Navigation – Plan du site

L’ingénierie écologique face aux territoires : enjeux et représentations sociales d’une innovation dans le domaine du traitement de l’eau

Ecological engineering and territories: issues and social representations in the field of water treatment
Marion Amalric et Claudia Cirelli

Résumés

La technique de traitement de l’eau par phyto-remédiation se développe actuellement en France et soulève certaines controverses à propos de la dimension « spatiale » de tels dispositifs d’ingénierie écologique mais aussi socio-territoriale : efficacité technique, réception sociale, adéquation avec les usages locaux, portage par les élus et les gestionnaires, appropriation par les habitants et les usagers. L’étude de ces dimensions montre que c’est la nature de l’insertion socio-territoriale de ces installations qui détermine leur succès technique, environnemental et politique. Grâce à une méthodologie qualitative basée sur des entretiens collectifs dans deux communes françaises, l’analyse identifie les représentations de l’environnement, de l’épuration et de la biodiversité en lien avec des zones humides artificielles utilisées pour traiter l’eau. Elle met ensuite en exergue l’opposition entre la volonté de verdissement de l’action locale et la sensibilité des habitants à l’innovation lorsqu’elle est « écologico-centrée ».

Haut de page

Texte intégral

Les auteurs remercient François Bertrand pour sa relecture efficace et ses éclairages pertinents, ainsi que les relecteurs de la revue Géocarrefour pour leurs conseils et recommandations.

Introduction

  • 1 La phyto-remédiation consiste à dépolluer les sols, traiter les eaux usées ou assainir l’air en uti (...)
  • 2 Sans développer ici les débats scientifiques autour du concept de « biodiversité », notons que le p (...)

1Dans le cadre de la protection des milieux, de la défense de la qualité de l’eau et plus largement de la préservation de la biodiversité, se pose la question de la qualité des rejets dans les cours d’eau. La technique de traitement de l’eau par phyto-remédiation1 constitue l’un des procédés d’ingénierie écologique qui se développe actuellement en France, et qui n’est pas sans soulever de débats et de controverses entre décideurs, gestionnaires et scientifiques (Ministères, Agences de l’Eau, ONEMA, IRSTEA, etc.). Les questions qui se posent concernant ces dispositifs d’ingénierie écologique interrogent à la fois la dimension « spatiale » de tels dispositifs (emprise au sol, situation, connectivité avec les milieux environnants), mais aussi les problématiques socio-territoriales qu’une telle technologie innovante soulève : utilité et efficacité techniques, réception sociale, adéquation avec les usages locaux, portage par les élus et les gestionnaires, appropriation par les habitants et les usagers. Les partisans du développement de ces technologies (filtres plantés de roseaux, zones de rejet végétalisées) mettent successivement en avant les bienfaits de la phyto-remédiation pour les milieux « récepteurs », revendiquent un fonctionnement économe en énergie, font valoir une valeur-ajoutée en termes de diversité floristique et faunistique2, tandis que les plus sceptiques remettent en question l’efficacité avérée du traitement, s’interrogent sur la viabilité d’écosystèmes artificiels et redoutent le recours systématique à de telles méthodes en tant que mesures compensatoires (Barnaud et Chapuis, 1999). L’argument de l’intérêt pour les populations, qu’il soit esthétique (fleurissement), paysager (verdure) ou pédagogique (éducation à l’environnement), voire économique (services écosystémiques) est mobilisé par les divers protagonistes de ces débats (Cairns, 1995a, 1995b), interrogeant la nécessité de la mise en place de tels dispositifs, en considérant le surcoût pour la collectivité et l’absence actuelle de règlementation à cet égard.

  • 3 Le consortium du projet réunit une « grande entreprise » (INSEE, Décret n°2008-1354 article 3) spéc (...)

2À partir d’une recherche menée dans le cadre d’un projet de recherche & développement (R&D)3 visant le développement et l’industrialisation de zones humides artificielles en sortie de station d’épuration, cette contribution vise à confronter à la réalité de la réception sociale sur le terrain les représentations que les populations riveraines ont de ces zones, les discours des acteurs en charge de la gestion de l’eau (élus des communes et intercommunalités, personnels opérationnels des services des eaux et de gestion des espaces) y afférant, les attentes de l’industriel porteur du projet. Alors que ce dernier mise sur l’intérêt écologique de ces zones en tant qu’espaces de biodiversité (en complément de leurs fonctions épuratoires), les décideurs et les habitants manifestent un intérêt fondé sur d’autres aspects, inattendus, notamment les caractères innovant et esthétique du dispositif. Aussi, il s’agit dans cet article de s’intéresser aux représentations qui sont en jeu parmi les populations riveraines, lorsqu’il s’agit d’exprimer leur point de vue sur ces dispositifs ? Pour les élus, la question soulevée est : quels sont les enjeux associés à la mise en place de dispositifs qui se veulent innovants, sur les territoires qu’ils gouvernent ? L’article démontre ainsi le décalage qui existe entre les présupposés de l’industriel et la réception sociale des zones de phyto-remédiation.

3Nous montrerons tout d’abord que les travaux qui traitent de l’ingénierie écologique et de l’innovation soulignent à quel point les rapports à l’environnement sont en lien avec une ontologie de la nature, et que ceux abordant les représentations de la nature, permettent de souligner l’intérêt d’éclairer les pratiques à l’aune des représentations sociales associées à l’eau, aux écosystèmes et aux espaces végétalisés. Nous décrirons ensuite la méthode retenue pour recueillir les représentations et les discours des habitants et des décideurs de deux communes du Sud de la France (dans le Languedoc et dans le Lot), dans lesquelles des zones humides artificielles ont été construites à la fin des années 2000. Enfin, nous montrerons quelles préoccupations dominent parmi les individus interrogés, et que l’intérêt porté à la phyto-remédiation repose fortement sur ses dimensions innovantes et techniques et bien peu sur ses impacts supposés sur la diversité biologique.

Représentations sociales de la phyto-remédiation : du beau, du propre, du biodiversifié ?

4La question de la réception sociale de dispositifs socio-territorialisés telles que les zones humides artificielles interroge à la fois le contexte politique et social de développement de ces outils, mais aussi la vision que la société développe de l’ingénierie écologique.

L’ingénierie écologique comme forme de rapport à l’environnement ?

  • 4 C’est ainsi que le législateur désigne le cours d’eau qui est pris en compte dans la détermination (...)
  • 5 Le sigle ZRV (« zone de rejet végétalisée ») est la dénomination générique employée par les cherche (...)

5Malgré les efforts pour respecter les objectifs de la Directive Cadre de l’Eau DCE (200/60/CE), la qualité des effluents restitués au « milieu récepteur4 » n’est pas satisfaisante en France et ne répond pas systématiquement aux normes définies. Depuis la fin des années 1990, des procédés de traitement des eaux usées employant des végétaux aquatiques (hydrophyte et hélophyte, etc.) selon divers fonctionnements (lagunes d’infiltration, prairies humides, noues, filtres plantés …) font l’objet d’un véritable intérêt (Boutin, 2013). Nombreuses sont les collectivités (notamment de petite taille) qui choisissent de traiter les eaux déjà épurées par les filières d’épuration habituelles (assainissement collectif en STEP) en ayant recours à des zones de rejets végétalisés (ZRV5), afin de garantir une meilleure qualité des rejets. Aménagées entre les stations d’épuration et les cours d’eau, ces zones utilisent les fonctions épuratoires des « zones humides » (ZH) et en particulier les capacités de certains végétaux à épurer les eaux usées (Violleau et Bejon, 2012) et/ou permettent une réduction des flux d’eaux rejetés.

  • 6 L’étude de l’insertion socio-territoriale consiste à analyser l’incorporation du dispositif dans un (...)

6Ce contexte réglementaire et apparemment purement technique, ouvre une réflexion plus large sur la place des objets socio-techniques, en particulier lorsqu’ils sont considérés comme innovants dans le domaine environnemental (Akrich, 1989 ; Fontan et al., 2004). D’une part, ces écosystèmes artificiels impliquent, en sus des considérations fonctionnelles, des interactions entre acteurs, dont les représentations, perceptions et intérêts souvent opposés, les compétences techniques différenciées et le poids institutionnel inégal constituent des déterminants sociaux, politiques et territoriaux et pas seulement techniques. D’autre part, « étudier une innovation, c’est mettre en lumière les ressources sociales, techniques, économiques, politiques et culturelles qui sont mobilisées par des acteurs individuels et collectifs » (Fontan et al., 2004), ce qui renforce la nécessité de considérer les zones de rejet végétalisées d’un point de vue socio-territorial. Or, la question de l’innovation dans le traitement de l’eau, considérée sous l’angle de l’ingénierie écologique, est plus volontiers abordée par les gestionnaires et techniciens au travers de la définition qui en est donnée, comme visant « à résoudre un problème d’environnement à l’aide de connaissances sur le fonctionnement du vivant et de techniques adaptées » (Barnaud et Chapuis, 2004). Cette définition de l’ingénierie écologique fait la part belle (avec d’autres, Rey et al., 2014) à la question de la connaissance et des savoirs ; pour autant, la question de la dimension sociale, politique et symbolique de l’ingénierie écologique nécessite d’être posée (à la suite d’autres auteurs qui interrogent plus largement, sous cet angle, l’environnement : Villalba, 2006). Au-delà de la question du rapport à la nature (ou « avec » comme le proposent C. et R. Larrère, 2015) posée par l’anthropologie (Descola et Palson, 1996) et la philosophie (Latour, 1999) et qu’il ne nous appartient pas de traiter ici, la mise en œuvre de dispositifs d’ingénierie écologique interroge les techniciens, les gestionnaires, les habitants des territoires et les chercheurs en sciences sociales sur la qualité de l’insertion socio-territoriale6 de tels aménagements : comment appréhender leur bien-fondé (pour qui ?), leur utilité (sociale, écologique, économique), voire leur réussite (qualitative, quantitative) ?

