Navigation – Plan du site

Gouverner la ville verticale : Entre ville d’exception et ville ordinaire

Managing the vertical city: Between exceptional city and ordinary city
Manuel Appert, Maxime Huré et Raphaël Languillon

Texte intégral

1Ce numéro spécial de la revue Géocarrefour entend se saisir des enjeux politiques de la verticalisation passée et contemporaine de l’urbanisation, alors que se multiplient les tours dans les villes à travers le monde et que les espaces souterrains et aériens sont de plus en plus appropriés et contestés. L’intensification de l’urbanisation qui en résulte, planifiée (injonction à la ville dense) ou non, modifie les paysages urbains (Charney et Rosen, 2014 ; Appert et Montès, 2015), accroit la pression sur les ressources (Graham, 2014) et reconfigure la distribution des activités, des groupes sociaux et des flux (Harris, 2014), ce qui interroge la production, la régulation et le partage des environnements urbains verticalisés.

2Plusieurs recherches adoptant une entrée verticale ont été conduites depuis le début des années 2000, marquées néanmoins par leur rattachement disciplinaire et l’absence de perspective systémique et transversale. Dans les domaines de l’architecture et des sciences de l’ingénieur, l’attention s’est portée sur la durabilité supposée des tours (Yeang, 1996 ; Ferrier, 2007) sans que les usages ni les modalités de gouvernance soient considérés. D’autres travaux ont porté sur l’analyse des enjeux paysagers des transformations physiques des villes (McNeill, 2002 ; Appert, 2008 ; Appert et Montès, 2015) dans la perspective d’un empaysagement croissant des sociétés (Debarbieux, 2007). La question des usages et de l’accès aux strates supérieures de la ville verticale s’est principalement construite à partir d’une grille critique, qui réinterroge la propriété, l’accessibilité et le contrôle des espaces en hauteur (Ayoub, 2009 ; Graham et Hewitt, 2013). Cette dernière approche conduit progressivement les chercheurs à questionner la concentration, la ségrégation et la fragmentation sociales dans leur dimension verticale (Appert, 2012 ; Harris, 2014 ; Charney et Rosen, 2014). La valeur attribuée à la hauteur est alors déterminante pour les promoteurs mais aussi pour les populations et les collectivités, tant d’un point de vue économique que symbolique (Han et al., 2005 ; Moon et al., 2010). Si la question du droit à la ville se pose dans la verticalisation de la ville, elle renvoie plus généralement aux conditions et incidences de la gouvernance « public-privé » des métropoles.

3L’enjeu théorique et méthodologique de ce numéro de Géocarrefour est de questionner les mécanismes sociaux, politiques et économiques constitutifs de la ville verticale. Il s’agit plus particulièrement d’ouvrir la « boîte noire » de la gouvernance des tours et de la verticalisation de la ville. Les projets de tours s’insèrent dans des systèmes d’acteurs, des environnements urbains et des configurations politiques et économiques propres à chaque territoire. En même temps, ces projets répondent à un processus mondial de métropolisation, d’intense circulation des capitaux financiers, de pression démographique et d’injonction à la densification et à la prise en compte du développement durable. Les contributions rassemblées dans ce numéro montrent que la dimension territoriale et les configurations politiques locales structurent très largement la fabrique et la régulation de la ville verticale.

Imaginaire politique et gouvernance des tours

4Les projets de tours sont façonnés par un imaginaire politique qui structure fortement les stratégies des acteurs et les véhicules institutionnels permettant de développer les projets. Il en découle bien souvent la mise en œuvre de procédures d’exception, que ce soit dans l’urbanisme réglementaire ou dans la conduite opérationnelle des projets (Languillon). Deuxièmement, les stratégies des acteurs économiques dominent également les logiques d’action. La pression des promoteurs, le rôle des flux financiers et les besoins de l’industrie tertiaire sont cependant replacés dans les spécificités des contextes urbains. Les contributions insistent plus sur la variété des acteurs privés présents à tous les niveaux de la fabrique de la ville verticale, de la conception des projets à l’occupation des tours (Languillon, Peynichou, Mouaziz), que sur l’homogénéisation des dynamiques économiques (D’Alessandro et Bini). Troisièmement, les enjeux de la démocratie urbaine sont omniprésents. Les scènes de décision des projets, relativement fermées, questionnent les différents mécanismes de régulation de la ville verticale par les pouvoirs publics (Graham, Mouaziz). Enfin, les projets de verticalisation du bâti ne peuvent être analysés sans tenir compte des environnements urbains dans lesquels ils s’insèrent, notamment les services urbains de transports (McDonough), mais aussi les dimensions sécuritaires (Peynichou) et paysagère (Montanari).

