Navigation – Plan du site

Genre et politiques urbaines

Regards sur les inégalités hommes-femmes en ville
Gender and Urban policiesInequalities between men and women in urban areas
Corinne Luxembourg et Dalila Messaoudi

Texte intégral

1Si les travaux sur le genre en géographie francophone sont, somme toute, assez récents, ils peinent à être mobilisés par les différents acteurs de la fabrique de la ville. Les incitations à intégrer le genre dans les politiques publiques ne sont pas inexistantes : elles percolent peu à peu dans les cahiers des charges d’aménagement, de rénovation urbaine. Elles sont de plus en plus présentes dans les processus de diagnostics partagés et de concertations, elles s’immiscent plus lentement dans les appels d’offre à maîtrise d’œuvre (comme les réaménagements des places parisiennes).

2Cette progression difficile est toutefois inégale selon les échelles d’action, les contextes politiques. Lire les politiques urbaines au prisme du genre revient à adopter une analyse critique de processus de domination sociaux et spatiaux.

Des politiques urbaines…

3Les politiques urbaines désignent autant les politiques publiques mises en œuvre à l’échelle d’une ville, où l’urbain n’est qu’un espace de projection d’une politique sectorielle (urban policies), que les activités politiques qui se déroulent en ville, où l’urbain est le creuset de manifestations, de mobilisations sociales, de conflits, de créations spécifiques à ce territoire (urban politics). Cette analyse des territoires urbains est issue des travaux francophones des années 1960-1970 qui ont vu émerger les notions de droit à la ville, de production de l’espace (Lefebvre, 1968), de construction sociale des territoires, de l’espace vécu (Frémont, 1976), mais aussi la dénonciation de l’intervention de la classe dirigeante sur la production urbaine traduite par la constitution de Groupes d’action municipale à Grenoble ou d’Ateliers publics d’urbanisme à Lille et dans 150 autres communes françaises. Si bien que le terme de politiques urbaines est d’abord principalement mobilisé dans des travaux de sociologues et de géographes (et non pas de politistes) marxistes (Dormois, 2015).

4L’évolution de la notion contribue à lui donner une définition plus large, perdant peu à peu son contenu dénonciateur et revendicatif dans le même temps qu’on lui attribue la nécessité de veiller à la bonne gouvernance, le conditionnement de son efficacité à l’attractivité des territoires urbains, à leur sécurisation, à leur « créativité » ou leur caractère innovant, « entrepreneurial ». Cette mutation participe pleinement de ce que David Harvey rapporte comme étant une réponse à la question : « comment les gouvernements urbains peuvent-ils combattre l’érosion de la base économique et fiscale qui frappe de grandes villes du monde capitaliste avancé ? » posée lors d’un colloque tenu à Orléans en 1985 réunissant des universitaires, des hommes d’affaires et des décideurs venus de huit grandes villes de sept pays capitalistes avancés. (Harvey, 2014 [éd. orig. 1989]. La montée en puissance des stratégies urbaines entrepreneuriales (Morel-Journel, Sala Pala, 2011) s’inscrit dans ce cheminement épistémologique renvoyant à trois éléments : « le discours de la concurrence et du marché, y compris en termes d’image et d’identité, la priorité politique accordée aux enjeux de développement économique et d’attraction d’investissements, de flux et de groupes sociaux favorisés, la transformation du gouvernement local vers des formes organisationnelles de type partenariat public-privé, qui donnent aux acteurs privés un rôle important dans la définition de l’intérêt général de la ville, des priorités, des modes de gestion ainsi que dans la conception et la mise en œuvre de projets. » (Le Galès, 2003, cité par Morel-Journel, Sala Pala, 2011). Ce passage à « l’entrepreneurialisme » s’illustrant par une forte spéculation plutôt que par une planification coordonnée, et une attention portée au rang économique, à la « place », plutôt qu’au « territoire » (Harvey, 2014 [éd. orig. 1989]) permet sans doute de concevoir les difficultés et les lenteurs de la prise en compte du genre dans les politiques urbaines, peut-être, ce n’est qu’une hypothèse, jusqu’à ce que la réduction des discriminations de genre soit perçue comme participant des caractères économiquement attractifs attribués aux villes.

