europe (Castor fiber) sur le Haut-Rhône entre Jons et Brégnier-Cordon et mise en place d’un groupe d’étude sur le Castor, Rapport de Master 1 Ecologie et Ethologie appliquées, Université Jean Monnet Saint Etienne, 27 p.

78Bouvier A., 1891, Les mammifères de la France, paris, Carré, 570 p.

79Buffon G.-L., 1760, Histoire naturelle, Paris, Imprimerie royale, t. 8, 402 p.

80Cointat M., 1949, Le castor rhodanien : extension, dégâts, Revue forestière française, n° 1, p. 19-29.

81Cordier P., 1933, Le castor du Rhône, Revue d’Ecologie. La Terre et la Vie, n° 2, p. 81-91.

82Cordier P., 1931, Le Castor grimpe-t-il ?, Bulletin de la Société nationale d’acclimatation de France, p. 277-280.

83Cordier-Goni P., 1947, Castors du Rhône, Paris, Albin Michel, 249 p.

84Crepin P., 1929, Mammologie, Bulletin de la Société nationale d’acclimatation de France, p. 157-158.

85Crespon J., 1844, Faune méridionale, Nîmes, Chez l’Auteur, 320 et 350 p.

86Cuvier G., 1817, Dictionnaire des sciences naturelles, Strasbourg, Levrault, 554 p.

87De Bellerive M., 1893, Castors d’Europe et d’Amérique, Bulletin de la Société nationale d’acclimatation de France, p. 481-499.

88De la Blanchère H., 1875, Animaux à domestiquer, Journal d’agriculture pratique, de jardinage et d’économie domestique, p. 817-819

89De la Blanchère H., 1874, Animaux à domestiquer, Journal d’agriculture pratique, de jardinage et d’économie domestique, p. 818-820.

90De Vitry J., 1825, Histoire des croisades, Paris, J.-L.-J. Brière, 406 p.

91Debrulle P.-M. et Catusse M., 2012, Où en est la colonisation du castor en France ?, Faune sauvage, n° 297, p. 24-31.

92Dewas M., Herr J., Schley L., Angst C., Manet B., Landry P. et Catusse M., 2012, Recovery and status of native and introduced beavers Castor ber and Castor canadensis in France and neighbouring countries, Mammal Review, vol. 42, n° 2, p. 144–165.

93Dignoscyo L., 1845, Grande carte topographique du cours du Rhône de Lyon à la mer, Lyon, Perrin, 24 p.

94D’Orcet M., 1889, Le castor d’Europe, Bulletin de la Société nationale d’acclimatation de France, p. 1-4.

95Dunoyer de Noirmont B., 1888, Le Castor d’Europe, Revue britannique, t. III, p. 49-74.

96Estève R., 1987, Analyse de la mortalité du castor (Castor Fiber) en Haute-Savoie, Le Bièvre, t. 9 n° 2 p. 171-176.

97Erome G., 1984, La typologie des gites du castor rhodanien, Castor fiber, Revue d’Ecologie. La Terre et la Vie, vol. 39, p. 55-76.

98Erome G., 1983, Le castor dans la vallée du Rhône. Son écologie, sa distribution, Le Bièvre, t. 5, n°2, p. 177-195.

99Erome G., 1982, Contribution à la connaissance éco-éthologique du Castor (Castor fiber) dans la vallée du Rhône, thèse d’écologie, Université Lyon I, 284 p.

100Erome G., 1979, Le castor rhodanien et l’aménagement des cours d’eau et milieux riverains, Bièvre, t. 1, n° 2, p. 61-72.

101Estève R., 1987, « Analyse de la mortalité du castor (Castor fiber) en Haute-Savoie », Le Bièvre, t. 9 n° 2, p. 171-176.

102Faideau F., 1902, Les travaux des castors, La Science illustrée, p. 154-155.

103Faton J.-M. et Chamba L.-G., 2008, Le castor dans la Drôme, Le courrier des épines drômoises, n° 142, p. 6-12.

104Feuillée-Billot A., 1928, Une réserve zoologique et botanique en Camargue, La Nature, 15 juillet, n° 2789, p. 49-54.