5L’imaginaire politique des tours est un chantier de recherche assez récent qui permet de nourrir plusieurs questionnements. Il renvoie tout d’abord aux stratégies de marketing territorial pour lesquelles les élus, soucieux de développer l’attractivité des métropoles, jouent un rôle primordial dans l’orientation des stratégies de valorisation et de communication des projets de verticalisation dans la compétition internationale entre métropoles. Cela revient à analyser l’imaginaire de la ville verticale, les valeurs (symboliques, économiques, sociales, anthropologiques, etc.) qui lui sont associées et de se pencher sur les modalités de leur instrumentalisation.

  • 1 Cette notion se situe à la croisée de la géographie des perceptions et des représentations et du ma (...)

6La teneur et les modalités de cet imaginaire politique nécessitent de questionner les liens entre la production de tours et la carrière politique et/ou professionnelle de ceux qui participent au processus de décision de telles opérations, à savoir « les opérateurs d’imaginaire1 » (Schmid, 2009). Quelle est la place des tours dans le discours des élus et dans la mise en scène de l’action politique ? La verticalisation de la ville change-t-elle les modes de légitimation des élus dans la conduite de l’action publique et dans le rapport aux électeurs ? Ainsi, l’imaginaire joue un rôle important dès la conception des projets, en amont des opérations d’aménagement : il s’agit alors de comprendre le rôle de ces « opérateurs d’imaginaires » (Schmid, 2009). De par leur positionnement dans les processus de décision, les firmes de l’immobilier et l’architecture, les élus, les acteurs financiers et institutionnels participent à créer l’imaginaire de la ville verticale. Les « opérateurs d’imaginaire » urbain ne touchent pas seulement aux imaginaires de la ville, mais produisent du sens, de l’espace et des pratiques urbains que les populations résidentes, entreprises et collectivités s’approprient, réfutent ou négocient (Fincher, 2007)

7Une attention particulière doit être portée aux modèles et aux standards véhiculés par la verticalisation. La mondialisation de l’expertise et des modèles à travers les réseaux de villes et la mobilité des acteurs constitue une entrée tout à fait pertinente pour analyser les modèles empruntés et les traductions locales de ces modèles réalisées dans les projets de tours (Appert, Montès, 2015). Les contributions présentées dans ce numéro spécial montrent l’extrême variété des contextes et des imaginaires politiques aboutissant à la verticalisation de l’urbain. Les politiques mises en place, les logiques socio-économiques et la teneur des coalitions locales ayant pris en charge l’aménagement de la grande hauteur changent non seulement d’un pays à l’autre, mais parfois aussi d’une ville à l’autre au sein d’une même nation. Cette variété s’exprime dans les représentations et les actions des « opérateurs d’imaginaire » et dans les différentes coalitions prenant en charge la grande hauteur comme le suggère les papiers de S. Graham, C. D’Alessandro et V. Bini ou encore L. Peynichou.

8La différenciation des contextes urbains et des acteurs œuvrant à la verticalisation montre que les logiques politiques sont souvent prioritaires dans la constitution des projets (McNeill, 2002 ; Harris, 2008, Appert, 2011 ; Graham, 2014). Autrement dit, la construction de tours n’est pas uniquement guidée par des logiques d’investissement du capital. En Corée du Sud, le processus de verticalisation est ainsi très loin des considérations portant sur la ville d’exception, en particulier avec la généralisation des apatu tanji, aménagés pour les classes moyennes et les classes moyennes supérieures par l’Etat et les chaebols (Gelézeau, 2003). A l’inverse, la verticalisation très rapide en Chine littorale (Shanghai) ou dans le golfe persique (Dubaï) fait intervenir l’Etat et des grands groupes nationaux, mais aussi des entreprises étrangères globalisées dans la perspective spéculative de la ville capitalistique (Graham). A Tokyo, les causes de la verticalisation récente du tissu des espaces centraux (années 2000 et 2010) ne sont pas liées à un contexte de croissance rapide comme dans les deux cas précédents, mais au contraire à une déflation latente (Languillon, 2013). Ces logiques très différentes tendent à faire voler en éclat l’unicité apparente de la ville verticale, pour faire apparaître des contextes, des coalitions, des objectifs très marqués par les enjeux locaux.

