Navigation – Plan du site
articles

Porter la voix des femmes dans les politiques territoriales locales : regards croisés Gatineau—Grenoble

Representing the voice of women in local territorial policies : a comparative study of Gatineau and Grenoble
Sophie Louargant et Denyse Côté

Résumés

La question de l’égalité n’est pas un objet nouveau pour les politiques publiques. Nombre de villes, de régions ont mis en place des dispositifs d’égalité femmes-hommes. Ce dossier a été porté en France par des élues engagées dans des collectifs féministes, dans des luttes sociales ou environnementales. Au Québec, il a été porté par des associations féministes, et par des élues issues de cette mouvance ou sensibilisées à la problématique. D’un côté et de l’autre de l’Atlantique, ces actrices ont été confrontées à nombre de résistances et d’embûches avant d’obtenir une certaine visibilité de cette question. L’objectif principal de l’article est d’identifier les résistances à l’intégration de l’égalité femmes-hommes comme catégorie d’action locale. Ces dernières sont souvent renforcées par un discours sexiste associant l’égalité femmes-hommes à « des commérages féministes » ou à des demandes inopportunes. Ce contexte questionne l’« éthique » politique et la sexuation de cette éthique dans la prise en charge publique de l’égalité à l’échelle du territoire restreint. L’analyse comparée du parcours de militantes et d’élues en France (Grenoble) et au Québec (Gatineau) dévoile les ressorts de la production de ces mécanismes sexistes dans la construction contemporaine des territoires locaux et régionaux.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Par « égalité femmes-hommes », nous référons ici à tout état social, politique, économique ou cultu (...)
  • 2 Apparue en 1985 lors de la conférence mondiale pour les femmes de Nairobi au Kenya, l’approche du g (...)
  • 3 Voir à ce sujet : http://ec.europa.eu/employment_social/equal_consolidated/ et http://urbact.eu/

1La question des inégalités femmes-hommes pour penser les espaces (Côté et Fortin, 1995 ; Mc Dowell, 1999 ; Louargant, 2003, Fanstein et Servon, 2005) et les politiques publiques n’est pas nouvelle en soi (Achin et al., 2007 ; Dauphin et Sénac-Slawinski, 2008). En revanche, l’observation de l’opérationnalisation de l’égalité1 dans le cadre des politiques publiques urbaines est moins explorée. Suite à la conférence de Bejing en 1995, la conception retenue par l’Union Européenne a été celle du gender mainstreaming2. La traduction de cette approche dans le cadre de l’action publique européenne s’est concrétisée par la construction d’une nouvelle catégorie d’action : celle de l’égalité femmes-hommes (Jacquot, 2009, 2014). Ainsi depuis plus de 20 ans, le déploiement des dispositifs d’égalité femmes-hommes impulsée par l’Union Européenne au niveau local s’est opéré. Des régions et des municipalités pionnières comme Barcelone (Garcia-Ramon et al., 2004), Milan (Bonfiglioli, 2000), Grenoble (Louargant, 2015) ont développé des outils d’observation, de participation en lien avec les dispositifs Équal, Urban/Urbact3. Plus récemment à travers la mise en œuvre de la Charte européenne pour l’égalité des femmes et des hommes dans la vie locale et d’une sous l’impulsion ministérielle, les approches de genre à la ville ont émergé dans le cadre des dispositifs d’égalité femmes-hommes. Trois motifs principaux explicitent le regain récent d’intérêt en France pour cette question. Le premier est d’ordre institutionnel, avec la création du Haut-Commissariat à l’égalité entre les femmes et les hommes en 2013, en lien avec la territorialisation des politiques d’égalité femmes-hommes au niveau local. Le second est celui de l’émergence d’une expertise scientifique et d’une consultance en lien avec ces nouvelles institutions, signe d’une routinisation de la place de l’expert sur ce sujet (Dumoulin et al., 2005). En dernier lieu, soulignons l’expression d’un renouveau du tissu militant féministe dans l’espace public (médias, happening, graffeuses de rue, collectifs d’urbanistes, d’architectes). Après des années de mise à l’écart, ce regain d’intérêt, questionne la fabrique urbaine locale peu ouverte aux questions des inégalités. A contrario de l’institutionnalisation de la question de l’égalité dans les politiques locales en France, le Québec a annoncé la suspension des plans régionaux d’égalité femmes-hommes ainsi que des budgets qui leur étaient consacrés. Ces constats soulignent la fragilité du processus de territorialisation des politiques dans le champ urbain et renvoient au rôle des élues et des militantes qui portent ou ont porté la question des inégalités dans les territoires à l’échelle restreinte. La remise en cause de leur utilité suggère la nécessité d’analyser les mécanismes d’insertion de la question de l’égalité ou de sa sortie de l’agenda politique. En effet, si le mainstreaming a favorisé une déclinaison transversale de l’égalité femmes-hommes dans les collectivités territoriales (mairies, Conseils régionaux, départementaux) en France, il n’a pas donné lieu à une politique sectorielle urbaine identifiée et territorialisée. La fluctuation importante des actions et des budgets attribués n’a fait que semer un doute sur ces dispositifs. Au Québec, la dynamique a été autre. Dès la seconde moitié des années 1980, plusieurs initiatives ont été prises par des associations féministes de grandes villes sur le thème, entre autres, de l’aménagement sécuritaire en milieu. Ces associations ont réclamé et obtenu la mise sur pied de dispositifs consultatifs dont la Commission « Femmes et ville » (Ville de Montréal, 2008) visant à augmenter la participation des femmes à la vie municipale et à favoriser l’exercice du droit à la ville pour les femmes (Fenster, 2005). Par ailleurs, une conjoncture de décentralisation politique et administrative, de nouveaux enjeux éthiques en matière de gouvernance de proximité ainsi qu’un intérêt renouvelé pour les affaires municipales (Tremblay, Klein et Fontan, 2009) renvoient aussi au Québec à la capacité de porter la problématique de l’égalité au sein du débat public et des territoires restreints. À cet effet, l’échelle locale peut être un lieu privilégié d’observation et d’élaboration de la territorialisation de l’égalité femmes-hommes. En effet, le local pourrait être le révélateur d’une construction sociale urbaine de la citoyenneté des femmes. Le choix de deux territoires institutionnels francophones en France et au Québec, vise à révéler les mécanismes communs propres à l’insertion de politiques en matière d’égalité dans les zones urbaines.

  • 4 La Ville de Gatineau regroupe 265 350 habitants et celle de l’intercommunalité de Grenoble, 450 000 (...)
  • 5 Cet article repose sur la recherche réalisée dans le cadre du projet COMMÈRES, Collectifs, Marges, (...)