Les représentations sociales, clé de lecture de l’adhésion socio-territoriale

  • 7 On retiendra la définition de la représentation comme « une forme de connaissance socialement élabo (...)

7Dans la recherche présentée ici, au caractère hybride des zones humides (bien illustré par E. Swyngedouw dans son schéma sur la production de socio-nature : Swyngedouw, 2007 ; Amalric, 2005) répond une approche conceptuelle hybridant, elle aussi, les dimensions techniques, écologiques, des zones de rejet végétalisées avec les dimensions sociales (représentations, pratiques,…) et institutionnelles (politiques publiques de l’environnement, action locale). L’hybridation offre l’avantage d’impliquer une vision tressée et plurielle de l’insertion (Lévy, Lussault, 2003) et non une vision purement binaire (succès/échec de la ZRV, acceptation/refus du dispositif de phyto-remédiation). Pour y parvenir, les représentations sociales7 des acteurs concernés par l’instauration de ces installations sont placées au cœur de nos réflexions. En cela, nous nous plaçons dans la tradition qui considère l’individu (élu, gestionnaire, habitant) dans ses actes et ses discours, mais aussi dans ses éventuelles contradictions, comme participant d’une sphère territoriale, politique et sociale (Abric, 2001 ; Jodelet, 1997 ; Roussiau & Bonardi, 2001). Le recours à l’analyse des représentations de ces milieux repose sur le postulat selon lequel l’appropriation et l’aménagement d’espaces - en particulier de milieux dits naturels - sont influencés par les représentations que les acteurs se font de l’environnement en général (Weiss et Marchand, 2006), mais aussi des paysages (Germaine, 2011), ainsi que des fonctions de ces écosystèmes (Comby, 2015 ; Le Lay, 2007).

8Nous verrons dans l’état de l’art ci-dessous, que la réception sociale des zones de rejets végétalisées dans un territoire emprunte tant aux représentations sociales des zones humides de la société occidentale qu’à celles des eaux usées et des espaces verts en général.

Représentations des zones humides

9Les représentations que se font les individus des zones humides, reposent sur l’idée que ce sont des milieux où les images, les croyances, les sentiments, le vécu jouent un rôle particulièrement important en lien avec les pratiques existantes (Dournel, 2010 ; Sajaloli, 2001). Ce sont des milieux à la fois exploités et redoutés (Gramond, 2014) qui ont, dès le milieu du XXe siècle bénéficié de politiques ou de planifications ayant pour but de les utiliser (drainage et gestion hydraulique à des fins agricoles ou défensives par exemple). Leur protection et leur restauration ont fait l’objet de politiques publiques plus tardives, à partir des années 1990 (Bernard, 1994 ; MEEDDM, 2010).

  • 8 Dans toute la suite du texte, le terme « naturel » sera utilisé pour désigner des zones humides pou (...)

10Ces types d’actions sur les zones humides, institués voire institutionnalisés, déterminent des types de représentations sociales de ces milieux. La réputation des zones humides est basée sur deux modèles qui cohabitent : les zones humides comme des espaces riches, à protéger et à mettre en valeur, d’un côté, et comme fangeuses, mal fréquentées et ordinaires de l’autre (Amalric, 2005). Les représentations sociales de ces milieux oscillent entre exploitation et sacralisation, entre utilisation et abandon. Tantôt leurs représentations sont fortement ancrées dans les mentalités, associées au fait que les marais font partie de l’imaginaire collectif, et que ces portions de zones humides sont fréquentées. Les zones humides font alors l’objet d’une logique d’exploitation, au risque de voir disparaître leurs caractéristiques naturelles8. Tantôt les zones humides ont une place discrète, presque imperceptible dans l’esprit des individus, elles sont alors associées à des souvenirs ou à des toponymes. Dans ces situations, les zones humides existantes sont considérées comme banales, voire abandonnées ou délaissées (Brun, 2015). Les représentations que se font les scientifiques et les protecteurs de l’environnement, des zones humides font par ailleurs l’objet de lois ou de mesures : c’est la valeur attribuée à la diversité écologique des zones humides et le caractère exceptionnel que présentent ces écosystèmes qui en font des espaces naturels d’exception, sacralisés et protégés. Enfin, dans un dernier cas de figure, les représentations associées aux zones humides concernent la gestion hydraulique, notamment les inondations (non sans rappeler la fonction ancienne défensive de ces espaces (Fustec et al., 2000). Elles peuvent alors recouvrir un caractère « utilitaire », renforcé par les politiques qui empêchent le remblaiement des zones humides et favorisent la restauration de champs d’expansion des crues (Amalric, 2005).

Représentations des eaux usées

11Plus largement, en termes de représentations de zones humides artificielles, ce sont aussi les rapports sociaux à l’eau qui sont impliqués. La culture du génie hydraulique a longtemps tenu séparés les domaines de l’eau potable et de l’eau usée contribuant à la production de représentations très opposées : si l’eau potable est synonyme de pureté, l’eau usée l’est de la saleté (Barbier, 2009). Aujourd’hui, dans un contexte mondial de plus en plus soumis à une pression sur les ressources en eau, les eaux usées, une fois traitées par les stations d’épuration grâce à des procédés très poussés, deviennent une ressource régénérée et font l’objet d’ambitieux projets de recyclage. Dans ce cadre, le recyclage des effluents des stations d’épuration et leur réintroduction dans le cycle productif (agriculture, industrie, alimentation de nappes phréatiques et eau domestique et potable) ou récréatif (golf, parcs et jardins publics) produit un rapprochement des deux secteurs et produit également des effets sur les représentations que les acteurs ont de la ressource.

12Les eaux usées font l’objet de représentations ambivalentes (Cirelli, 2006) : si, d’une part, elles sont considérées comme des eaux altérées à cause des organismes pathogènes et contaminants dont elles sont chargées et donc porteuses de risques pour la santé et l’environnement, elles sont, d’autre part, appréciées, du fait des nutriments qu’elles contiennent, pour la richesse qu’elles présentent pour l’agriculture, et en tant que source alternative à la pénurie hydrique, notamment, dans des contextes où l’accès à l’eau est limité (Cirelli, 2004 ; Scott, 2004). Les représentations qui accompagnent ces réutilisations mettent souvent en valeur le caractère productif et écologique de ces formes de recyclage et relèguent les aspects plus dangereux (Cirelli, 2006). Bien que l’usage de ces eaux usées traitées soit très règlementé, la littérature fait état d’importantes réticences des populations vis-à-vis de cette ressource renouvelée, notamment au regard de sa possible consommation, même après avoir été soumise à des processus de traitement très performants (Po et al. 2003 ; Rozin et al, 2015). Plusieurs facteurs ont été identifiés pour expliquer ce refus : la perception du risque (Stenekes et al., 2006), le sentiment de confiance vis-à-vis des autorités (Marks et al, 2006), le sentiment de justice (Po et al. 2003 ; Po et al. 2005), notamment face à ce qui est considéré comme des inégalités sociales et environnementales, et enfin le sentiment de dégout provoqué par l’usage de ces eaux dont le recyclage représente aux yeux des habitants une « rupture avec les habitudes et représentations héritées » (Barbier, 2009). Ainsi, le dégoût serait-il une réponse à une innovation technique qui menacerait l’ordre normal des choses (Jones, 2007) : suivant M. Douglas, celui-ci concrétiserait un refus de la saleté en tant « qu’offense contre l’ordre » (Douglas, 1971, p. 24).

Représentations des espaces végétalisés

13Enfin, les représentations des zones humides artificielles font intervenir le rapport à la naturalité et au végétal en tant qu’espace vert. La littérature sur le thème des espaces verts et végétalisés, suggère un lien fort entre représentations, pratiques des espaces verts et proximité : plus ces espaces sont proches, plus ils sont valorisés. De ces espaces verts, on apprécie la beauté du paysage et le fait que leur présence favorise une proximité avec la nature. De ce fait, ils sont dotés d’une valeur positive qui a trait à l’esthétique, et qui renvoie aussi au sentiment de bien-être au contact de la nature (Arrif, 2009). Leur présence engendre également un sentiment de sécurité (ibid). Si les représentations des espaces verts ont une dimension d’expérience individuelle, celles-ci sont également d’ordre sociétal, associées à la place qu’on leur attribue dans la ville au fil du temps et des changements des paradigmes qui orientent la gestion de la ville et de l’urbanisme (Mehdi et al., 2012). D’espaces conçus pour l’embellissement de la ville et pour garantir une qualité de vie des citadins (Aggeri, 2004), au rôle d’espace de préservation des écosystèmes (Vejre et al., 2010), notamment sous la forme des trames vertes (Cormier, 2011 ; Mehdi et al. 2012), les changements des pratiques et de rôles attribués aux espaces végétalisés s’accompagnent d’une mutation des représentations qui les concernent.