Fonctions, marchés et entrepreneurs de la ville verticale

9La variété des coalitions d’acteurs et des contextes économiques de production des tours ne doit pas occulter l’importance que revêt également la variété des capitalismes (Hall, Soskice, 2001). La grande diversité des structures économiques et des organisations politiques démultiplient les formes de la ville verticale et les mécanismes financiers derrière son érection. Si l’analyse des contextes de production de la ville verticale renforce les travaux portant sur la variété du capitalisme, elle permet également de questionner et de reformuler des modèles et des méthodes de géographie économique et d’économie urbaine. La récente financiarisation de la fabrique de la ville (Lorrain, 2011 ; Guironnet, Attuyer et Halbert, 2015) a fait émerger des études sur l’analyse des marchés immobiliers (Nappi-Choulet, 2013), plus rarement sur celui des tours en particulier. Néanmoins, les outils et les analyses ont été élaborés principalement en considérant les activités économiques urbaines en deux dimensions. Traditionnellement étudiées dans leur dimension horizontale, les valeurs (immobilières, foncières, aménitaires, sociales, etc.) se déclinent aussi à la verticale (Conroy, Narwold, Sandy, 2013). Par ailleurs, la verticalité semble faire émerger de nouveaux éléments dans la formation hédonique des prix : enjeux sécuritaires et repli sur soi, accès à la vue et aux panoramas, exposition de la réussite, stratégie de distinction ou quête d’une fonction iconique dans le paysage urbain (Koster, Van Ommeren, Rietveld, 2015).

  • 2 Un récent article de Robert Booth et Helena Bengtsson du Guardian illustre l’opacité des transactio (...)

10De plus en plus considérées comme des actifs financiers, les tours participent aussi de stratégies de maximisation d’investissements internationalisés. Leurs localisations, leurs caractéristiques et leur profitabilité les inscrivent dans les circuits des marchés financiers complexes, faisant intervenir un nombre toujours plus importants d’acteurs directs et d’intermédiaires à travers des montages qui échappent aux états et collectivités2. A cet égard, le rôle des promoteurs immobiliers est dorénavant bien connu (Pollard, 2011). Mais des travaux sont encore nécessaires pour mieux appréhender les impacts du développement de la financiarisation sur la verticalisation du tissu des grandes métropoles.

La verticalisation contestée : quelle régulation politique des tours ?

11Les conflits sur la verticalisation du bâti portent sur différents aspects qui témoignent d’enjeux de concertation et de régulation différents suivant les contextes urbains : dénonciation citoyenne de la place trop grande accordée aux milieux économiques à travers les tours à Londres (Appert et Drozdz, 2010 ; Drozdz, 2014) ; conflits entre acteurs économiques liés aux zones d’ombre sur les bâtiments voisins ; mobilisations politiques concernant les transformations du paysage urbain et proposition citoyenne sur les projets d’usage des tours à Paris (D’Aboville, 2015). 75% des tours construites dans le monde sont à usage résidentiel. Dans les pays occidentaux, la tour de logements est devenue l’apanage des populations les plus aisées, ciblées par les promoteurs. Loin de répondre à la pluralité de la demande de logements, les tours, comme celles de Londres et New York satisfont l’élite internationale (Graham).

12Au-delà de ces questions c’est souvent le projet politique qui est interrogé. Une partie de la population ne se retrouve pas dans les orientations politiques qui sont traduites par la privatisation des vues et l’exacerbation de la crise du logement dans les métropoles sous tension telles que New York, Barcelone ou Londres. Ainsi, dans de nombreuses métropoles, les projets de tours sont propices à l’institutionnalisation de (nouveaux) problèmes publics spécifiques à chaque territoire et aux acteurs impliqués ou non dans les projets. La question de la démocratie urbaine se pose donc au sein de la ville verticale. Cette question renvoie aux dispositifs mis en œuvre par les pouvoirs publics pour intégrer les acteurs dans la décision et réguler les conflits. Entre des projets portés dans le cadre de sociétés publiques, d’interfaces entre acteurs privés ou d’espaces de concertation ouverts, les formes et la nature de la démocratie urbaine varient. Bien souvent, l’hypothèse de la clôture des scènes de décision des projets de tours l’emporte chez les auteurs, avec une affirmation des processus de négociation qui varient suivant le poids de la régulation politique des projets.