2Ce postulat interpelle à la fois les représentations et les rhétoriques construites sur les femmes dans l’action locale. Engagées dans l’action associative, politique ou militante, les femmes seraient-elles plus à l’aise dans la gestion de la proximité, dans l’agencement des relations locales, du voisinage, donc plus aptes à porter les questions urbaines du quotidien : les services, les mobilités, l’organisation des temps ou encore les émotions dans la ville (sécurité, peurs) ? Et seraient-elles plus à même de porter le dossier de l’égalité au sein des dispositifs urbains ? Dans quelle mesure leurs efforts en ce sens auraient-ils été couronnés de succès ? Partant de ces préalables, nous avons choisi d’analyser, de part et d’autre de l’Atlantique, en France et au Québec, les stratégies qu’elles élaborent pour mettre leurs droits, leurs besoins et leurs préoccupations à l’agenda des politiques locales. Rencontrent-elles des empêchements et si oui, quels détours doivent-elles emprunter ? Pour des questions de comparaison de territoires et en raison du contexte d’organisation des mouvements sociaux et des institutions politiques, la conception institutionnelle du territoire a été retenue dans les deux études de cas : l’intercommunalité de Grenoble et la Ville de Gatineau4. Le choix de ces deux territoires s’est fait en raison de l’accès possible aux confidences des militantes et des élues, celui-ci étant déterminé par leur connaissance préalable des chercheures et le haut niveau de confiance présent dans leurs relations respectives. Notre lecture vise à montrer en quoi le processus de construction sociale et politique des relations de genre à l’échelle locale impacte les mécanismes d’émancipation et de représentation des femmes à différentes échelles. Il s’agit également de regarder plus précisément si les mouvements sociaux ou politiques portés par les femmes élues et militantes, se détachent, s’agencent ou s’alignent (Masson, 2009) avec une action locale, devenue multi-scalaire mais aussi territorialisée. À partir d’une collecte de récits croisés de femmes élues et militantes, ayant agi et agissant pour mettre la question de l’égalité à l’agenda des politiques territoriales locales, nous avons examiné l’hypothèse de l’existence de situations et de discours obligeant les femmes à bricoler en permanence dans et avec les réseaux de proximité. Deux focus group ont été réalisés à Gatineau et à Grenoble avec des élues et militantes des deux localités (2015 ; 2016)5 pour étayer cette hypothèse. Cette mise en rapport dans deux contextes francophones a eu un effet « miroir », permettant d’analyser les empêchements et les stratégies locales de mise à l’agenda politique des questions de l’égalité dans les politiques locales ainsi que leurs retombées.

Être élues, militantes, femmes : s’organiser à l’échelle du local pour déjouer le global

Les femmes et la proximité relationnelle : plus qu’un choix, une nécessité

3L’analyse des rapports sociaux de sexes rend compte d’un ensemble de phénomènes sociaux, historiques, politiques, économiques et psychologiques associés à l’appartenance, ou non, des êtres humains à l’un ou à l’autre sexe ainsi que de l’ensemble des conséquences engendrées, dont l’inégalité entre les hommes et les femmes (Löw, 2006 ; Young, 2005). Au-delà des usages différenciés des espaces, des relations des femmes et des hommes aux territoires, cette approche interpelle la question du droit à la ville, du droit au débat public et à la justice sociale. En effet, le territoire est un espace en perpétuelle évolution, ce qui sous-tend une certaine fragilité intrinsèque illustrée par son caractère inégalitaire. Tout le monde n'y accède pas de la même façon, dans les mêmes conditions ni dans la même dimension de reconnaissance (Fraser, 2011). S'il est catalyseur des tensions et des violences physiques, il n'en demeure pas moins, à travers son aspect normatif, un générateur de hiérarchisation, de stéréotypes, de formes de « violences symboliques », de normes. La construction politique, institutionnelle et citoyenne des territoires locaux s’inscrit également dans cette conception. Dans ce contexte, les groupes de femmes locaux et régionaux sont de plus en plus mis à contribution et diverses expériences d’intégration de l’égalité aux territoires sont proposées (WCI, 2012 ; European Commission, 2004). Cependant, si les acteurs locaux sont souvent portés responsables d’intégrer l’égalité, penser les rapports femmes-hommes comme catégorie d’action locale s’avère pour eux souvent difficile, car étrangers aux paradigmes classiques ayant guidé leurs décisions et leurs actions. Ainsi, la mobilisation des collectifs organisés (réseaux des femmes élues, tables de concertation de groupes de femmes, Planning familial) a joué et joue, au Québec comme en France, un rôle déterminant dans la manière dont sont portés les messages à destination des acteurs locaux des territoires, en particulier sur les questions sociales et urbaines (mobilité, démocratie, espace public, services). Les initiatives ont du mal à se pérenniser, étant toujours remises en cause. Elles témoignent à l’évidence d’une sexuation dans la mise en œuvre des politiques locales (d’égalité femmes-hommes ou territoriales) mais également des obstacles et des embûches avec lesquelles les militantes doivent conduire leurs actions : langage sexiste utilisé dans certains cas, invisibilisation de leur sujet, temps réduit ou carrément absent pour présenter leurs agendas et leurs actions. Les militantes et les élu(e)s locales se retrouvent ainsi en situation de vulnérabilité, étiquetées au niveau local en France comme des « commères », les féministes élues ou militantes peuvent faire l’objet d’injures et de quolibets (insatisfaction sexuelle, frustration, combat ringard…) révélateurs d’une culture peu rompue aux questions de l’égalité. Au Québec, malgré les campagnes d’appui aux candidatures féminines lancées par le ministère des Affaires municipales et de l’occupation du territoire (MAMOT) auxquelles ont participé d’emblée de nombreuses associations féministes, le déficit de femmes élues ne se comble que très lentement (Gouvernement du Québec, 2012). Si les quolibets et les injures semblent plus étrangers à la culture politique québécoise, l’invisibilité des dossiers de l’égalité ou du dossier « femmes et ville », la difficulté de les porter est toujours très présente, ceux-ci ne faisant pas partie des considérations centrales des villes, des municipalités ou de leurs électeurs et électrices. Dans ces deux contextes, la question des droits des femmes, l’historicité de leur émergence et de leur mise en œuvre ont été nécessaires pour saisir les agencements en cours dans les territoires locaux.

Femmes, engagement et luttes : des références communes, des chemins d’émancipation différents

4L’histoire des mouvements sociaux féministes antérieurs des 1ère et 2ème vagues féministes (accès au vote, avortement, accès à l’éducation, indépendance financière) montre que les militantes se sont concentrées sur la défense des droits des femmes en lien avec les politiques sociales, familiales et sanitaires. L’intérêt pour les questions liées au développement territorial n’est arrivé que plus tard. En France, la mise au rencart d’une approche des droits des femmes et son remplacement par l’approche intégrée de l’égalité a conduit à développer des dispositifs d’égalité femmes-hommes en Europe, ce qui a induit à son tour l’institutionnalisation de certains mouvements sociaux. Des différences de conception sur la place du politique et de la citoyenneté ont freiné l’action des groupes féministes dans les débats sur l’action urbaine et territoriale. Les mouvements féministes et leurs organisations locales ont été et sont toujours considérés par certains comme élitistes ; à cet effet, une expression citoyenne issue de la classe moyenne et ouvrière à l’échelle des quartiers (conseils de quartiers, associations) a émergé à la fin du 20e siècle. Ces expressions traduisent aussi la construction sociale des relations femmes-hommes à l’échelle locale devenues un lieu d’organisation de luttes au sein d’un espace public revisité (Martson, 2000).

5Au Québec, les associations militantes sont présentes sur tout le territoire québécois, leurs interventions s’étant muées, au fil des ans, en expertises reconnues par les autorités gouvernementales et insérées dans ses plans d’action. Ces luttes relèvent souvent plutôt du secteur associatif présent dans les villes et municipalités, bien que ces dernières soient dotées d’une logique et de dispositifs politiques et institutionnels distincts. Ainsi, les groupes de femmes autonomes ont initié dès les années 1980 les premières actions portant la place des femmes dans la ville ; de ces groupes sont issus les forces vives qui ont permis la mise en place de plusieurs réseaux de femmes élues locales, des Commissions « Femmes et Ville » (Ville de Québec, 1995), ou encore du Conseil des Montréalaises (créé en 2004). Ce dossier désormais légitimé, plusieurs femmes élues ainsi que certaines structures associatives de municipalités ont mis la question de l’égalité femmes-hommes à leur agenda, quoiqu’elle demeure peu ou pas financée et clairement secondarisée. Les femmes élues et les militantes féministes ne mènent pas toujours un combat conjoint sur la question, leurs logiques d’action et leurs cultures respectives s’avérant parfois antinomiques. Cela dit, l’égalité reste toujours un dossier teinté des stéréotypes propres à la lutte féministe et par le fait même difficile à défendre auprès des élus.

6Ainsi, si les contextes français et québécois sont différents, ils témoignent tous deux d’une structuration difficile des politiques de l’égalité et des droits des femmes dans l’action urbaine locale. Ainsi, porter la voix des femmes n’est pas sans compromission, coalition ou opposition avec la gouvernance locale.