5Mais si l’on entend non seulement le genre comme la dimension sociale des rapports femmes/hommes, mais aussi comme un rapport de domination construisant une différenciation hiérarchique entre hommes et femmes (Clerval, Le Renard, 2015) cela pourrait engager, a minima, la conception d’une politique urbaine globale plus inspirée du droit à la ville que des dynamiques spéculatives.

… vers une lente conception genrée de la planification urbaine

6Les politiques urbaines, tout comme la planification qui en est une illustration, reflètent des idéologies de genre (acceptées comme une différenciation et une hiérarchisation entre hommes et femmes). Les projets de rénovation urbaine tout comme l’urbain qu’ils modifient, transmettent souvent encore des normes sociales dominantes, masculines. Les travaux précurseurs, en France, de Jacqueline Coutras, ont porté une analyse des pratiques féminines dépassant les seules considérations fonctionnelles pour permettre une mise en perspective particulière des espaces sociaux et des espaces vécus.

« Les études spécifiques concernant les pratiques féminines ont montré que l’originalité de la différence tient certes dans la nature des actes réalisés, mais aussi dans la façon dont ils sont vécus par chacun et chacune. La notion d’espace vécu paraît essentielle à une telle analyse, « cet ensemble de fréquentations localisées ainsi que les représentations qui en sont faites, les valeurs psychologiques qui y sont attachées. » En s’appuyant sur elle, d’importants travaux ont montré que dans les relations que les individus ou les groupes entretiennent avec leur environnement des éléments d’une nature autre que fonctionnelle se trouvent capitalisés et mobilisés. Des éléments affèrent aux représentations, à l’imaginaire, à la morale, à l’idéologie et qui ont pour fonction de représenter (c’est-à-dire de rendre présent sous des formes sensibles), d’interpréter (en plaçant un événement dans un système de classement), d’organiser en une hiérarchie de connaissance, de légitimer. […] Ainsi, l’originalité des pratiques féminines s’est précisée lorsque l’on a commencé à déceler :

1/ l’importance des processus mentaux et sociaux qui ne se traduisent pas directement en actes mais qui, en amont de l’action, l’ordonnent.

2/ les interrelations existant entre les différents lieux de la vie quotidienne étudiés jusqu’ici de façon autonome : lieux de travail domestique et de vie privée, de travail professionnel et plus globalement de vie publique. » (Coutras, 1989, p. 111)

  • 1 http://www.un.org/press/fr/2004/ECOSOC6071.doc.htm

7Examiner l’espace urbain, dans son état actuel comme dans son processus de fabrication, ou dans sa forme de creuset de constructions politiques, rend, par ce biais, indispensable de se confronter à une lecture des discriminations multifactorielles (genrées, classistes, ethnicisées, de capacités physiques). De cet examen est induite une transversalité qui trouverait une traduction dans l’approche intégrée de l’égalité entre les femmes et les hommes. Ainsi, depuis 1991, l’Union européenne préconise d’intégrer le genre à l’ensemble des champs de politique publique et des processus de prises de décision. En 1997, le Conseil Economique et Social des Nations Unies définit l’intégration du genre comme consistant à « évaluer les implications des femmes et des hommes dans toute action planifiée comprenant la législation, les procédures ou les programmes dans tous les domaines et à tous les niveaux. Cette stratégie permet d’intégrer les préoccupations et les expériences des femmes et des hommes à la conception, à la mise en œuvre, au contrôle et à l’évaluation des procédures et des programmes dans toutes les sphères politiques, économiques et sociétales pour qu’ils en bénéficient de manière égale et que l’inégalité actuelle ne soit pas perpétuée. »1

  • 2 http://www.ilo.org/public/french/bureau/gender/newsite2002/about/defin.htm
  • 3 http://www.coe.int/fr/web/genderequality/gender-mainstreaming-at-the-council-of-europe

