Navigation – Plan du site

Jorge Furtado, Ilha das flores - L'île aux fleurs

Eudes Girard
Référence(s) :

FURTADO J., 1989, Ilha das flores - L'île aux fleurs, https://www.youtube.com/watch?v=cVDxctavOEo

Texte intégral

1Commencer le cours sur la nouvelle question de géographie de l’ENS Lyon (et donc celle de la B. E. L. pour les littéraires intéressés par les écoles de commerce) « Population et inégalités » par la projection du court-métrage documentaire l’île aux fleurs de Jorge Furtado (12 mn, 1989) peut s’avérer très intéressant pour réfléchir aux caractéristiques inhérentes aux inégalités.

2Ce court métrage de 1989, visible et libre de droit sur Internet et qui a obtenu en 1990 l’ours d’argent au festival de Berlin dans la catégorie des courts-métrages, suit la commercialisation d’une tomate de la plantation de Monsieur Suzuki propriétaire agricole d’origine japonaise du Rio Grande do Sul, État du Sud brésilien. S’il est rappelé lors du documentaire que 61 millions de tonnes de tomates furent produites dans le monde cette année là l’objet du réalisateur n’est pas de faire un documentaire sur la mondialisation des produits agro-alimentaires même si l’on sait que le Brésil tire justement une partie de sa richesse de l’importance de son agro-business. Après toute une série de digressions historiques apparentes qui à travers un montage rapide des images contredit systématiquement, et avec beaucoup d’ironie, le commentaire, le documentaire se focalise sur le devenir d’une tomate rejetée du processus de consommation par une mère de famille préparant le repas (du porc à la sauce tomate) pour sa famille (Madame Annette représentante de commerce d’une société vendant des parfums). Cette tomate est alors destinée à la décharge à ciel ouvert de l’île aux fleurs, décharge de Porto Alegre (ville d’1,2 million d’habitants à l’époque et sixième ville du pays). Les 500 tonnes de déchets par jour étaient eux-mêmes triés entre des déchets organiques encore jugés consommables pour les porcs du propriétaire de la décharge et les déchets non organiques qui avaient vocation à se décomposer très lentement à l’air libre. Cependant les déchets organiques non prélevés pour les porcs pouvaient alors être librement prélevés par les plus pauvres qui vivaient précisément de cette collecte de déchets. Comme le souligne explicitement le commentaire : « ce qui a été considéré inadéquat à l’alimentation des porcs sera utilisé à l’alimentation des femmes et des enfants ». La fin de ce très court documentaire nous montre ainsi des enfants dans la misère qui courent après le camion d’ordures (le montage répète deux fois ces images) et de nombreux miséreux attendant leur tour de pouvoir entrer dans l’enclos de la décharge pour prélever en cinq minutes (c’est le règlement) ce qu’ils pensent pouvoir réutiliser avant que d’autres démunis ne les remplacent dans la même opération avec le même laps de temps.

3Le commentaire se fait alors plus didactique et conclut ainsi « La tomate, plantée par Monsieur Suzuki, échangée contre de l'argent avec les supermarchés, échangée contre de l'argent que Madame Annette a échangé contre des parfums extraits des fleurs, refusée pour la sauce du porc, jetée aux ordures et refusée par les porcs comme aliment, est maintenant disponible pour les êtres humains de l'île aux fleurs. Ce qui place les êtres humains après les porcs dans la priorité de choix des aliments, c'est le fait de n'avoir ni argent, ni propriétaire ». Ce documentaire, que l’on peut qualifier au sein de la typologie des documentaires de documentaire critique ou d’interpellation, est fort riche et instructif à plusieurs niveaux. Il peut ainsi constituer un formidable point d’entrée à notre réflexion sur la nouvelle question de l’ENS Lyon pour le concours de 2017 « Population et inégalités ».

Lucro versus Lixo.