Méthodologie : approche qualitative d’un objet technique et écologique

14Afin d’étudier les liens entre le procédé de traitement en lui-même, sa mise en œuvre et les territoires dans lesquels il est supposé s’insérer, sont confrontés les objectifs affichés par les constructeurs sur les zones humides artificielles, les discours des élus et gestionnaires et les représentations sociales des habitants.

Identifier les intentions et recueillir les discours institutionnels

15L’étude des objectifs attendus par les constructeurs repose sur l’analyse du dossier présenté lors de la demande de financement du projet de R&D. Un décryptage fin des présupposés du projet a permis d’identifier le décalage entre les objectifs concrets d’épuration effectivement expérimentés et les aspects retenus pour être mis en avant dans la communication. Cette analyse porte aussi sur le contenu textuel et iconographique des plaquettes d’information du projet (diffusées auprès des élus, des populations des communes concernées, du conseil scientifique du projet et dans les congrès internationaux sur l’eau où les partenaires ont présenté leurs résultats). Enfin cette analyse est complétée par les nombreux échanges informels au sein du consortium de recherche, durant les trois années de collaboration.

  • 9 Dans l’Hérault, 12 entretiens sont menés courant 2013, puis 7 autres au printemps 2014. Dans le Lot (...)
  • 10 Officiellement, l’appellation est STEU pour « station d’épuration des eaux usées » mais c’est STEP (...)
  • 11 Une demi-douzaine dans chaque site, en amont des focus groups en 2014.

16Le dispositif qualitatif de recueil de données auprès des acteurs repose sur différentes séries d’entretiens individuels semi-directifs9, qui ont consisté à identifier puis à interroger les principaux acteurs de la gestion des eaux usées (élus des communes, représentants des syndicats intercommunaux, personnels administratifs et techniques des STEP (station d’épuration10) et des services « environnement », « aménagement et urbanisme » des communes et des échelons territoriaux supérieurs). Par ailleurs, d’autres entretiens individuels ont été menés à titre exploratoire, auprès de personnes ressources telles que des membres d’associations de protection de l’environnement, et de loisirs nautiques, halieutiques, cynégétiques11.

Une technique d’enquête pour favoriser l’expression des controverses entre habitants

  • 12 Ce qui n’est pas sans poser la question de la limite de ce type de recrutement, souvent inhérent au (...)
  • 13 Les citations des focus groups en « italique entre guillemets » dans le texte, sont indifféremment (...)
  • 14 Les clichés sont précisément présentés comme des « paysages de zones humides » par l’animateur.

17L’étude des représentations des habitants repose sur des entretiens collectifs (focus groups) regroupant des participants choisis en fonction de leur lieu de résidence (distance à la station d’épuration), catégorie professionnelle, lieu de travail (dans la commune ou dans l’agglomération voisine), et de leur âge et de leur sexe. Le recrutement des participants a été réalisé par l’intermédiaire des associations locales, le bouche à oreille et grâce à un effet « boule de neige » au sein des réseaux interpersonnels12. Ils étaient invités à venir s’exprimer sur l’instauration de la zone humide associée à la station d’épuration de leur commune et plus généralement sur la qualité des cours d’eau. Au total, 31 personnes ont été interrogées, également réparties entre les deux sessions et les deux terrains13. Cet échantillonnage répond au besoin d’organiser les discussions entre des profils d’habitants (jeunes ménages récemment installés, natifs de la commune) et de riverains variés (agriculteurs, chasseurs, propriétaires fonciers), peu experts et assez peu aguerris aux instances délibératives (seuls quelques représentants d’associations sportives ou de loisirs démontrent leur habitude à prendre la parole en public). Les modalités d’animation des focus groups ont ici consisté à mêler des temps de parole « libres » de quelques minutes à des moments de réflexion individuelle (écrite), ainsi que des questions ouvertes à des formes de « jeux de rôle », tels que le classement de photos par exemple. Ce moment consiste à demander aux habitants de classer des clichés, selon leur préférence, au sein de deux séries présentées à deux moments de l’entretien : la première série présente 8 « paysages14 » de zones humides, dont 4 sont des zones humides artificielles, construites aux abords d’une station d’épuration et 4 sont des zones humides, certes anthropisées, mais désignées ci-après comme « naturelles ». Toutes sont prises en France, à différentes latitudes, sans que leur localisation ne soit précisée aux participants pour ne pas les influencer, cette première série est présentée indifféremment dans les 4 focus groups. La seconde série de photographies, présente 4 clichés de zones humides artificielles prises dans la commune concernée par le focus group, elles sont identifiées comme telles auprès des habitants. Les objectifs étaient d’une part de provoquer une conversation orientée sur un sujet et de favoriser une discussion génératrice d’informations (Krueger, 1994), mais aussi, d’autre part, de permettre l’expression de prises de position témoignant des conditions locales d’adhésion au dispositif épuratoire (Amalric et al., 2015 ; Bonnet et al., 2014). L’intérêt réside dans le fait de saisir ce qui est dit dans le cadre d’un débat, ce qui est construit et partagé collectivement et ce qui fait controverse. C’est dans ce sens que le contexte du focus group se présente non seulement comme un « lieu d’interaction » (Touré, 2010) mais également « d’argumentation » (Wibeck, 2004) où les participants sont amenés à expliquer leurs propos au regard d’autres représentations. Cela permet une polarisation autour du sujet (Morgan, 1997) et l’expression de désaccords (Duchesne et Haegel, 2008).

Deux dispositifs ruraux du Sud de la France

18Tout d’abord, la commune de Caillac est située à une dizaine de kilomètres de Cahors, au bord du Lot et dans l’aire d’Appellation d’origine contrôlée de « vin de Cahors ». Elle héberge une zone de rejet végétalisée, créée lors de la construction de la nouvelle STEP de Caillac (la précédente était obsolète). L’objectif était d’infiltrer dans le sol tous les rejets de la station d’épuration lors de la saison touristique : outre la volonté de préserver la qualité de l’eau du Lot, le dispositif doit répondre à un objectif esthétique : supprimer la visibilité disgracieuse des eaux sortant de la station depuis la rivière (en bateau) ou de la rive opposée. La viticulture est la principale activité économique de la région avec le tourisme (ensoleillement, patrimoine culturel, baignade, tourisme fluvial).

  • 15 Acronyme de Liberté biologique et lutte contre les polluants émergents, prototype de zone de rejet (...)

19Dans un contexte méditerranéen, les communes contigües de Saint-Just et de Saint-Nazaire-de-Pézan sont situées entre les deux pôles métropolitains de Montpellier et Nîmes, dans le département de l’Hérault, à proximité de la zone humide de l’étang de Mauguio. A la frontière des deux communes, se situe la zone de rejet végétalisée, « Zone Libellule »15. Sa mise en place correspond à une opportunité offerte par l’exploitant aux communes d’expérimenter un prototype de ZRV, lors de la remise aux normes de la précédente STEP. Son objectif principal est de protéger la qualité de l’eau se rejetant dans l’étang de l’Or en aval (par le biais du Dardaillon puis du canal de Lunel). L’économie locale, faiblement industrialisée, est aujourd’hui principalement résidentielle et tertiaire, notamment tournée vers le tourisme et les traditions locales taurines (« manades »). Parallèlement, la viticulture de la région a progressivement disparu au profit d’autres activités arboricoles intensives (production de pommes).

  • 16 3 500 à 5 000 équivalent/habitant

20Les deux sites ont été sélectionnés du fait d’une taille moyenne comparable en volume d’eau traité16, d’impératifs techniques de traitement similaires (eaux domestiques et process de traitement par boues activées) et d’âge égal (les ZRV et les STEP ont été construites en 2009). Les zones humides artificielles sont accolées aux stations d’épuration (Figure 1), en périphérie des communes, dans un paysage verdoyant, à proximité des cours d’eau. Le périmètre des zones humides et des stations est fermé au public, mais dans les deux cas, des chemins ou routes longent les installations, les rendant ainsi visibles.

Figure 1a : Vue de la ZRV de Caillac (Lot, Mai 2014)

Figure 1a : Vue de la ZRV de Caillac (Lot, Mai 2014)

© Cirelli & Amalric, 2012 et 2014

À l’arrière-plan, la station d’épuration

Figure 1b : Vue de la ZRV de St-Just/St-Nazaire (Hérault, nov.2012)

Figure 1b : Vue de la ZRV de St-Just/St-Nazaire (Hérault, nov.2012)

Résultats : les zones humides artificielles entre plus-value épuratoire et faire-valoir écologique

21Les représentations sociales du dispositif sociotechnique de phyto-remédiation par les habitants montrent un intérêt pour la dimension épuratoire et technique de la zone humide et une attention plus limitée vis-à-vis de la dimension esthétique.