105Geoffroy Saint-Hilaire A., 1888, Renseignements sur les castors du Rhône, Bulletin de la Société nationale d’acclimatation de France, t. 12, p. 321-324.

106Geoffroy Saint-Hilaire A., 1825, Sur les habitudes des castors, Mémoires du Muséum d’histoire naturelle, p. 232.

107Gesner C., 1553, Historiae Animalium. Icones animalium quadrupedum viviparorum et oviparorum, Zurich, C. Froschauer, n.p.

108Gibert A., 1929, La faune de la Camargue, dans Union générale des rhodaniens, Troisième Congrès du Rhône, Genève, Librairie Naville, p. 248-260.

109Godron M., 1864, Existence ancienne du Castor en Lorraine, Revue des sociétés savantes, p. 338-340.

110Hugues A., 1933, Le castor du Rhône, Bulletin de la Société nationale d’acclimatation de France, 39 p.

111Hugues A., 1931, Le Castor grimpe-t-il ?, Bulletin de la Société nationale d’acclimatation de France, p. 31.

112Hurel P., Chevallier N., Schwoerer M.-L., Michaux J., Beisel J.-N., Catusse M. et Léger F., 2012, Sur les traces du castor canadien dans le Nord-Est de la France, Faune sauvage, n° 297, p. 32-33.

113Joubert A., 1930, Une réserve protégée du castor du Rhône, Revue des eaux et forêts, t. 68, n° 1, p. 385-389.

114Laboulaye C., 1873, Dictionnaire des arts et manufactures, Paris, Librairie du Dictionnaire des arts et manufactures, tome I, n.p.

115Lecomte J., 1954, La construction de barrages par les castors de France, Revue d’Ecologie. La Terre et la Vie, n° 3, p. 177-184.

116Legrand d'Aussy P. J.-B., 1782, Histoire de la vie privée des Français depuis l'origine de la nation jusqu'à nos jours, Paris, Imprimerie de P.-D. Pierres, tome II, 383 p.

117Loyer M., 1909, Extraits des procès-verbaux des séances des sections, Bulletin de la Société nationale d’acclimatation de France, p. 34-35 et p. 38-39.

118Magaud d’Aubusson M., 1895, Le bièvre, Bulletin de la Société nationale d’acclimatation de France, p. 513-519.

119Magné de Marolles G.-F., 1788, La chasse au fusil, Paris, Imprimerie de Monsieur, 582 p.

120Marius J., 1746, Traité du castor, Paris, David Fils, 280 p.

121Mattioli P., 1572, Commentaires sur Dioscoride, Lyon, Guillaume Rouille, 819 p.

122Mayet V., 1889, Le Castor du Rhône, dans Blanchard R. (coord.), Congrès international de zoologie, Paris, Société zoologique de France, p. 58-62.

123Ménard L., 1758, Histoire civile, ecclésiastique et littéraire de la ville de Nismes, Paris, chez H.-D. Chaubert et C. Herissant, Tome VII, 741 p.

124Ménégaux A., 1903, La vie des animaux illustrée. Les mammifères, Paris, Baillière, 559 p.

125Mingaud G., 1908, La protection du Castor du Rhône, Bulletin de la Société nationale d’acclimatation de France, p. 536-539.

126Mingaud G., 1907, La protection du Castor du Rhône, Bulletin du Muséum d’histoire naturelle, p. 404-406.

127Mingaud G., 1898, Le Castor du Rhône, Bulletin de la Société languedocienne de géographie, t. XXI, p. 410-411.

128Mingaud G., 1896a. Les castors du Gardon, Bulletin de la Société nationale d’acclimatation de France, p. 43-44 et p. 122-124.

129Mingaud G., 1896b, La protection du castor du Rhône, La Science illustrée, p. 154-155.

130Mingaud G., 1895, Les castors de la Camargue, Bulletin de la Société nationale d’acclimatation de France, p. 597-600.

131Mistral F., 1897, Le poème du Rhône en XII chants, Paris, A. Lemerre, 345 p.

132Moulinier L., 2011, La castration dans l’Occident médiéval, dans Bodiou L., Mehl V. et Soria M., Corps outragés, corps ravagés de l’Antiquité au Moyen Âge, Poitiers, Brepols, p.189-216.