8L’Organisation Internationale du Travail spécifie, quant à elle, que « l’intégration ne saurait signifier l’ajout d’une composante féminine ou même d’une composante concernant l’égalité des genres dans une activité existante. Elle va au-delà de l’accroissement de la participation des femmes. »2. En 1999, le « gender mainstreaming » est ainsi défini par le Conseil de l’Europe : « l’approche intégrée de l’égalité entre les femmes et les hommes (ou gender mainstreaming) consiste en la (ré)organisation, l’amélioration, l’évolution et l’évaluation des processus de prise de décision, aux fins d’incorporer la perspective de l’égalité entre les femmes et les hommes dans tous les domaines et à tous les niveaux, par les acteurs généralement impliqués dans la mise en place des politiques. »3

9C’est donc dans ce contexte que la « planification urbaine genrée » est devenue un champ d’action, s’appuyant sur la critique urbaine féministe, dans différents pays européens.

10Il est utile de noter que les travaux considèrent majoritairement le genre sous son volet des rapports sociaux de sexes, hiérarchisés, hommes-femmes. Or le genre, en sciences sociales, ne se réduit pas à la variable « sexe », distinguant femmes et hommes en fonction d’un sexe descriptif (Bard, 2004), mais s’intéresse bien à un système dissymétrique, incluant une domination. Si le genre n’est ni une variable, ni, évidemment, une théorie, il ouvre les champs de recherche des sexualités (homosexualité, transsexualité…). Néanmoins, la part importante des travaux féministes en sciences sociales se retrouve en écho dans les prémices de politiques urbains spécifiques.

11Ainsi, de plus en plus de municipalités en Europe (Huning, 2013 ; Luxembourg, Messaoudi, 2016 ; Raibaud, 2015 ; Vinet, 2013) se donnent les moyens d’un diagnostic genré pour émettre des recommandations et des critères pour des politiques urbaines intégrant les questions de genre. Mais dans le même temps que ces recommandations émergent, la question du temps des villes a quelque peu disparu de l’agenda politique (Mosconi, Paoletti et Raibaud, 2015).

12Autre inconnue des politiques publiques urbaines : la perspective qu’offrirait une échelle plus petite, plus globale. En effet, il y a un risque à cantonner les politiques urbaines genrées à la seule territorialisation locale de faire perdurer « l’assignation » des femmes au local (Bertrand, 2011) au détriment de la prise en compte de leur rôle d’actrices politiques et économiques à d’autres échelles et ainsi de les enfermer dans des schémas réducteurs, dont l’effet principal est de neutraliser l’implication des femmes dans les logiques de classes et d’inégalité économique. Tout comme le risque existe, avec des effets équivalents, d’associer genre, sécurisation de l’espace public et vulnérabilité féminine, faisant abstraction du plus grand danger que représente l’espace domestique (Coutras, 1996 ; Lieber, 2008).

13L’absence des liens « espace-temporalités-genre-politique » s’illustre autant dans l’aménagement urbain où la séparation des sphères publique et privée appliquée à l’espace prolonge la hiérarchisation des rôles que dans la conception de politiques transversales.

14Les différents articles de ce numéro abordent les politiques urbaines à travers la place proposée et prise par les femmes principalement sur des territoires français, à l’exception d’un travail de comparaison franco-canadien et de l’étude d’un jardin public algérien. Plusieurs hypothèses peuvent être apportées à cette répartition alors même que les études de genre ne sont majoritairement pas conduites en France et qu’elles s’y développent tardivement. L’émergence relativement nouvelle de ce champ de recherches y suscite, sans doute, pour de jeunes chercheurs et chercheuses, un intérêt certain devant des pistes à défricher. Cette nouveauté dirige d’ailleurs certainement plus volontiers les travaux vers des études féministes, souvent militantes, plutôt que vers des études de genre proprement dites. Mais cela ne suffit sans doute pas à expliquer cette dominante nationale des terrains et des auteures. Le couplage du genre avec les politiques urbaines peut avoir, également, grandement orienté les origines géographiques, tant la politique de la ville et l’implication des pouvoirs publics ont longtemps été spécifiques du modèle d’aménagement du territoire Français.