« C’est plus technique que joli, c’est plus joli que naturel »

22C’est ainsi que pourrait être résumé l’appréciation que les habitants ont des zones humides artificielles. En effet, elles renvoient à plusieurs domaines de l’expérience sensible et pratique des individus : à l’eau, aux espaces végétalisés, au construit social de la naturalité, voire du sauvage, à la conception d’espaces « faits par la main de l’homme » ou « jardinés » mais aussi à la technicité.

23Les ZRV sont décrites par les habitants interrogés, avant tout comme des espaces de traitement naturel, où l’eau sortant de la station d’épuration est « filtrée par des procédés naturels », par « les plantes ». Ce système de traitement de l’eau est parfois comparé à celui des zones humides « naturelles » : les habitants de Saint-Nazaire-de Pézan soulignent que cette fonction est également assurée par les marais environnants, démontrant ainsi leur connaissance du fonctionnement des écosystèmes.

  • 17 Il est ici question des cheminements qui existent dans le périmètre de l’installation, qui ne sont (...)

24La présence d’un espace végétalisé en aval de la station d’épuration est jugée positivement pour le sentiment de profusion que la vue de la concentration floristique produit. Le caractère végétal est davantage apprécié pour ses qualités esthétiques, qui se traduisent par des avis tels que « c’est beau », « c’est joli », et qui reposent sur la présence de fleurs, en particulier une flore locale. Il n’est pas fait mention d’une dimension écologique que la végétation pourrait apporter. L’appréciation positive de la végétation est rattachée à la dimension aménagée de « petit jardin » que ces espaces possèdent et qui se traduit dans le discours des habitants par la remarque de détails tels que les « petits chemins17 autour des bassins, l'eau qui jaillit d’une source… ». Les habitants établissent une relation entre le « joli » et le « propre ». Les plantes fanées, en dégradation ou coupées les renvoient à un sentiment de « sale », « de « chaos » alors que le « joli », le « fleuri » correspond plutôt à une modalité esthétique de la propreté, associée ici à l’épuration. On assiste à une sorte d’esthétisation du procédé d’épuration, qui a pour conséquence une esthétisation du territoire qui héberge la ZRV.

25Cette appréciation est d’autant plus positive que les ZRV présentent des similitudes avec des lieux familiers, connus : « c’est comme chez nous dans les marais », « le marais c’est un peu Libellule », ou lorsque la végétation dans la zone humide rappelle celle qui existe localement (roseaux, par exemple). Les participants des focus groups le soulignent « chez nous, on les voit pas aussi rassemblés que ça [les végétaux], mais ils sont quand même tous de notre région… ». Le sentiment de familiarité au regard des écosystèmes reconstitués par les ZRV explique l’appréciation des habitants.

26Si ces aspects sont communs aux quatre focus groups, chaque commune présente également des spécificités. À Saint-Just et à Saint-Nazaire-de-Pézan, les habitants manifestent une adhésion plus grande à la ZRV que les riverains de Caillac. Dans le Languedoc, les milieux humides, notamment les marais, sont particulièrement nombreux et étendus, davantage que dans le Lot. Les témoignages lors du jeu de choix de photos concernant spécifiquement les zones humides artificielles (à gauche sur la figure) l’illustrent. Pour les participants de Saint-Nazaire-de-Pézan et de Saint-Just, la photo « H » (Figure 2) obtient le meilleur score. C’est le caractère « sauvage » qui en est souligné : « j’aime le côté touffu, sauvage, la végétation bien verte » ; dans la H « je reconnais vraiment le milieu naturel, c'est ce que je sens quand je rentre dans un marais où il y a une lagune, il y a des passages comme ça, l’eau, les roseaux au loin… ». Pour autant, parmi les clichés de zones humides « naturelles », la présence de lentilles d’eau ou de tiges coupées flottant sur l’eau ont donné lieu, le plus souvent, à des réactions de rejet « ça fait fouillis, c’est la pagaille » ; « je n’aime pas car il y a des déchets qui flottent » (photo 2 et 7) et ce sont les photos montrant des bassins et de la végétation bien entretenus, à l’aspect maîtrisé, qu’ils préfèrent (photos 4 et 8).

Figure 2 : Synthèse des planches photographiques présentées lors des focus groups

Figure 2 : Synthèse des planches photographiques présentées lors des focus groups

A gauche, les paysages de zones de rejets végétalisées, à droite, les paysages de zones humides « naturelles ». Sont entourées les photos préférées par le plus grand nombre : en rouge et en orange, à Caillac ; en bleu et en vert, à St Just-St Nazaire

©Cirelli, Amalric, 2014

27La similitude avec le milieu naturel local est mise en avant pour expliquer le choix de la photo préférée de ZH « naturelle » : « on se croit vraiment dans les marais ».

28A Caillac, la photo la plus choisie parmi les zones artificielles, est celle qui montre au premier plan un alignement de fleurs, manifestement plantées et un espace engazonné tondu. Ici, l’image préférée de la plupart des participants est celle d’un espace jardiné (photo D), « je me vois avec ma chaise longue, dos à la station d’épuration en entendant les grenouilles » affirme l’une des participantes au focus group. Ce qui est apprécié est donc l’aspect entretenu, propre, et qui apporte une amélioration par rapport à la précédente STEP: « par rapport à ce qu’on avait avant, c’est mieux, ça sentait tellement » « c’était dégueulasse ». En deuxième place se trouve la photo qui montre au premier plan une étendue d’eau et en fond, un château (photo A). Le patrimoine local participe donc des raisons d’apprécier le paysage familier. Au sein de la planche présentant des paysages de zones humides « naturelles », la photo préférée (la 8) représente un paysage agricole, dont le premier plan est un large cours d’eau et où paissent des bovins. Si la ressemblance avec les paysages du Lot n’est pas démontrée, il s’agit toutefois d’un paysage au caractère rural, qui renvoie à la présence de l’homme (du fait de l’élevage) et à un sentiment de bien-être, associé à des souvenirs d’enfance. « J’aime les vaches, ça me rappelle mon enfance ».

29Par ailleurs, les zones humides artificielles ont une dimension paysagère importante, dans la mesure où elles sont perçues comme bien intégrées dans le paysage ou comme un élément saillant. A Saint-Just, c’est pour leur discrétion dans le paysage que les zones humides artificielles sont appréciées. Les ZRV se « fondent dans le paysage », leur présence « ne dénote pas ». Les habitants soulignent que la ZRV « a trouvé sa place… » et insistent : « on retrouve le paysage qu’on a autour du village ». En revanche, à Caillac la ZRV se dégage du paysage agricole qui l’entoure : des parcelles de vignes, noisetiers, cerisiers, maraîchage, alignés le long des berges du Lot. Il est important de souligner ici que le caractère plat du paysage à Saint-Just et les reliefs de celui de Caillac, constituent deux points de vue - au sens topographique du terme - qui offrent aux habitants deux aperçus (et donc deux perceptions) différents des zones humides en question.

30Malgré des représentations des zones humides associant au végétal une connotation sauvage mais aussi maîtrisée ainsi qu’une familiarité paysagère qui renvoie à l’univers culturel des individus, les habitants n’oublient pas l’origine technique du site, même si son aspect rappelle des ambiances naturelles locales : « au départ c'était technique si l'on peut dire, mais en même temps il a trouvé sa place… ». Les ZRV sont selon les habitants, des espaces techniques dont les caractéristiques renvoient à une installation industrielle : sa taille, l’organisation des flux d’eau, la méthode de traitement, l’entretien de la zone, sa fermeture (grillage), soulignent à quel point ces éléments rappellent l’artificialité et la technicité de ces sites. Les participants aux focus groups notent la concentration des espèces (nombre important d’espèces végétales sur une emprise exiguë), voire l’artificialité du plan d’écoulement (à l’inverse du sens de la pente à Saint-Just /Saint-Nazaire-de Pézan). Le procédé de traitement en lui-même, la phyto-remédiation, est salué comme « une prouesse technique », « un truc vachement innovateur ». Ces considérations sur l’innovation ne sont pas étrangères au caractère expérimental de tels aménagements. « On va voir ce que ça donne. Si dans le temps c’est satisfaisant, pourquoi pas l’étendre à plus... mais pour l’instant c’est une expérience… ». La dimension innovante est valorisée dans le discours des habitants dans la mesure où elle est présentée comme « une chance » pour le territoire de la commune.

31Les ZRV sont avant tout considérées par les habitants pour leur rôle épuratoire, ensuite appréciées pour leur aspect esthétique, reposant sur la présence de végétaux et des plans d’eau (« c’est plus technique que joli »). La dimension artificielle des ZRV prévaut sur la dimension naturelle, tout en intégrant les spécificités végétales du site (« c’est plus joli que naturel »).