Les femmes militantes : relais de la gouvernance locale

7Il est aisé de donner un rôle et d’attribuer des étiquettes à l’action des collectifs féministes ou des engagements individuels. En effet, l’engagement et le militantisme s’expriment aujourd’hui dans de nouvelles configurations sociales et politiques complexes (Agrikoliansky, Sommier et Fillieule, 2010 ; Ion, 2012) en raison de l’individualisation des luttes, des circulations et adhésions ponctuelles à des causes. Le mouvement féministe n’est pas exsangue de ces transformations. Les militantes engagées dans les années 1970 sur des idéologies féministes d’émancipation sont toujours actives et engagées dans des associations historiques sur les droits des femmes (Planning familial, CIDDF, FFQ, groupes de femmes locaux, Marche mondiale des femmes). Elles sont aujourd’hui confrontées à l’émergence de collectifs militants issus des mouvements sociaux comme, pour citer l’exemple français, Osez le féminisme, la Barbe, le Collectif pour la Marche de la Dignité ou la Fédération LGBT. Cette pluralité d’expressions opère un renouvellement des formes et des lieux du militantisme dans l’espace public. La pluralité de ces engagements révèle aussi des cultures militantes protéiformes présentes chez des élu(e)s, des professionnel(le)s et des citoyen(ne)s.

8Ces organisations interviennent au niveau local et ont structuré des réseaux féministes. Elles ont été aussi maintenues dans un rôle de proximité locale, de relais d’une gouvernance de proximité, illustrant les failles d’une institutionnalisation lente ou partielle, que cela soit en France ou au Québec. Les femmes élues, responsables d’associations se sont majoritairement investies dans la proximité, dans le local, de la commune, du quartier ou de la ville. En France, elles ont aussi eu la primeur d’être « gérées » par des hommes du régional et du national (là où se retrouvent les places stratégiques). Les actions soutenues des collectifs féministes ou des dispositifs d’égalité femmes-hommes ont permis de mettre en place des réseaux au niveau local. Il s’est agît en quelque sorte de valoriser l’externalisation de compétences domestiques à l’échelle publique locale, sans donner aux femmes ciblées dans ces orientations les capacités d’accéder aux responsabilités ni aux ressources humaines et financières, et donc à une pensée de la grande échelle de territoire. Ainsi aujourd’hui en France, malgré les lois sur la parité, on ne retrouve encore aujourd’hui que trois femmes présidentes de régions sur 12 régions en métropole. Au Québec, les femmes qui représentent 30% pour des élu/es municipaux, ne représentent que 17% des maires et 13% des préfets de Municipalités régionales de comté (MRC). Par ailleurs, la décentralisation y transforme les groupes dont l’action d’origine est centrée sur les revendications pour la démocratie et les droits des femmes en relais régulateurs de la restructuration de l’économie et de l’État (Gaudreau, 2011).

9Dans la région grenobloise, historiquement pionnière des luttes féministes (création du premier Planning familial de France, le 10 juin 1961), un tissu d’associations, de professionnelles, d’élu(e)s en charge des questions d’égalité femmes-hommes (depuis 2008 à l’intercommunalité) est présent et en attente de pérennisation de son action. À Gatineau, les premiers collectifs féministes sont aussi apparus il y a plus de 40 ans, et, à ce jour, continuent les interventions dans des domaines divers (Clinique des femmes, Association des femmes immigrantes, regroupement régional des groupes de femmes, Centre d’aide aux victimes d’agressions sexuelles). Dans les deux cas, les femmes issues de ces mouvements sociaux accèdent rarement à des postes élus ou exécutifs s’occupant des questions d’urbanisme et de la gestion des villes.

Construire les localités avec l’égalité femmes-hommes : bricolages de rigueur

10L’observation croisée des féministes, des militantes, des élu(e)s et des responsables associatives à Grenoble et à Gatineau s’est focalisée sur les résistances, les blocages, les leviers présents aux échelles locales ; de quelle nature sont-ils ? Comment les femmes intervenant sur ces questions qualifient-elles ces empêchements ? Quelles ont été leurs trajectoires d’engagement et d’action ? Ont-elles ressenti la relation avec le national comme une injustice, un problème ? En quoi les dispositifs d’égalité femmes-hommes nationaux, régionaux, locaux ont-ils contribué à regarder autrement les territoires et les femmes ? Quels ont été les outils développés ?

Contexte local, mouvements sociaux féministes et territoires locaux

  • 6 La Région Rhône-Alpes a mis en place le programme Trans-faire (1996 -2000) qui a favorisé la créati (...)

11Ville pilote sur la question de la citoyenneté (Louargant et Gourgues, 2015) et l’accès des droits aux femmes, Grenoble a été et est toujours un contexte propice à la prise en compte des questions féministes. En effet, Gisèle Halimi, députée de l’Isère et militante des droits des femmes (1981-1984) a œuvré pour la prise en compte des femmes dans le milieu politique, formant toute une génération de femmes au niveau local. Ces dernières ont été ou sont encore investies actuellement en tant qu’élues locales ou présidentes d’associations. Le territoire grenoblois, véritable laboratoire d’innovation, a su être un endroit propice de par sa circulation de discours et d’échanges entre le milieu universitaire, associatif et les élus : le Mouvement Français pour le Planning Familial, CIDF, la Fédération Nationale Solidarité Femmes, Association pour la parité dans les métiers scientifiques et techniques, Association des Femmes Élues de l’Isère, les Inform’elles, l’Amicale du Nid, l’Observatoire isérois de la parité, Osez le féminisme 38. La première thèse de géographie sur le genre a été financée par le ministère à Grenoble (Louargant, 2003). De fait, la trajectoire et du parcours des femmes interrogées à Grenoble, elles ont un profil similaire et un itinéraire assez proche : diplômées du supérieur (chercheure en physique, documentaliste, enseignante, urbaniste), proche de la retraite ou à la retraite actuellement, investies depuis la fin de leurs études (fin des années 1970) dans le tissu local associatif ou militantes au Parti socialiste ou communiste. Elles ont activement participé à la mise en œuvre des dispositifs d’égalité femmes-homme, de la participation et du développement durable6 depuis les années 2000. Elles ne s’identifient pas toutes en tant que militantes. Elles se définissent soit comme des militantes du Droit des Femmes, soit comme des femmes qui se sont engagées sur ce thème en raison de leur champ d’action : association, participation et développement durable.

12Leurs trajectoires sont diverses et leur cheminement très différent en regard de la question féministe. Si pour l’une d’entre elles, militante de la première heure, formée par Gisèle Halimi pour s’investir en politique, porter la question du droit des femmes est une évidence, quitte à être traitée d’«emmerdeuse » (Entrevue, élue locale, 2015), pour d’autres, c’est leur expérience en tant qu’élue locale, ou comme professionnelle qui les a conduit à se mobiliser sur ces questions : « Une femme élue (…) c’est mal vu alors qu’un homme élu ça ne pose pas de problème » (Entrevue, présidente d’association, 2015).

13À Gatineau, les élues et militantes évoluent dans des logiques parallèles qui se croisent peu, sauf au moment des élections municipales et particulièrement sur le dossier des candidatures féminines. Contrairement à Montréal où un dispositif et une politique d’égalité ont été élaborés, à Gatineau le dossier de l’égalité relève plutôt de l’initiative individuelle des conseillères. En effet, les villes québécoises ne sont soumises à aucune obligation de résultat en matière d’égalité et les dossiers de proximité socio-sanitaire et scolaire, largement associés à l’activité féminine, sont administrés sur le territoire de Gatineau par des dispositifs ne relevant pas de la ville (Commissions scolaires, Ministère des Affaires sociales). Les associations féministes dispensent des services variés sur le territoire gatinois, mais transigent plutôt pour ceci avec les ministères québécois ou avec leurs regroupements associatifs nationaux (fédérations de centres d’accueil pour femmes victimes de violences conjugales ou d’agressions sexuelles par exemple) plutôt qu’avec la ville de Gatineau.