15Trois axes thématiques sont ainsi proposés : les politiques d’action publique, la perception, les non-lieux, les conflits et la spatialisation des inégalités.

Les politiques d’action publique

16Les politiques urbaines sont entendues ici comme des politiques publiques : outils locaux, régionaux, nationaux, supranationaux, et analysées en fonction des enjeux locaux, urbains, sociaux qu’elles induisent par le biais de la rénovation du bâti, de l’urbanisme, par l’intervention sociale sur un ou des groupes ciblés par une série de critères, par la prise en compte territoriales. Dans leur article intitulé « Enjeux de genre et politiques urbaines : les enseignements d’une recherche-action à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) », Claire Hancock et Sophie Blanchard présentent un travail de recherche conduit en partenariat avec la mairie d’Aubervilliers. Cette réflexion prend place dans un contexte urbain, avec les spécificités propres à une ville moyenne de proche banlieue parisienne. La méthodologie est particulièrement intéressante. La première entrée concerne les pratiques, les inégalités et les différences sociales de l’espace public (mobilités, déplacements, flux). La seconde concerne le contexte et l’aspect multidimensionnel. Il s’agit alors d’intégrer le genre à d’autres dimensions (âge, classe sociale, contexte historique, politique, par exemple) pour comprendre comment l’ensemble de ces éléments contribue à modeler et transformer les usages et les représentations de l’espace public. La dernière entrée concerne le choix d’une échelle locale. Le territoire communal albertivillarien constitue en effet un outil d’analyse fondamental puisque s’y développe, depuis quelques années, un questionnement sur ce qui fait relation entre les genres, l’espace public (notamment lié à la jeunesse et au sport), la fabrique de la ville et les enjeux démocratiques étroitement liés.

17Le territoire communal est également l’échelle d’analyse qu’utilise Emmanuelle Faure dans un article intitulé « Les déterminants du recours aux médecins généralistes des hommes et des femmes : constructions sociales de la distance et inscriptions territoriales ». L’auteure interroge les interactions entre le genre et la ville au regard d’une politique publique de santé en comparant des trajectoires de recours au dépistage du cancer colorectal d’hommes et de femmes mais aussi et surtout les facteurs du choix d’un médecin généraliste. Elle cherche à analyser l’impact différentiel du genre sur la santé en effectuant une analyse comparative à l’échelle des communes de Boulogne-Billancourt et Gennevilliers. Ainsi le triptyque genre-territoires-santé, au cœur du questionnement, permet d’analyser les pratiques spatiales et les mobilités féminines et masculines liées à la santé dans ces espaces urbains afin de répondre aux questions suivantes : comment l’appropriation d’un espace à une échelle locale (ville et quartier de résidence) impacte-elle les mobilités de santé des femmes et des hommes ? Existe-t-il une pratique sexuée des équipements de santé et des choix de praticien ? Comment les comportements de santé des individus peuvent-ils être appréhendés à travers les notions d’accessibilité géographique, économique, sociale, culturelle mais aussi genrée ? 

La perception, les non-lieux, les conflits

18L’espace public urbain semble fragmenté durablement selon des pratiques genrées. Est-il pour autant lieu de conflits entre hommes et femmes ? Dans l’article intitulé « Bricolages de rigueur : stratégies de mise à l’agenda local des politiques d’égalité femmes-hommes », Sophie Louargant et Denyse Cote identifient et analysent les mécanismes de résistance à l’intégration du genre comme catégorie d’action locale à partir d’une analyse comparative du parcours de militantes et d’élues en France (Grenoble) et au Canada (Québec). La résistance au changement est d’autant plus forte que les rapports femmes-hommes sont depuis longtemps asymétriques et hiérarchisés. L’article analyse de matière très fine la production de mécanismes sexistes apparents et larvés, leurs manifestations, et les conséquences de cette résistance à l’intégration du genre dans les politiques territoriales locales. L’une des conséquences qui constitue l’hypothèse de départ est l’existence de situations, de discours « obligeant les femmes à bricoler » afin d’intégrer une réflexion genrée aux politiques urbaines. Si les villes modernes sont en apparence des lieux de liberté, de mixité, offrant à chacun la possibilité d’accéder à un ensemble de services, échappant aux contraintes de la distance et favorisant ainsi l’interaction sociale, elles restent le reflet des normes sociales dominantes et des dynamiques sociales, économiques, urbanistiques, paysagères standardisées et souvent excluantes.