Des avis tranchés : les habitants ne sont pas dupes

32Le tableau suivant (Figure 3) synthétise les discours à propos des zones humides « naturelles » et des zones humides artificielles, démontrant que les individus font aisément la différence entre les deux cas de figure et qu’ils ne se laissent pas abuser par le caractère écologique « fictif » que proposent les constructeurs et exploitants des ZRV. Les seuls points communs qui sont identifiés par les habitants entre zone humide « naturelle » et zone humide artificielle sont les fonctions de filtration et d’épuration (c’est à dire le principe bio-mimétique sur lequel repose précisément les ZRV) et les ressources qu’elles constituent. En outre, les focus groups ont également permis de mettre en avant que la nature duale des zones humides dans les deux cas de figure est identifiée : construite ou spontanée, la zone humide conserve son caractère hybride, ambivalent et parfois paradoxal aux yeux des habitants rencontrés, qui s’articule particulièrement autour de la présence de l’eau (stagnante ou offrant des perspectives paysagères ouvertes).

Figure 3 : Tableau des éléments descriptifs des zones humides « naturelles » et artificielles énoncées lors des focus groups

Zones humides « naturelles »

Zones humides artificielles

  • Des espaces de végétation spontanée avec une dynamique floristique, faunistique et hydrologique importante

  • Des espaces de verdure avec des dynamiques végétales artificielles

(concentration non naturelle)

  • Des espaces travaillés par des usages (pêche, chasse, agriculture, élevage, culturels...)

  • Des espaces dominés et façonnés par la dimension technique

  • Des espaces dotés d’un caractère sauvage et spontané

  • Des espaces dotés d’un caractère artificiel

  • Des espaces de végétation spontanée avec une dynamique floristique, faunistique et hydrologique importante

  • Des espaces plantés, riches en végétation sélectionnée

  • Des espaces qui ont une fonction de filtration et d’épuration de l’eau

  • Des espaces dotés d’une fonction de filtration et d’épuration similaire aux zones humides

  • Des espaces de ressource : végétales, animales, immatérielles

  • Des espaces de ressources : végétales (biomasse…)

  • Des espaces identitaires : les habitants expriment un sentiment d’appartenance à des lieux spécifiques caractérisés par des éléments patrimoniaux des paysages aquatiques (rivière, marais) des éléments de culture immatérielle et matérielle

  • Des espaces sans qualités particulières

Source : focus groups, printemps-été 2014

33Le discours des élus et des décideurs, aux échelles communales, intercommunales et métropolitaines (voire régionales le cas échéant) présente des orientations et des centres d’intérêt très différents des habitants.

Agir pour l’environnement ou verdir les politiques ?

34Au-delà du contraste entre les représentations des décideurs et celles de leurs administrés qu’il est intéressant de souligner, l’apport de cette recherche est de montrer que la sensibilité des décideurs relève davantage de considérations d’ordre électoral et institutionnel, que d’un véritable intérêt pour les enjeux écologiques (et ce, contrairement aux présupposés des exploitants de ZRV, qui s’attendaient à ce que l’argument « écologique » soit plébiscité par les habitants et les émus).

  • 18 La plupart du temps, la ZRV fait partie du périmètre de la STEP du point de vue administratif, mais (...)

35La principale préoccupation des « décideurs » interrogés est celle de la qualité de l’eau que les zones humides artificielles améliorent. C’est avant tout de ce point de vue que se placent les acteurs. Que le rejet soit moindre en volume (lorsque les ZRV visent une infiltration dans les sols) ou qu’il soit mieux épuré (notamment en molécules médicamenteuses), ce qui domine est l’idée d’une évolution entre un avant et un après, où le décideur a fait en sorte que l’eau rejetée dans le milieu soit de meilleure qualité. Si les décideurs revendiquent cette posture « méliorative », ils n’en taisent pas les raisons qui les y poussent : les usages qui sont faits de l’eau ou des parcelles environnantes en sont les principales bénéficiaires. Les enjeux sont principalement touristiques (lorsqu’il s’agit d’un cours d’eau navigable) ou agricoles. La diminution de la pollution potentielle sert donc des intérêts plus ou moins largement économiques, propres aux activités présentes dans le territoire. Pour ces acteurs, l’effort consenti pour œuvrer à cette amélioration nécessite obligatoirement un soutien important. Celui-ci est de nature technique dans la mesure où une zone humide artificielle est un dispositif dont la technicité est importante, mais aussi de nature à la fois réglementaire et financière. Réglementaire car le recours à ce procédé innovant et donc mal connu, oblige les décideurs à mettre en place des procédures particulières18. Financière, de manière dominante, car les ZRV demandent des fonds supplémentaires, dont les collectivités ne peuvent pas porter la charge (du moins seules). Les discours des décideurs soulignent donc à quel point la question du financement en tant que tel est tout aussi décisive que celle du soutien administratif pour l’installation de tels dispositifs : les syndicats mixtes, les agences nationales, ainsi que les prestataires privés qui assistent ou assurent la maîtrise d’ouvrage sont donc des maillons déterminants de la chaîne.

36Contrairement aux présupposés qui animaient les porteurs du présent programme de Recherche et Développement, les discours recueillis ne relèvent pas d’opinions ou de déclarations sur la diversité biologique supposément apportée par l’installation d’une zone humide. Au delà de ce manque de considération, on peut noter que le discours est davantage centré sur l’absence de certitude quant à l’efficacité d’une zone humide artificielle pour améliorer ou produire une diversité écologique et que c’est donc plutôt le doute qui domine sur la question des bienfaits écologiques liées à ces zones. La seule exception notable à ces discours homogènes est celle des acteurs des échelles supra-communales et régionales, lorsqu’ils ont en charge les Schémas de cohérence territoriale (SCoT) ou les Schémas Régionaux Climat Air Énergie (SRCAE) et qu’ils se préoccupent des continuités écologiques. À cette occasion seulement, la fonction écologique des zones humides artificielles est évoquée.

37Le faible intérêt déclaré pour la valeur écologique des zones humides artificielles ne serait pas surprenant s’il n’émanait pas d’élus qui revendiquent une sensibilité environnementale, en tant qu’individu, en tant que candidat puis élu et en tant que décideur politique. Sans être affiliés à un parti écologiste et sans se prétendre « écolo » selon leurs termes, les maires et présidents d’intercommunalités se disent préoccupés par les enjeux environnementaux, affirment leur volonté de protéger les milieux, de limiter les pollutions. Cependant, le propos reste déclaratif et le lien n’est pas fait lors des entretiens, même dans les termes, entre cette « préoccupation » environnementale revendiquée (qui les a parfois distingués de leurs opposants lors des élections) et les fonctions écosystémiques que les ZRV pourraient remplir dans leur territoire. Ce ne sont pas les fonctions écosystémiques qui sont louées et mobilisées dans le discours des décideurs. L’atout qui est reconnu à ces zones de phyto-remédiation, en lien avec l’écologie, c’est le paysage offert par les zones humides, qui est principalement décrit comme une sorte de jardin, clos et inaccessible, dont les aménités paysagères sont « appréciables » (mais toujours secondaires par rapport à la fonction d’amélioration de la qualité de l’eau).

38De manière plus surprenante, les ZRV sont également l’objet de la part des décideurs de préoccupations à plus long terme. En effets, les représentations recueillies montrent que ces dispositifs amènent les élus à se situer du point de vue d’enjeux socio-politiques à long terme. Les acteurs insistent sur l’importance pour leur collectivité de participer à un mouvement d’innovation technologique. La dimension novatrice, le fait que ces projets de phyto-remédiation soient des projets pilotes (en particulier à Saint-Just/Saint-Nazaire-de-Pézan où le constructeur a proposé un prototype de ZRV, la Zone Libellule) sont des éléments valorisants aux yeux des décideurs. Plus que la participation à une action sur l’écologie, ce qui intéresse les élus est l’approche technologique de la ZRV, en tant que procédé d’ingénierie écologique, et ce, parce qu’il est original, parce qu’il n’existe pas ailleurs et qu’il place de fait le territoire dans une concurrence avec d’autres qui n’auraient pas cet équipement. Bien que n’ayant pas de certitudes sur l’efficacité du procédé, ils apprécient de placer leur commune ou intercommunalité à la tête d’une démarche peu répandue. Cette vision des décideurs, qui se prétend long-termiste, est intéressante, dans la mesure où elle met en jeu l’anticipation sur les normes et les réglementations à venir (et sans la nommer ainsi, la concurrence entre les territoires qui est instaurée). En effet, l’argument avancé par les constructeurs de ZRV selon lequel les normes de qualité d’eau rejetée dans les hydrosystèmes seront amenées à évoluer vers de plus fortes exigences, convainc les décideurs, qui le reprennent à leur compte. Se placer en amont du changement à venir leur paraît pertinent et louable. Cela leur procure également un sentiment de fierté, d’accomplissement et ils le présentent comme une occasion de donner satisfaction à leurs administrés. Toutefois, du discours des concepteurs et constructeurs, les élus interrogés n’ont pas retenu l’argument de l’abattement des résidus médicamenteux (qui est pourtant l’un des objectifs particulièrement innovant du prototype de Saint-Just). On peut se demander si l’argument est finalement trop technique et pointu pour qu’ils l’aient retenu ; ou si l’absence de communication sur cet aspect de la part du constructeur ne peut l’expliquer.