4La force du documentaire de Furtado consiste tout d’abord à nous montrer en quoi l’inégalité est le résultat d’un système complexe qui aboutit au fait que localement sur terre (le film insiste à plusieurs reprises sur cette inscription précise dans l’espace terrestre et commence par donner les coordonnées géographiques (latitude et longitude) de l’île aux fleurs au Brésil) et dans les faits de la vie quotidienne (micro-économie) certains êtres humains passent pour accéder à la nourriture après les porcs du propriétaire de la décharge. C’est bien d’un « système » qu’il faut parler ici car Furtado procède en amont par une juxtaposition de définitions (être humain, tomate, argent, famille, île, terrain, etc.), toutes rigoureusement exactes, pour aboutir, à la conclusion implacable mais effroyable du fonctionnement social de la décharge de l’île aux fleurs où des êtres humains passent après des porcs.

5 Les êtres humains sont ainsi définis, au début du court-métrage, comme des êtres « qui se distinguent principalement des autres mammifères par deux caractéristiques : le télé encéphale hautement développé, et le pouce préhenseur ». Cette définition biologique contient en elle-même implicitement le principe d’égalité de tous les êtres humains.

6Pourtant force est de constater que la réalité économique, dans certaines parties du globe terrestre du moins, dément cette égalité puisque certains êtres humains passent après les porcs pour accéder aux ressources alimentaires. De fait le paradoxe et la force du documentaire est bien là : si nous admettons et validons l’ensemble des définitions données tout au long du court-métrage le système qui en résulte et qui conduit certains êtres humains à passer après les porcs ne peut que nous interpeller humainement. Ces habitants de l’île aux fleurs sont décrits comme n’ayant « ni argent ni propriétaire » et paraissent exclus du jeu social. Ainsi ce qui les distingue fondamentalement des autres êtres humains semble résider dans leur non-insertion dans une économie d’échange qui régit le fonctionnement du monde capitaliste à différentes échelles. C’est d’ailleurs en ce sens en tant qu’exclus du jeu social qu’ils apparaissent « libres » de toute contrainte puisqu’ils n’ont effectivement ni patrons employeurs, ni propriétaires terriens, ni directeurs de service, à qui rendre des comptes et pour lesquels travailler en échange d’un revenu.

7Le propriétaire japonais a en revanche pu échanger sa production contre un revenu, Madame Annette a échangé des parfums contre un revenu, le propriétaire du terrain échange la jouissance de ce dernier, pour entreposer et gérer les déchets, contre un revenu. C’est de cette économie d’échange que provient le profit (le documentaire emploie le terme portugais de lucro plus proche de l’ancien mot français de lucre moins usité aujourd’hui). Faire une activité qui soit source de lucre dans le cadre d’une économie capitaliste qui non seulement l’autorise mais l’encourage (ce qui n’a pas toujours été le cas à d’autres moments historiques) voilà ce qui distingue également les êtres humains entre eux et fondent par conséquent les inégalités. On pourrait d’ailleurs complexifier l’approche en distinguant lucre licite et illicite, ceux-ci s’insérant parfaitement dans l’économie mondiale et structurant eux aussi des espaces géographiques spécifiques, mais ce serait là un autre sujet.

8Ainsi ceux qui ne peuvent accéder pour une raison ou pour une autre ( le documentaire ne développe pas cette question insondable de l’origine des inégalités ) à cette économie d’échange sont parfois condamnés à côtoyer les décharges d’ordures (Lixo en portugais) comme celle de l’île aux fleurs près de Porto Alegre et à en tenter d’en tirer de quoi subvenir à leurs besoins. Le documentaire oppose ainsi en portugais lucro et lixo pour désigner par un raccourci pertinent le fonctionnement du système économique qui régit le monde contemporain. De fait toute activité humaine produit un profit (plus ou moins important) et génère des déchets (plus ou moins nombreux). En somme, si l’on suit bien ce que veut nous montrer Jorge Furtado, l’inégalité consiste à ne pouvoir accéder au « lucro » et à être condamner à vivre ou survivre à partir des « lixo ».

9Cette approche vraie d’un point de vie économique l’est d’ailleurs tout autant d’un point de vue anthropologique dans de nombreuses autres civilisations et pays. Au Japon, la population des « burakumin », population traditionnellement cantonnés au travail du cuir, à la mort des animaux et donc à tout ce qui renvoie aux déchets organiques est toujours marginalisée et souffre d’une discrimination professionnelle sociale et spatiale en raison de préjugés shintoïstes et bouddhistes toujours présents dans la société japonaise. En Inde, certaines sous-castes appelées « jati » sont précisément hiérarchisées selon le degré de pureté lié à la proximité ou non de sources de pollution et de déchetteries ; là encore les activités de vidangeurs et d’équarisseurs sont particulièrement discriminées et marginalisées. Dans ces deux derniers exemples, à la différence du Brésil, les inégalités sont donc culturellement pleinement intégrées et plus ou moins légitimées ; c’est là aussi une dimension de la question des inégalités qu’il convient sans doute de ne pas occulter.