133Perrault C., 1669, Description anatomique d’un caméléon, d’un castor, d’un dromadaire, d’un ours et d’une gazelle, Paris, Leonard, 120 p.

134PERRIER E., 1910, Discours prononcé par Edmond Perrier, directeur du Muséum, Bulletin de la Société nationale d’acclimatation de France, p. VIII-XVI.

135Pichot A., 1860, Arlésiennes. Chroniques, légendes, contes et souvenirs, Paris, Hachette, 496 p.

136Pichot P.-A., 1910, La protection du Castor au Canada, Le Chenil, 7 avril, p. 158-159

137Pichot P.-A., 1909, Conservation du Castor du Rhône, Le Chenil, 3 juin, p. 256-257.

138Pichot P.-A., 1907, Le Castor du Rhône, Le Chenil, 2 mai, p. 206-207.

139Pichot P.-A., 1888, Post-scriptum, Revue britannique, t. III, p. 74-78.

140Piraud V., 1929, Le Castor du Rhône, in Union générale des rhodaniens, Troisième Congrès du Rhône, Genève, Librairie Naville, p. 218-222.

141Plantain P.-H., 1975, Au pays des castors, Paris, Stock, 243 p.

142Rabot C., 1928, La renaissance du castor en Norvège, La Nature, 15 juin, n° 2787, p. 529-533.

143Richard B., 1980, Les castors, Paris, Balland, 171 p.

144RICHARD B., 1965, Statut actuel du castor en France, Acta Theriologica, vol. 10, n° 7, p. 97- 106.

145Richard B., 1954, Le castor du Rhône, La Terre et la Vie, n°2, p. 129-137.

146Rouland P., 1991, La réintroduction du Castor en France, Courrier de la Cellule Environnement de l’INRA, n° 14, p. 35-42.

147Rouland R. et Migot P., 1990, La réintroduction du castor (Castor fiber) en France. Essai de synthèse et réflexions, Revue d’Ecologie. La Terre et la Vie, Suppl. 5, p. 145-158.

148Ruys T., 2009, Historique et caractéristiques écologiques du processus d’invasion des Ardennes françaises par trois rongeurs aquatiques : le Rat musqué (Ondata zibethicus), le Ragondin (Myocastor coypus) et le Castor d’Europe (Castor fiber), Thèse d’Eco-éthologie, Université de Reims Champagne-Ardenne, 143 p.

149Trouessart E., 1896, Sur un type nouveau de Sarcoptides pilicoles (Schizocarpus Mingaudi) vivant sur le Castor, Bulletin du Muséum d’histoire naturelle, p. 62-63.

150Véron G., 1992, Histoire biogéographique du castor d’Europe, Castor fiber (Rodentia, Mammalia), Mammalia, t. 56, n° 1, p. 87-108.

151Vörösmarty C. J., Meybeck M., Fekete B. et Sharma K., 1997, The potential impact of neo-Castorization on sediment transport by the global network of rivers, dans Human Impact on Erosion and Sedimentation, Proceeding of the Rabat Symposium, International Association of Hydrological Sciences Publication, n°245, p. 261-273.

Haut de page

Bibliographie

Akrich M., Callon M. et Latour B., 2006, Sociologie de la traduction. Textes fondateurs, Paris, Presses de l'Ecole des Mines, 303 p.

Arnould P., 2008, Le loup nouveau est arrivé, Géocarrefour, vol. 83, n° 3, p. 251-252.

Benhammou F., 2016, Une histoire contemporaine de la géographie française de l’animal, in Chartier C. et Rodary E. (dir.), Manifeste pour une géographie environnementale. Géographie, écologie, politique, Paris, Presses de Sciences Po., p. 141-163.

BENHAMMOU F., 2007, Crier au loup pour avoir la peau de l’ours. Une géopolitique locale de l’environnement à travers la gestion et la conservation des grands prédateurs en France, thèse de géographie, Paris, AgroParisTech-ENGREF, 2007, 639 p.

Blanc N. et Cohen M., 2002, L’animal : une figure de la géographie contemporaine, Espaces et sociétés, n° 110-111, p. 25-40.

Burdock G. A., 2007, Safety assessment of castoreum extract as a food ingredient, International Journal of Toxicology, vol. 26, n° 1, p. 51-55.