39Si les décideurs font montre d’un intérêt pour des considérations à long terme, ils ne cachent pas non plus leurs visées politiques à plus court terme. La posture innovante de la collectivité, sa position concurrentielle dans le cadre régional, voire national, sont aussi expliquées par une volonté de notoriété, dont les objectifs sont « d’affichage » mais aussi électoraliste. Les acteurs rencontrés n’excluent pas l’idée que cette décision ait pu convaincre les citoyens de les (ré)élire. Les logiques de réseaux politiques et interpersonnels jouent à ce titre un rôle important, dans le choix du constructeur et du prestataire de services de la commune où la ZRV est aménagée. Le « verdissement » de l’action locale mené au titre de l’épuration des eaux est donc aussi bien servi par le souci de l’amélioration de l’eau que par le souci du rayonnement local et national que les décideurs possèdent.

Discussion : la biodiversité à l’épreuve de l’épuration ?

40Les représentations des ZRV que se font les habitants et les décideurs des collectivités permettent de pointer une opposition partagée par tous, entre deux pôles : d’une part, de fortes attentes vis-à-vis d’une amélioration de la qualité de l’épuration des eaux ; d’autre part, de faibles attentes vis-à-vis de la biodiversité. Que faut-il en conclure concernant la biodiversité à l’épreuve de l’épuration ?

  • 19 Si la présence au sein des milieux aquatiques de résidus de médicaments à usage humain et vétérinai (...)

41La question de la plus-value épuratoire fait l’objet de fortes attentes de la part de tous les acteurs interrogés. Elle se base sur un plébiscite de l’innovation dont les ZRV font preuve et sur l’unanimité autour du fort potentiel que présente la phyto-remédiation. L’attention portée au procédé épuratoire en tant que tel est importante, même dans le discours des habitants. Du point de vue de la construction de la norme, ce résultat est intéressant. En effet, l’élaboration de normes pour la qualité de l’eau reflète des jeux d’acteurs complexes : choix de procédés techniques (cultures techniques et culture du risque différentes19), mise en place d’outils fiscaux (taxes, redevances), financiers, réglementaires et de planification qui sont les produits d’intérêts divergents. Dans ce contexte, les constructeurs et exploitants des STEP aspirent à faire évoluer la législation vers une prise en compte des micropolluants parmi les substances à traiter dans les eaux résiduaires. Anticiper l’évolution de la réglementation en matière de normes de rejet signifie non seulement être prêt lorsque la réglementation changera mais aussi accéder aux financements prévus par les instances nationales pour la mise en place de marchés innovants en matière de services publics dans les collectivités. Aujourd'hui, les réglementations, européenne et française concernant la qualité des eaux, n’envisagent pas de surveiller la présence des résidus médicamenteux dans les différents milieux aquatiques ou de fixer des normes de qualité pour ces substances. Il faut préciser néanmoins que la présence de certains micropolluants est réglementée par la fixation de limites de qualité dans les milieux aquatiques ou de seuils à ne pas dépasser pour l’eau potable. Les chercheurs et les pouvoirs publics s’interrogent sur la pertinence d’un passage d’une surveillance exploratoire par des campagnes de mesures à une surveillance réglementaire de nouvelles substances. D’autant plus que les progrès constants des techniques de mesure permettent aujourd'hui de repérer des doses de micropolluants indécelables auparavant.

42Parmi les habitants, bien que la dépollution des eaux soit l’aspect le plus apprécié, les zones humides artificielles ne sont pas perçues comme des zones présentant des risques sanitaires à cause de la présence des eaux usées. Aucune mention n’est faite de risques potentiels associés à la nature de l’eau (usée traitée) pour les individus qui la visitent, qui y travaillent ou qui habitent la commune. Les préoccupations vis-à-vis de la pollution s’inscrivent plutôt dans la durée, dans le moyen et le long terme, ce qui entre en écho avec le type de risque concerné, diffus, qui est associé à ce dispositif. Par ailleurs, les participants aux focus groups n’ont pas manifesté de dégoût vis-à-vis de ces eaux, ni de préoccupation particulière quant à leur qualité : le processus d’épuration les rassure : l’eau n’est pas considérée comme « sale », mais comme traitée. Tout se passe comme si la dimension végétale associée au traitement (même si elle n’est pas valorisée du point de vue de la biodiversité), venait éclipser la dimension des risques associés à la présence d’eaux usées.

43La plus-value écologique, de son côté, est questionnée. L’incertitude concernant l’efficacité des abattements provoque une retenue sur l’appréciation de la « valeur » écologique du procédé. En outre, la « biodiversité » ne constitue ni un cadre d’action (pour les décideurs), ni une valeur. Elle n’est pas mobilisée dans les discours, ne paraît pas mobilisable. Lorsque la diversité animale et végétale est considérée, ce n’est pas comme une valeur ou un objectif de la ZRV, mais plutôt comme une conséquence parfois heureuse (et parfois malheureuse, lorsqu’elle est à l’origine de nuisances sonores comme en présence de nombreuses grenouilles). Au-delà, la dimension écologique, et la diversité biologique associée, sont même remises en cause, dans la mesure où les contextes locaux (et ruraux) placent les ZRV dans des environnements verdoyants, riches et souvent patrimonialisés. En effet, à la différence des zones humides artificielles aménagées à proximité de zones urbaines, dont la littérature a amplement exposé l’intérêt (Smardon, 1988 cité par Manuel, 2003), les zones humides artificielles en milieu rural ne rencontrent pas le même succès. Cela est particulièrement avéré pour les aspects associés à « la nature ». Dans un contexte rural, la dimension végétale, de verdure, du site est peu valorisée. Plus que la diversité végétale en tant que telle, c’est-à-dire en tant que valeur ou objectif à atteindre, ce qui fait sens pour les habitants interviewés c’est la participation de cette végétation à l’objectif, pour eux primordial, d’épuration.

44En fin de compte, les deux enjeux n’ont pas la même matérialité pour les acteurs locaux : l’un relève d’un champ obligatoire, mesurable, où des sanctions lourdes peuvent être prises et qui absorbent une part non négligeable des finances locales, l’autre ne relève d’aucun de ces points : facultatif, non mesurable, des budgets moindres et pas véritablement de police ni de sanctions à l’heure actuelle.

Conclusion

45Le texte a présenté les discours et les représentations d’habitants et de décideurs sur la présence de zones humides artificielles dans leur territoire de vie. Pour les habitants interrogés, elles sont perçues comme des dispositifs qui « ne dénotent pas par rapport à leur environnement ». Si cette appréciation peut être interprétée comme positive, indice de leur adaptation, elle peut également être analysée comme une modalité d’adhésion apathique, « molle », qui ne témoigne pas d’une forte interpellation des habitants. Le fait de ne pas se distinguer, de ne pas provoquer de réactions plus vigoureuses, laisse à penser que le dispositif n’a pas eu à s’imposer, localement, malgré sa spécificité et son caractère novateur et qu’il n’est finalement pas « inséré ». Pour les décideurs, les zones humides artificielles sont des aubaines pour leur territoire, peuvent constituer une vitrine pour leur action et sont favorables à l’amélioration de la qualité de l’eau des bassins versants et cours d’eau dont ils ont la « responsabilité ».

46Les zones humides artificielles disposent d’un capital d’adhésion qui dépend de plusieurs facteurs : d’une part, les représentations positives associées au principe « naturel », « écologique » qui sous-tend la phyto-remédiation et qui est associé à la végétation. D’autre part, le caractère innovant, précurseur et original que ces procédés affichent et appliquent, a pour effet d’augmenter le degré d’adhésion des habitants et des décideurs à ce type d’installation. Enfin, la dimension politique et institutionnelle de la mise en place de tels dispositifs n’est pas à négliger : les décideurs accordent un poids important aux effets de réseaux entre acteurs, au besoin de soutien technique et administratif (et pas seulement financier) et à l’incidence sur le territoire local et régional, du choix politique qu’ils ont fait en installant une zone humide artificielle. Les habitants revendiquent à ce tire la confiance qu’ils accordent aux institutions.

  • 20 Les résultats du projet de recherche n’ont montré que des potentialités en termes de production de (...)

47Dans ces circonstances, la question de l’insertion socio-territoriale des zones humides artificielles en sortie de station d’épuration repose davantage sur l’idée de faire de ces zones humides des évènements « dans » et « pour » le territoire, plutôt que de chercher à les implanter d’une manière discrète. À titre d’exemple, l’ouverture au public possible des ZHART appelle des avis partagés : « c’est un endroit technique » qui nécessite d’être fermé, mais dont une ouverture contrôlée (horaires et jours préétablis) pourrait permettre de sensibiliser et d’éduquer aux questions qui touchent à l’assainissement, à la pollution de l’eau : « je pense que de temps en temps ça serait bien, il faudrait faire des visites (…), car ça interpellerait les gens quand même». Le recours à l’argument de l’amélioration de la biodiversité, qui est contesté par les scientifiques20, se trouve finalement récusé par les habitants, laissant ainsi penser que le verdissement de l’action locale ne serait qu’un maquillage « écologique » de décisions ne relevant ni de la protection, ni de la restauration des milieux et des masses d’eau.

Haut de page

Bibliographie

ABRIC J.-C., 2001, Pratiques sociales et représentations, Paris, PUF, 256 p.