Une question globale qui en recoupe bien d’autres

10L’intérêt de l’île aux fleurs est aussi de nous montrer que les plus pauvres victimes de ces inégalités se distinguent du reste de la population par d’autres caractéristiques qui accompagnent généralement la grande pauvreté. Le documentaire les dit explicitement et les montre « nombreux », sans terre ou propriété (à la différence du récoltant des tomates ou du propriétaire des terres de la décharge), condamnés à vivre près d’une décharge et à en tirer subsistance. Nous retrouvons là en fait d’autres marqueurs assez universaux des inégalités.

11L’extrême pauvreté apparaît ainsi liée à une forte natalité par l’absence de l’intégration de tout planning familial (sous-éducation et analphabétisme), par une sur-compensation face à un risque accru de forte mortalité infantile, et par une conception de l’enfant qui voit en lui dès son plus jeune âge une source de revenu par la mendicité ou le travail. ( Nous savons par ailleurs que ce lien ne doit cependant pas être systématisé et considéré comme immuable. De fait, les pays les plus pauvres d'Afrique ont déjà amorcé leur transition démographique. )

12L’extrême pauvreté apparaît également liée à la question des sans terre dont on sait l’importance au Brésil. Cette extrême pauvreté d’une partie de la population des Pays en Voie de Développement se traduit de fait par une part importante de la population vivant dans des bidonvilles (46% en 1990 pour l’ensemble des populations des PVD lors de la parution de l’île aux fleurs, encore un tiers aujourd’hui en 2016 et un quart en Amérique Latine).

13La dernière mais non moins importante caractéristique de ces populations pauvres met en évidence les liens entre ségrégation sociale et ségrégation spatiale. Cette population marginalisée vit ainsi dans des conditions sanitaires et environnementales extrêmement dégradées pouvant provoquer une surmortalité infantile (l’image de l’enfant enfermé dans le sac plastique comme linceul est édifiante à cet égard). La décomposition des déchets, leur composition elle-même avec parfois des métaux lourds comme le césium (explicitement évoqué dans le documentaire), sont en effet autant de facteurs environnementaux particulièrement néfastes qui affectent ces populations. Cette vie près de la décharge et cette tentative d’en tirer de quoi survivre pour les plus démunis n’est d’ailleurs en rien spécifique à cette partie du monde mais se retrouve par exemple à Manille (Smokey Mountain), à Qattamiya à l'est du Caire, à Antananarivo à Madagascar, à Stung Meanchey au Cambodge, à Dandora près de Nairobi au Kenya et dans bien d’autres PVD. L’affectation des populations les plus pauvres à ces opérations de gestion des déchets est bien une question géographique à travers le monde et constitue par exemple l’objet de la thèse de Matthieu Durand La Gestion des déchets et les inégalités environnementales et écologiques à Lima, entre vulnérabilité et durabilité (Université de Rennes 2, 2010).

14Ainsi les inégalités socio-économiques renvoient aussi à des inégalités démographiques (plus forte natalité / surmortalité infantile) spatiales (les zones d’habitat des pauvres ne sont pas celle des riches : le B.A. BA de la géographie tient dans cet aphorisme) environnementales et sanitaires (absence d’accès à l’eau potable et au réseau d’assainissement, plus grande vulnérabilité à la pollution et aux risques naturels). C’est globalement qu’il nous faut toujours penser à cette géographie des inégalités.

Un documentaire à replacer dans son contexte historique et géographique

15Enfin le documentaire doit être nécessairement resitué dans l’espace géographique brésilien dans le cadre d’un pays alors à l’époque à la fin du XXème siècle le plus inégalitaire du monde.