13Si la ville verticale peut être éclairée à partir des conflits, cette approche ne doit pas faire oublier d’autres dimensions complexes de la verticalité : la multiplication des aménagements souterrains (Barles et Guillerme, 1997), l’aménagement en strates urbaines séparées que Le Corbusier avait déjà en partie théorisé, la gestion des espaces aériens (McDonough), ou celles des interactions entre environnement et aménagement urbain. Ainsi, les multiples relations entre la verticalisation et l’environnement urbain à différentes échelles (ilot, quartier, ville, métropole) permettent d’élargir la question de la gouvernance des tours à de nouvelles manières d’appréhender les questions urbaines.

Analyser la verticalisation au prisme de son environnement urbain

  • 3 L’exemple trivial du Talkie-Walkie à Londres, qui fait fondre les voitures et met le feu aux immeub (...)

14En tant qu’objet de gouvernance, la ville verticale est multidimensionnelle : c’est un objet qui prend en compte les interactions dynamiques d’un méta-système au sein duquel elle constitue déjà en soi un système. Les tours modifient la circulation de l’air, impactent l’ilot de chaleur urbain, transforment les paysages, se conforment ou modifient la régulation du transport aérien (aérodrome de secours, signalétique lumineuse, accès aux toits…), amoindrissent l’ensoleillement ou au contraire sur-concentrent les rayons du soleil (effet loupe)3

15Dans un urbanisme en couches multiples qui prend en compte la hauteur et la profondeur, soit les deux composantes principales de la verticalité, penser les connexions de ces espaces est un enjeu majeur pour les planificateurs. Emerger du sol, rendre lisible le niveau 0, faire se repérer les usagers et les habitants, articuler les différentes strates de transport et de circulation (métro, voirie, autoroutes aériennes, berges, cours d’eau, canaux…) constituent des défis à l’ingénierie complexe. Tout projet de verticalisation nécessitent de prendre en compte les entrées et les sorties et les communications entre niveaux comme autant de commutateurs de systèmes, voire de disjoncteurs de systèmes dans le cas où des aléas ou des catastrophes viendraient en rendre certains parties inutilisables (inondation des réseaux de métro, effondrement ou incendie de certains étages de tours, accidents de circulation, effondrement d’autoroute suspendue…) (figure 1).

16

Figure 1 : Les différentes strates à Tokyo

Figure 1 : Les différentes strates à Tokyo

Les auteurs. Cliché pris à Tokyo le 14 août 2010.

17C’est donc la question des services urbains et de leur connexion ou de leur altération qui est en jeu. Les textes de ce numéro spécial nous invitent ainsi à prendre au sérieux les enjeux sécuritaires de la verticalité (Peynichou), notamment dans un contexte post-11 septembre 2001, mais aussi la problématique des transports (McDonough). A l’intérieur ou à l’extérieur des tours, d’autres services de la vie quotidienne pourraient faire l’objet de nouvelles investigations : gestion des déchets, de l’énergie, des services à la personne, etc. Il en va de même pour la verticalisation réalisée dans des contextes off-shore avec des services luxueux relevant de la ville d’exception.

La ville verticale et la recontextualisation des oppositions entre exception et ordinaire

18L’ensemble des chantiers de recherche initiés dans ce numéro interroge finalement la dualité de l’urbain entre ville d’exception et ville ordinaire. L’exceptionnel, ou la ville d’exception, a été récemment formalisé par L. Halbert comme « reposant sur la place centrale accordée à une rhétorique de la concurrence inter-urbaine, à la promotion d'infrastructures de haut niveau, et à son soutien apporté à des fonctions économiques exercées par une élite branchée des réseaux mondialisés » (Halbert, 2010, p. 49). Il est directement la traduction locale de la circulation globale du capital et des élites urbaines qu’exprime la ville verticale autant qu’elle en résulte.

  • 4 La ville ordinaire se caractérise par ses fonctions qui visent à répondre à la vie locale et aux be (...)

