Navigation – Plan du site

Jean-Luc de Ochandiano, Lyon à l'italienne

André Buisson
Référence(s) :

DE OCHANDIANO J.-L., PASTOR MARTINEZ N. (coll.), 2016, Lyon à l'italienne, Lyon, éditions Lieux Dits, 2ème éd., 272 p., 300 images

Texte intégral

1Les éditions lyonnaises Lieux Dits proposent un très beau livre pour illustrer plus de deux siècles d'une « collaboration » des Italiens à la beauté et à la richesse économique de la ville de Lyon. L'auteur de cet ouvrage, qui en présente ici la seconde édition, a réuni pour la composition de cet ouvrage des témoignages et des recherches qui portent autant sur l'affect que sur l'histoire locale.

2Soulignons d'abord le rendu de ce livre : un grand format, un texte composé sur un papier de fort grammage, l'abondance des illustrations, pelliculées pour un meilleur contraste, mais également un apparat critique avec une dizaine de pages de notes (malheureusement rejetées en fin d'ouvrage).

3L'ouvrage est divisé en trois parties, qui reprennent les grandes phases historiques de l'immigration italienne à Lyon : « L'origine du mouvement, 1815-1914 », « D'une guerre à l'autre, 1914-1940 » et « Le temps de l'intégration et de la mémoire, 1940-2013 ».

4Après une courte introduction dans laquelle J.-L. De Ochandiano rappelle que la présence italienne à Lyon remonte à la fin du Moyen Âge - où il aurait pu citer à l'appui de sa démonstration les beaux hôtels particuliers du quartier Saint-Jean (Gadagne, Thomassin...) - et que les Piémontais E. Turquet et B. Naris ont importé le travail de la soie, il évoque la genèse de ce mouvement qui, au total, a vu plus de 27 millions d'Italiens partir former une diaspora « mondiale ».

5A l'origine, donc, dès le début du XIXe s., 8 immigrants italiens sur 10 dans notre région furent des paysans pauvres du Piémont (question de proximité). Ce mouvement est le reflet d'une situation économique dans le pays d'origine, tout autant que dans la région de destination. Il fut d'abord saisonnier, comme celui des petits ramoneurs savoyards ou des Barcelonnettes, avant de devenir définitif. Timide au début de la Restauration, avec ses ferblantiers, étameurs, plâtriers (1 500 Italiens dans la ville), le mouvement prend un fort départ avec les travaux de transformation de la Presqu'île (en 1881, ils sont plus de 10 000, dont la majorité sont saisonniers). Leurs créneaux de travail sont dans le bâtiment, avec d'abord (chronologiquement) les plâtrier piémontais, spécialistes en gypserie, très prisée dans les hôtels particuliers lyonnais, qui forment jusqu'à 25% des plâtriers-peintres présents à Lyon, les mosaïstes, à qui on doit tant de pavements d'églises et d'immeubles, les paveurs, les ouvriers de la soie et, à la fin du siècle, le travail des enfants dans les ateliers de verriers, et musiciens et saltimbanques. Ils s'investissent rapidement dans le petit commerce, avec les cafés (Casati), restaurants, glaciers (Spreafico, Ponti... puis Nardone dès 1920). Le chapitre « Vivre à Lyon » est particulièrement riche d'informations sur les types de logements, sur les quartiers dans lesquels ils apportent leur ambiance sonore et chaleureuse. La création d'associations dynamiques, souvent largement subventionnées par les plus aisés d'entre eux, leur permet d'entretenir la culture italienne en milieu expatrié, et également la réception des idéaux politiques péninsulaires.

6Dès la seconde moitié du siècle, un vaste mouvement xénophobe touche notre société et les « barbares » (ruraux, étrangers, ouvriers) en sont victimes (les travailleurs Limousins étaient aussi considérés comme des étrangers), une législation sur les étrangers est même élaborée ; l'assassinat de Sadi Carnot par l'anarchiste Caserio donne le coup d'envoi d'un pogrom d'une rare violence en 1894 (« à l'eau les macaronis »). Les fortes tensions corporatistes aboutissent à dessiner de l'Italien un portrait peu flatteur : l'Italien au couteau, le délinquant.

7Entre les deux guerres, l'immigration italienne prend un nouveau volume, avec l'industrialisation de l'agglomération. Dans la guerre, 3000 italiens de Lyon s'engagent dans la légion garibaldienne. Après la guerre, malgré la création du Service de la main-d'oeuvre étrangère, qui avait pour but de contrôler les travailleurs, on assiste à un boom de l'immigration : maçonnerie, industrie, qui font croître la « colonie italienne » de Lyon, avec ses nouvelles zones de logements, les baraques, de Gerland, de Saint-Priest ou de Vaux-en-Velin, et le « village nègre » de Montplaisir-la-Plaine. Dans les années 1920, ces familles accèdent à la propriété, grâce à la construction de leur logement, en mâchefer notamment ; à Villeurbanne (comme dans toute l'agglomération), l'aristocratie et la grande bourgeoisie lyonnaise se mobilisent pour l'action évangélique : en 1927, l'église de la Sainte-Famille devient l'église des Italiens. Pour autant, les luttes politiques de l'Italie trouvent écho à l'étranger, et les « fasci all'estero » s'opposent aux Socialistes italiens de l'étranger. Lyon reçoit sa part d'organisations fascistes dès 1926, mais aussi d'immigrés politiques communistes pourchassés dans la péninsule (qui passent les dimanches à Pont-de-Chéruy).

8Le troisième chapitre est consacré au temps de l'intégration. Après une très difficile période durant la guerre, l'immigration reprend de 1945 à 1965, malgré un contrôle très strict. Elle cesse vers 1965 lors du « miracle italien » qui mobilise les forces vives à son profit, particulièrement dans le nord de la péninsule. Pour ceux qui se sont définitivement installés dans la région lyonnaise, et pour qui l'école de la République a assuré l'intégration, les vacances en Italie deviennent le lien privilégié avec la Patrie d'origine.

9Cette immigration italienne constitue, pour les Lyonnais, un phénomène inscrit dans la longue durée. Ses ressorts sont plus que classiques : dans un premier temps, des migrations saisonnières d'une frange masculine de la population montagnarde, puis un mouvement plus global qui touche des campagnes montagnardes du Piémont très durement affectées par la dureté de la vie et surtout une immigration qui tente de répondre à la demande d'artisans spécialisés pour la bourgeoisie émergente en France.

10Le livre fourmille d'exemples de ces familles, grâces à des documents familiaux ou à des cartes postales, dont on aurait aimé avoir un index commode à consulter. Les cartes de situation des implantations dans les quartiers montrent la véritable enquête géographique conduite par l'auteur, rendue possible par l'abondance des sources notamment policières et préfectorales, ainsi que par les renseignements puisés auprès des familles. On apprécie l'incessant retour sur les sources (la presse, notamment) et l'écho des événements lyonnais dans les journaux italiens régionaux. Disponible également en langue italienne, cet ouvrage est d'autant plus agréable à lire que tout Lyonnais se retrouvera dans les pages et les photographies, au détour des rues où chacun a un souvenir à exprimer (une glace chez Nardone, une pizza chez Pino...).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Buisson, « Jean-Luc de Ochandiano, Lyon à l'italienne », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 22 novembre 2016, consulté le 23 juin 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/10017

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page