La spatialisation des inégalités

19La représentation des inégalités hommes/femmes prend-elle des formes différentes en fonction de l’échelon territorial ? Dans un article intitulé « Les voitures de métro réservées aux femmes comme instrument d’action publique : une réponse à quel problème ? », Marion Tillous analyse le dispositif de wagons de métro réservés aux femmes comme instrument d’action publique. L’article propose ainsi d’interroger les inégalités et les enjeux de genre dans les transports urbains où les différences de genre sont particulièrement sensibles. En France, en 2015, un plan national de lutte contre le harcèlement sexiste et les violences sexuelles dans les transports en commun a été lancé mettant en exergue la question de la sécurité dans les transports comme enjeu majeur et décisif de la mobilité. Mais dans de nombreux autres pays se développent des initiatives et des projets de diverses natures. Une des réponses possibles est de réserver aux femmes des compartiments de voitures de métro, des sièges de bus, mais aussi des taxis ou des places de parking. Ces types de dispositifs contribuent-ils à réduire les inégalités femmes/hommes et permettent-ils une plus grande appropriation de l’espace ? La démarche utilisée par l’auteure est celle d’une analyse de la controverse structurée en plusieurs étapes (historique, acteurs, analyse comparative, évolution).

20A une autre échelle d’analyse et dans un article intitulé « Un square, un sexe ? Le jardin Bennacer Bachir, à l'épreuve du genre et de l’évènementiel », Nassima Baziz et Naima Chabbi-Chemrouk interrogent les stratégies d’appropriation d’un jardin public algérien. L’article s’appuie sur une enquête effectuée de jour et de nuit dans le jardin Bennacer Bachir à Constantine. Le terrain ainsi choisi témoigne d’une particularité notamment culturelle répandue au Maghreb et dans de nombreux pays arabes et musulmans. Les normes culturelles dictées par les pays de tradition musulmane, les aspects religieux et les rapports de genre liés au cadre patriarcal limitent les déplacements des femmes hors de la sphère domestique. L'autonomie et la mobilité deviennent limitées. Les espaces masculins et féminins sont alors d’autant plus cloisonnés que le sexe détermine les rôles et les responsabilités sociales, économiques, familiales dans les ménages. Fatima Mernissi parle de « sexualité territoriale » (Mernissi, 1983) en analysant l’existence de frontières « coraniques » entre les sexes. Il s’agit alors d’un réel marquage du territorial genré. La rue reste en effet un espace masculin. Les femmes sont confrontées à un accès à la sphère publique rendu difficile quel que soit le type d’espace (urbain et rural), atténué cependant en fonction de l’âge et du niveau socio-économique des familles. Ces inégalités rendent en effet nécessaires la prise en compte et l’adaptation des politiques urbaines afin de permettre à chacun de vivre ensemble et de participer à une vie collective.

21Relevons que les textes produits pour ce dossier émanent principalement d’auteures femmes. Le phénomène est récurrent sur cette thématique. Néanmoins, ce seul constat doit interroger du point de vue de l’intérêt qui est porté aux rapports sociaux hiérarchisés entre hommes et femmes représentatifs des sociétés patriarcales.

Haut de page

Bibliographie

BARD C., (dir.), 2004, Le genre des territoires. Féminin, masculin, neutre, Angers, Presses de l’Université d’Angers, 252 p.

BERTRAND M., 2011, Quand femme rime avec local : logique de promotion ou nouveau confinement dans les villes africaine ?, Justice spatiale / spatial justice, n°3, www.jssj.org.