AGGERI G., 2004, La nature sauvage et champêtre dans les villes : Origine et construction de la gestion différenciée des espaces verts publics et urbains. Le cas de la ville de Montpellier, Thèse en Science de l’Univers. ENGREF (AgroParisTech), 2004. English <pastel-00001564>

AKRICH M. 1989, La construction d'un système socio-technique, Anthropologie et sociétés, 13 (2), p. 31-54, Département d'anthropologie, Université Laval <halshs-00005842>.

AUBERTIN, C., BOISVERT V., DOMINIQUE VIVIEN F., 1998, La construction sociale de la question de la biodiversité, Natures, Sciences, Sociétés, vol. 6, n°1, p. 7-19.

AMALRIC M., 2005, Les zones humides, appropriations et représentations. L’exemple du Nord-Pas de Calais. Thèse de géographie de l’Université des Sciences et Technologies de Lille, UMR 8141 CNRS, 468 p.

AMALRIC M., CIRELLI C., LARRUE C., 2015, Quelle réception sociale pour l’ingénierie écologique industrielle ?, VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 15 Numéro 3 | , mis en ligne le 28 décembre 2015. URL : http://vertigo.revues.org/16713 ; DOI : 10.4000/vertigo.16713

ARRIF T., 2009, Les représentations sociales liées au lieu de résidence au sein du parc de Bercy, Métropoles, n. 5, 2009, p. 147-175.

BARNAUD G, CHAPUIS J.-L., 1999, De l'écologie de la restauration à l'ingénierie écologique, où en est-on ? Courrier de l'environnement de l'INRA n°36, mars 1999

BARNAUD, G., CHAPUIS, J.-L., 2004, Ingénierie écologique et écologie de la restauration. Spécificités et complémentarités, IngénierieEau, agriculture, territoires, n° spécial, 123-138

BARBIER R, 2009, Le buveur d'eau et le recyclage des eaux usées, Espaces et sociétés, 4 n°139, p. 107-121. DOI : 10.3917/esp.139.0107

BERNARD P. (prés. de), 1994, Comité interministériel de l'évaluation des politiques publiques, Premier ministre, Commissariat général du Plan, Rapport d’évaluation des politiques publiques en matière de zones humides, La documentation Française Septembre 1994, 391 p.

BONNET E., AMALRIC M., CHEVÉ M., 2014, Mapping Mental Representations of Industrial Risk: Illustrated with the Populations of the Estuary of the Seine River, France. Cartographica, University of Toronto Press, 2014, 49 (2), p. 102-113.

BOUTIN C., PROST-BOUCLE S., 2012, Les zones de rejet végétalisées, Sciences Eaux & Territoires, 2012/4, n° 9, p. 36-43.

BOUTIN C. 2013, Les zones de rejets végétalisées : éléments pour une meilleure conception, ONEMA, IRSTEA, Partenariat 2011 « ZRV et matériaux absorbants ».

BRUN M., 2015, Biodiversité végétale et délaissés dans l'aménagement urbain : contribution potentielle des délaissés urbains aux continuités écologiques, Thèse en aménagement et urbanisme. Environnement et Société, Université de Tours, 2015. 479 p. <tel-01285096>

CAIRNS J., 1995a, Ecosocietal restoration: reestablishing humanity’s relationship with natural systems, Environment, 1995, vol. 375, p. 4‑9.

CAIRNS J., 1995b, Ecosocietal Restoration Reestablishing Humanity’s Relationship with Natural Systems, Environment: Science and Policy for Sustainable Development, juin 1995 , vol. 37, n°5, p. 4‑33. < http://dx.doi.org/10.1080/00139157.1995.9931063 >

CIRELLI C. 2004, Agua desechada, aguas aprovechada, Cultivar en las márgenes de la ciudad, Coll. Investigaciones, San Luis Potosi, El Colegio de San Luis, Mexico

CIRELLI C., 2006, Environnement et usages de l’eau. Pratiques agricoles à risque aux marges des villes mexicaines », Thèse en géographie, Université de Paris 8, Vincennes-saint Denis.

COMBY E., 2015, Pour qui l'eau ? Les contrastes spatio-temporels des discours sur le Rhône (France) et le Sacramento (Etats-Unis) ». Thèse de Géographie. Université Jean Moulin Lyon 3, 2015. 721 p. <tel-01238033>

CORMIER L., 2011, Les Trames vertes : entre discours et matérialités, quelles réalités?, Thèse de Géographie. Université d'Angers, 2011. 385 p. <tel-00640049>

DESCOLA P., PÁLSSON G., 1996, Nature and Society: Anthropological Perspectives Psychology Press, 310 p.

DOUGLAS M., 1971, De la souillure, essai sur la notion de pollution et tabou, Paris, Maspero, [ed. orig. 1966 Purity and Danger, an analysis of conception of pollution and taboo, London, Routledge & Kegan Paul].

DOURNEL S., 2010, L’eau, miroir de la ville : contribution à l’étude de la requalification urbaine des milieux fluviaux et humides (Bassin parisien, Amiens, Orléans), Thèse de géographie, Université d’Orléans, 2010, 679 p.

Duchesne S., Haegel F., 2004, L'enquête et ses méthodes : les entretiens collectifs, Paris, Nathan, 126 p., 2-09-191309-X br. <halshs-00841629>

FONTAN, J-M., KLEIN J.-L., TREMBLAY D.-G., 2004, Innovation et société : pour élargir l’analyse des effets territoriaux de l’innovation, Géographie, économie, société, Vol. 6, p. 115-128, DOI 10.3166/ges.6.115-128. DOI : 10.3166/ges.6.115-128

FUSTEC E., LEFEUVRE J.-C. et al., 2000, Fonctions et valeurs des zones humides, Dunod, 426 p.

GERMAINE M.-A., 2011, Apport de l’analyse de discours pour renseigner les représentations paysagères et les demandes d’environnement. Exemple des vallées du nord-ouest de la France, Annales de géographie, 1 décembre 2011, vol. 682, n°6, p. 629‑650.

GRAMOND D., Requalifier les zones humides continentales : Logiques et paradoxes, Géocarrefour [En ligne], vol. 88/4 | 2014, mis en ligne le 13 novembre 2014, URL : http://geocarrefour.revues.org/9270

JODELET D. (Ed.), 1997, Les représentations sociales. Presses Universitaires de France, Paris, 447 p.

JONES D., 2007, The Depths of Disgust, Nature (447), p. 768-771.

KRUEGER R. A., 1994, Focus groups: a practical guide for applied research, Sage Publications. 255 p.

LARRÈRE C., LARRÈRE R., 2015, Penser et agir avec la nature. Une enquête philosophique, Éditions La découverte, 374 p.

LATOUR B., 1999, Politiques de la nature Comment faire entrer les sciences en démocratie, Paris, La Découverte, 382 p.

LE LAY Y.-F., 2007, Les hommes et le bois en rivière. Représentations, pratiques et stratégies de gestion dans le cadre de l'entretien des cours d'eau. Thèse de Géographie. Université Jean Moulin -Lyon III, 569 p. <tel-00365849>

LÉVY J., LUSSAULT M., 2003, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 1033 p.

MANUEL P. M., 2003, Cultural perception of small urban wetlands: cases from the Halifax regional municipality, Nova Scotia, Canada, Wetlands, Vol. 23, n°4, December, p. 921-940.

MARKS J.S., MARTIN B., ZADOROZNYJ M., 2006, Acceptance of water recycling in Australia: national baseline data, Water, 33(2), p. 151–157.

MEEDDM, 2010, Les zones humides : un enjeu national. Bilan de 15 ans de politiques publiques, 91 p.

MEHDI L., WEBER C., DI PIETRO F., SELMI W., 2012, Évolution de la place du végétal dans la ville, de l’espace vert a la trame verte », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 12 Numéro 2 | septembre 2012, mis en ligne le 10 février 2014.

MORGAN D.L., 1997, Focus groups as qualitative research, Oaks, London, New Delhi, Sage publications.

PO M., KAERCHER J.D., NANCARROW B.E., 2003, Literature Review of Factors Influencing Public Perceptions of Water Reuse, CSIRO Land and Water-Technical report 54/03.

PO M., NANCARROW B. E., LEVISTON Z., POTER N. B., SYME G. J., and KAERCHER J. D. ,2005, Predicting Community Behaviour in Relation to Wastewater Reuse: What Drives Decisions to Accept of Reject? Perth, CSIRO.

Projet ZHART, 2016, Recommandations pour la conception, le suivi et la gestion de nouveaux concepts de zones de rejets végétalisées. Application en sortie de sortie de stations de traitement des eaux usées municipales. Rapport public du projet de recherche ZHART (lauréat FUI 14), 64 p.

REY F, GOSSELIN F, DORÉ A. (coord.), 2014, Ingénierie écologique : Action par et/ou pour le vivant ? Paris, QUAE, 174 p.

ROUSSIAU N., BONARDI C., 2001, Les représentations sociales état des lieux et perspectives, SH, Mardaga, 245 p.

ROZIN P., BRENT HADDAD B., NEMEROFF C., SLOVIC P., 2015, Psychological aspects of the rejection of recycled water: Contamination, purification and disgust, Judgment and Decision Making, vol 10, n°1, Jan 2015, p. 50-63.