Callon M., 1986, Eléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins-pêcheurs dans la baie de Saint-Brieux, L’Année sociologique, vol. 36, p. 169-208.

Comby E. et Le Lay Y.-F., 2014, Communiquer sur le patrimoine naturel. Discours de presse locale dans les Ramières de la Drôme, Rhône-Alpes (1981-2008), Développement durable et Territoires, vol. 5, n° 2, URL : http://developpementdurable.revues.org/10254.

Cresswell T., 2012, Nonrepresentational theory and me: notes of an interested sceptic, Environment and Planning D, vol. 30, p. 96-105.

DE MARTONNE E., 1925-1927, Traité de géographie physique, Paris, Armand Colin, 3 tomes, 496, 562 et 460 p.

De Planhol X., 2004, Le paysage animal. L’homme et la grande faune : une zoogéographie historique, Paris, Fayard, 1127 p.

Delort R.1984, Les animaux ont une histoire, Paris, Seuil, 392 p.

Estebanez J., Gouabault E. et Michalon J., 2013, Où sont les animaux ? Vers une géographie humanimale, Carnets de géographes, nº 5, URL : http://www.carnetsdegeographes.org/PDF/debat_05_01_Estebanez_Gouabault_Michalon.pdf.

Fruget J.-F. et Dessaix J., 2003, Changements environnementaux, dérives biologiques et perspectives de restauration du Rhône français après 200 ans d’influences anthropiques, VertigO, vol. 4, n° 3, URL : http://vertigo.revues.org/3832.

Greimas A. J., 1976, Sémiotique et science sociales, Paris, Editions du Seuil, 216 p.

Guillo D., 2015, Quelle place faut-il faire aux animaux en sciences sociales ? Les limites des réhabilitations récentes de l’agentivité animale, Revue française de sociologie, vol. 56, n° 1, p. 135-163.

Gurnell A. M., 1998, The hydrogeomorphological effects of beaver dam-building activity, Progress in Physical Geography, vol. 22, n° 2, p. 167-189.

Halley D. J. et Rosell F., 2003, Population and distribution of European beavers (Castor fiber), Lutra, vol. 46, n° 2, p. 91-101.

Halley D. J. et Rosell F., 2002, The beaver’s reconquest of Eurasia: status, population development and management of a conservation success, Mammal Review, vol. 32, n° 3, p. 153–178.

Larrère R., 2000, La loi sur la protection des espèces sauvages : des mesures inefficaces, inadéquates… et pourtant bien utiles, Economie rurale, vol. 260, n° 1, p. 126-134.

Lorimer J., 2007, Nonhuman Charisma, Environment and Planning D, vol. 25, n° 5, p. 911-932.

Luglia R., 2015a, Des savants pour protéger la nature, La société d’acclimatation (1854-1960), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 432 p.

Luglia R., 2015b, De la patrimonialisation du castor d'Europe à la protection d'un paysage, Projets de paysage, URL :

http://www.projetsdepaysage.fr/de_la_patrimonialisation_du_castor_d_u2019europe_a_la_protection_d_un_paysage.

Luglia R., 2013, Le castor d’Europe (Castor fiber). Regards historiques anciens et nouveaux sur un animal sauvage, Trajectoires, URL : http://trajectoires.revues.org/1130.

Lussault M., 2007, De la lutte des classes à la lutte des places, Paris, Grasset, 221 p.

Maddern J. F. et Adey P., 2008, Editorial: spectro-geographies, Cultural geographies, vol. 15, p. 291-295.

Marion R. et Benhammou F., 2015, Géopolitique de l’ours polaire, Paris, Editions Hesse, 188 p.

Mounet C., 2012, Conflits et reconfigurations socio-spatiales autour du sanglier. Des postures générales aux arrangements locaux, Economie rurale, n° 327-328, p. 79-95.

Mounet C., 2008, Vivre avec des animaux « à problème » Le cas du loup et du sanglier dans les Alpes françaises, Revue de géographie alpine, vol. 96, n° 3, p. 55-64.

Picon B., 1978, L’espace et le temps en Camargue (essai d’écologie sociale), Le Paradou, Editions Actes Sud, 264 p.