Déployer les réseaux de femmes et construire des lieux de la citoyenneté : la prégnance des héritages

  • 7 La ville de Gatineau est située dans la région de l’Outaouais.

14Des femmes leaders portant la question de l’égalité femmes-hommes ont elles-mêmes créé des structures-relais (par exemple l’Association des Femmes élues de l’Isère, le Réseau des femmes élues de l’Outaouais7) ou à vocation de prise de conscience et d’animation des enjeux citoyens (Café des Sciences, Conseils locaux citoyens). Outre le relais de leur parti politique, l’appui d’un réseau formel et informel sur ces questions les a aidées, tant à Grenoble qu’à Gatineau, à amener cette question sur le devant de la scène politique locale. Les réseaux grenoblois ont toujours eu une forte circulation entre le milieu scientifique, industriel (innovation) et social. Les réseaux militants gatinois ont toujours été importants en dehors des institutions municipales. À Gatineau, ces réseaux sont toujours largement exclus de la politique municipale. À Grenoble en revanche, l’héritage militant est connoté aujourd’hui par certains de « ringard, has been » (Entrevue, militante, Grenoble 2015) ou jugé par d’autres comme étant le monopole d’une élite blanche peu encline à se saisir des nouvelles demandes des femmes, notamment des femmes issues de l’immigration. En effet, si les réseaux locaux ont su fédérer des militantes grenobloises des années 1980 à 2000 et déployer des actions, ils sont aujourd’hui critiqués pour leur inertie et leur manque de renouvellement, créant par le fait même un conflit générationnel. L’enjeu de la recomposition sociale, politique et citoyenne de ces réseaux et mouvements s’avère donc déterminant au niveau local, si du moins, la première génération trouve le moyen d’associer les nouvelles formes d’expression militante au sein de leurs organisations. À Grenoble tout au moins, cela sera l’une des conditions pour assurer une représentativité politique et un « tremplin » pour les femmes au niveau local. Or actuellement les associations s’organisent en parallèle et communiquent peu sur des intérêts communs, engendrant un conflit latent de légitimité, un choc d’altérités entre des féministes blanches et une minorité culturelle ethnicisée (Crenshaw, 1989). Ces collectifs féministes et antiracistes se sont exprimés lors de marches pour le droit des femmes dans la ville de Grenoble en octobre 2015. Les militantes rejoignant des luttes sociales ne se reconnaissent pas dans « le visage des militantes blanches et bourgeoises » (Entrevue, militante, 2015). Les enjeux se situent ainsi dans la transmission d’un capital d’expériences, d’actions accumulées par une première génération de militantes vers une autre génération plus mobile, plus diverse, moins organisée autour des anciens collectifs.

15Ce contexte fragilise leur prise de position commune, diluant la question de l’égalité dans la rhétorique plus globale sur les discriminations et les conflits dans l’espace public. Tant à Grenoble qu’à Gatineau la question de l’égalité est ainsi mise à distance de la gestion urbaine, des enjeux d’équipements, d’infrastructures et de services urbains, pourtant déterminants pour construire une ville ou une métropole plus égalitaires. Ainsi, d’après les élues grenobloises interrogées, l’intercommunalité élabore actuellement un projet métropolitain en minimisant les enjeux d’égalité, voire en les sortant de l’agenda politique, malgré les politiques nationales. D’ailleurs, les questions urbaines sont pour la plupart débattues dans des lieux du pouvoir à vocation paritaire, mais présidés par des hommes (Conseil métropolitain, Conseil Local de Développement), entretenant une logique de « clubs » rassemblant des élus peu enclins à porter la question de l’égalité dans le débat public et citoyen. Ce phénomène se retrouve aussi à Gatineau. L’autorité et la décision sont construits majoritairement par des hommes peu enclin à mettre à l’agenda la question des inégalités femmes-hommes.

16L’héritage de quarante ans de luttes féministes menées sur le territoire gatinois est porté de façon implicite par plusieurs élues, de façon plus explicite par quelques-unes, tant par les membres d’un nouveau parti municipal progressiste que par les élues indépendantes. Les ressources allouées à l’égalité restent cependant très maigres et les stratégies se limitent plutôt à la sensibilisation. Certains réseaux apportent un soutien sporadique aux élues ; c’est le cas du Réseau de femmes élues de l’Outaouais, issu de la collaboration des associations féministes du territoire avec le Secrétariat à la condition féminine (Québec) et la Conférence régionale des élus et dont l’objectif principal est de générer des candidatures féminines et, secondairement, de soutenir les élues qui désireraient porter le dossier de l’égalité. Le comité Femmes et gouvernance locale de l’Union des municipalités du Québec, des sessions de formation, dont celle portant sur Femmes et politique municipale de la Fédération québécoise des municipalités, celles du Groupe femmes, politique et démocratie ou des outils de la Fédération canadienne des municipalités (FCM, 2005) s’inscrivent dans cette stratégie de sensibilisation.

Porter les politiques locales d’égalité femme-hommes : l’étiquette militante

17La trajectoire de mise en place des dispositifs d’égalité à Grenoble (Louargant, 2015) a été complexe et délicate, malgré le contexte favorable, comme le précise une ancienne élue : « la question de l’égalité femmes-hommes n’est pas une compétence, [elle] peut donc vivre le temps d’un mandat et disparaître [au] mandat suivant » (Entrevue, élue locale, 2015). Ces dispositifs sont d’autant plus délicats à porter si la critique émanant de certaines élues adopte la direction des arguments opposés : « Mais on a déjà l’égalité ! », leur dit-on souvent, sous-entendant que la situation actuelle est acceptable et qu’aucune amélioration ne serait possible ou même nécessaire. Ainsi, « rien [n’obligerait] à sa prise en compte et à son respect ». Ces arguments se retrouvent de façon très prégnante, tant à Gatineau qu’à Grenoble. Par ailleurs, défendre et territorialiser une politique d’égalité représente un risque, celui de s’exposer en tant qu’élue à des insultes sexistes, comme celle d’« hystérique » ou de « mal baisée » (Entrevue, élue du Conseil Général, 2015), à d’autres types de moqueries ou d’exclusion, la question de l’égalité n’étant pas considérée « sérieuse » (Entrevue, élue gatinoise, 2016).

18Certaines femmes ayant accédé à des postes de responsabilité, élues ou cadres, se sentiraient ainsi rabaissées par la thématique de l’égalité et ne voudraient pas y être associées. Pourtant, les politiques d’égalité femmes-hommes n’ont pas pour unique but l’amélioration des conditions des femmes ; elles sont le moyen de repenser sur le fond l’organisation institutionnelle et sociétale. Par exemple dans la région grenobloise, dès les années 2003, l’idée de la mise en place d’un bureau des temps a plusieurs fois été sollicitée pour l’agglomération, sans jamais aboutir en raison de conflits politiques. Il eut fallu trouver un acteur plus légitime pour la porter et l’encadrer, mais l’élue en charge du dossier faisait de l’ombre à des hommes élus en charge des questions de mobilité et de déplacement.

19Dans un autre registre, celui de la place accordée aux femmes au sein des instances électives, une ancienne élue municipale, d’une des communes principales de la métropole grenobloise, en charge du développement durable, a pris ses fonctions sans problème car en fait, pour certains de ces collègues, il ne s’agissait que d’une « question de fleurs », sous-entendu une « histoire de jardinage, d’ornementation du type concours de la ville fleurie » (Entrevue, élue locale, 2015). Il lui aura fallu plus de sept ans afin de pouvoir mettre en place un Agenda 21 ainsi qu’un conseil participatif avec une forte représentation des femmes. Par la suite cependant, la thématique environnementale s’est masculinisée et technicisée, il lui a fallu continuer de se battre pour conserver sa place dans ce dossier, les femmes ayant été reléguées au « care ».