19Si les acteurs de la ville d’exception regardent vers l’extérieur et fonctionnent pour une bonne part à l’échelle transnationale (tourisme, acteurs internationaux, flux de capitaux, de marchandises et d’informations), ils se distinguent des visées des acteurs de la ville ordinaire4, tournés surtout vers le local. Les enjeux de la ville ordinaire, par contraste avec ceux de la ville d’exception, concernent les habitants et les usages réguliers des espaces urbains. Si la ville d’exception a pour vocation de s’exposer, parfois de façon arrogante, souvent de façon conquérante, la ville ordinaire a pour vocation de se reproduire, en assurant un cadre urbain viable, vivable et fonctionnel pour la population locale et les usagers du quotidien (tableau 1) (Languillon, 2015).

Ville d’exception

Ville ordinaire

S’expose

Se reproduit

Hyper-réalité

Réalité de la vie urbaine quotidienne

Arrogante et minoritaire

Discrète et majoritaire

Tournée vers l’extérieur

Tournée vers l’intérieur

Dédiée à l’international

Dédiée au local

Tableau 1 : Comparaison entre les caractéristiques de la ville d’exception et de la ville ordinaire. Raphaël Languillon-Aussel, 2015, p. 130

20En multipliant les tours, la ville verticale réinterroge les relations entre l’exceptionnel et l’ordinaire au sein des métropoles globalisées. Pour de nombreux chercheurs, il n’y a pas d’opposition entre les deux notions, mais une complémentarité et une solidarité aussi bien sociale qu’économique (Sassen, 1991 ; Halbert, 2010). Les métropoles excelleraient ainsi dans une économie cognitive qui n’est le fait que d’une petite partie de la population urbaine, générant par là des profits qui sont redistribués à l’ensemble des catégories et des espaces, contribuant au dynamisme de l’ensemble de la métropole (Florida, 2002 ; Davezies, 2008). Le destin de la ville ordinaire dépendrait alors de la bonne fortune de la ville d’exception. C’est du moins ce que laisse penser les politiques publiques qui misent sur l’effet redistributif des investissements privés mais aussi publics dans les pôles forts des territoires métropolitains.

  • 5 Sur l’analyse des conflits autour de l’aménagement des tours, voir la thèse de Martine Drodz, 2014.

21Néanmoins, les conflits qui s’attachent aux projets de tours5 opposent souvent locaux et globaux, catégories qui recoupent en partie populations ordinaires et élites. Se faisant, les conflits autour de la grande hauteur ajoutent aux luttes de classes une dimension spatiale et géographique nouvelle: la dimension scalaire, chère à D. Harvey (Harvey, 2012). Ainsi, les luttes entre classes, en se globalisant, tendraient à faire disparaître les dominants et à ne laisser comme trace visible de leur vitalité que la grande hauteur et ses détracteurs, qui en sont aussi les exclus et, parfois, les perdants.

  • 6 L’hyper-réalité caractérise les sociétés postmodernes, dans lesquelles l’imaginaire et la réalité i (...)

22Distinguer exceptionnel et ordinaire relève bien souvent en partie d’un travail en amont sur les discours et les représentations. Ce que Mike Davis appelle « le stade Dubaï du capitalisme » (Davis, 2007), qui se veut l’expression la plus spectaculaire d’une ville d’exception verticalisée, relève de l’hyper-réalité6 (Schmid, 2009). Dans le domaine des études urbaines, Heiko Schmid fait entrer l’hyper-réalité dans le cadre des pratiques de l’économie de la fascination. Selon lui, l’hyper-réalité n’a plus comme base la réalité, mais se pose comme son propre référent qui se construit et s’autoproduit à partir d’outils virtuels comme les télécommunications, Internet, la publicité, qui constituent autant de biais captant l’attention et la fascination des individus (Schmid, 2009).

  • 7 Cette maximisation de l’évitement est alors très certainement compensée par le recours massif au we (...)
  • 8 On peut difficilement dire que l’on flâne dans un métro. Par ailleurs, le temps chronométré de l’as (...)