SAJALOLI B., 2001, La mare œil et miroir de notre société. Contribution à l'étude historique des perceptions et représentations des petites zones humides et à la définition d'une stratégie d'adhésion sociale à leur préservation, communication présentée au colloque "Hydrosystèmes, paysages et territoires", Lille, Sep. 2001.

SCOTT C., FARUQUI N., RASCHID-SALLY L., 2004, Wastewater Use in Irrigated Agriculture: Coordinating the Livelihood and Environmental Realities, CABI Publishing, IWMI, IDRC.

SMARDON R.C., 1988, Aesthetic, recreational, landscape values of urban wetlands, in J.A. KUSLER J.A., S. DALY, and G. BROOKS (eds.), Proceedings of National Wetlands Symposium Urban Wetlands, Association of Wetlands managers, Berne, NY, USA, p. 92-103.

STENEKES N., COLEBATCH H.K., WAITE T.D. et al., 2006, Risk and Governance in Water Recycling », Science, Technology, and Human Values, 31 (2), p. 107-133.

SWYNGEDOUW E., 2007, Modernité et hybridité Nature, " regeneracionismo " et la production du paysage aquatique espagnol. 1890-1930, Géographie, économie, société, 1/ (Vol. 9), p. 39-68.

TOURÉ E.H., 2010, Réflexion épistémologique sur l’usage des focus groups : fondements scientifiques et problème de scientificité, Recherches qualitatives, Vol 29(1), 2010, p. 5-27.

VEJRE H., SØNDERGAARD J.-F., JELLESMARK T. Bo, 2010, Demonstrating the importance of intangible ecosystem services from peri-urban landscapes, Ecological Complexity, 7, Elsevier, p. 338–348

VILLALBA B., 2006, Chapitre 24 - La sociologie politique et l'environnement : questions sur un silence, in C. BECK et al., Temps et espaces des crises de l'environnement, Editions Quæ « Indisciplines », 2006, p. 369-382. DOI 10.3917/quae.beck.2006.01.0369

VIOLLEAU D., BEJON B., 2012, Efficacité des filtres plantés de roseaux pour l’épuration des eaux usées urbaines, 2ème Colloque International sur la Gestion et la Préservation des Ressources en Eau, Meknès, 10 au 12 mai 2012, Université Moulay Ismaïl – Faculté des Sciences Meknès – Maroc

WEISS K., MARCHAND D. (dir.), 2006. Psychologie sociale de l’environnement. PUR, Didact Psychologie sociale. 243 p.

WIBECK V., ADELSWÄRD V. and LINELL P., 2004, « Comprendre la complexité : Les focus groups comme espace de pensée et d’argumentation sur les aliments génétiquement modifiés », Bulletin de Psychologie 57, p. 253–261.

Haut de page

Notes

1 La phyto-remédiation consiste à dépolluer les sols, traiter les eaux usées ou assainir l’air en utilisant des plantes et, par extension, des écosystèmes qui supportent ces végétaux. La dégradation de contaminants est accélérée par l'activité microbienne. Le terme est préféré ici à celui de phyto-épuration, plus communément employé, mais de manière moins approprié.

2 Sans développer ici les débats scientifiques autour du concept de « biodiversité », notons que le passage du concept de diversité biologique à celui de « biodiversité » témoigne du passage des questionnements scientifiques issus de la théorie de l’évolution aux enjeux géopolitiques et industriels. Les intenses débats qui s’en suivent voient s’opposer les points de vue, certains dénonçant les intérêts marchands qui l‘emporteraient « sur les approches éthiques et patrimoniales, réduisant la biodiversité aux ressources génétiques et préconisant l’instauration de la propriété comme garantie de sa gestion durable » (Aubertin et al. 1998 : 18).

3 Le consortium du projet réunit une « grande entreprise » (INSEE, Décret n°2008-1354 article 3) spécialisée dans les différents domaines de la gestion de l’eau, des TPE (très petites entreprises) et des laboratoires de recherche publique dans les champs de la santé publique, des sciences sociales et de l’environnement. Le projet a été financé par le Fonds Unique Interministériel (FUI) , sous la labellisation des pôles de compétitivité DREAM et EAU, 2012-2015.

4 C’est ainsi que le législateur désigne le cours d’eau qui est pris en compte dans la détermination de la norme de rejet.

5 Le sigle ZRV (« zone de rejet végétalisée ») est la dénomination générique employée par les chercheurs et les exploitants industriels pour désigner de tels dispositifs d’assainissement. Dans le texte suivant, le terme sera employé comme synonyme du sigle ZHART (Zone Humide Artificielle) ; les zones humides artificielles étant un type particulier de ZRV.

6 L’étude de l’insertion socio-territoriale consiste à analyser l’incorporation du dispositif dans un territoire donné : tout d’abord en termes écologiques, mais aussi en termes socio-territoriaux puisqu’il est aussi connecté à un territoire investi par des activités, des pratiques, des représentations et des relations de pouvoir. Pour plus de détails : Amalric et al., 2015.

7 On retiendra la définition de la représentation comme « une forme de connaissance socialement élaborée et partagée ayant une visée pratique et concourant à la construction d'une réalité commune à un ensemble social (…) » (Jodelet, 1989 p. 43).

8 Dans toute la suite du texte, le terme « naturel » sera utilisé pour désigner des zones humides pourtant effectivement anthropisées et qui font l’objet d’usages et de modifications par l’homme depuis parfois des siècles, et les distinguer, ainsi, des zones humides artificielles, qui viennent d’être construites ex nihilo et qui font l’objet de l’article.

9 Dans l’Hérault, 12 entretiens sont menés courant 2013, puis 7 autres au printemps 2014. Dans le Lot, 7 entretiens sont menés courant 2013 puis 5 autres en mai 2014.

10 Officiellement, l’appellation est STEU pour « station d’épuration des eaux usées » mais c’est STEP qui est fréquemment employé.

11 Une demi-douzaine dans chaque site, en amont des focus groups en 2014.

12 Ce qui n’est pas sans poser la question de la limite de ce type de recrutement, souvent inhérent aux méthodes « participatives ».

13 Les citations des focus groups en « italique entre guillemets » dans le texte, sont indifféremment tirées des entretiens collectifs à Caillac (46) (respectivement 9 personnes le matin et 7 l’après-midi) en mai 2014 et à St-Just et St-Nazaire-de-Pézan (34) (respectivement 8 et 7 personnes lors des deux sessions) de juin 2014.

14 Les clichés sont précisément présentés comme des « paysages de zones humides » par l’animateur.

15 Acronyme de Liberté biologique et lutte contre les polluants émergents, prototype de zone de rejet végétalisée conçue par la Lyonnaise des Eaux.

16 3 500 à 5 000 équivalent/habitant

17 Il est ici question des cheminements qui existent dans le périmètre de l’installation, qui ne sont empruntés que lors des visites techniques ou de journées portes ouvertes.

18 La plupart du temps, la ZRV fait partie du périmètre de la STEP du point de vue administratif, mais l’arrêté de déclaration porte sur le bâti de la STEP uniquement, les Agences de l’eau quant à elles, sont censées statuer sur les points de rejets des installations d’épuration, le rejet de la ZRV n’est donc pas considéré du point de vue administratif et réglementaire.

19 Si la présence au sein des milieux aquatiques de résidus de médicaments à usage humain et vétérinaire (rejets dans les urines et fèces et plus ponctuellement dans les rejets de l'industrie chimique et pharmaceutique) semble être avérée, les effets et les risques associés demeurent mal connus.

20 Les résultats du projet de recherche n’ont montré que des potentialités en termes de production de diversité biologique et n’ont proposé que des résultats mitigés en termes d’abattement de micro-polluants (Projet ZHART, 2016).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1a : Vue de la ZRV de Caillac (Lot, Mai 2014)
Crédits © Cirelli & Amalric, 2012 et 2014
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/10103/img-1.png
Fichier image/png, 211k
Titre Figure 1b : Vue de la ZRV de St-Just/St-Nazaire (Hérault, nov.2012)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/10103/img-2.png
Fichier image/png, 162k
Titre Figure 2 : Synthèse des planches photographiques présentées lors des focus groups
Légende A gauche, les paysages de zones de rejets végétalisées, à droite, les paysages de zones humides « naturelles ». Sont entourées les photos préférées par le plus grand nombre : en rouge et en orange, à Caillac ; en bleu et en vert, à St Just-St Nazaire
Crédits ©Cirelli, Amalric, 2014
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/10103/img-3.png
Fichier image/png, 513k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Amalric et Claudia Cirelli, « L’ingénierie écologique face aux territoires : enjeux et représentations sociales d’une innovation dans le domaine du traitement de l’eau  », Géocarrefour [En ligne], mis en ligne le 15 mars 2017, consulté le 27 avril 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/10103

Haut de page

Auteurs

Marion Amalric

UMR CNRS 7324 CItés TERritoires Environnement Sociétés CITERES 33 Allée Ferdinand de Lesseps BP 60449 37204 Tours cedex 03 Marion.amalric@univ-tours.fr

Claudia Cirelli

UMR CNRS 7324 CItés TERritoires Environnement Sociétés CITERES 33 Allée Ferdinand de Lesseps BP 60449 37204 Tours cedex 03 Claudia.cirelli@univ-tours.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page