20Le manque de constance quant à la volonté politique des instances nationales à maintenir de manière pérenne les initiatives d’égalité femmes-hommes s’avère aussi un frein. Ainsi, en 2003, le Gouvernement du Québec a imposé à ses régions l’obligation de développer des mesures en matière d’égalité femmes-hommes. La région de l’Outaouais à laquelle est rattachée la Ville de Gatineau a donc adopté le principe du mainstreaming de l’égalité au sein de ses planifications stratégiques, mais s’est limitée par la suite à financer des microprojets confiés dans la plupart des cas en sous-traitance à des associations féministes locales ou régionales. Deux Ententes spécifiques en matière d’égalité hommes-femmes ont été conclues en Outaouais en partenariat avec des bailleurs de fonds régionaux issus de la société civile et des directions régionales de ministères provinciaux. Celles-ci ont priorisé des projets balisés par la politique québécoise en matière d’égalité plutôt que ceux répondant aux besoins centraux identifiés par les associations féministes locales (Côté et al., 2011). Le combat a été porté ici par des associations féministes locales auprès de la Conférence régionale des élus de l’Outaouais, où le nombre de femmes élues avait grandement diminué suite à une réforme mise en œuvre en 2004 (Côté et al, 2011). L’enjeu a porté sur le choix des projets retenus, l’octroi de budgets convenables et sur la participation de la société civile aux mécanismes décisionnels. Les élues de Gatineau n’ont pas été appelées à débattre de ces enjeux régionaux. Les actrices associatives féministes ont fait face à des obstacles semblables à ceux rencontrés par les élues grenobloises : contrôle de l’agenda, dévalorisation de la prise de parole, exclusions, retombées négatives de leurs interventions.

L’égalité femmes-hommes dans les politiques locales : oui, mais sans budget

21L’une des difficultés à stabiliser les dispositifs locaux d’égalité femmes-hommes, que cela soit en France ou au Québec, se situe au niveau des budgets. Si des budgets peuvent être accordés pour la mise en œuvre d’expérimentations ou d’observations, ces budgets sont rarement pérennisés au même titre que d’autres dossiers, comme le souligne une élue locale grenobloise : « J’ai l’appui, mais je n’ai pas de budget » (Entrevue, militante, Grenoble 2015). Il arrive encore fréquemment que les institutions demandent la mise en place de dispositifs pour l’égalité femmes-hommes et sollicitent des acteurs clés pour s’y engager. Or ces institutions semblent s’en désintéresser lorsque des demandes de financement leur sont présentées. Les porteuses du dossier de l’égalité se font alors souvent répondre : « Ok si ce n’est pas moi qui m’en charge » (Entrevue, élue locale, Grenoble 2015). Le projet se retrouve alors délégué et doit trouver un porteur qui pourrait le mener à terme et s’impliquer en ce sens.

22Il faut un acteur légitime et suffisamment formé pour porter et prôner le dossier de l’égalité femmes-hommes. Il est, entre autres, stupéfiant de cerner les stéréotypes associés à l’action de ces femmes qui défendent les dossiers d’égalité ; elles savent bricoler, elles savent mener leurs actions en se contentant de petites sommes sans compter leurs heures. Ce constat est d’autant plus visible au Québec qui a mis en place dès les années 1970 une politique de reconnaissance des associations féministes, comme le souligne une actrice régionale québécoise : « Tu es dans la logique de financement de petits projets…Mais ça va souvent être du financement complémentaire au financement du réseau de la santé et des services sociaux, à Emploi Québec, ou à Centraide […] : bonifier des projets de vestiaires, créer des cuisines collectives, des trucs comme ça. Donc ça va être […] de la bonification de projets sur le terrain, mais ce ne sont pas des sous qui vont forcément servir à changer les choses pour les femmes » (Entrevue, élue Gatineau, 2016). Ainsi, les associations féministes locales et régionales se démarquant par leur dynamisme et leur capacité à réaliser des objectifs avec peu de moyens et d’appui politiques, le font souvent dans conditions difficiles. De fait, comme le prédisait déjà Laurin (1997), elles n’arrivent plus à avancer de façon substantielle sur les droits des femmes.

23Au regard des récits recueillis à Gatineau et à Grenoble, on constate la prégnance de stéréotypes sur la place des femmes au niveau local parallèlement à la mise en place de mécanismes de reconnaissance institutionnelle de l’égalité dotés d’aucun ou de peu de financement pour leur mise en œuvre. Dans les deux cas les femmes s’ajustent aux politiques territoriales, bricolent des réponses face aux résistances locales, aux coalitions, aux clubs de réflexion et d’action portés par les élus. Quand elles arrivent à créer des réflexions, des lieux portant l’étiquette « femmes » ou « égalité », leurs actions ne sont pas pérennisées.

Les militantes face à la transmission générationnelle : des enjeux locaux protéiformes

24Que cela soit au Québec ou en France, la reconnaissance des femmes dans les processus décisionnels d’action locale, malgré de fortes demandes et d’intéressantes stratégies, reste assez faible. Comme le souligne Jules Falquet (2010), les politiques d’empowerment et/ou de gender mainstreaming ont tout au plus conduit à avoir des « parcelles de pouvoir » pour certaines femmes plutôt qu’une réelle émancipation. Que cela soit au Québec où les actions de revendication féministes locales et de reconnaissance institutionnelle des droits des femmes ont été importantes, ou dans la région de Grenoble, territoire dans lequel les mouvements féministes ont contribué à amener le débat autour de l’égalité femmes-hommes, les résistances sont nombreuses.

L’égalité femmes-hommes : les résistances au niveau local

25Les embûches auxquelles les femmes et les féministes font face sont à la fois d’ordre structurel (malgré toutes les mesures et discours publics, les places obtenues ne sont pas des places stratégiques) et d’ordre culturel. L’existence d’un sexisme latent, que l’on ne pensait plus d’actualité, se joue dans la représentation des corps et de la parole au sein de l’arène politique : « quand je suis arrivée pour présenter la délibération, mon temps de parole a été réduit » tandis qu’une autre évoque le poids de la parole masculine et le fait que l’on reprenne les idées des femmes élues sans les citer : « moi ce qui m’a toujours posé des problèmes, c’est la place de la parole dans les conseils, les débats... C’est dur de s’imposer » (Entrevue, militante associative et élue locale, Grenoble 2015). Ce sexisme dans la prise de parole n’est pas sans conséquence, il se greffe au sexisme ambiant et conduit à construire un doute sur l’action portée par les femmes élues en charge des questions d’égalité femmes-hommes : « oui…c’est intéressant tes histoires de femmes, mais là, on a la métropole à faire … » se fait dire une élue. En somme, ces enjeux seraient, pour certains élus locaux, tant gatinois que grenoblois, des sujets mineurs portés par quelques élues dont on devrait discuter plutôt autour d’un café ou d’un verre au buffet après le conseil.

26Les élues communales de la métropole grenobloise interviewées ressentent aussi des injustices encore prégnantes dans l’articulation des temps de vie personnels, professionnels et publics ; en effet, « si on veut faire carrière, il faut être là en même temps que le chef » comme le précise une élue locale. Ainsi, un stéréotype est toujours prégnant traduisant le lien entre femmes et domesticité dans la conception de la vie politique : une femme élue a moins de temps à accorder à la fois à son emploi, à sa famille et à son action politique. Il se conjugue au fait que la conciliation de temps contradictoires reste encore et toujours la responsabilité individuelle de chaque élue : elle doit partir de son emploi pour assister aux réunions politiques, partir des réunions publiques pour réintégrer son emploi, ou son domicile, comme le souligne cette élue québécoise : « les femmes n’osent pas le dire, si elles doivent quitter plus tôt pour aller chercher les bambins, elles n’osent pas le dire clairement, elles essaient de trouver des stratagèmes. Tandis que les hommes ont parfois tendance à le mettre en avant, ils partent et disent haut et fort, ‘c’est moi qui m’occupe des enfants ce soir, je dois y aller !’ ». Les hommes sont excusables, on appuie leur conciliation emploi/famille/vie politique ; cela parait exceptionnel : « c’est toléré. Si une femme fait cela, ça pourrait lui être reproché lors de la prochaine réunion » (Entrevue, élue locale, Gatineau 2016).