23En tant que produit d’une hyper-réalité de l’exception, la ville verticale tend au solipsisme et à l’auto-référence (Graham). En ce sens, ses promoteurs revendiquent comme étant consubstantiel à l’urbain la scission socio-spatiale qu’avaient déjà physiquement opéré en deux dimensions l’urbanisme ségrégationniste des années 1980-1990 symbolisé par le modèle des gated communities et les pratiques de sécession urbaine des espaces aisés. La ville verticale n’aboutit pas seulement à la verticalisation de ces pratiques ségrégationnistes dans un simple passage de la 2D à la 3D urbaines : elle les inscrit dans l’hyper-réalité de l’urbain comme en constituant son essence et son « devenir naturel ». Se faisant, la ville verticale ne fait vivre ensemble ni les populations, ni les espaces, ni les bâtiments : elle les fait vivre à côté. Les interrelations qui fondent la ville puis l’urbain sont alors déconstruites pour laisser place à une maximisation de l’évitement7, celle-là même que l’on peut ressentir dans l’expérience quotidienne de la cage d’ascenseur ou du métro, qui ont remplacé l’interaction sociale de proximité du palier d’escalier ou du trottoir8. La verticalité contemporaine serait-elle antinomique de ce qui fait ville, à savoir une maximisation des interactions sociales ?

24C’est l’une des questions auxquelles tentent de répondre les deux grands témoins de ce numéro spécial. Pour Guido Montanari, la principale différence entre les verticalisation de l’urbain avant et après les années 1980 tient à la financiarisation et à la réplicabilité de la grande hauteur. Alors que l’avant-garde avait fait des tours les symboles de la modernité en rupture avec la tradition urbaine, la financiarisation des années 1980 en fait les symboles de la modernisation en rupture avec la société locale et les intérêts « ordinaires ». Toute la critique qu’il fait de la grande hauteur procède de ce glissement de la modernité à la modernisation opéré par la financiarisation et la globalisation du capital urbain.

25Steve Graham quant à lui resserre l’analyse des tours à la période inaugurée par la financiarisation des années 1980 jusqu’à nos jours. Pour lui, la grande hauteur contemporaine marque un nouveau tournant : si les tours des global cities originelles avaient pour objectifs de valoriser les prix fonciers (pour compenser leur cherté ou au contraire maintenir des prix dans un contexte de déflation) ou de servir de supports iconiques à une sémiologie privée (entreprises, firmes multinationales, ONG, entreprises d’Etat…) les tours contemporaines incarnent surtout les dynamiques de circulation d’un vaste surplus de capitaux possédés par des oligarques (Sheikh des pétromonarchies, oligarques russes, multimilliardaires nord-américains…). Faisant référence aux travaux d’Andrew Harris (2014), il poursuit en analysant la valeur nouvelle des tours comme spatial fix d’une financiarisation qui transforme des montages financiers complexes (dettes, spéculations, investissements) en bâtis de grande hauteur lucratifs, élégamment marquetés, participant de cette modernisation des espaces centraux dont parle Guido Montanari. Tous deux se font alors les témoins d’un discours critique fort sur la gouvernance de ce que l’on pourrait appeler une dérive contemporaine de l’excès de mauvaise verticalité : celle non pas de la modernité mais de la financiarisation de l’immobilier.

Haut de page

Bibliographie

D’ABOVILLE G., 2015, Les parisiens opposés à la grande hauteur ? Retour sur la concertation autour du projet de la tour Triangle, Métropolitiques, le 13 mars 2015 : http://www.metropolitiques.eu/Les-Parisiens-opposes-a-la-grande.html

APPERT M., 2012, Les nouvelles tours de Londres comme marqueurs des mutations d’une métropole globale, Observatoire de la Société britannique, n°10.

APPERT M., 2011, Politique du skyline. Shard et le débat sur les tours à Londres, Métropolitiques, http://www.metropolitiques.eu/Politique-du-skyline-Shard-et-le.html

APPERT M., 2008, Ville globale versus ville patrimoniale? Des tensions entre libéralisation de la skyline de Londres et préservation des monuments et vues historiques, Revue de Géographie de l’Est, vol. 48, n°1-2, https://rge.revues.org/1154

APPERT M., MONTES C., 2015, Skyscrapers and the redrawing of the London skyline: a case of territorialisation through landscape control, Articulo – Journal of Urban Research, Special issue 7.

APPERT M., DROZDZ M., 2010, La géopolitique locale-globale aux marges de la City de Londres : conflits autour des projets de renouvellement urbain de Bishopsgate, Hérodote, n°137, p. 119-134.