16Ce documentaire est en effet clairement situé dans le temps et circonscrit à un espace par des données objectives : la date de production et les coordonnées géographiques énoncées au début du commentaire. De fait en 1989 le Brésil ne connaît plus la dictature militaire (1964 1985) et possède depuis 1988 une nouvelle Constitution démocratique. La liberté de ton du documentaire s’inscrit sans doute dans ce contexte même si elle s’inscrit aussi plus fondamentalement au sein de l’essor des sciences sociales de l’université brésilienne notamment celle du Rio Grande do Sul qui commanda elle-même à Jorge Furtado cette étude consacrée aux populations défavorisées tout en lui laissant carte blanche pour la réaliser.

17Les coordonnées géographiques nous situent ainsi au Rio Grande do Sul, l’État le plus méridional du Brésil mais aussi l’un des plus développés grâce notamment aux activités d’élevage et à quelques grandes firmes industrielles remontant souvent au XIXème siècle ou début du XXème siècle dans la région métropolitaine de Porto Alegre. En fait si le Brésil est bien à l’époque l’un des plus inégalitaires au monde, l’État du Rio Grande do Sul est quant à lui traditionnellement l’un des moins inégalitaires du pays, comme le montre cette carte de Nicolas Le Brazidec extrait de son article « Le Rio Grande do Sul : une Europe brésilienne ? Une approche géographique de la perception sociale des inégalités au Brésil » revue RITA N° 2 (2009).

18Faire un documentaire sur les inégalités au sein d’un État les moins inégalitaires du pays, à la différence de celle du Nordeste du pays, n’est certes pas un choix puisqu’il s’agit, comme nous l'avons vu, d’une commande de l’université du Rio Grande do Sul à Jorge Furtado, mais finalement ce fait concorde fort bien au ton ironique du projet de Furtado et nous montre en même temps l’universalité de cette question : il n’y a pas d’endroit où la question des inégalités ne se pose pas.

19Par ailleurs au sein de l’identité brésilienne elle-même l’État du Rio Grande do Sul jouit d’une histoire et d’un positionnement culturel spécifique. Cet État, frontalier avec l’Argentine, est réputé peuplé de « gauchos », les hommes de la Pampa, à la réputation d’hommes fiers et entreprenants qui ont contribué à développer le pays par opposition aux « sertanejos », les hommes du désert de sertão du Nordeste brésilien, dotés de caractéristiques supposées moins mélioratives. (Brésil, une géohistoire, Martine Droulers).

20Mais d’autres éléments annoncés de façon éparse au cours du documentaire nous renvoient à l’identité brésilienne et à son histoire. La présentation de « Monsieur Suzuki », propriétaire du champ de tomates, nous rappelle que le Brésil et ses provinces du Sud est l’un des rares pays à avoir accueilli au début du XXème siècle une émigration japonaise. Ces colons japonais ont été à l’origine de l’horticulture brésilienne (maraîchage, arboriculture, sericiculture) alors que d’autres colons européens (Allemands et Italiens) avaient développés au siècle précédent une polyculture associée à des vignobles, rappelant davantage les paysages agricoles européens. La référence à l’identité religieuse de « Madame Annette » comme « catholique apostolique romaine » nous replonge dans l’importance hégémonique du catholicisme au sein de l’Amérique Latine et au Brésil et souligne en même temps son impuissance totale à réduire les inégalités. Dans ce cadre la référence étrange que l’on trouve au début du film et qui stipule que « Dieu n’existe pas » prend tout son sens et apparaît, là encore, comme une réponse ironique à un proverbe local qui devant l’abondance de richesses naturelles du territoire brésilien proclame au contraire que « Dieu est brésilien ». Connaître l’histoire du Brésil ( Brésil, une géohistoire , Martine Droulers ) et sa culture est donc nécessaire pour apprécier et comprendre en profondeur les références géographiques et culturelles du documentaire de Furtado.