27Les résistances financières, politiques et sexistes rencontrées conduisent les élues à développer dans certains cas une stratégie ultime, celle de la démission. Toutes les élues grenobloises ont affirmé ne pas avoir hésité à démissionner lorsqu’elles ont été placées devant l’obligation d’abandonner leurs idées ou lorsque les décisions qu’elles devaient prendre ne correspondaient plus à leur idéologie. Toutes ont préféré quitter le jeu politique plutôt que suivre des règles qui ne leur correspondaient pas.

28Malgré ces difficultés, ces élues locales estiment avoir eu de réels succès : création de la Maison de l’Égalité femmes-hommes à Échirolles, mise en place des services Droits des femmes, travail au Conseil général, travail de recherche avec l’université sur l’articulation des temps de vie des femmes, la mobilité et les services, accès des femmes à des qualifications professionnelles et à des formations (alphabétisation, permis de conduire). Des actions pour lutter contre le sexisme dans les enceintes politiques ont aussi été mises en œuvre. Il s’agit par exemple de la rédaction de compte-rendu ou de la mise en œuvre des prises de paroles avec script désigné ; ceux-ci ont permis de réguler les prises de parole et les contributions respectives femmes-hommes qui apparaissent en bout de ligne dans les écrits officiels. La démarche du Conseil de Développement Durable local de l’agglomération grenobloise « Genre et engagement démocratique » (C2D Grenoble, 2014) a aussi développé une série d’orientations et d’actions concrètes dans le cadre de la future métropole. Cela a permis une prise de conscience de l’intérêt du mainstreaming auprès des relais de la participation locale. D’un autre côté, les élues gatinoises ont été très peu appuyées et, non sans avoir lutté pour insérer la question des femmes, elles ont eu moins de succès et n’ont pas réussi à instituer la question de l’égalité au sein de dispositifs pérennes.

Quand la localisation des dispositifs d’égalité femmes-hommes conduit à la neutralité : un pas en avant, deux pas en arrière…

29La localisation de l’égalité femmes-hommes se trouve confrontée à la mise en œuvre d’une idéologie territoriale incluant cette dimension. La quête d’un « mythe de l’égalité des sexes » (Löwy, 2006) a été retranscrite en matière d’action publique dans une conception égalitariste incluant de manière sous-jacente un principe de « normes de neutralité sexuelle ». La quête d’une symétrie de relations, de places, de rôles portés au titre de la parité ou de l’égalité dans les dispositifs de l’Union Européenne ou au Québec a été nécessaire, mais a eu également des effets contre-productifs, en instaurant une norme culturelle, parfois complexe, visant à intégrer les femmes dans un modèle unique, asexué, de références en matière de rôles de genre. C’est ce que souligne cette militante féministe québécoise : « Si on identifie une problématique où les hommes et les garçons sont plus touchés, bien, on va intervenir aussi. Je pense que (c’est) une approche de vente pour ne pas faire peur … aux fonctionnaires et aux gens dans les instances, pour qu’ils ne soient trop rebutés par quelque chose trop identifié à une approche féministe. Mais effectivement on, est passés à une politique d’égalité. C’est une confusion (…) qui est extrêmement importante ». Autrement dit, le passage à de nouveaux mécanismes d’indifférenciation des sexes, plutôt qu’à des mécanismes de prise en compte des inégalités femmes-hommes a invisibilisé les actions destinées spécifiquement aux femmes. On retrouve ces mêmes effets dans le cadre des actions cibles de la politique de la ville en France, notamment lors de l’évaluation femmes-hommes des actions.

De la reconnaissance à l’invisibilité des dispositifs d’égalité femmes-hommes

30En France, la conception des dispositifs d’égalité femmes-hommes n’a pas, à ce jour, conduit à penser une catégorie d’action urbaine locale sectorielle consacrée à l’égalité femmes-hommes. La mise en place de la double logique de mainstreaming et d’empowerment a conduit certaines collectivités locales à privilégier, à l’instar d’autres dispositifs, telle la participation ou la prospective, la logique de la transversalité. La logique de la transversalité a aussi été privilégiée par les autorités régionales du Québec, tout au moins de 2003 à 2014. Il en ressort un éparpillement dans des services et des missions. Ainsi, à Grenoble, il est fréquent que la personne responsable de l’application de la transversalité, n’y consacre que 40% de sa mission professionnelle. La même situation se retrouve outre-Atlantique. En réalité, ceci conduit à invisibiliser et à distiller les actions d’égalité dans d’autres actions. Ainsi, dans la région grenobloise, les dispositifs d’égalité se sont retrouvés ballottés entre la politique de la ville et les politiques sociales. Ils ont donc eu du mal à se territorialiser dans une action concrète ce qui a conduit à élaborer des stratégies de détours et de contournements: « je n’ai jamais pu travailler avec les collègues de l’urbanisme… du coup, les politiques temporelles c’était un moyen de les interpeller sur les enjeux d’inégalités de genre et de mobilités » (Entrevue, élue locale, Grenoble 2015). Souvent élus et professionnels se retrouvent donc dans une logique de gestion de contrats et de projets, d’actions ponctuelles ; ils craignent que ces actions empiètent sur les actions-phares désignées (rénovation urbaine du bâti par exemple). Cependant, comme les militantes et les élues l’on dit de façon répétée : « l’approche de [l’égalité], ce n’est pas faire en plus, c’est faire autrement ». Par ailleurs, ces constats se redoublent, en particulier en France, depuis que le regroupement des objectifs des luttes contre les discriminations et les missions égalités femmes-hommes a été instauré comme principe d’action locale.

31Réagissant à un mouvement féministe articulé et implanté sur tout son territoire, le gouvernement du Québec s’est avéré avant-gardiste au siècle dernier en matière d’égalité, mais plus frileux par la suite, en particulier aux échelles régionale et locale. Il y a ainsi rapidement aboli certaines expériences innovantes, dont celle des Tables-femmes des Conseils régionaux de développement (CRD) et celle de la cogestion avec les associations féministes régionales des mesures locales en économie sociale (Côté, 2010). À partir de 2003, tout en s’appuyant sur les expertises des associations féministes régionales, il a freiné financièrement et politiquement leur champ d’action et leurs discours. Il a maintenu ou développé, certes, des politiques nationales novatrices en matière d’égalité, de violence, de congé parental, de garde d’enfants et d’appui à l’insertion professionnelle des femmes, mais semble aux niveaux local et régional s’être fié à l’osmose des valeurs d’égalité désormais proclamées comme universelles. Il a abrogé en 2014 l’obligation de résultat en matière d’égalité dans les régions québécoises qu’il avait lui-même inscrite dans la Loi 34 en 2003. Déjà critiquées pour leur mode de fonctionnement peu transparent (Côté et al., 2011 ; Tremblay-Fournier, 2014), les Conférences régionales des élus (CRÉ) ont été abolies en 2014 sans consultation publique, par simple décision du Conseil des ministres. Avec elles ont disparu les planifications et budgets régionaux consacrés à l’égalité de même que les planifications régionales en matière d’égalité construites au prix d’un lourd bénévolat, partiellement contraint, des militantes féministes des régions québécoises. Au moment d’écrire ces lignes, aucune nouvelle politique locale en matière d’égalité n’avait vu le jour, et certains signes soulignent la volonté gouvernementale de municipaliser le dossier de l’égalité, sans budget ni balises sous forme de directives ou politique encadrant les actions locales en matière d’égalité, de confier ce dossier donc à des élus locaux qui n’ont jamais agi dans ce champ.