ASH A. et GRAHAM S., 1997, The ordinary city, Transactions of the Institute of British Geographers, Vol. 22 n°4, p411-429

AYOUB L., 2009, Public air space. Planning and accessing tall buildings in London, Critical Cities, p88-97.

BARLES S., GUILLERME A., 1995, L’urbanisme sous-terrain. Paris, PUF, collection Que-sais-je?, 126 p.

CHARNEY I., ROSEN G., 2014, Splintering skylines in a fractured city: high-rise geographies in Jerusalem, Environment and Planning D: Society and Space, vol.32, p1088-1101.

CONROY S., NARWOLD A., SANDY J., 2013, The value of a floor: valuing floor level in highrise condominiums in San Diego, International Journal of Housing Markets and Analysis, Vol. 6, p197-208.

DAVEZIES L., 2008, La République et ses territoires : La circulation invisible des richesses, Paris, Seuil, 109 p.

DAVIS M., 2007, Le stade Dubai du capitalisme, Les Prairies Ordinaires, 87 p.

DEBARBIEUX B., 2007, Actualité politique du paysage, Revue de Géographie Alpine, 4, p. 101-113.

DROZDZ M., 2014, Regeneration b(d)oom. Territoires et politique de la régénération urbaine par projet à Londres. Thèse de doctorat soutenue sous la direction de Christian MONTES et Manuel APPERT à l’Université Lumière Lyon 2.

FERRIER J., 2007, Making Of, Hypergreen & Phare towers, Paris, AAM Éditions/Ante Prima, 144 p.

FINCHER R., 2007, Is High-rise innovative? Developers’ contradictory narratives of high-rise housing in Melbourne, Urban Studies, vol. 44, p631-644.

FLORIDA R., 2002, The Rise of the Creative Class: And How It's Transforming Work, Leisure, Community and Everyday Life, Basic Books, 416 p.

GELEZEAU V., 2003, Séoul, ville géante, cite radieuse, Paris, CNRS Editions, 291 p.

GRAHAM S., HEWITT L., 2013, Getting off the ground: On the politics of urban verticality, Progress in Human Geography, vol.37, p72-92.

GRAHAM S., 2014, Life-support: The political ecology of urban air, City: analysis of urban trends, culture, theory, policy, action, In Press.

GUIRONNET A., ATTUYER K. et HALBERT L., 2015, Building cities on financial asset: The financialisation of property markets and its implications for city governments in the Paris city-region, Urban Studies, Vol. 53 n°7, p1442-1464.

HALBERT L., 2010, L’avantage métropolitain, Paris, PUF, 144 p.

HALL P. A., SOSKICE D. W. (dir.), 2001, Varieties of capitalism: the institutional foundations of comparative advantage, Oxford, Oxford University Press.

HAN Y.T. et al., 2005, A comparative study on the characteristics of purchase between high-rise and super high-rise apartment, Journal of the Architectural Institute of Korea, vol.21, n°11, p155-162.

HARRIS A., 2014, Vertical Urbanisms: Opening Up Geographies of the Three-Dimensional City, Progress in Human Geography.

HARRIS A., 2008, Livingstone versus Serota: the high-rise battle of Bankside, The London Journal, vol. 33, n°3, p289-299.

HARVEY D., 2012, Rebel Cities. From the Right to the City to Urban Revolution, Verso, 208 p.

KOSTER H., VAN OMMEREN J., RIETVELD P., 2015, Is the sky the limit? High-rise buildings and office rents, Journal of Economic Geography, vol. 14, n°1, p125-153.

LANGUILLON R., 2015, Approprier, dés-approprier, s’approprier : des égarements de la ville d’exception à l’intermédiation de la ville durable à Tokyo, in MORISSET, L. K., S’approprier la ville. Le devenir-ensemble, du patrimoine urbain aux paysages culturels, Québec, Presses de l’Université du Québec, collection Patrimoine urbain, p. 105-132

LANGUILLON R., 2013, Crise immobilière et privatisation de l’aménagement à Tokyo, Métopolitiques. URL : http://www.metropolitiques.eu/Crise-immobiliere-et-privatisation.html

LORRAIN D., 2011, La main discrète. La finance globale dans la ville, Revue française de science politique, n°6, vol. 61, p. 1097-1122.