21Mais Porto Alegre renvoie pour nous Européens à d’autres faits politiques et géopolitiques marquants, postérieurs à la réalisation du documentaire, puisqu’il s’agit de la ville qui a vu se constituer et s’instituer le mouvement altermondialiste à travers la tenue du premier forum social mondial ( FSM ) en janvier 2001. La présence française à ce forum, à travers les personnalités de Danielle Mitterrand, José Bové ou du mouvement ATTAC ( Association pour la taxation des transactions citoyennes et l'action citoyenne ), était d’ailleurs fortement marquée. Ce forum s’est reproduit à Porto Alegre en 2002 et 2003 puis 2005 où fut défini « le manifeste » de Porto Alegre demandant, entre autres, l’annulation de la dette publique des PVD, la promotion du commerce équitable, l’affirmation du droit à la souveraineté alimentaire, autant de moyens jugés nécessaires pour lutter contre les inégalités à l’échelle mondiale. La résonnance du lieu prend ainsi pour nous une portée symbolique et l’on peut d’ailleurs faire l’hypothèse que la popularisation de ce court-métrage, très présent sur les réseaux sociaux, doit aussi beaucoup à la tenue de ces forums dans cette ville symbole de la naissance de l’alter-mondialisme et de la dénonciation des inégalités du monde capitaliste.

22Cependant aujourd’hui, une génération après, la géographie des pays les plus inégalitaires au monde a quelque peu changé. La Namibie, l’Afrique du Sud, Haïti, (et sans doute désormais la Chine si l'on en croit les données du centre de recherche China Household Finance Survey en 2014), ont ravi la place du Brésil au sein de ce triste palmarès avec un coefficient de Gini, outil statistique bien commode qui mesure les inégalités socio-économiques, de l’ordre de 0,60. De même à l’échelle de l’Amérique Latine, le Guatemala, et le Honduras selon les sources, avec un coefficient de Gini de 0,580 sont devenus nettement plus inégalitaires que le Brésil qui possède un coefficient de 0,529. De fait il convient de souligner que si la teneur du documentaire de Furtado reste vraie notamment sur la situation de l’île aux fleurs, le Brésil a depuis réduit la pauvreté et les inégalités au sein de son espace. Les progrès de la scolarisation et la maîtrise de l’inflation, véritable plaie du Brésil auparavant où elle pouvait atteindre 5000% par an, grâce à la mise en place d’une réforme monétaire créant une nouvel monnaie le REAL à partir de 1994 (plan REAL), ainsi que la facilité d’accès au crédit depuis 2004 avaient déjà permis à la classe moyenne inférieure d’accroître son pouvoir d’achat et d’accéder à la société de consommation. Mais la mesure phare pour réduire la grande pauvreté fut l’adoption par Lula, lors de son accession au pouvoir en 2003, de la Bolsa Familia. Ce programme social accordait une allocation aux familles pauvres (revenus mensuels entre 70 et 140 Reais) et très pauvres (revenus mensuels inférieurs à 70 Reais) (1 Real vaut entre 0,27 (septembre 2016) et 0,44 (juillet 2011) Euro). En contrepartie ces bénéficiaires s’engageaient à scolariser leurs enfants et à assurer les besoins de santé de base. Ainsi selon l’IPEA (Institut de Recherche en Economie Appliquée crée en 1967 et véritable observatoire de l’économie brésilienne rattaché au ministère du Plan) entre 2001 et 2011 les revenus des 10% les plus pauvres se sont accrus de plus de 90% alors que ceux des 10% les plus riches ne progressaient que de 16%. La réduction des inégalités tient tout entier dans ces chiffres et se trouve confirmé par l’évolution du coefficient de Gini passant de 0,639 en 2000 à 0,529 en 2013.

23Il s’agit là d’une tendance nouvelle, due en partie à l’impact de la création de la Bolsa Familia, mais aussi et surtout au doublement du pouvoir d'achat du salaire minimum (en lien avec l'effondrement de l'inflation mentionné plus haut ), car lors de la décennie précédente entre 1990 et 2001 la part des ménages les plus pauvres voyaient leur participation au revenu total des ménages stagner alors que celle des 10% les plus riches progressaient légèrement. (N° 18 de Questions internationales : L'Amérique latine (mars-avril 2006). L’île aux fleurs (1989) se focalise par ailleurs sur la question des inégalités sociales et non sur celle des inégalités régionales. Notons cependant que selon les géographes Hervé Théry et Neli Aparecida de Mello l’on assiste également à une réduction des disparités régionales, notamment sur le critère de l'IDH (grâce aux progrès de la scolarisation dans les régions les plus pauvres), entre la région du Sudeste, véritable cœur économique du pays, et le Nordeste l’espace régional le plus deshérité du Brésil.