Conclusion

32La comparaison de Grenoble et de Gatineau a mis en exergue les difficultés à inclure les politiques en matière d’égalité femmes-hommes comme un enjeu déterminant pour la gestion des villes. Cette lecture croisée a aussi permis d’identifier de nouvelles prises en compte de l’égalité qui passent sous silence les effets d’une « neutralité sexuelle » et d’une hétéro-normativité. Les grands énoncés internationaux sur le mainstreaming et l’empowerment, appliqués à l’échelle urbaine, ont conduit à naturaliser ou à capter le rôle et l’expertise des élues et responsables d’associations à l’échelle locale, les cantonnant à la micro-gestion au détriment de l’action territoriale à grande échelle. Elle aura aussi permis de dévoiler que si au Québec, les mouvements sociaux féministes ont su interpeller avec un succès mitigé certaines villes, en France comme au Québec, la reconnaissance est encore timide et soumise à des aléas et à des agencements bricolés de proximité. En revanche, cette lecture croisée est sans équivoque, les droits des femmes et leur mise à l’agenda politique local sont marginalisés dans les deux localités étudiées.

33En effet, la décentralisation n’a fait que diluer les modalités des interventions au détriment de l’élaboration d’une politique de l’égalité. Les initiatives orientées sur la petite échelle locale, sur la transversalité de l’action, sur l’émancipation des associations féministes sont nécessaires, voire indispensables ; elles ont toutefois conduit à renforcer les stéréotypes et à privilégier l’échelle du local comme expression des femmes au détriment de l’échelle régionale et nationale en France, mais également au Québec. S’il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises échelles d’observation de l’égalité, il existe par contre des constructions culturelles ou politiques qui induisent ces prismes d’observation.

34Sortir de ces impasses en observant et en aidant les territoires à observer la dimension de l’égalité, c’est conduire les responsables à adopter une vision prospective de leur territoire. Mais les collectivités territoriales en France semblent démunies face aux récentes orientations du Haut-Commissariat à l’égalité femmes-hommes et au Secrétariat des droits des femmes. Elles s’organisent en interne pour produire une information territoriale sur l’égalité et externalisent auprès de consultants l’expertise sur cette question. Et celle-ci se concentre actuellement sur les espaces publics des métropoles. Ce seront sans doute à nouveau certains espaces urbains dits fragiles, qui bénéficieront de ces dispositifs, au détriment d’autres espaces. Au Québec, l’abolition de structures régionales fera reposer sur plus de mille municipalités locales et villes la responsabilité du dossier de l’égalité hommes-femmes sans qu’elles ne disposent d’expertises, de ressources humaines, matérielles ou financières et sans mandat précis pour ce faire.

35Les villes en sont au balbutiement de la mise en place d’une forme d’observation territorialisée et d’une pensée locale sur l’égalité. En effet, les dispositifs d’égalité femmes-hommes montrent le maintien des d’une conception sociale et des actions trop circonscrites sur les groupes cibles (victimes et prostituées, migrantes, femmes monoparentales) au détriment d’une conception urbaine et territoriale. Pour porter ces enjeux, il est ainsi souhaitable que les militantes et les élues puissent s’inscrire librement dans un rapport émancipé au pouvoir, disposer des outils nécessaires pour déjouer les codes, les monopoles, les jeux de séduction masculine qui les empêchent parfois d’agir pleinement dans la conduite de leur action en faveur des droits des femmes à la ville. Une autre question se pose : celle de la citoyenneté des femmes, avec en filigrane la capacité à renouveler un tissu local militant et à instaurer la diversité des représentations au sein des institutions, des instances, des associations et des collectifs.

Haut de page

Bibliographie

ACHIN C. et al., 2007, Sexes, genre et politique, Paris, Économica, 184 p.

AGRIKOLIANSKY É., SOMMIER I., FILLIEULE O., 2010, Penser les mouvements sociaux. Conflits sociaux et contestations dans les sociétés contemporaines, Paris, La Découverte, 338 p.

BARD C., 2004, Le genre des territoires. Féminin, masculin, neutre, Angers, Presses de l’Université d’Angers, 252 p.

BONFIGLIOLI S., 1997, La politique des temps urbains en Italie, Les Annales de la Recherche Urbaine, n°77, p. 22-29.

BIDET-MORDREL A., 2010, Les rapports sociaux de sexe, Paris, Presse Universitaire de France, 192 p.

CHARDONNEL S., LOUARGANT S., 2005, Rapport de recherche « Mobilité quotidienne et emplois du temps des familles », Conseil Général de l’Isère, 52 p. 

COUTRAS J., 1996, Crise urbaine et espaces sexués, Paris, Armand Colin, 156 p.

CÔTÉ D., FORTIN M., 1995, Réformes et régionalisation : Pratiques de concertation des groupes de femmes de l'Outaouais, Nouvelles pratiques sociales, vol. 7, n°1, p.131-143.

CÔTÉ D., 2010, Difficiles convergences : mouvement des femmes et économie sociale, l’expérience québécoise, in GUÉRIN I., HERSENT M. et L. FRAISSE, Femmes, économie et développement : de la résistance à la justice sociale, Paris, ERES/IRD, p. 289-312

CÔTÉ D., TREMBLAY-FOURNIER C., 2011, Le défi de l’égalité en contexte de développement régional au Québec, Recherches féministes, vol. 24, n°2, p. 97-114.

CONSEIL LOCAL DE DEVELOPPEMENT, 2014, Genre et engagement démocratique, Pour des politiques publiques égalitaires et paritaires, La Métro, Grenoble, 39 p. 

CRENSHAW K., 1989, Demarginalizing the Intersection of Race and Sex: A Black Feminist Critique of Antidiscrimination Doctrine, Feminist Theory and Antiracist Politics, University of Chicago Legal Forum, p. 139-167.

DELPHY C., 1998, L'ennemi principal. Économie politique du patriarcat, Paris, Syllepse, 293 p.

DAUPHIN S., SÉNAC-SLAWINSKI R., 2008, Gender mainstreaming : analyse des enjeux d’un « concept-méthode », Cahiers du genre, n° 44, p. 5-16.

DENEFLE S., 2004, Femmes et villes, Presses universitaires François-Rabelais, 539p.

DUMOULIN L., LA BRANCHE S., ROBERT C., WARIN P. (dir.), 2005, Le recours aux experts - Raisons et usages politiques, Presses Universitaires de Grenoble, 479 p.

EUROPEAN COMMISSION, 2004, Equal, Guide on Gender Mainstreaming, 48 p.

FAINSTEIN S.S., SERVON L.J., 2005, Gender and Planning, a Reader, The State University of New Jersey, Rutgers University Press, 320 p.

FALQUET J., 2010, Le sexe de la mondialisation, Genre, classe, race et nouvelle division du travail, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, p. 229-242.

FÉDÉRATION CANADIENNE DES MUNICIPALITÉS (FCM), 2005, Une ville à la mesure des femmes, Ottawa, FCM, 59 p.

FENSTER T., 2005, The Right to the Gendered City: Different Formations of Belonging in Everyday Life, Journal of Gender Studies, London and New York, Routledge, p.218-231.

FRASER N., 2011, Qu’est-ce que la justice sociale ?, Paris, La Découverte, 178 p.

GAUDREAU L., 2011, Participer, mais à quoi ? Les limites du partenariat local en matière de développement urbain, Nouvelles pratiques sociales, vol. 23, n°2, p. 83-96.

GARCIA RAMON M. D., ORTIZ GUITART A., PRATS FERRET M., 2014, Espacios públicos, género y diversidad. Geografías para unas ciudades inclusivas, Edition Icaria, n°151, 280 p.