PRENANT M., 1933, Géographie des animaux, Paris, Armand Colin, 199 p.

Roger J., 1993, Les sciences de la vie dans la pensée française au XVIIIe siècle, Paris, Albin Michel, 848 p.

Staszak J.-F., 2000, Prophéties autoréalisatrices et géographie, L’Espace géographique, vol. 29, n° 2, p. 105-119.

Haut de page

Notes

1 Un site éducatif est proposé par la Compagnie nationale du Rhône à l’adresse suivante : http://www.cnr-louloutelaloutre.fr/.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Même s’il reste dépourvu d’échelle et d’une localisation géographique précise, ce croquis représente efficacement le fleuve, les chambres étagées et le double accès au terrier, côté fleuve et côté terre. Les branches et les brindilles utilisées dans l’aménagement du terrier symbolisent les prélèvements sur la végétation riveraine ; les vides témoignent de la fragilisation du système digue.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/10141/img-1.png
Fichier image/png, 105k
Titre Figure 2. Un parasite du castor découvert en 1869, Platypsyllus Castoris Ritsema (Bonhoure, 1884)
Légende Cette figuration d’un parasite inféodé au castor délivre un argument ambigu qui peut être mobilisé soit pour justifier de sa protection au nom de la biodiversité soit pour éliminer deux « nuisibles » en un.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/10141/img-2.png
Fichier image/png, 116k
Légende Photographié sur un mur, ce dessin offre un bel exemple de complicité et d’affection entre un castor et un enfant souriants. Le castor est vu comme un animal de (bonne) compagnie, le sauvage s’effaçant devant le domestique
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/10141/img-3.png
Fichier image/png, 68k
Légende La bouche grande ouverte révèle des dents menaçantes qui ajoutent à la férocité du castor. Ce type de représentation se trouve aux antipodes de la figure idyllique contemporaine de l’animal.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/10141/img-4.png
Fichier image/png, 16M
Légende Sous la pression d’un chasseur et de ses deux chiens, un castor se résout à se séparer de ses « testicules » pour en réchapper. De même le chrétien doit-il accepter quelque sacrifice pour trouver Dieu.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/10141/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Figure 6. L’évolution de l’aire de distribution du castor
Légende Grâce au travail des lanceurs d’alerte, le castor a reconquis l’ensemble du linéaire du Rhône malgré quelques facteurs limitants comme les barrages hydroélectriques et la pente des cours d’eau.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/10141/img-6.png
Fichier image/png, 859k
Titre Figure 7. L’île du Castor (Dignoscyo, 1845)
Légende Sur une carte du XIXe siècle, à l’échelle du 1/50 000, en 10 feuillets, de 6,50 mètres de long due à Laurent de Dignoscyo, architecte, urbaniste et cartographe (1795-1876), la toponymie témoigne de la présence du castor, sur le Rhône, à la hauteur de Viviers en Ardèche, à mi-chemin entre les confluences de la Drôme et de la Durance.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/10141/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Figure 8. Arborer le castor : humour et valorisations contrastées du castor sur des tenues de scientifiques
Légende Ces deux images ont été photographiées sur les teeshirts portés par un forestier français (à gauche) et une hydrologue étatsunienne (à droite). Elles témoignent de l’irruption de l’image du castor dans la communication sur les eaux et les forêts.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/10141/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves-François Le Lay, Paul Arnould et Emeline Comby, « Le castor, un agent en eau trouble. L’exemple du fleuve Rhône », Géocarrefour [En ligne], mis en ligne le 15 février 2017, consulté le 19 août 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/10141

Haut de page

Auteurs

Yves-François Le Lay

UMR 5600 EVS, Université de Lyon, ENS de Lyon, 15, parvis René Descartes, 69007 Lyon, France yves-francois.le-lay@ens-lyon.fr

Articles du même auteur

Paul Arnould

UMR 5600 EVS, Université de Lyon, ENS de Lyon, 15, parvis René Descartes, 69007 Lyon, France paul.arnould@ens-lyon.fr

Articles du même auteur

Emeline Comby

Ecole normale supérieure CERES, 24 rue Lhomond, 75005 Paris, UMR 5600 EVS, France emeline.comby@ens-lyon.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page