24 La question de la géographie des inégalités n’est bien sûr pas figée et en avoir une approche fixiste n’aurait pas grand sens. La géographie des inégalités connaît ainsi sa propre dynamique de progression et de régression. En l’occurrence c’est plutôt à une réduction des inégalités que l’on assiste depuis le XXIème siècle au Brésil et dans une moindre mesure en Amérique latine qui connaît également une réduction du coefficient de Gini (de 0,570 en 2000 à 0,497 en 2013). Cela n’enlève bien sûr rien à la force et la portée du documentaire de Furtado mais il convient de la replacer dans son contexte, celui d’un Brésil d’avant Lula.

25 Jorge Furtado signe donc là un documentaire engagé qui peut intéresser aussi bien les cinéphiles que les géographes réfléchissant à la question des inégalités et à leurs manifestations concrètes à travers le monde. La question de la dénonciation des inégalités, présentées comme le fruit d’un système implacable et abordées en suivant le destin d’une tomate dans la région du Rio Grande do Sul, est bien présente dans les intentions et le projet de Jorge Furtado. La réalisation, à travers un montage particulièrement bien pensé, efficace et ironique, est convaincante. Elle a l’avantage de nous montrer dans les faits à travers les visages de ces personnes de l’ultra pauvreté qui vivent de la décharge de l’île aux fleurs de Porto Alegre ce que signifie pour l’Homme un monde inégal que l’on risque sinon d’aborder de façon trop théorique dans les approches géographiques économiques ou sociologiques.

26Par un raccourci fort ironique Furtado nous rappelle ainsi que le destin du monde capitaliste contemporain oscille finalement entre recherche de lucre (Lucro) et production de déchets (Lixo) dont la gestion est confiée au Brésil, comme partout ailleurs dans les PVD, aux plus pauvres d’entre nous. Il nous montre également que la question des inégalités de revenus s’incarne dans bien d’autres aspects démographiques, spatiaux, environnementaux. Ce documentaire réalisé en 1989, pourtant encore fort commenté aujourd’hui, nous rappelle enfin que si cette question des inégalités s’est posée, se pose, et se posera toujours au sein de nos sociétés, elle connaît aussi sa propre dynamique qui nous empêche d’en avoir une vision fixiste et figée.

Haut de page

Bibliographie

DABÈNE O. et LOUAULT F., cartographie Aurélie BOISSIÈRE, 2016, Atlas de l'Amérique latine, Paris, Collection Autrement, avril.

DROULERS M., 2001, Brésil, une géohistoire, Paris, PUF.

DURAND M., 2010, La Gestion des déchets et les inégalités environnementales et écologiques à Lima, entre vulnérabilité et durabilité, thèse de doctorat, Université de Rennes 2.

GOLIOT-LETÉ A. et VANOYE F., 2015, Précis d’analyse filmique, Paris, Armand Colin, 4e édition.

GROBL K., Stung Meanchey, blog du photojournaliste Karl Grobl, www.karlgrobl.com.

LE BRAZIDEC N., 2009, Le Rio Grande do Sul : une Europe brésilienne ? Une approche géographique de la perception sociale des inégalités au Brésil, revue RITA n°2.

THÉRY H. et APARECIDA DE MELLO N., 2005, Disparités régionales et intégration nationale au Brésil, Bulletin de l’Association des géographes français, Volume 82-4.

VINCENT C., 2009, Les dangers de Dandora, plus gros dépotoir d'Afrique, Le Monde, 06 mai.

AAVV., 2006, L'Amérique latine, Questions internationales, n°18, mars-avril.

AAVV., 2008, Un volcan de misère à Manille, magazine Amnesty international, novembre.

AAVV., 2013, Brésil une puissance en marche, Courrier international Hors-Série, juin juillet août.

Madagascar : Tananarive et ses ordures, http://www.afrik.com.

Site Hebdo Al Ahram, 2015, Une décharge et deux mondes, n° 1099, 4-10 novembre.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/10009/img-1.png
Fichier image/png, 143k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eudes Girard, « Jorge Furtado, Ilha das flores - L'île aux fleurs  », Géocarrefour [En ligne], articles inédits, mis en ligne le 08 novembre 2016, consulté le 27 mai 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/10009

Haut de page

Auteur

Eudes Girard

professeur au Lycée Guez de Balzac à Angoulême eudes.girard@laposte.net

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page