McNEILL D., 2002, The mayor and the world city skyline: London’s tall buildings debate, International Planning Studies, n°7, p325-334.

MOON S.-K. et al., 2010, An Analysis of Landmark Impact Factors on High-Rise Residential Buildings Value Assessment, International Journal of Strategic Property Management, vol.14, n°2, p105-120.

NAPPI-CHOULET I., 2013, La financiarisation du marché immobilier français : de la crise des années 1990 à la crise des subprimes de 2008, Revue d’Economie Financière, vol. 110, p. 189-205

POLLARD J., 2011, Les groupes d’intérêt vu du local. Les promoteurs immobiliers dans le secteur du logement en France, Revue française de science politique, n°4, vol. 61, p. 681-705.

SASSEN S., 1991, The Global City. New York, London, Tokyo, Princeton University Press, 480 p.

SCHMID H., 2009, Economy of Fascination: Dubai and Las Vegas as Themed Urban Landscapes, Berlin, Borntraeger Gebrueder, 272 p.

YEANG K., 1996, The Skyscraper Bioclimatically Considered, London, Wiley, 269 p.

Haut de page

Notes

1 Cette notion se situe à la croisée de la géographie des perceptions et des représentations et du marketing urbain. Elle renvoie aux dispositifs, instruments ou acteurs qui produisent et qui diffusent les images iconiques ainsi que les modèles, voire des utopies urbaines, en fonction desquels une ville se construit, se perçoit, se vit et s’exporte.

2 Un récent article de Robert Booth et Helena Bengtsson du Guardian illustre l’opacité des transactions et la difficulté à connaître les propriétaires des biens immobiliers dans les tours. http://www.theguardian.com/society/2016/may/24/revealed-foreign-buyers-own-two-thirds-of-tower-st-george-wharf-london

3 L’exemple trivial du Talkie-Walkie à Londres, qui fait fondre les voitures et met le feu aux immeubles, est représentatif de l’impact sur un environnement très large, des tours. Voir la vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=tV4EGu5kpBo (dernière consultation le 26 avril 2016).

4 La ville ordinaire se caractérise par ses fonctions qui visent à répondre à la vie locale et aux besoins (primaires, secondaires et hédoniques) des habitants et des usagers quotidiens des espaces urbains. Pour plus de precisions sur ce point, voir Ash et Graham, 1997.

5 Sur l’analyse des conflits autour de l’aménagement des tours, voir la thèse de Martine Drodz, 2014.

6 L’hyper-réalité caractérise les sociétés postmodernes, dans lesquelles l’imaginaire et la réalité interagissent pour produire un sens nouveau qui modifie les usages, les systèmes de pensées, les pratiques, les valeurs, les comportements et les relations entre l’individu, la collectivité et l’environnement (pris au sens large : environnements social, urbain, naturel, économique, familial, culturel…).

7 Cette maximisation de l’évitement est alors très certainement compensée par le recours massif au web social, y compris avec des sites pour rencontrer des amis, des partenaires amoureux, ou des échanges de services qu’offrait autrefois un bon voisinage. Il serait intéressant d’approfondir les relations certainement co-dépendantes entre diffusion de la ville verticale et numérisation (ou virtualisation) des rapports sociaux.

8 On peut difficilement dire que l’on flâne dans un métro. Par ailleurs, le temps chronométré de l’ascenseur empêche également les interactions entre voisins (ou collègues de travail).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Les différentes strates à Tokyo
Légende Les auteurs. Cliché pris à Tokyo le 14 août 2010.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/10013/img-1.png
Fichier image/png, 846k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manuel Appert, Maxime Huré et Raphaël Languillon, « Gouverner la ville verticale : Entre ville d’exception et ville ordinaire », Géocarrefour [En ligne], 91/2 | 2017, mis en ligne le 15 février 2017, consulté le 16 août 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/10013

Haut de page

Auteurs

Manuel Appert

Maître de conférences à l’université Lyon 2 manuel.appert@univ-lyon2.fr

Articles du même auteur

Maxime Huré

Post-doctorant à l’Université Lyon 2 maxime.hure@sciencespo-lyon.fr

Articles du même auteur

Raphaël Languillon

Post-doctorant à l’Université de Chuo – Tokyo rlanguillon@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page