GOUVERNEMENT DU QUÉBEC, Conseil du Statut de la Femme, 2012, La sous-représentation des femmes dans les municipalités, aux conseils municipaux et dans les mairies, Québec, Éditeur officiel, 16 p.

HARVEY D., 2010, Social Justice and the City, Athens, University of Georgia Press.

HEINEN, J., 2004, Genre et gestion locale du changement dans sept pays de l’Union européenne, DG Recherche – 5e PCRD, 139 p.

ION J., 2012, S’engager dans une société des individus, Paris, Armand Colin, 192 p.

JACQUOT S., 2009, La fin d’une politique d’exception : l’émergence du gender mainstreaming et la normalisation de la politique communautaire d’égalité entre les femmes et les hommes, Revue française de science politique, n° 59, p. 247-277.

JACQUOT S., 2014, Transformations in EU Gender Equality Policy. From Emergence to Dismantling, Basingstoke, Palgrave New York, 210 p.

LEFÈVRE H., 1968, Le Droit à la ville, Paris, Anthropos (2e éd.), Seuil, 164 p.

LAURIN N., 1997, Négocier l’impossible. Du féminisme actuel au Québec et au Canada, Cahiers du CÉDREF, n°6, p. 25-34.

LOUARGANT, 2003, L'approche de genre pour relire le territoire. Doctorat Géographie, Sciences du territoire, Université Joseph-Fourier – Grenoble, 570 p.

LOUARGANT, GOURGUES, 2015, Vers le Grand Grenoble ?, in G. NOVARINA, N. SEIGNEURET, De la technopole à la métropole ? L'exemple de Grenoble, Paris, Éditions Le moniteur, 231 p.

LOUARGANT S., 2015, Penser la métropole avec le genre, Revue Travail, genre et sociétés, L'Harmattan/La découverte, n°33, p.49-66.

LÖW M., 2006, The Social Construction of Space and Gender, European Journal of Women Studies, vol. 13, no. 2, p. 119-133.

LÖWY I., L'emprise du genre: masculinité, féminité, inégalité, Paris, La Dispute, 227 p.

MARSTON S. A., 2000, The social construction of scale, Progress in Human Geography vol. 24, n°. 2, p. 219-242.

MASSON D., 2009, Politique(s) des échelles et transnationalisation : perspectives géographiques, Politique et Sociétés, vol. 28, n° 1, p. 113-133.

MC DOWELL L., 1999, Gender, Identity, and Place: Understanding Feminist Geographies, Minneapolis, University of Minnesota Press, 284 p.

SMITH N., 1993, Homeless/Global: Scaling Places, in J. BIRD, B. CURTIS, T. PUTNAM, G. ROBERTSON, L. TICKNER (dir.), Mapping the Futures: Local Cultures, Global Change, Londres, Routledge, p. 87-119.

TREMBLAY D.-G., KLEIN J.-L., FONTAN J.-M., 2009, Initiatives locales et développement socio-territorial, Montréal, Les Éditions TÉLUQ, 353 p.

TREMBLAY-FOURNIER, C., 2014, La gouvernance des autres. Participation des groupes de défense des droits des femmes à la concertation régionale ; une analyse des ententes spécifiques en matière d’égalité femmes-hommes, mémoire de maîtrise en sociologie, Université du Québec à Montréal, 120 p.

SMITH N., 1993, Homeless/Global: Scaling Places, in J. BIRD, B. CURTIS, T. PUTNAM, G. ROBERTSON, L. TICKNER (dir.), Mapping the Futures: Local Cultures, Global Change, Londres, Routledge, p. 87-119.

VILLE DE MONTRÉAL, 2008, Pour une participation égalitaire des femmes et des hommes à la vie de Montréal, Montréal, 24 p.

VILLE DE QUÉBEC, 1995, Commission consultative Femmes et ville, Rapport de la Commission, Québec, 208 p.

WITTIG M., 2001, La pensée straight, Paris, Balland, 157 p.

YOUNG I. M., 1997, Intersecting Voices: Dilemmas of Gender, Political Philosophy, and Policy, Princeton, New Jersey, Princeton University, 195 p.

YOUNG I. M., 2005, Justice and the Politics of Difference, in FAINSTEIN S. S., SERVON L.J. (dirs.), Gender and Planning, New Brunswick, Rutgers University Press, p. 86-103.

Haut de page

Notes

1 Par « égalité femmes-hommes », nous référons ici à tout état social, politique, économique ou culturel qui, tout en prenant en compte de certaines différences, accorde une place égale à l’activité et à l’agentivité des femmes et des hommes.

2 Apparue en 1985 lors de la conférence mondiale pour les femmes de Nairobi au Kenya, l’approche du gender mainstreaming a été adoptée lors de la Quatrième Conférence mondiale pour les femmes Women: Action for Equality, Development and Peace de Beijing en 1995 : Le gender mainstreaming is “the process of assessing the implications for women and men of any planned action, including legislation, policies or programmes, in any area and at all levels. It is a strategy for making women's as well as men's concerns and experiences an integral dimension of the design, implementation, monitoring and evaluation of policies and programmes in all political, economic, and societal spheres so that women and men benefit equally, and inequality is not perpetuated. The ultimate goal is to achieve gender equality” (United Nations. ECOSOC, 1997).

3 Voir à ce sujet : http://ec.europa.eu/employment_social/equal_consolidated/ et http://urbact.eu/

4 La Ville de Gatineau regroupe 265 350 habitants et celle de l’intercommunalité de Grenoble, 450 000 habitants et 49 communes.

5 Cet article repose sur la recherche réalisée dans le cadre du projet COMMÈRES, Collectifs, Marges, Militantes, Réseaux, Expérimentations, Sexuation, 2015-2016, UMR Pacte, GIS-Genre. Notre démarche méthodologique s’est fondée sur une collecte d’informations en deux phases : une première a eu pour objet de relire une série d’entretiens qualitatifs basés sur le récit de vie collectés depuis 10 ans, avec ces mêmes militantes, pour produire des supports de débats dans le cadre de deux séminaires (Grenoble, Gatineau). Ces deux sessions ont eu pour objet de revenir sur leurs trajectoires, leurs succès, leurs embûches, leurs stratégies dans le cadre de leurs actions locales. Les élues, responsables d’associations se qualifiant de militantes féministes, de chaque territoire ont participé aux deux focus group. L’échantillon se compose de 11 femmes élues/militantes à Grenoble (élues, membres du Conseil Local de Développement) et à Gatineau. Les récits croisés et collectifs ont été enregistrés, filmés et retranscrits. L’analyse s’est faite en trois étapes : une analyse de la trajectoire, une analyse de discours et une analyse de situations conflictuelles.

6 La Région Rhône-Alpes a mis en place le programme Trans-faire (1996 -2000) qui a favorisé la création de services relatifs aux Droits des femmes. Le programme d’Initiative Communautaire, Urban, de l’agglomération grenobloise (2001-2006) financé par le Fonds européen de développement régional (Feder) a eu pour objet de territorialiser des actions locales (Fontaine, Pont-de-Claix, Grenoble, Seyssinet-Pariset) dans le cadre de la politique de la ville et a abouti à la création de la Maison de l’égalité femmes-hommes à Échirolles.

7 La ville de Gatineau est située dans la région de l’Outaouais.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Louargant et Denyse Côté, « Porter la voix des femmes dans les politiques territoriales locales : regards croisés Gatineau—Grenoble », Géocarrefour [En ligne], 91/1 | 2017, mis en ligne le 31 janvier 2017, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/10042 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.10042

Haut de page

Auteurs

Sophie Louargant

Maître de Conférences Université Grenoble Alpes UMR Pacte, sophie.louargant@iut2.univ-grenoble-alpes.fr

Denyse Côté

Professeure titulaire Université du Québec en Outaouais (UQO) ORÉGAND, chercheure associée à l’UMR Pacte denyse.cote@uqo.ca

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org