CLERVAL A., LE RENARD A., 2015, Genre, espace et imbrication : des rapports de domination, in CLERVAL A., FLEURY A., REBOTIER J., WEBER S., Espace et rapports de domination, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, p. 213-216.

COUTRAS J., 1989, Les pratiques spatiales des sexes : quelles problématiques ?, in Espace, populations, sociétés,-1 Sexe et espace, p. 111-115.

COUTRASJ., 1996, Crise urbaine et espaces sexués, Paris, Armand Colin, 156 p.

DORMOIS R., 2015, Les politiques urbaines : histoire et enjeux contemporains, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 312 p.

FAURE E., HERNANDEZ-GONZALEZ E., LUXEMBOURG C., 2017, La ville : quel genre ?, Montreuil, Le Temps des Cerises, 310 p.

FREMONT A., 2009, La région, espace vécu, Flammarion, Paris (édition originale, 1976), 288 p.

HARVEY D., 2014, La ville entrepreneuriale. Mutation du capitalisme et transformations de la gouvernance urbaine, in GINTRAC C., GIROUD M., Villes contestées : pour une géographie critique de l’urbain, Paris, Les Prairies ordinaires, p. 95-131 (édition originale anglais, 1989).

HUNING S., 2013, Intégrer le genre à la planification urbaine, Métropolitiques, 8 avril URL : http://www.metropolitiques.eu/Integrer-le-genre-a-la.html

LE GALES P., 2003, Le retour des villes européennes. Sociétés urbaines, mondialisation, gouvernement et gouvernance. Paris, Presses de sciences po, 454 p.

LEFEBVRE H., 1968, Le droit à la ville, Paris, Seuil, 135 p.

LIEBER M., 2008, Genre, violences et espaces publics. La vulnérabilité des femmes en question, Paris, Presses de Sciences Po, 328 p.

LUXEMBOURG C, MESSAOUDI D., 2016, Projet de recherche-action à Gennevilliers : la ville côté femme, in Démarches méthodologiques et perspectives féministes, Recherches féministes, vol.29, n°1, Laval, p.129-146.

MERNISSI F., 1983, Sexe, idéologie, Islam, Tierce Deux Temps, 198 p.

MOREL JOURNEL C., SALA PALA V., 2011, Le peuplement, catégorie montante des politiques urbaines néolibérales ?, Métropoles [En ligne], 10 | 2011, mis en ligne le 15 mai 2012, URL : http://metropoles.revues.org/4536

MOSCONI N., PAOLETTI M., RAIBAUD Y., 2015, Le genre, la ville, Travail, genre et sociétés, 2015/1 n°33, p. 23-28.

RAIBAUD Y., 2015, Durable mais inégalitaire : la ville, Travail, genre et sociétés, 2015/1 n°33, p. 29-47.

TUMMERSL., 2015, Stéréotypes de genre dans la pratique de l’urbanisme, Travail, genre et sociétés, 2015/1, n°33, p. 67-83.

VINET E., 2013, Etude-action sur les discriminations multifactorielles envers les femmes dans trois quartiers lyonnais : rapport de recherche du groupe Egaliter, GREPS, Université Lyon II.

Haut de page

Notes

1 http://www.un.org/press/fr/2004/ECOSOC6071.doc.htm

2 http://www.ilo.org/public/french/bureau/gender/newsite2002/about/defin.htm

3 http://www.coe.int/fr/web/genderequality/gender-mainstreaming-at-the-council-of-europe

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Luxembourg et Dalila Messaoudi, « Genre et politiques urbaines », Géocarrefour [En ligne], 91/1 | 2017, mis en ligne le 31 janvier 2017, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/10021

Haut de page

Auteurs

Corinne Luxembourg

Maîtresse de conférences en géographie Université d'Artois Laboratoire Discontinuités - EA 2468 http://discontinuites.univ-artois.fr/ 9, rue du Temple - BP 10665 62030 Arras corinne.luxembourg@gmail.com

Dalila Messaoudi

Enseignant-chercheur en géographie à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ), laboratoire CEMOTEV (EA 4457) DalilaMessaoudi@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org